[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett   Sam 25 Fév - 21:27

Irial regardait sa montre. Il avait rendez-vous dans les Jardins du Palais depuis plus d'une heure : la Reine avait du retard. Après tout il ne lui en voulait pas, toute femme sait se faire désirer, et puis, il était assez vieux pour être patient, à y ajouter la longue route qu'il venait à peine de faire. Il venait fraîchement d'arriver à Prague, quand il avait su que sont Infante y était. Il devait la tuer. Mais avant même d'aller faire peur à Aislinn, il venait voir Eden. Depuis de nombreuses années, il l'apréciait enormement. Oui, c'est vrai, c'était à moitié le cas chez elle, mais peut importe. Il l'avait appelé alors qu'il venait d'entrer à Prague, histoire de lui faire une surprise. Il esperait que le plaisir était partagé.

Sa vie se faisait de plus en plus ennuyante à Dublin. Les êtres tel que lui se faisaient de plus en plus rare, les gens odacieux eux aussi, et il se voyait s'amuser à transformer des gens, les dresser et les envoyer sur ses ennemis, pour voir si oui on non ils survivraient. C'était que très peu concluant. Alors comme tout bon irlandais, il buvait dans des bars jusqu'à ce qu'il ne tienne plus debout. Assez improbable pour un vampire, ce qui était d'autant plus ennuyant. Les femmes défilaient sans qu'il n'y trouve un grand plaisir, toutes aussi fade les unes des autres. Mais cette fois-ci, son Infante avait fait les choses en grand : la ville où la reine était son ami. Peu judicieux pour Aislinn mais elle devait certainement ne pas être au courant. Il avait donc passé plusieurs heures dans un avion à lire un livre qu'il avait lu une centaine de fois. Il se surprenait à réaliser que son existence était à chier. Il avait besoin de piquant, de jeu, et pour ça, Prague était un bon endroit. Les créatures mystiques y étaient nombreuses, les bars aussi, les fêtes, n'en parlont pas. Il demanderait simplement à la reine, s'il serait possible de résider au Palais, dans une chambre d'ami, le temps qu'il y reste. Il dirigerait le pays à distance, ses hommes se déplaceraient en cas d'urgence, urgence très peu probable en ce moment, c'était trop calme.

Debout, un bouquet d'orchidées à la main, il détaillait le jardin qui avait beaucoup changé depuis le temps. La floraison y étaient plus abondante, sûrement grâce aux engrais, fleurs de toutes sortes, de toutes destinations. Il aimait ce genre de grands jardins, pour s'y promener, même si sa première priorité était l'art. Depuis un bout de temps, il s'adonnait à cette passion, ayant fait de nombreux Beaux-Arts sous des noms différents. Secession à Viennes, impressionisme à Paris, art dégénéré en Allemagne, il était passé par tous les stades, tous les mouvements, vivant jour après jour leur évolution.

Au loin, il l'aperçut enfin. Il se redressa et la rejoigna avec un sourire en biais qu'il lui était propre. Elle n'avait pas changé, mis à part les habits. La dernière fois qu'il l'avait vu devait remonter... à 1856 ? Environ ? Oui, mais son visage était toujours le même. Face à elle, il s'inclina et lui fit un baise main et lui présenta les fleurs.

« C'est toujours un plaisir de vous revoir, jolie reine. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMINLA FOLIE N'EXCUSE PAS TOUT


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 338
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Eva Green

JOB : Reine des vampires de la république Tchèque.
APPARTENANCE : Camarilla
CAPACITES : Aliénation, Thaumaturgie

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett   Lun 5 Mar - 22:23

Les affaires du royaume exigeaient au minimum trois heures par nuit. La Reine y consacrait ces heures généralement au début de ses nuits. Bien sûr, le déjeuné s’imposait en premier lieu. Après son éveil, seule dans son grand tombeau, elle gagnait la cave humide qui servait essentiellement à conserver les proies et les jouets, par cela on entend bien sûr les individus qui ont eut la malchance de tomber entre les griffes de la Reine. Elle aimait déguster un jeune homme au crépuscule. Quelque chose au goût doux et légèrement sucré, à la peau tendre, et à la beauté encore enfantine. Il y avait actuellement trois chasseurs enchaînés à la cave. Elle éprouvait un malin plaisir à les visiter de bon matin, début de nuit pour elle, leur souhaiter le bonne nuit, les éveiller par des caresses douces et sensuelles, les regarder ouvrir les yeux, espérer encore quelques instants que tout cela n’est le produit d’un cauchemar, puis réaliser que ce n’est que la triste réalité, et voir le désespoir baigner leur regard, puis la peur, puis enfin la colère y succédant, et prenant son élan, établissant ses lois et ses contraintes. Elle aimait entendre leurs insultes de bon matin, leurs menaces proférés, et elle leur rappelait à leur intention que à cet instant précis, ils étaient sous sa coupe. Elle les mordait généralement à ce moment là. Le petit dernier, un jeune homme d’à peine 16ans, fut son repas du matin. Il ne se lamenta guère, lui lançant des menaces vives, avec ses yeux chocolatés lançant des éclairs, mais lorsqu’elle commença à se coller à lui, et à le caresser à des endroits très intimes, il cessa tout à fait de hurler et de grogner pour se mettre à gémir en répétant non, la suppliant d’arrêter, puis la suppliant la continuer jusqu’à la morsure qui provoqua une douleur mêlée de plaisir chez le chasseur. Le problème avec les chasseurs d’ombre, c’est qu’ils résistent au pouvoir envoûtant des vampires, ce qui rend la morsure bien plus douloureuse pour eux. La Reine ne pouvait changer cela, et quelque part, s’en réjouissait. Elle délaissa ensuite le jeune homme, le laissant s’endormir paisiblement. Remontant au rez-de-chaussée, ses joues roses et pleines, elle pouvait désormais s’atteler aux tâches du royaume qui exigeait son attention. Un rendez-vous avec un Prince sous son autorité qui exigeait l’attention du conseil sur un détail, elle dû lui faire comprendre que jamais le conseil ne s’y intéresserait. Puis elle dû s’occuper de la gestion du nombre de vampires résidant actuellement en République Tchèque, depuis plus de dix ans, la population n’avait cessée d’augmenter, au point qu’en 20ans elle avait doublée. Elle demanda ce qu’il était de la liste qu’on devait dresser comportant le nombre exact de vampire, ainsi que le nom et l’âge de chacun, cette bible semblait nécessaire après les attaques proféré par le sabbat. Non parce que le recensement calmerait les esprits, mais simplement pour voir combien de vampires seraient susceptibles de rejoindre les rangs du Sabbat et estimer le nombre de ces derniers, sachant qu’ils ne se manifestent pas au Prince lorsqu’ils pénètrent son territoire ce qui rend tout cela bien plus compliqué. Sans parler du problème des Princes déchus ou en voyage, on ne sait jamais quel Prince pourrait tout d’un coup se décider à opter pour telle ville plutôt que la sienne.

Justement, à ce propos, elle se souvient qu’elle avait justement rendez-vous avec un roi. Elle ignorait les raisons de la présence d’Irial, le roi de l’Irlande sur son territoire, et cela aurait été n’importe quel autre roi, elle se serait sûrement posé la question avec une certaine appréhension. Car Eden était relativement jeune pour une Reine, bien des vampires plus anciens convoîtaient son territoire et son statut. De plus, avec ses troubles et sa double personnalité, elle savait que nombreux étaient à remettre son autorité en question. Seul ses appuis au conseil lui permettait de garder sa place sans trop s’en inquiéter, mais elle ne pouvait oublier que nombreux désiraient la voir chuter. La présence d’un autre roi ici était pour elle source d’inquiétude vis à vis de son statut, naturellement. Seulement Irial n’était pas un obscur vampire, c’était un roi que Eden connaissait. Bien qu’ils ne se soient pas vu depuis très longtemps, la dernière fois qu’ils s’étaient vus elle était alors une tout jeune Reine. Ces temps semblaient si lointain, et pourtant quand elle y songeait, elle s’en souvenait dans les moindres détails. Capacités dû en majeur partie à sa nature de vampire. Elle pouvait avec facilité se souvenir de qui elle était, de ce qu’elle faisait, et même des sujets abordés avec Irial. Elle était alors toute jeune et venait se voir nommée Reine, elle était impatiente, et curieuse, elle se souvenait encore de toutes ces questions qu’elle avait affublé le vampire, de la manière dont elle le consultait du regard, dont elle se mordillait la lèvre signe d’impatience. Supposer que le roi aurait changé était inutile, il était un vampire, et tout comme elle, il y avait peu de chance pour que quelque chose ai changé en lui. En revanche, elle ignorait les raisons de sa venue, mais se doutait bien que ce n’était pas simplement pour prendre des nouvelles. Irial avait tout un royaume à gérer, et à moins que les choses n’aient changés, il lui était compliqué de s’en éloigner, de plus il serait venu plus tôt. Non, elle savait qu’il y avaient d’autres raisons, mais attendait de le voir en personne avait de l’interroger sur le sujet. Elle prit le temps de se changer malgré l’impatience dont elle se sentait investie. Sa coqueterie la poussait à revêtir une tenue un brin provocatrice, naturellement sexy, mais également soignée et classique, un tailleur chanel, avec un chemisier en soie mais légèrement entrouvert pour révéler la naissance de ses seins, et des talons aiguilles mettant en valeur ses belles gambettes. Elle se dirigea ensuite vers les jardins où s’était convenu le rendez-vous. Il l’y attendait déjà, naturellement, arriver avec une pointe de retard était dans les règles de vie de la vampire. Il fit une petite courbette pour la saluer, elle pencha la tête pour lui rendre son salut très solannel, puis il lui fit un baisemain, elle lui sourit en réponse, et enfin il lui tendis des fleurs qu’elle prit dans ses mains, elle en respira le parfum. « C'est toujours un plaisir de vous revoir, jolie reine. » Elle sourit, rosissant un peu. « Que de flatterie ! » fit-elle en riant. « Plutôt que de me complimenter, dites-moi donc comment vous vous portez, et surtout… » Elle posa sa main sur le bras du vampire avec un petit air malicieux car elle gageait que la réponse qu’il lui offrirait aurait quelque chose de définitivement excitant. « … ce qui vous a poussé à venir ici. »



Libertinages
Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science de perdre au fond d'un lit l'antique conscience. Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants, et fais rire les vieux du rire des enfants. Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles, la lune, le soleil, le ciel et les étoiles! Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés, lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés, ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste, timide et libertine, et fragile et robuste, que sur ces matelas qui se pâment d'émoi, les anges impuissants se damneraient pour moi! Charles Baudelaire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett   Mar 13 Mar - 20:59

Irial la regardait arriver lentement, élégamment vêtue, il avait vu qu’elle n’avait pas changé. Elle avait toujours ses cheveux tombant légèrement sur ses épaules frêles, une petite robe sexy, mais pas vulgaire, lui souriant au loin. Il se rappelait de son couronnement, de leur rencontre, et à se souvenir, il sourit.

Elle était assise face à lui, ses cheveux cachant la moitié de son visage, son visage sur la paume de sa main, elle l’écoutait attentivement. Elle allait se faire couronner le lendemain, et visiblement, les questions se bousculaient dans sa tête. Il lui avait proposé de lui répondre à toutes les questions qu’elle voulait, et elle avait accepté. Assise près de la fenêtre qui laissait apparaître la nuit obscure, éclairée par les seuls rayons de la lune qui venaient également se déposer sur sa peau pâle et aussi lisse que du marbre, faisant contraste avec ses cheveux très foncés. Elle avait le visage délicat et avait déjà tout d’une reine, ne lui manquait plus que le titre qui arriverait.
- Tu crois qu’ils essayeraient un jour de me nuire et me faire tomber du trône ?
- Il y essaie avec chacun de nous. Montre leur tout simplement que ça ne marchera pas. Montre leur que tu n’as pas de faille, même si ce n’est pas le cas, et reste ferme.
Il lui sourit légèrement : l’un de ses sourires en biais qu’il aimait arborait face à une jolie fille. La future reine lui rendit son sourire avant de se lever soudainement en tenant les pans de sa robe de ses deux mains. Il se leva à son tour. Elle devait certainement s’en aller et lui ne devait pas tarder non plus, il devait se préparer à s’en aller. Directement après le couronnement, il s’en irait pour être à temps à Dublin pour des affaires politiques. Elle lui fit une jolie révérence qui lui rendit avec classe, avant de la regarder s’en aller pour s’enfoncer dans le long couloir du palais puis disparaitre.


Les fleurs dans les mains, il regardait son déhancher alors qu’elle s’approchait puis près d’elle, il sentit son parfum qui, lui, avait changé. C’était l’une des seuls choses avec les habits d’ailleurs. Après qu’il lui ait fait un baise-main, il lui présenta les fleurs qu’elle prit et senti. Il sourit cette fois-ci intérieurement et lui fit un petit compliment qui la fit rougir. « Plutôt que de me complimenter, dites-moi donc comment vous vous portez, et surtout… » il sentit sa main se poser au creux de son bras pour l’entendre finir « … ce qui vous a poussé à venir ici. ». Son sourire, cette fois-ci, fut plutôt mystérieux. « Comme vous le voyez, chère Reine, je me porte comme un charme. Et je peux voir que je ne suis pas le seul. » Il lui fit un léger clin d’œil puis commença à avancer avec elle, entrant dans le jardin aux allures baroques, se dirigeant vers la fontaine qui les avaient suivi au cours du temps. Il regardait droit devant lui, à l’allure fier, digne d’un roi. « Pour les raisons de ma venue ici, disons qu’elles sont diverses et variées, mais vous êtes l’une de mes premières raisons de ma venue. Il se s’écoulait beaucoup trop de temps depuis notre dernière rencontre, qui remontait à votre couronnement, si je ne m’abuse, et l’envie de vous voir m’a pris soudainement. Ai-je eu tort ? » Il la regarda en biais, avec un petit sourire complice avant de continuer : « Comment va la jeune Reine ? Vous êtes toujours au pouvoir à ce que je vois. Et votre Prince sanguinaire ? Toujours aussi cruel ? » Irial avançait toujours à son rythme, un rythme plutôt lent, se laissant aller à la brise légère du printemps qui commençait à se lever. On pouvait déjà voir les feuilles commencer leurs cycles, il espérait aussi que dans quelques semaines, les fleurs aussi. Et toute cette nature autour d’eux, plongé dans l’obscurité et la fraîcheur de la nuit qu’ils ne sentaient pas, donnait une ambiance reposante et zen. Tout pour avoir une bonne discussion, une discussion de deux amis qui se retrouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMINLA FOLIE N'EXCUSE PAS TOUT


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 338
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Eva Green

JOB : Reine des vampires de la république Tchèque.
APPARTENANCE : Camarilla
CAPACITES : Aliénation, Thaumaturgie

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett   Mar 27 Mar - 16:02

Non décidément, Irial n’avait guère changé comme elle s’y attendait. Il ressemblait toujours à un dandy, l’époque étant différente, ses vêtements l’étaient aussi mais représentait son statut comme il le lui avait expliqué il y a très longtemps. « Les vêtements, indéniablement, et l’apparence font tout. Pour être roi, il faut le paraître. » lui avait-il dit alors qu’elle le questionnait. Le couronnement serait la nuit suivante, et la nervosité qui s’était emparée de la jeune vampire la poussait à formuler tout un tas de questions, des plus fondamentales aux plus futiles, en passant par la case paranoïaque naturellement. Il se comportait toujours comme un gentleman avec elle. A l’époque, il l’avait écouté et répondu à chacune de ses questions sans jamais paraître impatient ou laisser entendre que ses questions étaient stupides, et aujourd’hui il l’accueillait avec des fleurs. D’un autre vampire, elle aurait prit cela pour de la simple flatterie, mais elle savait que charmer était une seconde nature chez le roi d’Irlande. Elle le détailla quelques secondes avant d’accepter les fleurs et de les sentir. En tant que femme, elle adorait les fleurs, en tant que vampire, elle se désolait qu’elles soient aussi éphémères que la vie humaine. Il la complimenta, et elle en ria. Naturellement, elle lui demanda comment il se portait, suggérant par là qu’ils avaient probablement beaucoup de choses à se raconter, mais que la santé du vampire l’intéressait tout autant que ses péripéties. Puis, elle aborda la question qui lui brûlait les lèvres car elle était certaine que le roi d’une contrée aussi peuplée ne pouvait se permettre de simples visites de courtoisies. En disant cela, elle avait prit le bras du vampire lui proposant par ce geste de se promener dans le jardin, où les fleurs avaient déjà commencer à éclore avec ces températures anormalement chaudes pour la saison. L’hiver venait à peine de s’achever et on se croyait déjà en été. Le vampire lui accorda un sourire mystérieux, en réponse au sourire facétieux de la vampire. « Comme vous le voyez, chère Reine, je me porte comme un charme. Et je peux voir que je ne suis pas le seul. » Elle sourit à cette réponse, effectivement, le sang du chasseur d’ombre la rendait radieuse. Peu importait quel avait été l’état de sa journée, le premier repas lui donnait des couleurs de jeune fille en fleur. Mais la vérité, c’était qu’elle était heureuse de s’échapper de ces Princes arrogants et prétentieux pour retrouver un vieil ami qui lui avait manqué. Ils avaient marchés suffisamment pour atteindre la fontaine trônant au milieu du parc à la française. Ils ralentirent le pas. C’était là, sur ces bancs entourant la fontaine qu’ils avaient discutés des années auparavant, qu’il l’avait guidé lorsqu’elle s’était sentie remplie de doutes et de questionnements. Qu’il était amusant qu’ils s’y retrouvent aujourd’hui. Savait-il pour les agitations qui troublait le règne de la vampire et la tranquillité de la ville ? Etait-ce la raison de sa venue ? Le sourire de la vampire se crispa durant quelques secondes.

« Pour les raisons de ma venue ici, disons qu’elles sont diverses et variées, mais vous êtes l’une de mes premières raisons de ma venue. Il se s’écoulait beaucoup trop de temps depuis notre dernière rencontre, qui remontait à votre couronnement, si je ne m’abuse, et l’envie de vous voir m’a pris soudainement. Ai-je eu tort ? » La Reine fronça les sourcils, bien qu’amusée, elle ne pouvait croire simplement qu’il était venu prendre de ses nouvelles. Il aurait pu envoyé un messager, elle savait qu’un don juan comme lui devait avoir tout un harem de femmes humaines lui servant de calices complètement dévouées à sa cause, capable de suivre ses ordres à la lettre, bien que le cœur déchiré de devoir s’éloigner de lui, ce fusse pour quelques jours. Même si Irial la charmait par ses regards et ses sourires complices, elle n’était pas dupe. « Comment va la jeune Reine ? Vous êtes toujours au pouvoir à ce que je vois. Et votre Prince sanguinaire ? Toujours aussi cruel ? » Elle passa sa main dans ses cheveux, laissant la brise du soir gagner son visage, et détendis ses traits. Même si elle ne croyait pas une seule seconde qu’il soit venu juste pour elle, à moins qu’il n’ai des ennuis bien sûr et ne soit venu chercher son aide, et qu’elle brûlait de connaître les véritables raisons, elle se dit qu’ils pouvaient bien discuter comme deux vieux amis se retrouvant après une longue absence avant d’aborder un sujet plus complexe. Et puis, elle doutait qu’il prenne bien qu’elle remette en doute ses paroles, lui qui avait presque joué un rôle de mentor pour elle. « Vous plaisantez j’espère ! Mortensen n’est pas plus sanguinaire qu’un pauvre lapin ! » Ce n’était pas entièrement vrai, mais sur le sujet d’Hadrian, la Reine était tout sauf de bonne foi. « Cependant, vous aviez raisons. Je m’inquiétais trop. Diriger ce pays est la meilleure chose qui me soit arrivé. Même si c’est parfois pénible de devoir prôner toutes ces règles, les avantages qu’on en retire sont indéniables. » continua-t-elle en caressant du bout des doigts un bourgeon. Seules les fleurs des champs avaient écloses, pour les roses, il faudrait attendre encore un peu. « Est-ce seulement pour prendre des nouvelles que vous êtes venus ? » demanda-t-elle en se tournant vers lui pour lui faire face, plantant ses yeux chocolatés dans les opales cristallines du vampire.

HJ: Désolé pour le retard.



Libertinages
Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science de perdre au fond d'un lit l'antique conscience. Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants, et fais rire les vieux du rire des enfants. Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles, la lune, le soleil, le ciel et les étoiles! Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés, lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés, ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste, timide et libertine, et fragile et robuste, que sur ces matelas qui se pâment d'émoi, les anges impuissants se damneraient pour moi! Charles Baudelaire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles feat Eden H. Reese-Wickett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: HORS JEU :: Requiem :: RPs terminés-