AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Voyage en eau trouble ft. Oxana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Jeu 9 Fév - 19:18




La nuit, tous les chats sont gris à ce qu’on raconte, la vérité était en réalité tout autre. Michael en voyait passer dans son taxi, et parfois il s’étonnait à ce que ses clients dans son taxi soient plus colorés encore que ses clients pour ses activités illégales. Lorsqu’il jouait au chauffeur pour la mafia, il voyait surtout des paumés, des gars qui étaient entrés dans le buisness parce qu’ils n’avaient pas le choix, parce que c’était ainsi qu’on faisait carrière quand on venait d’un milieu pauvre ou parce que dans la famille c’était de père en fils. Le plus triste c’était tous ces largués qui pensaient vraiment un jour devenir le roi du monde, qui pensait sincèrement qu’un jour ils n’auraient plus à craindre les flics, les gangs rivaux, les petits jeunes qui voulaient se faire leur place et étaient plus fort et plus vaillants. Il avait eut des clients blessés par balle, des clients pressés, des clients poursuivit par les flics, et même des petits gangsters qui voulaient jouer au plus malin avec lui en tentant de le menacer avec une arme. Mais il savait les gérer, par son attitude détachée et neutre, son calme olympien, et son manque de réaction normale, il les déstabilisait et finissait par les apaiser par son silence. Il voyait ses clients de la mafia comme des enfants, qui piaillaient pour se faire remarquer, mais dès qu’on restait de marbre, ils cessaient tout à fait de faire des crises. En revanche, pour ses clients en règle, ceux de son taxi, il avait beau afficher un air totalement neutre, ça n’empêchait pas la mère de famille de lui hurler d’aller plus vite parce qu’elle avait encore des courses à faire, des enfants à récupérer et mettre au lit, ces femmes qui voulaient des journées de 48h lui cassaient les oreilles. A côté de ça, il y avait les rois des lamenteurs, ceux qui pensaient qu’un taxi était à peu de choses près, un cabinet de psy à moindre sou, et s’évertuaient à lui expliquer durant tout le trajet leurs problèmes quotidiens, le pire étant qu’ils n’attendaient aucune réponses, bien rodés aux taxis et aux chauffeurs préférant garder le silence, ils continuaient leur diatribe sans se préoccuper le moins du monde de ce que pourrait en penser le chauffeur. Il n’avait pas trouvé de solution contre les pleurnicheurs du dimanche. Rester calme et tranquille était justement ce sur quoi ils comptaient, ils préféraient son silence à toute forme de réponse, et ses oui laconique leur allaient très bien. Dans ces cas là, il se concentrait sur la route tentant de faire comme s’ils n’étaient pas là, ce n’était pas évident vu la taille de l’habitacle, mais il parvenait à faire route sans s’agacer plus que de mesure. Ce qui n’était pas le cas avec les pilotes. Ceux-là, généralement des hommes, pensaient toujours tout savoir mieux que les autres, et surtout mieux que lui. Ils avaient toujours d’incroyables raccourcis, et le chauffeur était un homme stupide à ne pas suivre leurs conseils. Ils s’improvisaient GPS ambulant mais en vérité, ils auraient préférés prendre le volant à sa place. Il ne savait pas pourquoi ils prenaient un taxi puisqu’ils connaissaient apparemment mieux la route que lui, mais à chaque fois il retrouvait son calme en leur démontrant que c’était lui qui avait raison. Toujours dans la famille des enquiquineurs et des empêcheurs de tourner en rond, il y avait ceux qui connaissaient le code de la route par cœur, ou du moins en étaient persuadés, et s’amusaient à lui faire le moindre reproche dès qu’il s’écartait un tant soi peu du droit chemin. Ce feu était orange, cette femme voulait traverser la route, là vous devriez rouler moins vite, mais bon sang vous voulez perdre votre permis ? Il souriait à leurs remarques, de son sourire si faible qu’il en devenait invisible. Avec eux, il respectait si bien le code de la route qu’il aurait pu servir d’exemple à bien des conducteurs. Mais intérieurement, il songeait à tout ce qu’il devait faire lorsqu’il bossait pour la mafia lorsqu’il avait les flics aux fesses, et cela le faisait sourire.

Ce soir là, le chauffeur n’avait pas eut beaucoup de clients embêtant. La première, une femme active vêtu d’un tailleur noir, portant une mallette, juchée sur des talons hauts se rendaient à une soirée tenue par sa boîte, elle s’était plainte de son patron qui la draguait impunément, elle avait demandé au chauffeur s’il lui arrivait à lui aussi de songer à simplement fermer les yeux et se jeter dans le vide. S’il avait été un peu plus empathique avec ses clients, il aurait été inquiet de la laisser sortir de son taxi dans un tel état. Elle n’était pas au bord du suicide, mais à son âge, avec son statut social, elle songeait un peu trop à la mort pour que cela ne soit pas inquiétant. Il la gratifia d’un sourire aimable lorsqu’elle sorti du taxi, et lui tendit sa carte. Il supposait qu’elle ne ferait sans doute pas appel à lui, et ne voyait pas bien quoi lui dire pour la rassurer, son point de vue sur le monde était sans doute bien plus obscur que celui qu’elle en avait, et il avait lui-même tenté à plusieurs reprises de se donner la mort, il savait qu’une fois la décision prise, rien ne pouvait empêcher l’acte, encore moins des paroles d’inconnus. Son second client était un couple pressé. Ils portaient tous deux des tenues de soirées, et étaient déjà passablement ivre. Le chauffeur les entendit rire et s’embrasser à l’arrière de son taxi, par pudeur il détourna le regard essayant d’éviter de recourir au miroir du rétroviseur intérieur. A un moment donné, les bruits de respirations saccadées et l’agitation à l’arrière du taxi lui mirent la puce à l’oreille, un simple regard lui confirma ses peurs et il dû s’arrêter et les chasser de son taxi. C’était tout de même incroyable ce que les gens étaient capables de faire ! Il passa vingt minutes à nettoyer les sièges arrières. Il en profita pour s’accorder une pause pour manger, et se rendit dans un petit restaurant faisant dans le rapide et pas très cher. Il s’installa au comptoir et prit le menu du jour. La serveuse était sympa et mignonne, elle lui toucha deux mots, et lui sourit durant tout son service. Il rougit lorsqu’elle lui fit une remarque sur son silence avec un petit clin d’œil, mais il lui donna tout de même un généreux pourboire. Il reparti ensuite. Un autre client pressé, un homme, faisant parti de la catégorie des GPS ambulant, lui tint le pari qu’il allait mettre six minutes de plus prévue à son horaire, parce qu’il avait exigé que le chauffeur explique pourquoi il prenait telle rue. Lorsque le chauffeur lui avait donné un minutage précis, l’homme avait rit en disant qu’il tenait le pari. Bien sûr, Michael avait gagné, et l’homme pas mauvais joueur avait payé. Il riait encore en sortant du taxi. Le chauffeur redémarra pour aller récupérer un autre client. Il travaillait non pas avec une de ces grosses agences, mais avec un gars sympa qui tenait une petite agence cumulant cinq taxis. Il se gara en voyant une femme le héler. Ouvrant la portière arrière, il lui offrit ce qu’il appelle son sourire à client, un sourire suffisamment sympathique et cordiale mais qui n’était qu’une façade. « Bonsoir. » fit-il à la jeune femme. Naturellement il remarqua qu’elle était jolie et donnait une impression d’être quelqu’un de sympa, quelqu’un avec qui on passera un bon moment, quelqu’un de fiable, et de généreux. Mais il se comporta comme avec tous ses clients, baissant son nez sur son compteur, il nota les chiffres, puis lui demanda où elle voulait aller.



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Lun 13 Fév - 10:53

Irina et ses idées de sorties ! Je vous jure qu’elle veut ma mort ! Enfin, elle désire surtout me caser avec le premier mec ou la première nana un tant soit peu sexy et qu’elle juge me convenir. En théorie, la nuit est le domaine d’Alouqua. Je m’éclipse et la laisse décider de ce que l’on fait. Elle ne sort pas forcément tous les soirs, loin de là. Elle a un plan bien détaillé et accepte encore facilement de me laisser ma nuit, si je le désire ou en ai besoin. De plus, à trop chasser elle se ferait remarquer. Aussi cette soirée fut-elle mienne, même si la Succube m’a tenu compagnie et n’a pu s’empêcher de faire des commentaires salaces et ironiques sur le mec qu’Irina m’a présenté. Je suis bisexuelle. Ce n’est pas un secret, et surtout pas pour ma meilleure amie. Mais on dirait que cela l’amuse de me présenter homme et femme et d‘essayer de ma caser. Bon, j’ai fait bonne figure, avec des sourires discrets et juste polis. Il faut dire que je préfère être dans mon coin à observer ce qui se passe, qu’être le centre d’attention. En général, sauf quand la Démone est à l’avant scène, on ne me remarque pas vraiment. Je me fonds dans le paysage. Mais ce type ne m’a pas lâchée une seconde. Je soupçonne mon amie d’avoir fait un pari avec lui … pas possible autrement. Supporter ses blagues aux goûts douteux, ses remarques machos et son comportement de l’homme sur de son coup m’a exaspéré à un point inimaginable. Je déteste les mecs qui pensent que tout leur ai dû parce qu’ils le veulent ou l’ont décidé. J’ai supporté patiemment au maximum le petit jeu et les roucoulements non discrets d’Irina face à lui. À un moment, la tentation de laisser Alouqua prendre le dessus m’est venu à l’esprit. Mais faire cela c’était prouvé à Irina que je débloque sévère et réellement maintenant. Autant elle accepte mon côté médium qui voit l’avenir, pour peu elle en aurait fait un véritable commerce, pour l’avoir déjà testé. Mais lui dire que je suis possédée ? Que je peux devenir l’opposé de ce que je suis ? Non, là je crois que sa tolérance au Surnaturel serait ébranlée et que les dommages seraient colossaux. Et puis même si elle a un côté peste et manipulatrice, c’est ma seule amie et j’y tiens. C’est la seule qui n’a pas eu peur quand elle a compris mon don et qui ne s’est pas offusquée de mon penchant tant pour les hommes que les femmes. Je dirais même qu’elle a trouvé ça intéressant, voire flatteur si je lorgnais sur ses formes. Il faut reconnaitre que niveau vie sexuelle, elle est assez ouverte et touche à tout ….

Finalement, j’ai réussi à sortir de cette soirée sans me faire remarquer par mon amie, qui me râlera dessus demain, et son invité. J’ai profité qu’ils étaient tous deux ailleurs, probablement dans la même toilette, pour quitter les lieux tel un fantôme. Au vestiaire, j’ai récupéré la veste que je portais et mon sac que j’ai passé en bandoulière. Mains dans les poches, cheveux au vent je suis sortie dans la rue. Je me dirige rapidement vers chez moi, même si la balade risque de me prendre un moment. Je ne suis pas du genre à appeler un taxi. Si j’en croise un je le hélerais, sinon je rentrerais à pieds même si j’en ai pour plus d’une heure. La petite robe noire droite que je porte n’est pas très chaude, encore heureux j’ai mis de bas et des bottes à talons. Mais elles sont neuves et j’ai un peu mal aux pieds avec. Je suis les indications mentales, que me donne Alouqua, pour prendre des raccourcis. Si je n’étais pas possédée, je n’aurais surement pas osé partir ainsi, seule et de nuit. Mais je sais qu’il ne m’arrive rien. Mon double démoniaque y veille, et je crois qu’elle attend une occasion pour se pointer. Histoire de faire passer le temps, elle me tape la conversation sur tout et rien. Avec un léger sourire bien tendre, je réponds mentalement. Mes pas me ramènent lentement vers mon quartier, en dehors de Prague. Je tourne mon regard vers la route à chaque bruit de voiture. Je commence sérieusement à avoir mal aux pieds. Tiens ça m’apprendra à écouter Irina sur le choix des chaussures ! Je remarque un taxi, et puisque j’ai mal et que je suis crevée…. Il faut dire que la journée a été longue au travail et que je n’ai guère pu souffler. Rentrée pour ressortir aussi vite, ce n’est pas tenable… Je lève la main pour le héler. Il est rare de voir des taxis dans le quartier, ceci dit. Le jeune homme qui le conduit à l’air correcte et m’ouvre même avec un sourire neutre la portière. Je m’installe à l’intérieure, au chaud, avec un soupir. J’adresse un petit sourire au conducteur.


« Bonsoir… Euh je ne vais pas loin, juste à Vinohrady » Je déclare d’une voix un peu basse. Les inconnus et moi, ça fait quatre !

J’appuie ma tête contre la vitre et observe le décor extérieur qui m’est familier, enfin plus de jour que de nuit. En moi, le silence c’est fait et étrangement une vague de peur monte lentement. Ce n’est pas la mienne, c’est ma Démone qui réagit. Je me demande bien à quoi. Au chauffeur du taxi ? Il m’a pourtant l’air bien sympathique et inoffensif… Et puis même, c’est un Humain elle le maitriserait. Pourtant, elle s’agite, s’active et panique en moi. Par ricochet, je sens sa peur m’envahir et mes mains se mettent à trembler. J’essaye de l’apaiser, de comprendre mais elle parle une langue que je ne comprends pas. Finalement, la Succube réalise qu’elle me perturbe. D’une voix tremblante et blanche, comme je ne lui avais jamais connu, elle me répond mentalement.


*C’est un Satan, Oxana… Un démon supérieur… je sens son aura, je la reconnais… Face à lui je ne suis rien. Sors de ce taxi !*

Je me redresse droite comme un I et fixe le dos du jeun homme avec des yeux vaguement apeuré au vu des informations que me donne ma démone. Je ne trouve rien à dire, et j’essaye de l’apaiser. On n’en a pas pour longtemps, tout ira bien…

[Crédit gif: rpgifsource on tumblr]




Dernière édition par Oxana A. Tchaikovsky le Jeu 23 Fév - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Ven 17 Fév - 17:18

Michael était excessivement doué pour ignorer ses sens surnaturels. Bien avant qu’un satan ne choisisse son enveloppe corporelle comme hôtel grand luxe, il avait déjà ce don de sentir les auras, du moins, il avait compris avec les années que ça s’appelait ainsi. Enfant, il percevait déjà d’une certaine manière ce qu’était les gens. Si tout gamin, cela ne le perturbait pas plus que cela, après la mort de son père, c’est devenu tout autre chose. Les esprits qu’il voyait, les auras qu’il sentait, il avait grandit et réalisé que ce n’était pas normal, pire encore, que jamais il ne serait tranquille, que jamais il ne serait seul. Il avait finit par craquer, c’était coupé les veines, tentative raté au cours de laquelle il compris deux choses, la première étant que voir les esprit et sentir si les gens ne sont pas comme tout le monde n’était pas la seule bizarrie qu’une nature taquine l’avait doté, et la seconde était que revenir à la vie, même si votre tante vous apprécie, ça ne passe pas. Il ne pouvait échapper à cela, il ne pouvait arrêter tout ça, alors il a choisit de fermer les yeux, de faire comme si tout cela n’avait pas la moindre importance, il ne pouvait se couper du surnaturel mais il pouvait l’ignorer, et le meilleur dans tout ça, c’est que, pour les esprits du moins, ça a marché, ils ne venaient plus le voir. Et puis Belzébuth est arrivé, et sa vie a à nouveau changée, mais en mieux. Il continue à ignorer les signes qu’il perçoit, ce monde lui semble parfois tellement étrange, à croire que les humains sont désormais minoritaire. Il sait bien évidemment, lorsqu’il a affaire à quelqu’un qui n’est pas humain, mais il ne s’en formalise pas, et ne s’en étonne même pas. Plongé dans son travail, Michael demanda à sa cliente qui visiblement rentrait de soirée mais ne semblait pas assez ivre pour vomir sur les sièges, terreur de tout chauffeur de taxi, où elle voulait aller. Il achevait de noter les chiffres du compteur puis il le remit à zéro. Il tenait tous ses chiffres sur un carnet. Il n’était pas si méticuleux que cela, pas au point de retracer le moindre de ses trajets, mais il tenait lui-même ses comptes. Elle soupira en s’enfonçant dans le fauteuil. Michael la regarda à travers le rétroviseur, elle lui adressa un petit sourire, c’était charmant. « Bonsoir… Euh je ne vais pas loin, juste à Vinohrady » Estimant mentalement le prix de la course, il se dit qu’il était chanceux ce soir, les petits courses rapportaient plus que les grandes. Evidemment, ce n’était pas avec son salaire de chauffeur de taxi qu’il gagnait bien sa vie, mais plutôt avec ce qu’il faisait pour la mafia russe. Jouer au chauffeur de taxi n’était en fait qu’une couverture expliquant ses revenus. Il n’avait pas de goût de luxe, il vivait dans un appartement minuscule à Stoner Hill, il ne possédait presque rien, mais en revanche il aimait les voitures, toutes les voitures, et ce plaisir là coûtait bien plus en réalité que beaucoup de loisirs, heureusement il en avait fait son travail. Mais vu le nombre de fois où il devait changer les pneus, les freins, à cause de ses manœuvres pas toujours très prudentes, ça revenait assez cher. Le moteur vrombit légèrement lorsqu’il appuya sur l’accélérateur, mais dès qu’il passa la seconde le moteur se mit à ronronner comme un petit chat. La circulation était heureusement assez claire, et il put s’enfiler sur la rue principale pour rejoindre les quartiers de banlieue.

Le silence s’était fait dans le taxi. La jeune femme n’était pas bavarde pour un sou, depuis qu’il avait démarré, elle s’était enfoncé dans les fauteuils à l’arrière et se laissait visiblement bercer par le bruit du moteur, contemplant le paysage défiler à la fenêtre. Michael n’était pas un as en conversation, et préférant de loin le silence, n’avait pas briser la glace. Seul les bruits mécaniques du moteur étaient perceptibles, et les bruits de la circulation, parfois des cris de personnes ivrognes à moitié sur la route, parfois un klaxonne d’un mec un peu énervé, ils perçurent aussi le bruit d’un avion lorsqu’ils sortirent de la rue principale pour prendre les grandes avenues. Le chauffeur était concentré sur sa conduite, ne songeant à rien d’autre. Et brusquement le silence se rompit. *C’est amusant ça.* Michael fut si surpris qu’il manqua de percuter une voiture rangée sur le côté. Il reprit rapidement le contrôle du véhicule. C’était Belzébuth, mais le satan n’était pas du genre à faire des apparitions surprises sans prévenir. Michael gronda intérieurement en soulignant en pensée que sur ce coup-là ils auraient pu y passer tous les deux. *Je te rappelle que tu es immortel ou presque.* Le chaffeur gromela intérieurement que peu importe, ça paraîtrait bizarre qu’il s’en sorte et pas sa cliente, et que de toute façon les résurrections miracles c’était pas une bonne idée avec un public. Michael se souvenait de l’expression du visage de sa tante lorsqu’il était revenu à la vie devant elle, et il pouvait avouer franchement que ce n’était ni de la joie, ni de la sympathie. *Pour le public je sais pas, mais pour ce qui est de ta cliente, ça m’étonnerait beaucoup qu’elle y passe.*Michael lui demanda pourquoi je t’en prie avec une nuance d’ironie, très difficile à imaginer mais en penser c’était brillant, parfaitement clair, impossible de ne pas saisir. [i]*Ta cliente est une succube ! Ca faisait des années que j’en avais pas vu.* Michael ouvrit la bouche, bascula ses prunelles sur le rétroviseur observant la silhouette de la jeune femme, qui l’observait aussi, puis referma la bouche. Il regarda la route, serrant le volant entre ses mains, pinçant ses lèvres. Démone ou pas, qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Il pouvait tout de même essayer de ne pas le faire mourir de peur, surtout au volant. Le satan sourit. Intérieurement bien sûr. Ce genre de sourire ne disait rien qui vaille au jeune homme. C’est ma cliente, mon boulot. Le satan se fit tout miel. Michael n’était pas certain de toute façon d’être en mesure de stopper le satan s’il voulait prendre le contrôle. Belzébuth était de nature curieuse, il se comportait parfois comme un enfant capricieux et il était très difficile de lui refuser quelque chose dans ces moments là.

Néanmoins, le chauffeur doutait que la jeune femme apprécie que le satan se manifeste de but en blanc sans prévenir. Il bascula ses prunelles sur le rétroviseur. Savait-elle ? Sentait-elle le satan en lui ? Il percevait une intelligence humaine derrière ses prunelles, mais difficile de juger au premier abord qui était aux commandes. Belzébuth lui avait expliqué que les cas comme le sien était rare, la plupart du temps, le démon écrasait l’âme de l’hôte ne lui laissant plus la moindre liberté, parfois détruisant même cette âme. *Bien sûr qu’elle le sait, on se reconnaît entre nous.* Michael se pinça les lèvres. Il était bien trop aimable pour ne pas tenter de la prévenir. Mais il ignorait comment le faire. Il réfléchit un bon moment à la question tournant et retournant la phrase dans sa bouche sans parvenir à trouver une manière correcte ou polie de poser la question. Peut-être parce qu’il n’y en avait aucune. « Mon Satan a très envie de discuter avec votre succube. » finit-il par dire de but en blanc. Il aurait aimé trouvé une manière d’amener la chose de façon plus subtile mais il n’en avait trouvé aucune qui convenait. Comment dire ces choses là autrement que clairement ? « Je voulais juste vous prévenir, au cas où il prend soudainement le contrôle. » ajouta-t-il en la regardant à travers le miroir du rétroviseur intérieur.



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Jeu 23 Fév - 10:27

Rencontré un autre Démon ne m’a jamais été donné avant cette nuit. J’ai toujours eu conscience de leur existence comme des celle des Esprit. Les Sorciers, j’en ai côtoyé. C’est même une Mage, qui m’a appris comment gérer un minimum mon don et comment interpréter mes visions. Je me suis aussi familiarisée avec les Vampires, vu que je travaille pour eux au Victorian’s Creation. Quant au Lycanthrope, la question ne s’est jamais vraiment posée. Wolfy a toujours ou presque fait partie de ma vie, il est mon ami et sa nature n’a jamais rien changé à cela. Amis les Démons… Jusqu’à ce qu’Alouqua entre en contact avec moi, il y a environ un an, je pensais qu’ils n’étaient que des entités invisibles capables d’influencer les choses ou d’obéir à un Sorcier. J’ignorais qu’ils pouvaient posséder, ni comment cela se passait. La Succube a pris son temps pour me séduire et me convaincre d’accepter la possession. C’était étrange qu’elle ne force pas le passage. Mais en réalité, elle ne le pouvait pas vraiment vu que j’étais Médium, une Éveillée comme on dit. Finalement, j’ai pris conscience que j’avais de la chance. Alouqua m’a laissé le choix, et m’a laissé ma liberté. Certes, elle utilise mon corps plus ou moins comme elle veut, mais je suis toujours là. J’ai toujours ma vie à moi et mes activités. Nous cohabitons en symbiose, comme deux parties différentes d’un même être. Et je dois dire que si elle courre volontiers après un Humain, n’a pas peur de se frotter aux Créatures des Ténèbres, elle n’a jamais été vers les siens. J’ai cru comprendre qu’elle préférait être seule et agir à sa guise, que de devoir collaborer avec d’autres Démons. Mais avant cette nuit, je ne l’avais jamais sentie nerveuse et apeurée comme cela. J’ignore ce qu’est réellement un Satan, ni s’ils ont un compte à régler, mais elle panique légèrement et me mets par ricochet mal à l’aise face au jeune homme qui conduit. J’essaye de ne pas laisser transpirer ma peur, mais c’est compliqué.

*Un Satan est un Ange déchu, comme Mon maitre et Créateur Lucifer… Ce sont des démons puissants, plus que je ne le saurais jamais… Généralement, nous devons leur obéir… Pour ma part, j’ai toujours aimé travailler en solo… Et non, ma belle, je ne le connais pas. Je ne connais aucun Satan, je les évite simplement depuis plusieurs millénaires…. *

J’ai légèrement sursauté quand elle a pris la parole pour m’expliquer ce qu’était un Satan. Un soupir passe mes lèvres. En général, je ne montre pas physiquement quand la Succube me parle. J’ai tellement l’habitude de l’entendre murmurer et commenter presque tout, que c’est son silence qui m’interpelle en général. Mais là plongée dans mes réflexions, je n’ai pas pris garde. Je me redresse légèrement, m’installant correctement et non plus comme une affalée dans son divan. Mes yeux se posent sur le dos du chauffeur et vont de temps à autre vers le rétroviseur pour observer ses traits. Il a l’air normal et humain, même si je perçois son aura noire. Peut-être que comme moi, il cohabite avec son démon, enfin Satan… Il ne me reste qu’à espérer qu’il ne sache pas ce que je suis, mais ce serait illusoire d’y croire vraiment. Après tout, je sais ce qu’il est. Si Alouqua a deviné la présence du Satan, il doit l’avoir senti lui aussi. Et me voilà prise entre deux Démons… Mon regard croise celui du chauffeur dans le rétroviseur et je m’enfonce encore un peu plus dans mon siège. Il n’y a pas à dire j’ai l’art de me mettre dans des situations pas possibles sans même le chercher !

*S’il devait se manifester, crois bien que je ne te laisserais pas face à lui ma chérie…. Mais je préférerais que tu sautes du taxi en marche… Tu ne risques rien avec moi qui te possède*

La logique d’Alouqua peut parfois être sidérante… Je ne risque rien, c’est vite dit ça ! Je vais le sentir passer si je saute du taxi, et je serais quand même blessée. Certes, les plaies guériront vite et je ne risque pas, en théorie je n’ai jamais testé, de mourir… Mais l’envie de paraitre totalement folle ou ivre ne me prend pas. Je préfère m’enfoncer dans les sièges et attendre d’être arrivée. Avec un peu de chance, il ne se passera rien. Après tout, s’ils ne se connaissent pas, pourquoi le Satan l’attaquerait ? Silence dans ma tête … Petit feulement désapprobateur avant qu’un « Ok tu gagnes » ne résonne très bas et brièvement. Étrangement, elle commence à s’apaiser. Il faut dire que les minutes ont passé depuis que je suis dans ce taxi, sans aucune manifestation du Satan. Ce qui m’arrange. Alouqua commence à régir comme d’habitude, papotant du décor et je me détends lentement. Pour autant, je garde les yeux sur le chauffeur qui me lancent de temps à autre des regards. Je resserre ma fine veste et croise mes bras avec un soupir. La Succube ne parle plus, mais ne panique plus. Elle semble juste être aux aguets au cas où… La vois du chauffeur me fait légèrement sursauter et me force à le regarder à travers le rétroviseur. À la manière dont il présente les choses, c’est l’Humain qui domine et il part du principe que pour moi il en est de même. J’hésite un moment, n’entendant pas Alouqua objecte quoique ce soit… Tiens maintenant que son avis est demandé, elle se la joue muette !

« Ah … elle va apprécier. »Je rétorque avec un sourire poli. « Je peux lui poser la question … Si Mademoiselle daigne répondre, elle me boude un peu là…. »

Ce n’est pas un mensonge ou de l’ironie, elle boude vraiemnt la petite peste de Succube. Comme à chaque fois qu’elle n’obtient pas ce qu’elle veut, l’enfant capricieuse et séductrice boude dans son coin. Je sais qu’elle me fait payer le fait que je ne sois pas sortie en courant du taxi comme elle le voulait. Mais cela ne dure jamais longtemps. J’essaye de l’adoucir, de reprendre le contact avec elle en lui pressentant au mieux la situation. Le Satan veut juste parler… Pourquoi ne tente-t-elle pas l’expérience ? Peut-être que tout ira bien…. Le silence dans ma tête devient pesant et ennuyant. Où est-elle partie se terrer ? Puis une réponse, courte et brève m’est donnée

*D’accord…*

« Elle veut bien lui parler… S’il le désire, je peux lui céder ma place. » Je finis par déclarer, sachant pertinemment qu’à un oui, Alouqua passera au devant et moi j’irais dormir au fond de moi-même … ce qui n’est pas plus mal. Reste à voir si le Satan va se montrer et si tout va bien se passer entre eux…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Lun 12 Mar - 23:26

Ce n’est pas la première fois que Michael se retrouve confronté à un démon, il avait déjà croisé une dénommée Belial même si Belzébuth avait prit immédiatement le contrôle. Il se souvenait de la nervosité du satan, de son désir de protéger un maximum Michael, et surtout que la satan ne sache pas qu’il vivait en symbiose avec son hôte. Cette fois-ci c’était très différent. Le satan était très excité à l’idée de rencontrer une succube, il se faisait pressant et le flux de ses pensées était complètement ouvert à Michael qui pour le coup aurait préféré ne jamais savoir ce qu’était une succube, mais comment dire au satan que les images qu’il projetait mentalement n’était pas vraiment conforme à celles que peut voir un simple mortel ? Il se sentait de plus en plus mal à l’aise. L’idée que Belzébuth puisse débarqué comme ça, alors qu’il était sur son lieu de travail, qu’il puisse faire quelque chose à sa cliente le dérangeait. Michael laissait faire Belzébuth, s’il voulait tuer quelqu’un, c’était ses oignons après tout, et la plupart du temps, Belzébuth avait des raisons valables pour agir, mais lorsqu’il s’agissait de son travail, Michael était très pointilleux sur le sujet. Le satan ne pouvait pas faire tout ce qu’il voulait si cela impliquait que Michael puisse perdre son travail. Belzébuth avait accepté au début les termes du marché, mais lorsque à ce moment, l’hôte les lui rappela, le satan fit la sourde oreille. La seule chose qui l’intéressait c’était la jeune femme assise à l’arrière du taxi, et ce qui se cachait derrière ses mèches brunes et son visage de poupée. Michael n’aimait pas ça, mais ne voyait pas très bien comment empêcher le satan d’agir, ce dernier se montrait correcte envers lui, mais sa puissance était sans égal, et Michael n’était certainement pas de taille à s’opposer à la volonté du satan. Autant dire qu’ils n’avaient aucune chance tous les deux. La seule chose qu’il pouvait faire, c’était prévenir sa cliente. C’était peut-être pas la manière d’agir des démons puisque Belzébuth fut surpris, mais le jeune homme n’avait pas l’intention de laisser cela se produire sans en avertir la jeune femme, ou la démone, peu importe, à cet instant elle était sa cliente, et son boulot consistait à l’amener à bon port, et entière. Il y alla un peu fort, lâchant de but en blanc que son satan désirait parler à la succube. Malgré ses recherches il ne trouva aucune autre manière d’amener ça doucement ou gentiment. Et puis, il ne voulait pas que Belzébuth l’empêche de la prévenir, même si ça n’aurait pas ressembler au satan, ça restait un démon. *Sympa.* Michael haussa les épaules. La sensibilité de Belzébuth résistait à bien plus que cela.

A présent qu’il avait lâché sa bombe, le chauffeur se mura à nouveau dans le silence, mais observant tout de même la jeune femme à travers le rétroviseur. Il perçut la surprise dans son regard, l’échange occulaire entre les deux fut long. Suffisamment pour qu’il se demande si c’était bien l’humaine qui était au commande, il l’espérait au fond, car il ignorait comment réagirait la succube. Même si Belzébuth était tout proche, Michael ne se sentait pas spécialement rassuré, d’autant que Belzébuth lui avait envoyé quelques images mentales pas vraiment jolies à regarder des actions de succubes. Forte heureusement, la jeune femme finit par ouvrir la bouche au grand soulagement du chauffeur qui commençait à sentir des sueurs froides parcourir son échine. « Ah … elle va apprécier. » Michael soupira de soulagement. C’était bien l’hôte qui était au commande. Il ignorait si elle aussi vivait en harmonie avec le démon, mais le fait que ça soit l’humaine qui parle le rassurait. « Je peux lui poser la question … Si Mademoiselle daigne répondre, elle me boude un peu là…. » Le chauffeur ne put s’empêcher de sourire. La manière dont elle parlait de son occupant lui rappelait quelque chose : la manière dont lui parlait par moment de Belzébuth, sauf que lui ne le faisait jamais à haute voix. *Encore heureux.* Répondit gentiment Belzébuth qui malgré le ton utilisé ne s’offusquait nullement. En réalité, il trouvait amusant que le chauffeur le considère d’égal à égal, peut-être parce que cela lui arrivait rarement. En tant que Satan, il avait sans cesse des démons à ses ordres, et ces derniers n’osaient jamais s’élever contre lui, encore moins lui faire des remarques sur son comportement. Michael lui osait. Simplement parce qu’ils partageaient tout, mais aussi parce que Belzébuth ne se gênait nullement pour commenter le moindre fait et geste de son hôte. « Elle veut bien lui parler… S’il le désire, je peux lui céder ma place. » Le silence s’était installé durant un court instant dans l’habitacle et le chauffeur fut presque surpris d’entendre la réponse. Il s’attendait presque à ce qu’ils arrivent à destination avant de savoir ce qu’en pensait la succube. Belzébuth s’agita, comme un enfant, il était pressé et heureux, il ne voulait qu’une chose : que Michael lui cède la place, et au plus vite. Michael répéta mentalement quelques conseils sur la conduite et comment gérer les autres véhicules, il ne tenait nullement à ce que le satan tout accaparé à satisfaire sa curiosité plante sa voiture contre un poteau. *Ne t’inquiète pas, je vais en prendre soin de ta voiture. C’est pas comme si à force que tu y passes ta vie, je n’avais pas compris comment ça fonctionnait.* Michael fit un hum boudeur à son satan. « Effectivement, il a l’air de vouloir prendre le contrôle et voudrait lui parler directement. » répondit le chauffeur.

*Bon boulot petit, je prend le relais.* Michael ferma les yeux durant quelques secondes. L’échange fut rapide car ils en avaient l’habitude. Au début c’était perturbant pour le médium de se sentir ainsi hors d’accès, de ne posséder plus aucun contrôle sur son corps, et cette sensation de flotter au dessus l’étonnait, mais dès qu’il eut compris que Belzébuth lui rendrait son corps et le contrôle, qu’il vallait mieux qu’il ferme les yeux et s’endorme tout simplement, les échanges s’étaient alors déroulé en douceur. Il senti le satan prendre le contrôle. Lorsque les yeux se rouvrirent, il était loin. Il savait qu’il pouvait se cloitré dans un coin ou assisté à tout, de loin, et faire ses petits commentaires comme le faisait le satan quelques instants plutôt. « C’est la première fois depuis des siècles que je croise quelqu’un de votre espèce. » débuta Belzébuth avec sa voix roulante, chaude, bien plus profonde que celle de Michael. C’était comme s’il utilisait d’autres cordes que le médium n’utilisaient que très peu. « Pardonnez mes manières cavalières, je n’ai pas été sur terre depuis très longtemps. » continua-t-il en guise d’excuse. *Et encore, qu’est-ce que ça aurait été si je ne l’avais pas prévenue.* Belzébuth sembla hausser les épaules intérieurement. Extérieurement, il affichait un grand sourire, il faut dire qu’il était heureux comme un roi. Rien n’était plus excitant pour le satan que de découvrir quelque chose de nouveau. « Comment se passe votre séjour sur terre ? » demanda-t-il. Il avait des milliards de questions en têtes et toutes brûlaient ses lèvres.



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Lun 26 Mar - 8:35

Alouqua est nerveuse et par ricochet me rend moi-même nerveuse. Mais elle maintient que si le Satan se montre ouvertement, elle me remplacera et fera en sorte qu’il ne m’arrive rien. J’ai l’impression qu’elle redoute l’autre Démon pour ce qu’il pourrait me faire. Je tente de la calmer. Il a l’air totalement humain, non ? Bien sur, elle sent et voie au-delà des apparences mais il ne nous a encore rien fait. Néanmoins, elle se calme difficilement. J’ignore ce qu’est un Satan et je cherche à avoir accès à notre mémoire collective. Gentiment, la Succube finit par m’envoyer des images et des informations. Si je la comprends bien les Satans sont des Anges déchus ayant suivi Lucifer. Contrairement à elle, ils n’ont pas été créés par ce dernier et sont beaucoup plus puissants. Elle me suggère aussi de quoi ils sont capables, leur cruauté et leur violence. Je comprends qu’elle sait qu’elle n’est pas de taille face à eux et qu’elle le redoute. Elle est assez indépendante comme femme, et ne désire pas devoir se plier à des ordres autres que ceux de son créateur. Elle feule doucement, me disant de me méfier et de sortir du taxi. Comme je refuse d’agir comme une folle à nouveau, elle boude et se tait. Je fixe mes mains croisées sur mes genoux et laisse le calme venir en moi. Je ne me sens pas rassurée, pas après ce qu’elle m’a appris sur le Démon, qui possède le chauffeur de taxi. Tout ce que j’espère c’est qu’il a un égo tel qu’une simple Succube ne l’intéressera guère. Je cherche à reprendre la conversation avec Alouqua, mais ma sœur démoniaque me boude et fait silence. Tête baissée, mes mèches cachant mon visage, j’observe mes mains jointes sur mes genoux cherchant toujours à faire sortir de son mutisme la Succube. Mais elle boude bel et bien. Je sursaute quand le chauffeur du taxi mentionne l’envie du Satan de parler avec Alouqua. En moi, Alouqua susurre en langue démoniaque quelque chose que je ne peux comprendre. Je relève la tête pour croiser son regard dans le rétroviseur intérieure. Finalement, tout puissant que peut-être le Satan, il s’intéresse bel et bien à une Démone de rang inférieur. La surprise s’affiche sur mes traits et je sens la démone frissonner en moi d’incompréhension. Ainsi l’Humain a le dessus, tout comme moi, en ce moment. La situation est de plus en plus surnaturelle….

Étonnée par la proposition, d’autant plus que la Succube m’a expliqué qu’en général un Démon écrase son hôte. Seule exception faite, les Sorcier et médium qui savent résister et à qui il faut demander l’autorisation, mais une fois installés les Démons peuvent zapper leur hôte humain sans problème. Je pensais jusque maintenant être un cas unique, et j’ai compris que c’était aussi pour cela qu’elle évitait les autres et veillait jalousement sur moi. Parce qu’elle fonctionne de manière inhabituelle avec moi et qu’au fil des mois, elle a fini par s’attacher à moi, à sa manière bien sure. Je soutiens le regard du jeune homme un long moment, avant de battre des cils et de me décider à répondre. Je commence par une remarque ironique, au vue de la scène mentale que m’a faite Alouqua quelques minutes plus tôt. Apprécier d’être conviée à parler à un Satan ? J’en doute, cependant elle le fera de peur que la colère du Démon me retombe dessus. J’en suis certaine. Cependant, elle ne manifeste aucune fierté ou flatterie à ce qu’un supérieur désire lui causer directement. J’enchaine avec le fait que je vais demander à l’intéressée, précisant qu’elle risque de ne pas me répondre, son opinion sur la question. Je sais qu’elle a aussi bien perçu que moi la proposition, tout comme elle sait ce que je viens de répondre avec tendresse et taquinerie envers elle. Nouveau silence dans l’habitacle. Avec douceur et précaution, je cherche à renouer le contact mental avec Alouqua, en fixant de nouveau mes mains. Je parlemente un peu dans le vide, ne recevant pas forcément de réponse en ce moment. Elle continue à se murer dans un silence total. Peut-être réfléchi-t-elle à la question. En tout cas, elle n’est guère pressée de lui parler, contrairement au Satan de toute évidence. Finalement, au bout de très longues minutes à lui présenter au mieux la situation, un simple mot m’échoie comme réponse. Elle accepte de converser avec son supérieure. Je peux donc avouer à voix haute, faisant légèrement sursauter le chauffeur de taxi, qu’elle accepte et que je peux lui céder ma place.


* C’est bon je te remplace, je doute qu’il patiente vraiment avant de se manifester…. Ils sont rarement patients les Satans*

Après un an de cohabitation, l’échange ne dure jamais plus d’une seconde entre Alouqua et moi. Je baisse la tête et sent le vide se faire ne moi. Mes yeux se ferment alors que le noir apparait totalement et que je suis happée vers l’arrière …. Un instant, je ne suis qu’un corps vide….

Les paroles du jeune homme me parviennent alors que j’ouvre les yeux sur mes mains jointes. Il ne me faut guère longtemps pour avoir une totale maitrise du corps. Oxana s’est retranchée très loin et semble s’être mise en veille, peu encline à savoir ce que me veut le Satan. Elle en profite pour se reposer, bien au chaud et en sécurité. Je papillonne des yeux et me redresse lentement sur le siège, avant de me débarrasser de la veste, qu’elle gardait fermer soigneusement. Ma petite humaine aime ne pas être remarquée, contrairement à moi qui par définition suis une séductrice. Ce n’est pas pour amadouer le Satan que je change de comportement, c’est simplement parce que je suis comme ça même quand je ne cherche pas de proie. Oxana dit que je dois souffrir d’un gros manque affectif pour avoir toujours envie de séduire. Ce qu’elle ne comprend pas la petite mortelle, c’est que j’ai été créée pour cela. Ce n’est pas un désir, c’est ma manière d’agir et d’être. Je croise les jambes délicatement, faisant remonter un peu trop haut ma jupe. Mais qu’importe si on voit mes sous-vêtements légèrement. Je doute que le Satan soit du genre à se rincer l’œil ou à s’affoler de ce genre de détails sensuels. Après avoir repoussé la chevelure en arrière je croise les bras sous ma poitrine. Je dois avouer que la petite robe d’Oxana est assez avantageuse pour une fois. Bon choix. Avec un sourire poli et vaguement aguicheur, je reporte mon regard sur le rétroviseur pour croiser celui de l’autre Démon. À ce simple échange rapide, je sais que l’autre Démon a pris possession de son hôte et que j’ai à faire à un des plus grands et puissants chef des Enfers. La question étant, lequel ? Il n’attend guère pour prendre la parole d’ailleurs. Il semble surexcité à l’idée de me parler en directe, ce qui m’étonne. Je fronce un peu les sourcils et penche la tête comme un chat curieux sur la gauche, avec une moue coquine et amusée. Il n’y connait rien en politesse humaine, mais il faut dire que contrairement aux Succubes, les Satans passent leur vie en Enfer. Je profite d’un léger silence pour intercaler une remarque faite sur une voix câline, que j’utilise toujours quand je ne cherche pas franchement à séduire, pervertir, mais juste me montrer gentille. Oxana pouffe en moi, et sous-entend que je désire surtout l’amadouer. Mais franchement, là, je fais ce que je peux pour être neutre en étant moi-même !


« En général, chez les Humains, on commence par se présenter avant de poser des questions… Donc à quel Satan ai-je l’honneur ? » Je questionne, sans pour autant donner mon nom. Il ne l’aura que s’il le demande, sinon il peut m’appeler Succube. « Pour ma part, je n’ai jamais rencontré de Satan, mais je vous connais tous de réputation… »

Sans m’en rendre vraiment compte, ma langue passe sur mes lèvres charnues, je réfléchis à quoi dire et comment m’en sortir avec un minimum de dégâts. J’ignore ce qu’il me veut, mais s’il espère me forcer à obéir… Là on va avoir un problème. Je ne reconnais et n’obéis qu’à mon créateur, Lucifer. Et je déteste qu’on vienne me perturber avec des indications. J’ai été créée pour pervertir et glaner des âmes par le péché de la chair, c’est ce que je fais depuis des siècles, des millénaires…. Et jusqu’à présent, j’avais toujours su éviter de croiser un supérieur. Il faut dire que je prends beaucoup de précautions et de soins pour être invisible. Mais on dirait que Prague attire tout ce qui est surnaturel. Si mon attitude est habituelle est tentatrice, la peur ne me quitte guère. Il n’aurait qu’un geste à faire pour me tuer. Pourtant, il ne cesse de sourire béatement, comme si on venait de lui offrir quelque chose de merveilleux…. Sa question me fait rire légèrement. Avant de redevenir sérieuse, de peur de le vexer.

« Le mien très bien comme toujours, et le vôtre ? » Je réponds avant d’ajouter poliment, histoire d’être fixée : « Y-a-t-il quelque chose que vous vouliez me demander en particulier ou un ordre à donner ? »




Dernière édition par Oxana A. Tchaikovsky le Lun 2 Avr - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Mar 27 Mar - 18:51

Belzébuth a beau être un Prince en enfer, sur terre c’est un vrai débutant. Et sans la présence continuelle de Michael, même lorsqu’il occupe la place, il se serait fait immédiatement remarqué par quelques chasseurs. C’était en partie pour cela qu’il avait choisit de fusionner avec son hôte plutôt que de l’écraser, mais aussi parce qu’il voulait vivre une vraie expérience humaine, parce qu’il voulait continuer à ressentir par le biais de Michael qui était incroyablement émotif même s’il ne le montrait guère et refoulait le moindre sentiment à peine avait-il commencé à faire battre son cœur. Oui, le choix de cet hôte avait surpris plus d’un démon qui avait croisé sa route. Comment un prince des enfers pouvait-il choisir d’accepter une union avec un mortel aussi minable ? Peut-être parce que justement sa puissance lui permettait d’être humble, il pouvait se permettre ce luxe parce qu’il n’avait plus rien à prouver. S’il demandait à Michael de se montrer aussi discret sur sa nature, ce n’était pas par crainte ou par honte, il était fier d’être avec ce jeune homme intelligent et curieux, patient et calme, mais parce qu’il souhaitait justement profiter de l’ombre que lui apportait son hôte. Il en avait assez de toutes ces parades qu’on faisait autour de lui, marre de tous ces démons venant le flatter uniquement pour goutter un peu au pouvoir, en récolter quelques miettes. Depuis qu’il était sur terre, il gouttait aux plaisirs simples qui lui avait fait envier l’existence des démons. Et il brûlait de curiosité vis à vis de leur mode de vie. Il avait réussit à rencontrer pas mal de démons qui vivaient sur terre depuis longtemps, ils étaient facile à reconnaître pour un satan qui n’avait jamais quitté les enfers depuis de très longs siècles. C’était leur comportement typiquement humain, le fait qu’en dehors de leur parfum et de leur aura, on les aurait prit pour de simples mortels, c’était leur manière de se fondre dans la masse, leur manière de regarder les mortels aussi, il n’y avait pas de prétention dans leur regard, juste l’amour du mal qui résidait en chaque être vivant, cette fascination pour cette petite perle noire dans le cœur de chacun. Il devait avouer qu’en général, ces démons là le fuyait pour je ne sais quelle raison. Peut-être qu’ils avaient vécus si longtemps parmi les humains qu’ils n’avaient plus envie de retourner aux enfers et craignaient que le satan ne les y contraigne ou qu’ils se sentaient fautif de quelque chose. Il n’en savait rien. La seule chose dont il était certain c’est qu’il avait enfin l’occasion de discuter avec un démon. C’était une succube en plus, idéale, la situation était vraiment parfaite parce qu’il n’avait dans sa vie, rencontré qu’une dizaine de succube. De part sa fonction, il n’était guère amené à les cotoyés et ses relations avec Lilith la chef des Succubes et Incubes n’étaient pas pour ainsi dire en meilleur terme, quand à Asmodeus qui les fréquentait tout autant, les deux satans n’avaient que du mépris l’un envers l’autre. Résultat, la dernière fois qu’il en avait croisé une, c’était il y a presque plus de deux milles ans, la dernière fois qu’il était allé à une soirée démonique.

Impatient, presque instable, le satan pressa son hôte de lui laisser la place. Si cela n’avait tenu qu’à lui, Belzébuth se serait aussitôt installé dans le corps bien chaud et se serait directement adressé à la jeune femme. Mais Michael avait insisté pour la prévenir, et le satan s’était rangé à l’opinion de son hôte humain. Belzébuth se connaissait des défauts. En enfer, Belzébuth est d’un calme olympien, c’est quelqu’un qui ne montre jamais la moindre faiblesse mais arrive facilement à déceler celle des autres, quelqu’un de très exigeant, mais aussi d’impartial, qui se passionne pour les bains de sang autant que pour une certaine justice même si au fond, en enfer comme sur terre, la seule chose qui irrite vraiment le satan sont tous ceux qui s’estiment meilleur que les autres. Il adore dévoiler à tous les puissants qu’ils sont finalement aussi faible que les autres. Même si, ses victimes préférées restent celles qui idolâtre un dieu, que ce soit son créateur ou son meilleur ami, c’est l’un de ses vices, une de ses névroses. Mais sur terre, Belzébuth se perd lui-même et se cherche en chaque humain qu’il croise. La route qu’il mène avec Michael le perturbe autant qu’elle le fascine. Chaque regard, chaque mot, et c’est toute sa philosophie de vie qui s’effondre. Comment peut-il, en tant que satan, aimer autant les humains ? Alors pour pardonner ses excès d’humanité, il va se choisir une petite victime bien choisie, parfaite pour être cueillie en enfer, et se fait un malin plaisir à la torturer un peu pour ensuite la briser. Evidemment, Michael n’aime pas ça et à ces moments là, l’hôte humain a complètement disparu. Belzébuth ne lui en veut guère. Il sait que sa nature de satan n’effraie nullement son hôte, l’aspect violent et sanguinaire ne le perturberait pas, Belzébuth sait que Michael a pu l’être à certains moments quand sa vie en dépendait ou celle de quelqu’un à qui il tenait, mais c’est plutôt le côté sadique de la chose qui dérange le chauffeur qui reste alors paisiblement enfermer dans l’esprit. Cette fois-ci, Michael n’est pas complètement endormis. Belzébuth le sent curieux, presque autant que lui. Il connaît bien le satan et devine facilement le comportement limite enfantin que pourrait adopter le satan parce que la curiosité le brûle, mais surtout parce que depuis qu’il est sur terre, on dirait un grand enfant qui s’amuse beaucoup. Evidemment, ici, Belzébuth est comme libéré de ses fonctions, qu’il ne peut occupé véritablement qu’en enfer. Ses pouvoirs sont trop diminués, il ne peut même pas appeler ses légions. Seule sa capacité à ordonner aux mortels comme aux démons demeure vivace, mais c’est bien le seul don qui lui reste sur ses monstrueux pouvoirs en enfer. Il se sent faible, mais cela ne lui déplait pas, au contraire, il sait à quel point la puissance est liée aussi à la responsabilité. Occuper ce corps, ressemble curieusement pour lui, à des vacances. Et cette discussion dans le taxi le démontre bien.

Michael demeure, surtout parce qu’il sent que le satan aussi impatient est-il pourrait commettre quelques bévures, et il sent que pour lui c’est important de discuter tranquillement avec la succube. Et puis, après tout, pourquoi ne se vengerait-il pas un tout petit peu de toutes ces fois où Belzébuth reste présent dans son crâne à commenter le moindre de ses faits et gestes. Le Satan ricanne intérieurement en lui suggérant de se faire une petite sieste mais le médium sourit simplement. Echange silencieux, purement intérieur, que la succube doit connaître aussi puisqu’elle semble elle aussi partager équitablement son corps avec l’humaine. Et cette réflexion de Michael attise immédiatement la curiosité du satan. Il faut toute la force d’esprit du jeune chauffeur pour ramener Belzébuth au calme. Sa curiosité ne pourra pas être satisfaite s’il effraie la succube et qu’elle s’enfuit. Bon, le satan accepte les termes du contrat et ronge son frein. Suivant les conseil de son hôte, il s’excuse pour ses manières. Une grande première pour le satan, n’ayant nul besoin d’ordinaire de s’excuser, seulement parfois auprès de Lucifer lorsqu’il va trop loin. « En général, chez les Humains, on commence par se présenter avant de poser des questions… Donc à quel Satan ai-je l’honneur ? » Rien qu’au regard aguicheur que lui lance la succube, à sa manière de se tenir, il sait que c’est elle qui occupe la place désormais. Il déduit au franc parlé de la démone qu’il a bien fait de s’excuser, elle qui semblait pas décidé à lui parler, se montre étrangement familière, il n’en a pas l’habitude mais cela l’amuse. Un vrai enfant ricanne Michael. « Pour ma part, je n’ai jamais rencontré de Satan, mais je vous connais tous de réputation… » Le satan prend un virage un peu serré et l’esprit de Michael lui hurle des insultes et profère des menaces s’il y a la moindre rayures. Le Satan doit attendre que le médium se calme afin de pouvoir réfléchir. Les petits aléas lorsqu’on partage un seul corps pour deux esprits. Finalement le satan répond : « Belzébuth, chef des 6 666 légions. » répondit-il fièrement comme le ferait tout bon soldat, parce qu’au fond, c’est ce qu’est le satan même si évidemment, il est aussi bien plus que cela. Mais de son statut, il en est fier, parce que l’armée démoniaque est redoutable. « Et quelle est donc ma réputation, ma chère… ? » Deux questions en une seule, il se montre curieux de savoir ce qu’elle sait de lui, ce qu’on dit de lui, naturellement, comme n’importe qui au fond, mais il lui demande aussi son nom, même s’il est certain de ne pas la connaître, l’important n’est pas là, il ne va tout de même pas l’appeler succube ? Michael hurlerait aussitôt. Les bonnes manières c’est pour lui assez important. L’attitude du satan est à la fois amusée, en même temps taquine, et surtout très enfantine. On dirait un gosse devant un sapin de noël. Des centaines de milliards de questions se bousculent dans sa tête, mais il choisit la plus anodine, et celle ressemblance le plus à de la politesse humaine puisqu’elle semble y être aussi attachée que Michael. Il lui demande comment se passe son séjour sur terre. « Le mien très bien comme toujours, et le vôtre ? » Le satan allait répondre lorsqu’elle ajoute sans lui laisser le temps d’en placer une : « Y-a-t-il quelque chose que vous vouliez me demander en particulier ou un ordre à donner ? » Visiblement, elle est inquiète. Comme tous les démons qu’il rencontre, surtout ceux qui ont longtemps séjourné sur terre. Et il se demande bien pourquoi. « Oh non, pas d’ordre ! » fait-il en levant les mains, se détachant du volant quelques secondes, un hurlement résonne dans sa tête, et il remet immédiatement les mains en esquissant un air désolé. Il lance un sourire complice à la jeune femme. « J’étais simplement très curieux. Voyez-vous je ne croise pas souvent de démons de votre type, enfin des succubes. Et comme vous avez l’air de séjourner souvent sur Terre, je me demande bien comment ça se passe… » Il sourit, en guise d’excuse. « Pardonnez ma curiosité, Michael dit souvent que je suis trop abrupte. Mais je n’avais pas été sur terre depuis si longtemps… »



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Mar 3 Avr - 13:17

Je ne suis pas associable, loin de là, sinon j’aurais bien des difficultés à remplir mon rôle de succube séductrice. Néanmoins, je suis frileuse quand il s’agit de rencontrer les miens. Je ne me sens pas proche des autres Démons, hormis de mes sœurs bien sure et notre maitre Lucifer. Pour les autres, j’évite de les croiser et encore plus quand on parle des Satans. Les Anges déchus ayant suivis Lucifer en Enfer, selon les mythes, sont les plus puissants Démons et bien souvent les Maitres des légions. Presque aussi fort que Satan diront certains. Je sais de ce que j’ai entendu que tous n’ont pas la même affinité et lien avec Lucifer. Il y en a un à qui il a donné plus de pouvoir sur son domaine, Belzébuth, en faisant le chef suprême de ses légions. Un des pires Démons existant et celui qui m’effraye le plus, avec Astaroth l’instable, celui qui aime le sang et la violence et tue toutes créature sans exception. Les autres Démons me sont indifférents. Parfois, j’en croise sur Terre, qui y séjournent aussi longtemps que moi, mais je ne vais pas forcément vers eux. Nous n’avons plus cet esprit de race et clan. Nous sommes là pour faire notre job et nous le faisons généralement seuls. En dehors de ceux vivant en Enfer et faisant partie des légions, dans le monde des Humains, il faut faire profil bas pour éviter chasseur et exorcistes. Mais pour ma part, je déteste les ordres et suis un petit électron libre, qui aime faire son travail tranquillement. Loin de courber l’échine hormis face à Lucifer, que je vénère et adore, et parfois devant notre chef Lilith, je préfère bien mieux travailler tranquillement et glaner des âmes, nombreuses, perverties et damnées par le péché de luxure dans mon coin. Et jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de remarque et aussi vieille que je suis, ma route n’avait jamais croisée celle d’un Satan. Mais comme disent les Humains, toute bonne chose a une fin.

Pourtant si j’accepte de parler avec mon supérieure, ce n’est pas par respect ou soumission, mais dans un souci de protéger Oxana. La Médium, que je possède, est certes un atout avantageux dans ma mission : elle a un regard de braise, un corps sublime avec des courbes affolantes et est la discrétion même capable de faire tapisserie avec aisance. Je ne l’ai pas choisie dans le tas d’inconscients ayant invoqué des Démons cette nuit-là par hasard, mais parce que j’ai senti le potentiel qu’elle m’offrait. Évidemment qui dit Médium, dit compromis pour obtenir l’accès au corps, ensuite on peut écraser l’esprit. D’autant plus facilement que ma petite Humaine n’a jamais exploité nid développé ses dons avant que je ne l’y pousse. J’ai donc courtisé la belle enfant avec lenteur, tournant, susurrant, me montrant si amicale et douce…. Jusqu’à ce que de guerre lasse et de toute manière certaine de n’avoir pas d’autre valeur, Oxana cède. Un pacte fut passé : j’ai promis qu’elle garderait sa vie diurne et qu’il ne lui arriverait rien de fâcheux, en échange j’avais la nuit pour moi et son corps pour faire ce que je désirais. Et bien souvent quand je chasse, elle s’endort confortablement pas trop curieuse de savoir comment je perverti mon monde. J’ai respecté ma parole, d’autant plus qu’elle est amie avec un chasseur et qu’elle a toujours su me dissimuler parfaitement. J’étais curieuse de connaitre cette créature magnifique mais effacée. Et au fil des conversations, puisque je ne l’ai jamais épargnée de mes commentaires, jusqu’à ce que causer mentalement à deux soit devenu un petit rituel, je me suis attachée à elle. Oxana est certes une mortelle, mais à mes yeux c’est avant tout mon hôtesse parfaite, ma protégée et comme elle le pense parfois ma sœur jumelle bénéfique, que mon influence pervertit lentement. La demoiselle m’est attachée, et jusqu’à présent j’ai toujours su la préservée. Alors même si elle n’a pas obtempéré quand je lui ai dit de sortir du taxi, je reste sur la défensive. Il est hors de question que le Satan abime ma petite chérie ! Je tiens trop à mon hôtesse. J’en ai conscience. J’aime Oxana comme une sœur, à ma manière perverse et destructrice, possessive comme pas deux et prête à éliminer toute personne qui ne me convient pas ou qui la menace un tant soit peu…. Sauf que face au Satan, j’ai peu de chance de gagner un combat. Alors il me reste à être respectueuse, ça s’est assez facile pour moi face à un supérieur, et a ne pas commettre d’impair. Je ne suis guère à l’aise même si je souris.

Dés que je comprends l’intention du Satan et après avoir un moment écouter Oxana m’exposer le fait, je me décide à accepter la conversation. Je bascule donc en dominante et laisse mon Humaine se réfugier dans un coin bien chaud, en sécurité. Va-t-elle écouter ? Peut-être tant que la conversation restera correcte du moins. Mais elle n’est pas à proprement parler très curieuse. En relevant la tête et m’installant plus confortablement à l’arrière, je lance un regard au jeune homme et devine qu’ils ont échangé eux aussi leur place. Je suis étonnée qu’un Satan prenne soin à ce point de son hôte. J’aurais cru qu’il l’écraserait purement et simplement. Je constate aussi qu’ils débattent un moment à deux et en profite pour essayer de me détendre. J’attends aussi qu’il entame la conversation, silencieuse et respectueuse mais dans une attitude aguicheuse qui démontre que c’est moi qui suit aux commandes et non plus ma chère et douce Oxana. Avec précaution, je fais remarquer que chez les Mortels, on se présente avant de taper la converse à un inconnu. Et accessoirement, je demande le nom du Satan. Il en existe certes peu, mais autant savoir auquel j’ai à faire ce qui m’indiquera la manière de réagir. Cependant, mentalement je barre déjà de la liste Asmodeus, pas assez provocateur et séducteur, et Astaroth simplement par respect pour son hôte et parce que je suis toujours intacte. Mais il en reste 5 … Autrement dit le choix est encore vaste. Je repousse de nouveau la chevelure brune, libre qui revient sur mon épaule. Mon sourire reste séducteur certes, mais surtout respectueux et poli. Je ne peux gommer que je suis une Succube, quand bien même je le voudrais ! J’avoue aussi qu’il est le premier Satan que je rencontre, tout en précisant que je connais très bien leur réputation à tous. Les rumeurs et mythes, fondés ou non, courent très bien sur ces Démons supérieurs qui sont vu comme des exemples et héros, amis aussi fortement craint en Enfer. Je remarque aussi que la conduite n’est pas son fort au virage trop court qu’il prend et qui me fais légèrement grimacer. Faite qu’il n’aille pas nous encastrer dans un mur, j’ai une promesse à tenir moi ! Le silence s’éternise un peu, me faisant faire une moue dubitative avant qu’il ne se présente enfin. Instinctivement, je me redresse et me tends totalement, mes doigts se crispant autour du tissu fin de la robe au point d’avoir les jointures des doigts blanches. J’essaye de rester neutre, cachant au mieux ma peur. Belzébuth n’est pas le plus tendre, mais peut-être pas le pire, mais il reste le plus proche et le préféré de Lucifer et un Roi aux pouvoirs immenses. Je le savais déjà chef des légions, sanguinaire et guerrier, despotique qui n’aime pas l’arrogance ni la fierté chez les autres. Pour le moment, il semble amusé tel un enfant gâté avec qui on joue. Mais il n’en reste pas moins un Satan puissant et effrayant, qui me tuerait après torture si je me montrer trop sure de moi. Il me faut un moment pour remarquer qu’il m’a posé une question, ou plutôt deux vu qu’il ne semble pas vouloir m’appeler Succube. Je lâche le tissu et détend mes doigts, essayant de reprendre une attitude plus neutre et normale, ma langue glisse mutine sur mes lèvres devenues sèches.


«Alouqua, mon Seigneur. » Je finis par murmurer avec déférence en baisant un peu la tête, moins séductrice et aguicheuse que plus tôt même si l’attitude en soi reste. Il ne me connait pas, je n’ai pas de réputation en Enfer, hormis peut-être d’être une bonne Succube et d’avoir été plus d’une fois flattée par Lucifer en récompense de mes services. Après tout le déchu est mon créateur, je suis en quelque sorte sa fille obéissante, comme beaucoup de Démons. Mais je doute qu’en dehors de Lilith et mes sœurs beaucoup le savent. « On dit de vous que vous êtes le préfère de Notre Maitre et Créateur, que vous êtes le chef suprême de légion. Il est aussi connu que vous aimez le sang, peut importe qu’il soit humain ou démoniaque, qu’il vaut mieux ne pas vous énerver…. Vos proies favorites sont les puissants et ceux qui écrasent les autres. Mais vous êtes un très bon guerriers, un grand chef de guerre et souvent victorieux. Voilà en gros ce que j’ai entendu. »

Nouveau silence avant qu’il ne m’interroge sur mon séjour. Question étrange quand on sait que les Succube passent plus de temps sur Terre à pervertir le monde qu’en Enfer. Mais j’y réponds doucement, retournant la question. Je ne pensais pas qu’en dehors des grandes guerres, les Satans quittaient les Enfers. Cependant, mal à l’aise et très tendue, je n’attends pas sa réponse pour lui demander ce qu’il désire de moi : renseignement ou ordre ? Autant être fixée de suite, et même si obéir n’est pas mon fort cette fois-ci je me plierais à l’exercice. Je ne désire pas devenir le jouet et la proie du Satan qui me fait face. Mon inquiétude est palpable. Suffisamment pour qu’il se donne la peine de me rassurer, étrange comportement venant du célèbre Belzébuth. Il lâche le volant avant de les reposer dessus avec un sourire … complice !?!? J’y réponds doucement, moins tendue et plus curieuse.

« Ne le prenez pas comme une offense, mais avez-vous déjà conduit avant ? » Je questionne essayant de ne trop remettre en doute ses capacités de conducteur ni de le vexer. J’ajoute rapidement : « C’est que voyez-vous, j’ai promis à Oxana qu’il ne lui arriverait rien tant que je la posséderait, et je n’aime pas ne pas tenir parole… surtout avec elle. »

Je garde mon sourire et le fixe à travers le rétroviseur intérieure. Je n’ai cure qu’il prenne mal que j’apprécie mon hôtesse. De toute évidence, il fait de même avec le sien, alors il devrait comprendre. Il poursuit avec la raison de notre conversation. J’offre un petit sourire avant de répondre.

« Je vois. Les Succubes ne peuvent remplir leur rôle que sur terre. Je suppose donc que mes sœurs passent autant de temps que moi parmi les Mortels. Et que désirez-vous savoir exactement ? » Je fini par questionner, légèrement amusée par sa curiosité. Mais le sujet peut être vaste, autant être précis d’entrée de jeu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Dim 22 Avr - 10:53

Belzébuth était en enfer un fier guerrier, connu avant tout pour son statut de chef des légions, il en possédait bien plus que tous les autres rois démons, quand aux prince démons, certains le servaient. Il disposait en enfer de tout un tas de démons de rang noble élevé à son service, indentant, régisseur, bras droit, car enfin il lui arrivait aussi de diriger l’enfer pour Lucifer lorsque ce dernier ne pouvait tenir son rôle pour X ou Y raison. Il avait cotoyé de nombreuses fois la guerre contre les anges, à l’aube de l’humanité, il avait combattu sur terre avec férocité, et d’avoir vu les siens tomber, d’avoir dû emprunter des corps humains pour se battre sur la terre, l’avait rendu certes plus dur mais aussi plus détaché de l’humanité. Lorsqu’on ne vit que des combats, lorsqu’on ne discute que stratégie, il est difficile de comprendre les petits problèmes quotidiens, il est difficile d’attacher de l’importance aux différentes races que finalement on protège, les civils ne sont alors à vos yeux qu’une sorte de mannes, un trésor à garder. Longtemps, on le disait dépourvu de tout sentiments n’ayant rien à voir avec la guerre. Pourtant Belzébuth était loin d’être le plus sanguinaire des rois démons et des satans, il faisait la guerre avec intelligence. Bien sûr, il était cruel, bien sûr il était orgueilleux, comme tous les Satans, et les démons, mais il pouvait se montrer intelligent, et presque diplomate. Meilleur ami de Lucifer il occupait une place de choix parmi la hiérarchie pourtant cela ne l’intéressait peu, tant qu’il pouvait réaliser ce qu’il désirait, c’est à dire mettre en déroute les armées des archanges, le reste lui convenait admirablement. Avoir l’amitié de Lucifer était quelque chose qu’il considérait comme sacré. Il ne pensait pas en chutant qu’il trouverait une nouvelle famille, un meilleur ami, des alliés, des proches, et même si parfois il avait aussi des ennemis. Il aimait l’enfer depuis qu’il y séjournait, il l’aimait tant qu’il n’avait retourné sur terre depuis ses dernières batailles. Depuis longtemps, il était assez puissant pour qu’aucune sorcière ne puisse l’appeler par leurs rituels, il était assez fort pour résister à l’attraction de leur magie qu’il ne supportait plus. Aussi étant donné que plus aucune guerre ne s’était déroulé sur terre depuis longtemps, il n’était pas retourné avant que quelqu’un n’ouvre le portail et qu’il se retrouve projeté sur terre contre sa propre volonté. Au début furieux, il découvrit ensuite son hôte, attiré vers lui comme les abeilles vers les fleurs, et toute sa colère et sa fureur d’être séparé de son royaume, de ses terres, de ses soldats, et de ses chères batailles se dénoua alors qu’il apprenait à connaître son hôte, qu’il lui proposait de venir le possédé. Surpris il le fut, car Michael accepta presque immédiatement, et l’osmose se produisit très rapidement. Belzébuth n’avait pas besoin d’écraser l’esprit de ce jeune homme qui d’ailleurs était loin de ressembler à tout le monde. Partagé entre une trop grande sensibilité, une tendance à la dépression et une attitude asociale au possible, un certain détachement, et une froideur toute apparente, il possédait deux facettes qui plurent au Satan. C’était peut-être le grand calme de son hôte qui permettait à Belzébuth de jouer à l’enfant. Il n’était pas ainsi en enfer, il était un chef guerrier et ne pouvait se permettre un tel comportement. Ici, sur terre, il découvrait un nouveau monde, délaissé de ses responsabilités, la seule chose qu’il cherchait au fond, c’était à retourner en enfer, mais tant qu’il n’avait de solution, il continuait à s’amuser.

La démone avec qui il conversait depuis peu, lui apprit non sans un certain sarcasme qu’il était dans les habitudes terrestre de se présenter avant d’entamer une conversation. Le Satan sourit, en enfer aussi on se saluait, et généralement on disait tous les titres à ce moment là, on faisait l’éloge de l’autre, rappelait ses victoires, ce qui durait affreusement. Lucifer n’aimait pas trop cela, lui non plus, mais les princes démons aimaient à ce qu’on les affublent de leur titre, et les rois par conséquent faisait de même. Les Satans généralement s’en moquaient bien que certains soient assez orgueilleux et vaniteux pour aimer cela. Car malgré l’image que les humains en possédait, l’enfer était loin d’être aussi chaotique que l’on pouvait le penser, au contraire, tout était parfaitement organisé. Cela était dû à bien des choses, car les démons avaient il est vrai une tendance au chaos et naturellement n’aimaient les règles, mais les guerres contre les anges les avaient contraint à devoir en créer. Belzébuth reconnaissant son impolitesse donna alors son nom, et demanda celui de la démone en la questionnant aussi sur sa réputation, car enfin, il était curieux à ce sujet. « Alouqua, mon Seigneur. » murmura la démone avec une certaine voix, bien moins provocatrice et tentatrice que l’instant d’auparavant. Ce nom disait quelque chose à Belzébuth, mais il ne se souvenait pas de l’avoir déjà croisé, et il savait une chose avec certitude, elle n’avait jamais été ni à son service ni sous ses ordres. « On dit de vous que vous êtes le préfère de Notre Maitre et Créateur, que vous êtes le chef suprême de légion. Il est aussi connu que vous aimez le sang, peut importe qu’il soit humain ou démoniaque, qu’il vaut mieux ne pas vous énerver…. Vos proies favorites sont les puissants et ceux qui écrasent les autres. Mais vous êtes un très bon guerriers, un grand chef de guerre et souvent victorieux. Voilà en gros ce que j’ai entendu. » Belzébuth secoua la main, d’un air amusé, il trouvait en enfer qu’on le flattait bien trop, et en tant que guerrier n’aimait guère cela. La flatterie n’était qu’une forme de politesse même si parfois c’était aussi une forme d’hypocrisie. En tant que meilleur ami de Lucifer, il partageait le goût de son maître et ami pour la vérité, l’absolue vérité, car si le mensonge était une arme habile, la vérité l’était encore plus. « Vous me flattez ma chère. » déclara-t-il sans ombrage mais au ton de sa voix, il faisait comprendre qu’il n’aimait guère cela. « Pardonnez-moi, mais en revanche, j’ignore quel est votre statut. » ajouta-t-il car elle n’avait dit que son nom, et qu’il n’avait guère de souvenir quand à elle. Sans doute parce qu’elle occupait une place qui n’avait rien à voir avec la guerre. Il sentait la nature de la démone, par son attitude, il était clair que c’était une succube, mais il existait une hiérarchie même parmi eux. Et il préférait savoir avant de commettre un impair. Sa curiosité le dévorait également.

La discution continue, la succube sans doute inquiète de cette rencontre avec quelqu’un d’un rang démoniaque si élevé lui demande ce qu’il désire d’elle, et la tension de la démone est si palpable que le Satan la rassure immédiatement. Il ne souhaite pas l’effrayer, bien au contraire. Et ne veut vraiment pas qu’elle se sente obligée de lui faire plaisir, ce qu’il souhaite d’elle c’est qu’elle satisfasse sa curiosité et pour cela il avait nécessairement besoin qu’elle cesse de se méfier de lui. Car personne ne disait la vérité encore moins s’étalait en détail quand il était nerveux. Le Satan fit quelques manœuvres quelques peu dangereuses, et lâcha même le volant, ce qui bien sûr lui valu de belles remontrances de la part de son hôte furieux qui ne voulait certainement pas une seule rayure sur le véhicule. « Ne le prenez pas comme une offense, mais avez-vous déjà conduit avant ? » Bien sûr il fut étonné d’une telle question, et plus encore que sa conduite intéresse donc une démone. « C’est que voyez-vous, j’ai promis à Oxana qu’il ne lui arriverait rien tant que je la posséderait, et je n’aime pas ne pas tenir parole… surtout avec elle. » Ah, c’était donc cela, elle craignait un accident parce qu’il ne semblait absolument pas concentré sur la route. Il faut dire que possédant un hôte dont la principale capacité était de régénéré ses cellule, et lui étant immortel, il ne se posait pas tant de question, et parfois agissait inconsidérément, mais en l’occurrence, Michael détestait qu’on conduise mal, et plus encore qu’on détruise une voiture, surtout par imprudence. « Moi, non, ou si peu, mais mon hôte veille au grain. Il ne supporte pas voyez-vous la moindre petite rayure. Alors vous n’avez aucun soucis à vous faire. » la rassura-t-il avec un ton léger et un sourire amusé. Même si Michael prenait la chose très au sérieux, même si la démone avait l’air également d’y attacher une certaine importance, Belzébuth avait toujours du mal à comprendre pourquoi les accidents de voiture les préoccupait autant tous les deux. « Je vois. Les Succubes ne peuvent remplir leur rôle que sur terre. Je suppose donc que mes sœurs passent autant de temps que moi parmi les Mortels. Et que désirez-vous savoir exactement ? » Il hocha la tête. C’était la logique même, mais ne s’occupant absolument pas des succubes, et lui ayant sous ses ordres des démons qui n’ont pas l’absolue nécessité de descendre sur terre, la collecte des âmes n’étant pas son domaine, lui est en charge des enfers et de la protection de ce royaume souvent attaqué par les anges. « A vrai dire, je n’ai pas été sur terre depuis près de trois milles ans, aussi je suis curieux, d’à peu près tout ! » répondit-il avec un petit sourire. « Par exemple, est-ce que vous rencontrez souvent d’autres démons parcourant la terre sous une enveloppe charnelle ? »



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Dim 29 Avr - 9:43

Loin de l’Enfer, je ne me sens pas perdue. Ici sur Terre, dans le monde des Humains, je fais mon travail en solitaire sans recevoir d’ordres ni avoir de vrais supérieurs. C’est Lilith, qui gère les Incubes et Succubes en Enfer, mais ses ordres sont très restreints : notre mission est de pervertir les âmes des Mortels en les séduisants et en ayant des rapports charnels avec eux. Pour cela, nous passons plus de temps sur Terre. Et finalement, quand nous nous retrouvons renvoyés en Enfer, nous cherchons souvent à en ressortir vite. Chez les Humains, nous sommes libres et agissons comme bon nous semble, chez nous nous devons courber l’échine et obéir à nos supérieurs. Et ils sont nombreux car nous sommes très bas dans l’échelle hiérarchique. Souvent pour les Satans et Rois, nous ne sommes que des pions sacrifiables ou des jouets avec lesquels ils peuvent s’amuser et torturer sans conséquence. Qui a dit que vivre en Enfer pour un Démon était agréable ? Enfin si vous êtes en haut de l’échelle, bien sur cela a ses avantages. Pour ma part, je suis une Succube spéciale aux yeux de certains, mais en définitif tellement banale. Créée par Lucifer et ayant plus d’une fois été félicitée pour mon travail et dévouement en personne par notre Maitre, Lilith m’a toujours con sidérée comme une des favorites de l’Archange déchu. Peut-être parce qu’il m’a créée de toute pièce et que je suis une des ses plus ancienne filles. Ou alors il admire mon zèle à le servir et le vénérer. Je dois flatter son égo avec mon culte personnel à sa personne. Quoiqu’il en soit être félicitée par lui m’a valu auprès de mes sœurs un petit statut de chouchoute du Maitre peu enviable. Parce que l’envie en Enfer est forcément négative. Aussi mieux valait pour moi de vivre sur Terre loin d’elles, histoire de survivre. Mais comme tous Démons, je suis régulièrement renvoyée chez moi par un exorcisme. Et mon dernier retour m’a placée sur la route de Byleth…. Roi des Enfer, ami des Satans et proches de Lucifer, le Roi de la manipulation et du désir, chef de légions lui aussi. Ce qui me lie à Byleth est un mélange de haine destructrice et d’amour passionné. Le Démon supérieur s’est parait-il amouraché de moi, mais je peine à croire ses dires. Cependant je me sais amoureuse, autant que je puis l’être, de lui et il est le seul Démon avec qui j’ai commis le péché de la chair comme disent pudiquement les Humains. J’ai été sa protégée, son jouet et surtout sa maitresse. Avantage lié à ses faveurs, aucun Démon inférieur n’osait m’approcher avec de mauvaises intentions. Mais supporter Byleth est compliqué. Incapable de croire que le roi de la manipulation et du mensonge m’était vraiment attaché, et lassée des disputes violentes qui nous opposaient, j’ai pris le premier billet pour sortir des Enfer. Je me suis retrouvée sur Terre…. C’était bien avant qu’Oxana ne m’invoque par accident. Depuis j’ai repris mes activités de Succube, pervertissant et collectant les âmes, travaillant seule dans mon coin. Je n’aurais jamais cru me retrouver face à ceux que je fuyais si radicalement depuis ma création….

Le Satans se présente à ma demande, se pliant étrangement au jeu. Le meilleur ami de Lucifer a une solide réputation et je ne fais qu’émettre les on-dit courant que j’entends. J’ai aussi souvent entendu Lucifer en parler en terme élogieux. Notre Maitre a une profonde affection pour Belzébuth, cela se sent dans chaque propos et dans son indulgence face à lui. Et même si j’erre souvent dans le sillage de notre Seigneur, je n’ai jamais eu l’occasion de parler au chef suprême des légions démoniaques. Il faut dire qu’en dehors de Lucifer, je fuis consciencieusement les déchus. Quant à me présenter, je me contente de donner mon nom de Démon. Pas de précision sur ma nature ni mon rang, car de toute manière à mes yeux je n’en ai guère. Je sais ce que l’on dit de moi parmi les Succubes et incubes, ou les Démons de bas rangs, je sais comment je suis vue par mes supérieures directes et la réputation que j’ai… Mais je ne suis jamais qu’une démone simple, créée pour pervertir et récolter des âmes. Cependant, je répète avec fidélité ce qu’on murmure avec dévotion et admiration sur le Satan. Est-ce vrai ou non ? Je n’en ai pas la moindre idée ceci dit. Le Satan secoue la main, et il semble passablement ne pas apprécier que je déballe autant de choses…. D’ailleurs sa réponse est assez catégorique et froide. Moi le flatter ?!? Alors ça c’est bien mal me connaitre… je n’use pas de ce genre de pratique. Sa phrase suivante me fait comprendre que je ne m’en sortirais point sans dire ce que je suis. Je grimace et un feulement m’échappe. Je déteste cela, je n’ai pas de rang bien précis juste de bonne relation et un petit statut de protégée que me vaut mon âge, mon origine et mon travail, ainsi qu’un certain Roi…. Je sais aussi qu’il désire éviter un impair, même s’il n’est pas familier des miens, il doit chercher à savoir jusqu’où il peut aller sans risquer quelque chose. Quoique j’imagine mal Lilith l’affronter ou Lucifer lui en vouloir s’il m’élimine…. Byleth par contre avec son sale caractère… Ma langue glisse sur mes lèvres et finalement je me décide à briser le silence.


« Je ne vous flatte pas, je réponds à votre question. » Je lâche d’une voix un peu moins soumise. Je laisse un léger silence passer et lance un regard par la vitre, sans reporter mes yeux sur mon supérieur je donne mon statut en quelque sorte. «Lucifuge et Succube…. Mais ce que vous voulez savoir serait plutôt qu’en Enfer, pour le peu que j’y séjourne parmi les miens, j’ai la réputation d’être la première Succube créée de la main même de Lucifer, sa fille préférée diront certains. L’amie de Lilith et parfois son bras droit, encore faut-il que je séjourne avec elle…. Et la maitresse en titre du Roi Bytleth. Personnellement, je ne me considère que comme un Démon basique, au même titre que n’importe quelles autres de mes sœurs…. Satisfait ? »

Je suis un peu plus relaxée quand il avoue ne pas vouloir m’ordonner quelque chose. Je peux me montrer humble et soumise, mais sur un laps temps très court. Je remarque aussi qu’il n’est pas trop concentré sur la route et à des mouvements secs. Soit un accident de voiture ne me tuera pas, mas Oxana n’y survivra pas… Du moins plus une fois que je ne serais plus là. Hors dans notre pacte, j’ai accepté de veiller sur elle et d’éviter qu’elle se fasse tuer ou amocher trop gravement. Et j’ai assez d’affection pour mon hôtesse pour désirer ne pas trahir ma parole. Et puisqu’il semble disposé à être aimable et à juste converser, je me permets de lui faire poliment et doucement la remarque sur sa conduite trop brusque et dangereuse, sous forme de question. Sachant que ce genre de préoccupation peut être étrange venant d’une Démone, j’ajoute que j’ai une promesse à tenir quand à l’intégrité du corps que j’habite. Je sais qu’il est en harmonie avec son hôte, alors il devrait pouvoir comprendre sans juger négativement. Il m’offre un sourire amusé et emploie un ton léger pour me répondre. On dirait vraiment qu’il s’amuse ne ce moment. Je reporte mon regard sur lui et offre un sourire séducteur mais néanmoins poli. Je ne cherche pas à le tenter ou l’aguicher, je doute de toute manière qu’un Satan céderait à une Succube… Mais je suis comme cela, ma nature me rends séductrice et me pousse à me faire aimer de tous. C’est naturel et incontrôlable, hormis quand la colère prend le dessus comme avec cette sale garce de vampiresse.

« Je vois…. » Je me contente de lâcher avec un battement de cils. Et j’espère que l’hôte veille vraiment, parce qu’il ne regarde pas où il nous emmène. « Néanmoins, si vous désirez vous pouvez vous garer et on discutera plus calmement… »

Je pense effectivement que cette solution serait la plus simple. Néanmoins, je ne peux imposer ma volonté à un Satan, juste suggérer. Dire que d’habitude sur terre mes désirs sont des ordres qu’on s’empresse de combler… Ici, je dois me montrer diplomate et mettre des gants pour la moindre des choses. Il est rare que je doive d’ailleurs me montrer aussi complaisante et soumise, même si face à Lilith et Lucifer je le fais spontanément et avec adoration, j’ai ce lien particulier qui m’autorise de lâcher un mot plus haut que l’autre par accident. Et avec Byleth, tout roi et puissant qu’ile st, je me montre parfois réellement garce et je me permets de lui crier dessus voire de le gifler… Mais étrangement, il n’a jamais réagi de manière violente ou frustrée par mon comportement…. Sauf que face au Satan, je ne peux pas me permettre un mot plus haut que l’autre, sous peine de représailles. Aussi je me surveille au mieux. Ne pas être séductrice ni hautaine, me montrer neutre et soumise…. L’exercice est quelques peu ennuyant et périlleux pour l’être passionné et directe que je suis. Et puisqu’il s’intéresse aux Démons vivant et œuvrant sur terre, je lui demande précisément ce qu’il veut savoir. Le sujet peut être vaste et long, autant cibler l’essentiel. Sa réponse me fait sourire, au moins c’est simple et facile à remplir pour moi.

« Posez vos questions et j’y répondrais au mieux. » Je rétorque avec un petit rire. Un vrai enfant en ce moment, c’est l’image qu’il me donne. Et sa curiosité enfantine m’attendrie et me rend plus chaleureuse et ouverte. « À vrai dire, j’évite souvent les autres Démons, et quand nous sommes sur Terre nous aimons notre solitude. Disons que l’on fait notre travail dans notre coin en évitant de nous croiser… Ce serait problématique 2 Démons se disputant une âme alors qu’il y en a tant… Parfois oui j’en croise, mais on s’arrange pour s’éviter au plus vite… Pourquoi ? Vous désirez retrouver un Démon en particulier ? »

[HS: si tu trouves le statut d'Alouqua trop imposante, j'éditerais... J'ignore comment tu vois les autres Démons inférieurs aux Satans ni comment tu les classes donc j'ai mis comme j'ai imaginé la Succube en créant le personnage]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Mer 2 Mai - 16:11

Belzébuth a un comportement de sale gosse. Ce n’est pas la première fois qu’il agit ainsi, comme un enfant curieux et pressé qui perd tout sens de l’à propos et de la politesse, simplement parce que l’objet de ses désirs est à portée de main. Non seulement il omet de se présenter, chose que la démone semble se faire un plaisir de lui rappeler, bien qu’il la sente trop nerveuse et intimidé pour véritablement oser faire preuve d’arrogance. Mais en plus il la questionne comme le ferait un enfant, avec une certaine innocence, ne comprenant pas que le simple fait qu’un Satan aussi puissant et haut dans la hiérarchie s’intéressant à une simple succube pouvait effrayé cette dernière, sans doute plus habitué aux démons retors qu’à un Satan étrangement curieux et n’ayant même pas la moindre idée derrière la tête. Belzébuth se sait redouté en enfer. Pas seulement parce qu’il est le meilleur ami de Lucifer, ce qui suffit la plupart du temps à pousser tout démon, roi ou prince, à le couvrir de flatterie et surtout à tout faire pour ne pas attirer sa colère, mais aussi parce qu’il est un puissant guerrier, et tout le monde sait que les soldats peuvent s’avérer brutaux et ont peu de considération pour ceux qu’ils appellent les civils. Il est vrai que longtemps Belzébuth s’est conduit ainsi. Et cependant, depuis qu’il s’est retrouvé dans l’enveloppe charnelle de Michael, un jeune homme très sensible, trop sensible, dépressif qui s’enfermait et fuyait tout contact un tant soit peu intime avec tout autre être humain, il avait changé. La guerre était loin, et ses champs de bataille n’étaient plus sous ses yeux. Si l’enfer et la guerre lui manquait terriblement et que parfois il s’inquiétait de ce que cela pouvait advenir sans lui pour guider les soldats, en revanche sur Terre il s’était découvert un caractère curieux envers l’humanité qu’il ne se connaissait pas. Sans doute était-il plus proche de Lucifer qu’il ne le pensait. Longtemps il s’était vu comme un guerrier et seulement un guerrier, parfois lorsqu’il était sur terre, pour X ou Y raison, il lui arrivait de s’amuser avec des humains ayant fautés, il adorait en effet les puissants écrasant les autres, mais son domaine de prédilection était les petits soldats de dieu, prêtres et consor, qui en réalité sous couvert de la religion, faisait de bien mauvaises choses. C’était de là que provenait son goût pour les puissants car il y a longtemps, les seuls personnes véritables puissantes étaient les rois et pharaon, nommé sensément par les dieux et les prêtres. A présent, la religion n’avait plus autant de prise, et c’était désormais l’argent qui contrôlait le monde, l’argent qui révélait tout les points noirs des humains, qui les poussait à la faute, les corrompait, mieux encore que ne l’aurait fait aucun démon. Il n’était pas un pervertisseur, il ne s’en préoccupait pas, il était plutôt une sorte de justice démoniaque, et tel un touriste, il aimait ramener quelques souvenirs, les plus juteux si possible.

La démone ne semble guère heureuse de devoir donner son nom, et il se demande si elle est véritablement contente de cette rencontre, à vrai dire, ça semble être l’exact contraire. Il lui demanda quelle était sa réputation, et elle le couvrit de ce qui semblait aux yeux du satan être des éloges. Habitué aux flatteries et détestant cela, après tout il n’était pas un noble en enfer, mais un guerrier, il lui demanda de ne pas le flatter. Même s’il ne voulait pas se montrer froid ou sec, la colère que lui inspirait la flatterie s’en ressentait malgré tout dans sa voix. Evidemment, la démone ne prit pas bien sa réaction. « Je ne vous flatte pas, je réponds à votre question. » fit-elle d’un ton qui laissait bien plus entrevoir ses pensées et son mécontentement. Le Satan haussa un sourcil. Il s’étonnait qu’il puisse avoir une aussi bonne réputation, pourtant nombre de prince démons aimaient cracher sur les Satans dont ils enviaient le statut et n’aimait guère le fait qu’ils leur soient supérieur en une quelconque manière. « Excusez-moi alors, je pensais pas, enfin, généralement il est rare d’avoir aussi bonne réputation, surtout lorsqu’on est d’avantage un guerrier qu’autre chose. » Il baissa les yeux, et mit son clignotant pour tourner ce qui lui valut des applaudissement de Michael. Puis il releva les yeux, et à travers le rétroviseur intérieur constata qu’elle contemplait le paysage. « Je ne voulais pas paraître aussi revêche, c’est juste que lorsqu’on est un Satan, tout le monde vous flatte pour d’obscure raison, et je déteste ça. » continua-t-il pour formuler des excuses complète. Il ne voulait pas qu’elle pense un seul instant qu’il lui en voulait personnellement, ou qu’il allait la punir d’une quelconque manière. S’il est vrai que certains Satan aimaient s’en prendre aux démons de rang peu élevé, ce n’était pas le cas de Belzébuth qui chérissait toutes les créatures de son meilleur ami. Et à présent… Il lui revenait en mémoire où il avait entendu ce nom, c’était dans la bouche de Lucifer. Ce dernier évoquait l’une de ses filles. « Lucifuge et Succube…. Mais ce que vous voulez savoir serait plutôt qu’en Enfer, pour le peu que j’y séjourne parmi les miens, j’ai la réputation d’être la première Succube créée de la main même de Lucifer, sa fille préférée diront certains. L’amie de Lilith et parfois son bras droit, encore faut-il que je séjourne avec elle…. Et la maitresse en titre du Roi Bytleth. Personnellement, je ne me considère que comme un Démon basique, au même titre que n’importe quelles autres de mes sœurs…. Satisfait ? » Au ton qu’elle employait, le Satan aurait dû sentir une certaine colère, et deviner qu’elle n’aimait guère en dire autant sur elle, cependant il était perdu dans ses pensées, essayant de se remémorer ce que disait exactement Lucifer. « Ah, oui, bien sûr ! Il parlait de vous l’autre fois, mais je suis incapable de me rappeler quel était le sujet de conversation. » fit-il en souriant et se tapotant le crâne pour signifier à quel point sa mémoire était défectueuse. Il faut dire que pour tout ce qui ne concernait pas la guerre, et les anges, son attention se dissipait assez vite. « Je crois qu’il vous aime bien. Il parle rarement de ses enfants avec autant de ferveur. » conclue-t-il en baissant les yeux sur elle. D’un certain sens, il se sentait plus proche d’elle, et évoquer Lucifer avec elle c’était un peu comme contempler une photo d’un chez soi qui nous manque.

La question sur sa conduite l’étonne, et cependant la manière dont elle ajoute qu’elle a effectué une promesse à son hôte, il se reconnaît un peu là-dedans, lui a promit de laisser à Michael sa voiture entière et de ne pas lui gâcher la vie. D’une certaine manière, ils ont tous les deux accepter de respecter certaines promesses, qu’il serait difficile pour pas mal de démon d’imaginer cela possible, et qu’il est très rare qu’un démon et son hôte puisse s’accorder. S’il est vrai que tous les démons n’écrasent pas forcément leur hôte, en revanche ils se tapent rarement la discute avec eux, ne les laissent jamais reprendre le contrôle, et ne vont surtout pas leur faire des promesses du type ‘oui tu conservera ta petite vie tranquille, non je ne tuerais pas ton enveloppe charnelle’. Oui, bien des démons se moqueraient d’eux. « Je vois…. » répond-t-elle lorsqu’il lui répond gentiment qu’il a promit à son hôte de ne faire aucune rayure sur la voiture. Visiblement, ça ne la convainc pas. « Néanmoins, si vous désirez vous pouvez vous garer et on discutera plus calmement… » Le satan pousse un soupire. « Vous avez passé un accord avec mon hôte ou bien ? » demanda-t-il amusé de voir à quel point Michael était d’accord avec la succube. Il céda aux deux sachant que Michael n’allait plus lâcher l’affaire à présent, et se gara assez proprement pour quelqu’un si peu habitué à la conduite. Une fois le véhicule à l’arrêt, elle lui demande ce qu’il veut, et il répond tranquillement qu’il veut simplement lui poser des questions, assouvir sa curiosité, amusée, elle l’invite à poser ses questions promettant d’y répondre au mieux. Le Satan a le regard illuminé d’une petite étincelle brillante de malice et d’une joie somme toute enfantine. Il lui demanda la première chose qui lui passait par la tête, à savoir elle rencontrait d’autres démons sous enveloppe charnelle. « À vrai dire, j’évite souvent les autres Démons, et quand nous sommes sur Terre nous aimons notre solitude. Disons que l’on fait notre travail dans notre coin en évitant de nous croiser… Ce serait problématique 2 Démons se disputant une âme alors qu’il y en a tant… Parfois oui j’en croise, mais on s’arrange pour s’éviter au plus vite… Pourquoi ? Vous désirez retrouver un Démon en particulier ? » répondit-elle. Le Satan prit un air pensif, avant de réaliser qu’elle lui avait posé une question à son tour. Il secoua la tête de gauche à droite, surtout pas, pensait-il avec ferveur, à vrai dire, il fuyait plutôt les autres satans, mais certainement pas pour sa petite solitude, plutôt parce qu’il craignait leur réaction face à son changement de personnalité. Rien que Belial, elle semblait presque furieuse, prête à arracher le cœur à son hôte. « Non, non, j’étais simplement curieux. J’imagine que le nombre de démon à Prague doit avoir doublé depuis que les portes sont ouvertes ? » C’était plus une question rhétorique, bien qu’en réalité, il souhaitait avec l’avis d’une succube qui à moins qu’il ne se trompe dans ses spéculations, devait être sur terre avant que les portes ne s’ouvrent. « D’ailleurs à ce propos, vous étiez à Prague avant que cela ne se produise ? » Il était curieux oui, sur un tas de chose, mais à présent, il ne pouvait s’empêcher d’espérer qu’elle lui permettrait peut-être d’en savoir plus sur ce qu’il s’était passé. Car certes, il aimait beaucoup son hôte et s’amusait beaucoup sur terre, mais il était persuadé que les armées angéliques allaient profité de la soudaine disparition d’enfer de la moitié de la population démoniaque. Et oui, il était inquiet d’avoir laissé Lucifer tout seul.

[HJ : bah écoute ça semble logique qu’elle puisse se montrer un peu « osée » avec lui si elle est une des préférés de Lucifer, et puis ça reste assez poli, on sent seulement sa colère, non ça colle, de toute façon les démons même respectant scrupuleusement les règles et la hiérarchie restent des créatures du chaos.]



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Ven 18 Mai - 8:54

Je ne côtoie pas les Satans et rarement les grands et puissants Démons. J’ai beau avoir un statut privilégié, je n’en abuse point. En réalité, pouvoir parler à Lilith comme à une sœur, à mon égal et savoir que je peux voir Lucifer quand je le désire me suffit amplement. Parce que après Lilith je suis la Succube la plus vieille, mais je n’ai jamais eu ses appétits de puissance ni son désir de dominer mes sœurs. Pour moi, pervertir des âmes et les envoyer en Enfer me suffit. Étant une des premières créées, et donc des plu vieille, je suis aussi plus experte et je connais plus de monde. Pour autant, je n’abuse pas de l’amour de Lilith et de son attachement à ma personne plus que cela. Je l’aide quand elle le demande et donne mon avis. Mais pour le reste, je ne suis qu’une Démone mineure parmi tant d’autres pour beaucoup. Même Byleth n’a jamais réellement su à quel point j’étais proche de Lucifer. Sa fille chérie, sa Succube préférée qu’il aime flattée et gâtée. Bien que je me passerais des marques d’affection de mon Créateur, dire non à Lucifer est relativement dangereux. Je n’ai jamais ébruité que la petite Démone insignifiante que j’étais pouvait parler au Maitre, car peu de Démons en dehors des Satans ont ce privilège…. Alors j’imagine vu les traits de caractères retors de ma race qu’ils ne peuvent le concevoir. Grand bien me fasse, j’ai moins d’ennemis. Ce qui n’empêche pas que je reste pour Lilith et d’autres, la préférée de Lucifer dans les Succubes, la seule qui peut lui parler directement. Et étrangement, le Maitre semble m’aimer plus que nécessaire et apprécier ma compagnie. Je n’ai jamais cherché plus loin. Je sais juste que quand je passe en Enfer, je suis systématiquement appelée pour le rencontrer comme s’il aimait me voir et m’entendre blablater. Et la faveur, qu’il m’offre, me met en quelque sorte à l’abri. Ceux qui sont ses préférés ne peuvent être éliminés par les autres Démons sans risquer sa colère. Possessif et capricieux, tel est l’Archange déchu. Et même si je sais avoir sa protection, je ne me sens pas à l’aise avec le Satan. Nous ne sommes pas en Enfer, nous sommes sur terre. Les choses sont paradoxalement différente et les rangs guère plus respecté. Et que dirait Lucifer si son meilleur ami et Satan préféré tuait sa succube chérie ? Je doute qu’il puisse se mettre en colère sur Belzébuth. Mais pour le moment, mon supérieur ressemble plus à un enfant intrigué et curieux, qui veut obtenir ses réponses et avoir ce qu’il désire. En l’occurrence, je suis l’objet de son désir. Ce qui me rend légèrement nerveuse, je dois l’avouer. L’intérêt d’un Satan est toujours étrange et rarement purement gratuit. Mais ici, j’ai vraiment l’impression qu’il ne veut que parler. Il se montre mielleux, gentil, rassurant et doux. Ce qui me détend mais je reste légèrement méfiante, même si le s minutes s’égrenant je suis plus ouvert et plus moi-même.

Devoir donner mon nom n’est pas quelque chose que j’apprécie, surtout pour un proche de Lucifer. Néanmoins je lui livre et constate qu’il ignore qui je suis. Sa question sur sa réputation est plus ardue. Il est difficile de répondre à un Satan sur ce qu’on dit de lui en enfer, surtout quand on passe 80 pour 100 de son temps sur Terre. Ma principale source d’informations sur Belzébuth est notre Maitre en réalité. Et comme souvent quand Lucifer aime, c’est avec ferveur et passion et une indulgence énorme. Mais j’ai aussi eu vent de sa réputation de guerrier par Lilith, qui semble le convoiter comme amant et par d’autres Démons étant sous ses ordres. Je fais donc un résumé un peu trop flatteur peut-être de ce que je sais. Ce n’est pas que je désire lui plaire, c’est juste ce que je sais de lui. Tout comme je sais qu’il n’est pas le pire Satans à rencontrer. Sa réplique transpire la colère que lui inspirent les flatteries. Et comme je ne suis pas du genre à faire des éloges, ni à avoir ma langue dans ma poche, ma réplique polie est assez cinglante. Je remarque après coup que j’ai été colérique et trop … trop moi-même dans ma réponse, ce qui pourrait me valoir ses foudres. Mais si j’ai beaucoup de défauts, je ne suis ni menteuse, enfin pas avec mes semblables, ni du genre dominée à s’abaisser à tout pour être bien vue. Et étrangement, au lieu de me recadrer et de me rappeler que je ne suis rien comparée à lui, Belzébuth s’excuse. Je fronce un instant les sourcils et l’écoute surprise. J’admire un moment le paysage sans répondre réellement à ses excuses. Il est assez rare qu’on m’en formule, enfin quand j’ai à faire à un démon, même Byleth soit disant épris de moi ne s’est jamais excusé des souffrances qu’il m’a infligées. En réalité, les Roi, Prince et Satan se montrent généralement hautain et s’autorisent tout sur les simples Démons. Il affut croire que lui est différent, c’est peut-être pour cela qu’il est le préféré du maitre, car il est assez semblables à lui. Je ramène le regard sur lui, à travers le rétroviseur intérieur.


« Lilith n’est surement pas la source la plus fiable puisqu’elle vous convoite… Mais j’ai confiance en la parole de Lucifer, il flatte rarement les autres. Il est du genre à aimer même les défauts de ses préférés et à les exposer naturellement…. Quant à vos soldats, ils vous estiment beaucoup, je suppose. » Je réplique avant de devoir expliciter qui je suis.

Je n’aime pas devoir dire qui je suis en Enfer, même s’il doit en savoir un peu sur moi. J’aime dire que je ne suis qu’une démone de base, une Lucifuge comme tant d’autre, une Succube comme les autres. Mais je sais que ce n’est pas totalement vrai. Je suis vieille, très vieille, moins que les Satans et Lilith mais je reste une des première créée, datant de l’époque où Lucifer faisait lui-même. Est-ce pour cela que notre Maitre m’a toujours aimée ? Ou alors mon culte et mon dévouement à la cause ? Peut-être mon désintérêt pour les honneurs…. Difficile est de savoir avec lui, mais ce qui est certain c’est qu’il a toujours apprécié ma compagnie. Néanmoins, je ne m’ne vante pas, même pas auprès de Byleth avec qui j’ai commis une infraction en ayant des rapports sexuels en Enfer. Les Démons n’ont pas ce genre de pratique, ne se lie pas vraiment comme cela, sauf quand ils possèdent des Mortels. Dire que le Roi pensait m’offrir un statut supérieur, si seulement il avait su …. J’ai confessé moi-même ma faute à Lucifer, qui en a ri et m’a absoute de tout mal, me rappelant que l’Enfer était un lieu de perversion pas de Sainteté. Cependant, il s’est informé de savoir si l’autre Démon n’abusait pas de son rang et de ses pouvoirs sur moi…. Car avant tout, nous lui appartenons, surtout ceux qu’il chérit plus que les autres. La réponse enthousiaste de Belzébuth me sort de mes pensées profondes. Quel sujet de conversation le Maitre peut-il aborder en parlant de moi ? À mon avis, il y en a un paquet : mon culte à sa personne, mon travail qu’il juge si bien fait, son affection pour moi, mon absence…. Lilith m’a assez souvent rapporté ce genre de choses quand je rentrais chez moi pour me pousser à demander audience ….


« Je vois…. »Seule et unique réponse que je donne. Inutile de faire un discours, je sais ce que je représente pour Lucifer.

Finalement, je lui demande s’il a déjà conduit. Je sais qu’on est immortel, voire éternelle, mais j’aimerais protéger ma chère Oxana d’une mort certaine une fois que je l’aurais quittée. Je suis en harmonie avec la Médium à laquelle le temps passant je me suis fortement attachée. Je la considère comme mienne certes, veille sur elle et l’aime avec toutes les déviances que peut avoir un amour démoniaque. Mais j’ai décidé de tenir parole par rapport à sa personne et notre pacte. Ce n’est pas compliqué en soit pour moi. Avec mon âge et mon habitude à posséder des Mortels, je suis assez douée. Mais je sais que c’est un comportement peu enviable et rare parmi les miens. Aussi n’ai-je avoué cela que parce que j’ai constaté qu’il en faisait autant. Aussi je lui suggère de se garer. Ce sera plus simple pour converser et comme cela s’il est distrait nous en risquerons pas grand chose…. Je souris, amusée, par sa question. [/i]

« Je n’ai pas l’honneur de le connaitre, donc non je ne me suis point mise d’accord avec lui. » Je réplique d’une voix plus suave.

Finalement, il se gare avec une aisance presque humaine. Je me débarrasse de ma veste tout en répondant à sa question sur les Démons errant sur terre. Rare sont les occasions où l’on se croise et s’aborde. Généralement, c’est du chacun pour soi et chacun fait son travail, sauf lien pré existant. Mais pour cela, il faut déjà être haut dans la hiérarchie. Je croise presqu’uniquement des Démons que je ne connais pas, sauf quand ma route croise celle d’une sœur. Mais là, le rapport est différent. Étant plus à l’aise, je reprends mes habitudes séductrices faisant partie de moi. C’est involontaire, j’ai juste l’habitude d’agir ainsi. Je ne réfléchis pas pour cela. Je plie correctement la veste et défait deux boutons à la robe de mon hôtesse. Quelle manie de toujours caché son décolleté quand même ! Il se plonge dans ses réflexions et j’en profite pour ouvrir la portière et sortir de la voiture. Je la contourne et viens ouvrir celle à l’avant pour m’installer sur le siège passager. Je dépose ma veste près de moi et croise les jambes, faisant remonter trop haut ma jupe. Là par contre, même en tirant dessus, je n’arriverais guère à la rallonger. De toute manière, un Satan ne lorgne pas sur les courbes d’une femme… Enfin je crois. Il me regarde surpris de me voir près de lui.


« C’est moins suspect si je suis à l’avant pour parler…. Oui, le nombre de Démons a augmenté dans la ville depuis quelque mois. Ce qui est étrange c’est le nombre de puissants qui ont quitté les Enfers. En soit des Démons, qui errent en grand nombre ici, c’est logique, il y a une porte entre les Enfers et le monde humain, mais des Rois, Princes et Satans c’est rare de les voir hors de chez nous. » Je réponds m’étant plus d’une fois fait la réflexion. Sa question me fait sourire. « Effectivement j’étais là avant…. Depuis plus d’un an en fait, je la possède, ce qui n’a pas été forcément facile de la convaincre la petite. Disons juste qu’Oxana et ses amis ont joué la nuit d’Halloween à un jeu dangereux…. Et qu’invoquer un Démon quand une Médium est au centre du groupe est assez stupide…. Bref, j’étais là avant que les portes ne s’ouvrent et que les Démons soient chassés hors des Enfers. Pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Mer 23 Mai - 16:55

Belzébuth avait d’emblée parlé avec la ferveur et l’impatience d’un enfant, il ne s’était nullement préoccupé des formules de politesse qu’elle lui rappela, ni même de l’effet qu’il pouvait faire à une succube, lui le satan impatient et curieux qui l’accablait de question. Michael ne pouvait lui être d’aucune aide, son jeune hôte se concentrait sur la route et parasitait déjà son esprit avec tout un tas de précisions sur la manière de tenir son volant, l’absence de clignotant, la raideur de ses bras, le manque de rapidité dans les réflexes… De toute façon, son hôte n’y connaissait rien en démon. Il était habitué à se conduire d’une certaine manière, à la fois inflexible et autoritaire avec ses soldats sur les champs de bataille car il n’y avait jamais le droit à l’erreur, et en même temps, une fois les combats terminés, c’était quelqu’un qui plaisantait facilement, un brin farceur, quelqu’un qui était familier avec tous les démons sous ses ordres, car décompresser était obligatoire. Il était avant tout un guerrier et se conduisait comme tel. A la cour infernale, il faisait tâche et le savait, sans l’amitié de Lucifer, nombre de Princes et Rois démons auraient sans doute fait leur possible pour l’évincer, mais il était un ancien archange, un enfant de Dieu, et le meilleur ami de Lucifer, autant dire intouchable. Ce qui expliquait sans doute aussi une grande partie de son comportement, car après tout, il pouvait presque tout s’autoriser. Heureusement, il n’était pas de nature sadique contrairement aux autres Satans. Aussi, lorsqu’il s’emporta quelque peu, et que le ton monta dans l’habitacle, il compris qu’il allait non seulement effrayé la succube mais en plus la mettre en colère ce qui n’était absolument pas sa volonté. Il voulait simplement discuter avec elle, dévoré par la curiosité comme il l’était, il était rare qu’il puisse questionner ainsi les humains, et s’il l’avait fait avec un autre démon cela aurait pu très mal se passer. Mais cette succube, par certains aspects, lui plaisait. Elle au moins semblait franche, elle n’avait pas peur d’hausser le ton en sa présence. Ce qui sans doute, le remis à sa place. Il s’excusa de ses propos un peu trop véhéments. C’était seulement la flatterie qui lui déplaisait. « Lilith n’est surement pas la source la plus fiable puisqu’elle vous convoite… Mais j’ai confiance en la parole de Lucifer, il flatte rarement les autres. Il est du genre à aimer même les défauts de ses préférés et à les exposer naturellement…. Quant à vos soldats, ils vous estiment beaucoup, je suppose. » Il est vrai que Lucifer était tout à fait du genre à couvrir l’éloge les personnes qu’il aimait, tout comme il pouvait détruire la réputation d’un démon qui avait eut le malheur de lui déplaire. C’était quelqu’un d’assez entier, il n’avait pas été l’ange de la vérité pour rien. Quand à ses soldats, oui, la plupart l’estimaient beaucoup, mais surtout ils lui faisaient confiances. Mais il ne se faisait pas d’illusion, certains devaient aussi lui en vouloir. On ne peut pas aimer intégralement son chef, parfois on a besoin aussi de le critiquer. Et les démons sont particulièrement retors, pas vraiment des êtres vertueux par nature. Et pour ce qui était de Lilith, à vrai dire, il avait toujours senti que celle-ci était bien plus douce avec lui qu’avec les autres mais n’avait jamais songé qu’elle aurait pu le convoité. « Excusez-moi, mais vous avez dit que Lilith me convoite ? » demanda-t-il assez surpris.

Par la suite, il lui demande de décliner son identité, non parce qu’il veut jouer au petit chef, mais simplement parce qu’il aime bien savoir à qui il a affaire lorsqu’il entame une discution qui peut devenir sérieuse. Et puis, le nom de la succube lui dit quelque chose. Ses paroles confirment ses soupçons, c’est bien Lucifer qui avait prononcé son nom devant lui, mais évidemment, comme cela ne concernait pas la guerre, il n’en conserve pas de souvenirs précis, après tout Lucifer est assez bavard et Belzébuth n’est pas réputé pour avoir une mémoire absolue. Apprendre que c’est une fille de son meilleur ami le met dans de meilleures dispositions encore envers la succube, aussi lorsqu’elle lui fait une remarque sur sa conduite, il ne relève pas, se contentant de lui demander si elle a passé un accord avec son hôte car Michael n’arrête pas lui demander de stopper le véhicule depuis au moins vingt bonnes minutes. « Je n’ai pas l’honneur de le connaitre, donc non je ne me suis point mise d’accord avec lui. » Il sourit à sa remarque en se garant avec une certaine fluidité qui lui vaut les félicitations de son hôte atténuées par une remarque sarcastique sur le fait qu’au moins il sait faire ça. Une fois arrêté, il peut se tourner pour au moins échanger quelques regards avec la succube dont il n’avait pu voir qu’une partie de son visage, ses yeux principalement dans le rétroviseur intérieur. Il lui pose quelques questions sur les autres démons, curieux de savoir si elle en croise souvent, et comment cela peut se passer. Elle lui répond qu’elle n’en croise pas souvent, préférant les éviter. Effectivement ça semble logique, mais il la soupçonne d’être quelqu’un de méfiant et d’assez prudent de manière générale vis à vis de ses semblables. La manière dont elle s’est comporté avec lui conjointement à ce qu’elle venait de dire en révélait assez sur son caractère. Pendant qu’ils discutaient, elle s’est mise plus à l’aise, défaisant sa veste, déboutonnant quelques boutons de sa robe bien que le Satan n’est pas remarqué pour l’instant son manège, tout occupé à ses pensées. Il relève la tête en entendant la porte de la voiture claquer. Inquiet, il regarde dehors et est rassuré de la voir s’installer à côté de lui. Durant quelques secondes, il a vraiment cru qu’elle était tout simplement partie. Elle a un comportement de femme fatale, sûre de ses charmes et habituée à séduire toute créature de sexe masculin, cependant le Satan n’y est pas vraiment sensible à cet instant. Il n’est pas quelqu’un qui ne ressent jamais de désir, mais disons que le plaisir sexuel n’est pas ce qu’il recherche en premier, arracher une âme d’un humain est bien plus satisfaisant, tuer un ange encore plus, mais il peut s’amuser parfois. Surtout lorsque Lucifer lui met entre les pattes des succubes juste pour voir sa réaction. Mais ce sont surtout des démones plus élevées dans la hiérarchie qui lui tourne autour, il répond souvent à leur avance de manière positive, s’amuse avec elles, mais ne s’accroche jamais vraiment.

Néanmoins, il ne pourrait nié que la succube l’a surpris en s’approchant ainsi de lui. Il la regarde en ne cherchant même pas à masquer son étonnement. « C’est moins suspect si je suis à l’avant pour parler…. Oui, le nombre de Démons a augmenté dans la ville depuis quelque mois. Ce qui est étrange c’est le nombre de puissants qui ont quitté les Enfers. En soit des Démons, qui errent en grand nombre ici, c’est logique, il y a une porte entre les Enfers et le monde humain, mais des Rois, Princes et Satans c’est rare de les voir hors de chez nous. » Il est étonné qu’elle puisse avoir agit ainsi pour des raisons aussi prosaïques, durant un bref instant il s’était demandé si elle n’allait pas lui faire des avances. Il ne connaît que peu les succubes, et les rares fois où il s’est retrouvé aussi proche de l’une d’elles, la suite se déroulait dans l’intimité d’une chambre. Néanmoins, elle répond à ses question, sans chercher à se montrer plus séduisante, sans doute se sent-elle simplement mieux quand ses charmes sont plus visibles et admirés. Il revient à ses moutons, et hocha la tête. Effectivement, il savait que plusieurs Satans étaient aussi en ville, et cela ne faisait que l’inquiéter davantage, non pas sur les conséquences pour les humains, à vrai dire, il s’en moquait un peu même si ça pouvait le chagriner s’il apprenait un massacre opéré par l’un de ses frères ou sœurs, cependant sa véritable inquiétude était justement que l’enfer soit ainsi délaissé. Est-ce que tout cela ne serait-il pas un plan des anges pour pouvoir attaquer tranquillement l’enfer ? « Ils ne devraient pas être ici, je ne devrais pas être ici. » fit-il d’un ton sombre. La jeune femme répond ensuite à sa seconde question concernant sur si elle était là avant que les portes ne s’ouvrent. « Effectivement j’étais là avant…. Depuis plus d’un an en fait, je la possède, ce qui n’a pas été forcément facile de la convaincre la petite. Disons juste qu’Oxana et ses amis ont joué la nuit d’Halloween à un jeu dangereux…. Et qu’invoquer un Démon quand une Médium est au centre du groupe est assez stupide…. Bref, j’étais là avant que les portes ne s’ouvrent et que les Démons soient chassés hors des Enfers. Pourquoi ? » Il avait encore sa mine pensive. Son inquiétude, il pouvait la garder pour lui, mais pourquoi se montrer méfiant si elle avait l’entière confiance de Lucifer, et elle semblait l’aimer autant que son père l’aimait. « Eh bien, je vous avouerais que tout cela m’inquiète. Ce n’est pas normal qu’autant de dirigeants des enfers soient sur Terre. Pas normal du tout. Savez-vous ce qui a provoqué l’ouverture de cette porte ? Cela doit provenir de la Terre, car je puis vous assurer que rien n’a été prévu ainsi en Enfer. »



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 32
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Sam 23 Juin - 18:07

Le temps passant, je me détends. Et par ricochet, je reprends mes habitudes. Tête haute regard franc et propos directes émanent de moi avec un naturel certain. Il faut dire que me la jouer dominée et soumise n’est guère dans ma nature première. Certes je peux l’être par jeu ou manipulation, par peur aussi. Ami quand je me sens bien revient alors ma véritable personnalité. J’ai compris que le Satan ne me ferait rien et que mon lien étroit avec Lucifer me garantissait une certaine protection mas aussi une valeur à ses yeux. Alors lui répondre de manière sèche et colérique qui le hausse le ton et m’accuse de flatterie, à vrai dire cela est sorti tout seul. Je n’ai pas aimé le sous-entendu parce que je ne suis pas une vile flatteuse. Et puisque j’ai déjà parlé assez vertement à Lucifer, provoquant son amusement à chaque fois, je ne me gêne guère avec lui. J’ai mieux à faire que de le brosser dans le sens du poil, ce n’est de toute manière pas mon job. J’ai été créée pour pervertir des âmes humaines, masculines ou féminines, pour être une maitresse de séduction, une tentatrice irrésistible et une experte en sexualité. Le reste ne me concerne pas vraiment. Je ne suis pas une guerrière ni une stratège, et encore moins un chef. Un fait, je suis juste une Succube et je fais mon travail depuis des millénaires sans broncher et avec facilité. Mon petit coup d’humeur porte ses fruits. Avec une voix plus douce et repentante, le Satan s’excuse. Je plisse le nez, surprise. Je ne m’attendais pas à cela, plutôt à une petite remontrance sur mon ton voire à une punition. Mais Belzébuth semble décidé à me plaire cette nuit. Ils e montre bien accommodant. Finalement, je réponds sur mes sources mentionnant Lilith et son désir inassouvi de posséder Belzébuth, Lucifer qui l’aime de trop et ses soldats, que je côtoie peu. Mais la seule chose qu’il semble retenir est Lilith. Je ris un peu à sa question naïve et surprise. J’ai peine à croire qu’il n’a jamais remarqué son intérêt très vif pour sa personne. Lilith est la Succube par excellence et son terrain de chasse favori reste les puissant en Enfers, même à Lucifer elle fait les yeux doux. Là où moi je vois un Père, elle voit un amant et époux potentiel.

«Vous semblez surpris… Lilith est une Succube, et elle chasse en Enfer. Elle a des vues assez explicite sur Lucifer, lui-même, et sur chaque Satan, peu importe le sexe ou l’origine ce qui l’attire est la puissance et l’envie d’être la maitresse d’un Roi, prince ou Satan…. Elle vous estime beaucoup d’une certaine manière mais a aussi pour but d’être votre maitresse… Je pensais que vous l’aviez remarqué vu vos rencontres fréquentes. » Je réponds après avoir calmé mon petit rire. Je ne me moque nullement de lui mais son innocence sur le sujet est touchante.

Après avoir décliné mon identité et constaté que le lien qui me lie à Lucifer semble lui être favorable, grand bien me fasse, je lui suggère gentiment de se garer. Je ne doute pas de ses capacités de conducteur, mais il regarde plus à travers le rétroviseur que la route. Et même si personnellement, un accident ne me fera point, je ne veux prendre aucun risque avec Oxana. J’y tiens de trop pour ne pas tenir ma promesse. Il plaisante en me demandant si je connais son hôte et me suis mise d’accord avec lui. Je réponds sur le même ton, avouant ne pas avoir l’honneur de lui avoir parlé. Il se contente de sourire mais s’exécute sans plus de rouspétance. Une fois le véhicule immobilisé, je me détends un peu plus. Au moins, Oxana ne risque rien. Et vu que le Satan semble juste vouloir me parler et m’apprécier, il ne représente pas un danger potentiel pour nous. Il se tourne vers moi et m’observe. J’ai aussi une meilleure vu sur le physique de son hôte. Pas mal, sexy et adorable, un charmant jeune homme au fond. La conversation glisse sur les autres Démons. Belzébuth n’est pas habitué de toute évidence à errer sur terre comparé à moi qui y passe le plus clair de mon temps. Je réponds, avouant éviter mes semblables, on n’est jamais trop prudent. Pendant ce temps-là, plus détendu, j’en profite pour me mettre à mon aise. La différence entre Oxana et moi est flagrant et tient dans la mise et le comportement. Si je ne compte pas séduire un Satan, ce serait manqué de prudence et irrespectueux selon moi, je ne peux m’empêcher d’être moi. Et cela signifie déboutonner les trois premier boutons de la robe pour avoir un vrai décolleté et retirer la veste. Belzébuth ne remarque pas que je change des détails tout en lui répondant. C’est un guerrier, son intérêt se porte plus sur les Démons que le physique d’une Succube. Et comme je en compte pas dépassé es limites avec lui, sauf invitation explicite de sa part, je me contente juste de me mettre à l’aise. Finalement, je sors de la voiture, claquant la portière, pour venir m’installer devant. Je dépose ma veste correctement pliée entre nous et relève mes cheveux en queue de cheval. J’ai trouvé une pince dans le sac à main, ce qui me permet de les attacher. J’utilise le miroir intérieur du siège passager pour observer le maquillage sobre qu’Oxana a choisi. Il met en valeur ses yeux et convient bien. Satisfaite de mon apparence, je reporte mon attention sur le Satan. Je lui offre un sourire, simple et le premier depuis qu’il a manifesté son désir de me parler. Il me plait beaucoup. Pas comme une proie ou un amant potentiel, mais j’apprécie son comportement et son caractère. Je veux bien être son amie, voire sa maitresse s’il demande, même si j’évite en général de copuler avec mes semblables. Mais là n’est pas mon but, obtenir son affection et sa protection serait déjà énorme. Mais en réalité, je n’ai pas de but. Je suis juste avenante parce qu’il est proche de mon maitre et Père, et qu’il se montre agréable avec moi.

J’explicite, vu son étonnement, ma présence à l’avant. Premièrement, si j’approche Lucifer, je n’ai pas peur de lui, mais cela est implicite. Et puis, cela éveillera moins de soupçon si on se parle et qu’on est tous deux à l’avant. On pensera surement vu de loin à un couple, savourant un arrêt pour une petite conversation intime. La prudence est de mise, surtout ces derniers temps dans la vieille ville. Je réponds à sa question avouant avoir remarqué le nombre de Démons en croissance et surtout des Seigneurs qui ne sortent pas des Enfers, tel les Satans. Mais j’ajoute que Prague est un nid aux créatures, quelque soient leur nature première. Ici on trouve beaucoup de Sorciers, Lycanthropes, Médiums et Vampires, et bien sur un certain nombre de possédés. Mais pour les Fils de Lucifer, le nom à exploser récemment. Sa réponse courte me fait hocher de la tête. Ila raison, la place des puissants n’est pas ici. Seuls les petits Démons comme moi errent sur terre pour glaner des âmes, pas les chefs et guerriers qui protègent notre domaine face aux Anges. J’explique ensuite que j’étais là bien avant que les portes ne s’ouvrent et bien sur je sais plus ou moins ce qu’il s’est passé. Il réfléchit avant de se décider à me répondre et m’expliquer son point de vue. Je l’écoute en silence, respectueuse et pensive. Je réfléchis un moment avant de lui répondre avec prudence, car je n’ai aucune preuve, juste des on-dit et un ressenti cette nuit-là.


« Je pense, parce que j’ai senti la magie traverser la ville et comme toutes créatures y suis sensible, et d’après ce que j’ai entendu dire qu’il s’agit d’un sort. Des Sorciers noirs ont décidé de semer le chaos et ont ouvert une porte, attirant les Démons en masse hors des Enfers… Je crois qu’ils pensent pouvoir nous manipuler et nous asservir. Les Humains même Sorciers ignorent bien souvent ce que représente un vrai Démons. Je veux dire pas ceux de basse qui répondent aux invocations et se laissent manipuler comme des pantins… Bref, je crois que tout vient d’un sort lancé par un Mage noir, ou un cercle de Sorciers. » Je réponds avant d’ajouter : « J’ignore quel est leur but mais tout est perturbé et j’ai l’impression qu’une guerre se prépare…. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
ADMINUN ESPRIT DETRUIT ACCUILLANT LE REFLET DE LA DESTRUCTION


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 325
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ryan Gosling

JOB : Chauffeur de taxi à mi temps, il travaille également dans un garage, et la nuit sert de chauffeur pour la mafia.
CAPACITES : Domination ; il peut imposer sa volonté aux humains ou aux démons. Péché contrôlé: la Colère.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   Jeu 26 Juil - 11:46

Belzébuth n’est pas quelqu’un aimant écraser les démons de rang inférieur au sien. La succube a élevé le ton, mais il ne s’en formalise guère. Après tout, c’est lui qui veut nourrir sa curiosité. Belzébuth n’est guère de ces satans qui se complaisent dans le pouvoir qu’ils ont, qui s’amuse à écraser les autres, à tout faire pour paraître aussi puissant qu’ils se l’imaginent. Lui s’en moque éperdument, il sait parfaitement sa valeur et n’a nul besoin qu’on la lui rappelle. C’est un guerrier avant tout, un soldat, s’il peut s’amuser aux dépends des humains, et parfois de démons qu’il exècre ce n’est qu’une manière de se passer les nerfs par moment, et nullement une manière de se comporter en général. Aussi, il baisse d’un ton et s’excuse ce qui semble étonné la jeune femme probablement habituée aux satan hautain et vaniteux. Il n’est pas de cette race là. Elle lui explique alors simplement ce qu’elle a entendu sur lui, et par qui. S’il n’est guère étonné que Lucifer puisse vanter ses louanges, son meilleur ami ayant tendance à parfois s’emballer, en revanche il est étonné que Lilith puisse avoir une quelconque envie de le séduire. C’est vrai que c’est une succube, mais il n’est certainement pas le satan le plus charmant ni le plus séduisant, il n’est pas non plus celui qui convoîte le plus de puissance. Pourquoi lui ? Et pourquoi diantre n’a-t-il rien vu ? « Vous semblez surpris… Lilith est une Succube, et elle chasse en Enfer. Elle a des vues assez explicite sur Lucifer, lui-même, et sur chaque Satan, peu importe le sexe ou l’origine ce qui l’attire est la puissance et l’envie d’être la maitresse d’un Roi, prince ou Satan…. Elle vous estime beaucoup d’une certaine manière mais a aussi pour but d’être votre maitresse… Je pensais que vous l’aviez remarqué vu vos rencontres fréquentes. » A dire vrai, non, il n’avait jamais remarqué cette attraction. La jeune femme rit doucement, et il entend Michael ricanner également dans sa tête. Il sait pourquoi le médium rit, parce que lui se moque de sa naïveté et de sa candeur face aux femmes, et le médium s’amuse beaucoup en apprenant que le Satan n’est guère mieux que lui. Non, il n’avait rien vu, Lilith semblait toujours charmante effectivement, mais il pensait que c’était uniquement dû au fait qu’elle avait tendance à se montrer ainsi en présence des puissants. Ce que lui apprenait la succube n’avait rien de surprenant, cependant il ne pensait pas pouvoir attiré Lilith. « Non, à vrai dire, je n’imaginais pas la reine des succubes s’intéresser à un guerrier comme moi. » Et cependant, Beliah aussi s’amusait à vouloir le séduire. Il se demandait ce qu’elles avaient toutes à vouloir le mettre dans leur lit. Lui préférait les petites démones encore fraîches, presque innocentes, celles qui ne voyaient pas en lui le puissant Satan, celles qui ne le flattaient pas, et n’attendaient rien de lui.

Le simple fait d’apprendre qu’elle est une enfant favorite de Lucifer lui suffit pour déjà apprécier cette jeune personne. C’est sans doute stupide, mais il fait une confiance aveugle en son meilleur ami, et à vrai dire, ils sont tellement proche que parfois il a l’impression que Lucifer est son frère tant ils peuvent s’entendre. Alors la succube lui apparaît presque comme sa nièce. Elle semble en profité un peu, en lui suggérant de se garer, sans doute inquiète vis à vis de sa conduite. Etant donné que Mika s’y met aussi, il obéit sagement non sang grommeler au passage. Il se tourne alors vers elle, se demandant si elle s’est mise d’accord avec son hôte, ce à quoi elle répond ne pas le connaître. La succube se détache des sièges arrières, ouvre la portière et vint le rejoindre devant. Il comprend pourquoi ce qui ne l’empêche pas d’être légèrement surpris. Il y a dix minutes encore, elle semblait prête à se jeter hors de la voiture, et voilà qu’elle s’installait à côté de lui. Naturellement, il ne remarque pas le petit changement dans l’apparence de la succube, il s’intéresse assez peu aux femmes, ce sont plutôt elles qui viennent le chercher et généralement, s’il sent que c’est sincère, il ne les repousse pas. Elle explicite son mouvement, disant que c’est plus prudent. Belzébuth n’est sur terre que depuis peu, et guère au fait du comportement des démons sur terre bien qu’elle l’est éclairé un peu sur le sujet, mais sur l’idée de la prudence, il ne peut qu’être d’accord avec elle. Il sait une chose, il n’est pas le seul à avoir été projeté sur Terre, parmi les humains, et un tel débarquement va forcément attiré l’attention des chasseurs. Pas qu’il les craigne, mais il est u guerrier, un soldat, et les guerres même s’il y est rodé ne sont pas ce qu’il préfère. Elle lui explique la situation actuelle, il savait que Prague était le lieu où un portail démoniaque se trouvait, mais ne pensait pas qu’il y avait une telle activité surnaturelle. Il lui répond en toute honnêteté et franchise, sans doute parce qu’elle a acquis sa confiance, que tout cela l’inquiète. Il n’aime pas se savoir ici et les enfers privés de l’un de ses plus puissants chef guerrier, il ne se fait guère d’illusion sur le sujet. Il craint que tout cela ne soit une manœuvre des anges pour attaquer les enfers alors sans protection. Et il la questionne pour savoir qui a pu faire cela. Ouvrir le portail a été fait sur terre, les anges ne sont pas capables de faire de telles choses, au nom de leurs règles et de leur petit dieu chéri, ils ne pourraient pas. « Je pense, parce que j’ai senti la magie traverser la ville et comme toutes créatures y suis sensible, et d’après ce que j’ai entendu dire qu’il s’agit d’un sort. Des Sorciers noirs ont décidé de semer le chaos et ont ouvert une porte, attirant les Démons en masse hors des Enfers… Je crois qu’ils pensent pouvoir nous manipuler et nous asservir. Les Humains même Sorciers ignorent bien souvent ce que représente un vrai Démons. Je veux dire pas ceux de basse qui répondent aux invocations et se laissent manipuler comme des pantins… Bref, je crois que tout vient d’un sort lancé par un Mage noir, ou un cercle de Sorciers. » Belzébuth hausse un sourcil. Des mages noirs ? Il s’étonne qu’ils aient pu réussit à faire cela, le temps où les portails pouvaient s’ouvrir et se fermer est révolu depuis très longtemps. Depuis la dernière grande guerre, où les sorciers blanc répondant aux ordres des anges avaient fermés tous les portails. C’était la dernière guerre qui s’était déroulée sur terre, et elle datait de plusieurs millénaires. Les premiers vampires ne marchaient pas encore sur terre. Il était surpris que des mages puissent avoir retrouvé cette ancienne magie, et plus encore de pourquoi. Pensaient-ils vraiment pouvoir manipuler les démons ? ou est-ce qu’ils désirent vraiment voir l’enfer se déchaîner sur la terre ? C’était stupide et suicidaire. « J’ignore quel est leur but mais tout est perturbé et j’ai l’impression qu’une guerre se prépare…. » Il poussa un soupire. Il n’aimait guère l’idée d’une guerre, mais il fallait être honnête, les choses ne pouvaient que se dégrader. Les chasseurs d’ombres allaient forcément réagir, la question était quand et comment ? « Ces sorciers noirs sont stupides. » déclara-t-il avec un air sombre. Il était pensif. « Naturellement qu’une guerre aura lieu, les chasseurs d’ombre réagiront et ce ne sera pas pour nous invité à repasser le portail. Ils ont été créer pour cela, et l’équilibre a été brisé. Croyez moi tout cela n’augure rien de bon. » Il secoua la tête et se pinça le nez avant de la contempler. « Il me faut retourner en enfer. Je n’aime ni l’idée de participer à une guerre ici, ni le fait que les légions ne possèdent plus de chef pour les guider. Je crains que les anges n’en profitent, l’enfer doit être dépeuplé et désorganisé à l’heure qu’il est. » Il ignorait si elle était capable ni même désireuse de l’aider, mais à qui d’autres pouvait-il bien s’adresser ? Il doutait qu’une sorcière accepte de l’aider. La succube semblait avoir autant lui faire confiance que lui-même, et même s’ils ne se connaissaient pas encore très bien, ils aimaient la même personne, Lucifer, qui à l’heure actuelle risquait de se faire capturer par les anges. « Pourriez-vous m’aider à regagner les enfers ? Je sais que je vous demande beaucoup, et je comprendrais un refus de votre part. Mais je pense que vous avez autant à cœur que moi de ne point laisser Lucifer et son royaume sans défense. »



J'ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m'a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l'eau, et ont altéré la couleur de mon esprit. EMILY BRONTE
code couleur Michael: [color=#374755]
code Belzé: [color=mediumpurple]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Voyage en eau trouble ft. Oxana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voyage en eau trouble ft. Oxana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: ALENTOUR DE PRAGUE :: Předměstí-