[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Mar 3 Avr - 10:02

    Je poussais un grand soupir d'aise, tandis que ma secrétaire s'essuyait la bouche d'un revers, me jetant un regard plein de consternation mélangée à son désir forcé pour moi. Je lui décochais un sourire ravageur, me relevant en fermant mon pantalon. Je lui attrapais le menton "la prochaine fois que tu refuses quelque chose... ça sera encore meilleur." Lui dis-je entre l'autorité et la complaisance. Je la manipulais tellement aisément, j'aimais plus que tout déclencher cette contradiction malsaine en elle, me vouloir et me détester, c'était un jeu si savoureux! Pour moi ce sera encore meilleur, pour elle... Je grimaçais en la regardant une dernière fois avant de sortir, pour elle, se sera une humiliation de plus. Qu'importe, c'est une humaine avec bien peu de conscience, elle trompe son mari et pas qu'avec moi... c'est ma proie préférée. J'attrapais mon manteau et dévalais les marches du grand escalier de la Mairie, le portier m'ouvrit, je hochais la tête pour le remercier, et grimpais directement à l'arrière de la berline qui m'attendait devant. "Au Silenzio s'il vous plait." Le chauffeur, un muet que j'ai engagé pour sa contradiction, démarra la voiture et déjà nous traversions Prague.

    La berline s'immobilisa, on m'ouvrit la porte, je sortis, et là se fut le grand bal des courbettes, ces humains me sidèrent tellement. Nous autres Satan ne nous encombrions que peu de politesse et ronds de jambes. J'ai l'impression d'être dans un gigantesque cirque permanent, où tous sont mes marionnettes, c'est très drôle, je conçois, mais ça manque toujours un peu de piquant, de flammes et de mordant. Voir même de chairs brûlées... J'entrais dans le hall. "Votre table est prête Monsieur..." me dit le maître d’hôtel. Habitué à ne pas trop vivre à proprement parlé dans nos appartements, je passe mon temps hors Mairie, dans les restaurants chics et des bars élégants, en trouvant toujours de l'agréable compagnie ici et là. Je m'assied à ma table, et je commande du champagne directement, le chef vient me saluer, et je l'accueil comme un vieil ami. C'est lorsque je me retrouve assis, buvant ma coupe, que je croise son regard de braise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Mar 3 Avr - 17:28


James Bartosova & Oxana A. Tchaikovsky
Succomber à mes charmes, abandonner tout dans l’espoir de m’avoir ou commettre un acte sexuelle avec moi vaut l’enfer au Mortel. Il en est ainsi des Succubes, tentatrice capable d’être la femme parfaite et désirée. Autrefois, quand les meurs était plus puritaines et sages, c’était par les singes et en prenant la forme de l’être aimé que nous avions notre quotas d’âme damnées. Céder de quelque manière que ce soit c’est se marquer pour l’éternité et se condamné à bruler. Aujourd’hui, mentalité libertine et dissolue, dans cette société moderne où on peut revendiquer n’importe quelle orientation sexuelle et où il est normal de désirer et d’aimer le sexe, il m’est plus simple de trouver des proies. Surtout avec un corps comme celui de ma petite Oxana qui bien mit en valeur attire facilement les regards. Il m’est même plus aisé de séduire des femmes, pas forcément homosexuelle, et de les faire céder. Tout ou presque est permis, et le plus dur maintenant est de choisir la bonne proie, celle qui ne sera pas trop facile à mettre à mes pieds tout en étant sur d’y arriver. Combien de familles ai-je brisée parce qu’un homme ou une femme m’a désirée ? Combien de personne ont cédé à mes avances et aux promesses de jouissance que j’offrais ? Je pervertis, je joue et j’éprouve du plaisir. Il n’y a rien de mieux que de voir s’ébattre une âme pure qui me cède par désir brulant. Je ne peux l’influer en mes proies, juste le suggérer par mes attitudes, gestes, regards et propos. Certains humains savent me résister, mais ils sont de plus en plus rares. Et mes proies les plus simples sont ces hommes puissants et d’affaires, qui alignent les maitresses et feraient n’importe quoi pour que je couche avec eux. Ceux là je les fais patienter. Je les force à céder à mes caprices. Mon but est de briser leur famille, de détruire leur image et d’avoir leur âme. De toute manière, une fois qu’on me cède il est trop tard pour se racheter.

Et c’est un pigeon de cette taille que je chasse ce soir. Un homme d’affaires, riches et influent, déjà perverti qui a jeté son dévolu surmoi. Je le fais patienter avant de passer à l’acte. Je pense même réussir à le convaincre de nous filmer pendant nos ébats pas catholiques du tout et puis il ne restera qu’à envoyer cette vidéo compromettante à des journalistes. Son épouse puritaine se chargera de détruire leur couple en demandant le divorce. Il rampera à mes pieds peut-être ou voudra me tuer… Et moi, je serais disparue. Ou s’il me retrouve, je l’éliminerais moi-même accélérant son calvaire en Enfer. Pour le moment, il parade et fait le coq en m’emmenant diner dans un restaurant chic et très cher de Prague. Pour l’occasion, j’ai mis yen petite robe boire décolletée et courte, des escarpins et remonté mes cheveux en chignon. Oxana dort en moi, sage et muette, peu désireuse de savoir comment va se finir la soirée. Installée à une table, je bas des cils et fais mine d’être subjuguée par ce qu’il me raconte. Mes yeux pétillent et ont cette lueur brulante irrésistible pour un Mortel. Ma langue glisse par moment sur mes lèvres, mutine et tentatrice. Il ‘na encore rien eu de moi. Mais le désir monte en lui. Le verre de vin rouge luxueux n’est pas entamé face à moi, qui me suis appuyée sur la table et fixe l’homme de plus de 50 ans qui me drague ouvertement. S’il croit que tout ce cirque me comble… En fait, cela ne fait que m’amuser et me permet de resserrer mes filets autour de lui. Bien sur dans sa tête, il est le chasseur et moi la proie. Mais la réalité est toute autre. Il y a un peu de remue ménage comme si quelqu’un d’important venait d’arriver, mais je ne m’y intéresse pas…. Pas directement du moins.

Un aura noire, démoniaque et puissante s’étend sur le restaurant et je me redresse droite, mes yeux parcourant la salle. Un Satan se trouve ici. Mes yeux cherchent après Belzébuth mais ce n’est pas lui. Mon regard brulant s’arrête sur un homme qui parle au chef avant de s’asseoir. Quand il porte sa coupe de champagne à ses lèvres, nos yeux se croisent. Joueuse, bien que me doutant du risque que je prends, je souris, aguicheuse et le détail du regard. Pour ce que j’en sais, un seul aime la richesse à ce point-là. Je reviens sur mon « ami » et lui suggère de me présenter au nouveau venu qu’il semble connaitre. N’étant pas capable de résister à l’hypnose, il se lève et me prend par le bras pour se diriger vers la table du Satan. Nous nous arrêtons devant la table, poliment. Mes yeux continuent de fixer l’homme possédé et je cherche une information quelconque sur lui.


« Monsieur le maire, quelle surprise de vous trouvez ici seul. » Se contente de déclarer mon compagnon. Je tourne la tête vers lui. Et moi ? Je suis quoi le faire valoir du moment ? « Voici, Oxana une petite donzelle que je parraine. »

Je reteins un feulement de rage et essaye de conserver mon air aimable et séducteur. Je m’accroche à mon compagnon et me penche vers son oreille. Si je pouvais, je lui briserais les cervicale de me traiter aussi humainement et de me rabaisser ainsi devant un Satan. Je n’aime pas particulièrement les croiser, mais je n’échapperais guère à une confrontation et cette fois je préfère l’initier. J’utilise mon don quand il tourne son regard vers moi, l’hypnotisant définitivement.

« Va me chercher mon verre de vin, chéri. » Je susurre en haussant légèrement des sourcils. Il s’apprête à me remettre à ma place mais finit par obtempérer, dominer par ma volonté, je le suis du regard avant de tirer la chaise face de moi. « Puis-je m’installer et oser vous demandez qui vous êtes réellement ? »
[credit gif:Tumblr]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Mar 3 Avr - 22:52


    Assis sur ma chaise, quelque chose me gêne, et vient gâcher un moment de pur délice. Le champagne est bon, la cuisine aussi, et pourtant quelque chose chatouille mes sens, je ne suis pas seul. Enfin, je ne suis pas le seul démon dans la pièce… Je dévisage silencieusement quelques personnes, non, moche, non, pas elle, non, pas même en rêve, je les détaille, je cherche, ça m’intrigue et ça me dégoute à la fois, Prague n’est elle pas assez grande, que j’en retrouve un dans mon horizon ? Je suis tellement mieux seul dans un lieu, son aura me gâche ma soirée, et je suis à deux doigts de déclencher une orgie, pour le plaisir de retrouver le sourire. Je bois une autre gorgée de champagne, et je finis par croiser son regard. J’esquissais un sourire, reconnaissable entre toutes, cette petite et préposée innocente humaine aguicheuse, est un démon. Je détaille son visage, tandis qu’elle détourne les yeux, brune, joli minois, grand yeux sombres, bouche pulpeuse, elle n’a pas choisit la plus moche hôtesse. Je suis intrigué, qui se cache derrière ? Voyons voir, habillée comme une prostituée de luxe, jetant des œillades sulfureuses à un homme d’environ 50 ans… Je parierais pour une succube, mais les apparences sont souvent trompeuses chez nous. Nous sommes tous terriblement trompeurs, quoique je me trompe rarement sur mes sous congénères. Je repose mon verre et déjà je sens que je ne vais plus être seul très longtemps… Elle approche de sa démarche féline et gracile, au bras de cet homme qui me rappelle quelque chose. Ils s’arrêtent tous deux à un mètre de moi. L’homme me salue « Monsieur le Maire, quelle surprise de vous trouvez ici, seul. » J’arque un sourcil, je n’apprécie pas vraiment son insinuation. « Et pourtant, je dine en charmante compagnie, vu que je dine avec moi. » Lui répondis-je avec un sourire aux lèvres, fausse cordialité, je préfèrerais encore le voir se faire sodomiser qu’il ne reste ici à discuter avec moi. Rien ne transparait pas même mon agacement, je garde le statu quo. Il me présenta ensuite, la fameuse… Oxana… J’hoche la tête avec un sourire charmeur sur les traits. « Mademoiselle. » Dis-je simplement. Elle prend la parole, et le pauvre ne sait plus à quel saint se vouer, je dirais au sien… de sein, je la regarde de haut en bas, elle est tout à fait mon genre, dommage qu’elle dégage autant de … pestilence démoniaque… Je préfère nettement les femmes creuses et dociles. Avant que je ne puisse dire quoique se soit, elle avait tiré la chaise et s’était installée en face de moi. « Mais je vous en prie, charmante… créature… » Lui dis-je avec ironie. « Je suis James Bartosova, Maire de Prague, et vous-mêmes êtes … l’amusement de cet illustre trou du cul ? » Sourire décoché, le ton était donné. « Maintenant que les présentations sont faite, je vous invite à vous lever et faire le chemin inverse.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Jeu 12 Avr - 9:57

Je ne suis pas du genre à me présenter aux Satans. De manière général, jusqu’il y a peu, j’ai toujours su éviter avec soin les Princes des Ténèbres. Les anciens Anges déchus éveillent en moi respect et frayeur. Respect dû à leur rang et puissance, à leur proximité avec Lucifer et frayeur parce qu’ils peuvent nous éliminer d’un simple regard, du moins en Enfer. Cela peut paraitre étrange, vu que je ne redoute point Lucifer, je le vénère même. Mais eux ne sont pas mon Créateur et sont généralement assez égocentrique. Tout ce qui ne leur est pas utile ou les gêne est éliminé. Et ne désirant nullement qu’on me tue, je préfère me tenir loin. Mas Prague est une petite ville semblerait-il qui attire bien des Démons. C’est le second Satan que je rencontre en peu de temps. Si le premier m’a laissé une bonne impression, celui-ci me fait frissonner. J’ai reconnu son aura noire et sa puissance, la majesté qu’il dégage aussi. Mais contrairement à Belzébuth il semble à l’aise dans le rôle qu’il joue. J’ai temporairement zappé le Mortel qui est ma proie en ce moment. Je fixe l’Homme possédé par le Satan et me demande lequel des 7 est là ? Je sais qu’il m’a sentie et reconnue. Ou du moins, il sait qu’il y a un autre Démon, surement même sait-il que je suis une Succube. Je n’y échapperais pas. Aussi, plutôt que de me faire surprendre cette fois-ci, je décide de l’aborder. Au moins pour me présenter et courber l’échine gentiment. Je déteste recevoir des ordres en dehors de Lucifer et Lilith, mais s’il faut en passer par la soumission pour survivre et protéger mon hôtesse alors je le ferais. De toute manière ai-je le choix ? Surtout maintenant qu’il a posé les yeux sur moi…. Je baisse le regard par crainte et suggère finement à mon compagnon de nous présenter au Maire de Prague, je crois du moins. Je dois savoir auquel j’ai à faire pour adapter mon comportement et savoir ce que je risque.

Il obéit à mon désir, voulant surtout parader. Et c’est ensemble que nous approchons du Satan. Je fais un sourire poli, jouant mon rôle de petite dinde. Mon supérieur me fixe moi, et non l’homme d’affaire qui me tient le bras. Ce dernier s’adresse à lui avec familiarité. Il n’a pas peur de représailles ou quoi ? En même temps il ignore à qui il parle réellement et ce que pourrait lui faire le Satan par simple désir. Je frissonne et garde mon sourire poli enfin jusqu’à ce qu’il me présente comme un vulgaire objet. La colère monte doucement en moi. Il m’agace prodigieusement ce stupide Humain. Oh, je vais prendre plaisir à consumer son âme et à lui offrir par mes charmes un aller simple pour l’Enfer. Peut-être même l’y pousserais-je pour qu’il y soit plus vite. Des vacances pareilles, ce serait tellement dommageable de ne pas ne profiter au maximum. Le Démon m’offre un sourire charmeur… j’y réponds. Je commence à avoir une petite idée de qui cela peut-être. Séducteur, occupant une position enviée et en vue de tous, avoir un pouvoir quasi-totale… Il y a selon les rumeurs qui courent en Enfer, un Satan en particulier qui aime tout cela. J’envoie promener ma proie, histoire d’avoir le temps de présenter es excuses, car de toute évidence ma présence l’horripile et de savoir auquel j’ai à faire. Mon compagnon mortel s’éloigne sans même se rendre compte que je le manipule comme un pantin, ayant utilisé l’hypnose cette fois-ci. Pour ne pas paraitre suspecte, je tire la chaise face à mon supérieur et m’installe quémandant de savoir auquel des Satans j’ai à faire. Sa réponse me fait papillonner des yeux de surprise. Avant bien sur de le baisser respectueusement et d’observer les dessins de la nappe blanche.


« Sauf votre respect, mon Seigneur, c’est votre nom de Satan que je désirais connaitre…. Si cela m’est permis. » Je susurre d’une voix un peu basse et un peu câline. Aspect naturel chez moi, même quand je ne cherche pas à séduire. De toute manière, on ne séduit pas un Satan, on lui obéit ou au pire on lui sert de jouet. Je réponds avec précaution à sa question : «Non, lui est l’âme que je compte glaner et envoyé bruler en Enfer un peu plus vite que prévu…. Croyez bien que j’ignorais que vous seriez ici et que je ne compte nullement vous importuner plus que nécessaire…. Et je reste à votre disposition, si vous avez besoin d’une Sucucbe. »

Plus soumise et obéissante, j’aurais dur à paraitre… Reste à voir si j’ai adouci un minimum le Satan. Je me montre aussi docile et malléable qu’avec Belzébuth. Je ne suis pas assez poches d’eux pour être réellement familière de toute manière. Et j’ai bien trop à perdre, même si je me doute que Lilith ragera à la perte d’une Succube et que Lucifer appréciera moyennement qu’une de ses filles soit tuée pour le plaisir. Mais il passe tout aux autres anges déchus, alors….


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Jeu 12 Avr - 22:29


    Qu’ai-je fait pour mériter ça ? Je ne demandais pas à cet enfant de chien qu’est Dieu, mais plus à Lucifer, Ô toi qui devais être grand et puissant… tu nous a tous gentiment condamné à la potence, en nous asservissant par l’être humain. Et même si, je dois bien l’avouer cette vie a quelque chose de charmant, Je dirais aussi, que me retrouver mêlé à de petits démons de seconde zone, ne m’amuse guère. J’étais l’intendant des Enfer, que Diable ! Celui à qui l’on confiait la souffrance et la torture des âmes, ma préférence est toujours allée aux âmes infidèles… Mais là n’est pas la question ! Ce soir, le Maire de la ville que je suis, avait juste décidé de fêter ma victoire, puisque dans un futur proche je siègerais au parlement… N’y a-t-il pas de plus belles victoires. J’entends déjà la cloche tinter au loin, et l’avènement de mon élection présidentielle. Et au lieu, de cette joie sans faille, débutée avec mon assistante et sa saisissante bouche pulpeuse, me voilà en pleine discussion avec une sous espèce des Enfers. Que je suis tombé bas. Je tente de l’éconduire, mais elle n’a pas l’air de vouloir lâcher le rocher que je suis. Vile crustacée, que devrais-je faire pour la faire taire et rebrousser chemin ? Lui montrer ma vraie nature, la torturer, quoique, je reste persuadé qu’elle aimerait que je la fasse crier. C’est justement ce qui me déplait tant en eux, ils sont aussi amusant que des hochets pour un marmot humain. Elle se met à contempler les plis de la nappe… Je soupire, elle m’exaspère, un succube, je m’attendais à plus de… en fait non, je ne m’attendais à pas grand-chose, quant on sait que les humaines ont plus de cran et de courage que nos démons de seconde main. Peut être pense t-elle que s’aplatir devant moi, lui fera gagner des points, elle a tord, elle m’ennuie et lorsque je m’ennuie… Je deviens particulièrement féroce. Je pose mes coudes sur la table, joignant les mains, tout en l’écoutant avec attention. Mon Seigneur, j’aime assez cela je dois dire, mais je le préfère dans une bouche plus humaine. J’esquisse néanmoins un sourire en coin, je suis presqu’amusé par sa prestation de petite démone soumise… Presque. « En quoi cela pourrait faire de votre soirée quelque chose de mieux… de savoir qui je suis. » Commençais-je à dire avec dédain. Elle me parle de l’âme de cet être humain, dont je n’ai cure, bien évidemment, mais il est vrai qu’en tant qu’intendant des Enfers, de savoir que nos petits soldats font leur devoir, me plait, c’est honorable, mais pourquoi donc venir me dire cela ?! Ai-je la tête d’un simple scribe qui noterait précieusement que tel ou tel démon aurait fait son travail ? Je ris doucereusement, l’importun est pourtant là, installé en face de moi, sans que l’y ai invité ! Je la contemplais un instant, dans un silence pesant. La tension pesait sur cette frêle succube, le sentait elle ? Je lâchais soudainement la rampe, allant m’asseoir au fond de mon fauteuil. Un jeu, cela méritait un jeu, qui ne manquerait pas d’attrait à mon sens, si elle y cédait, je la libèrerais, peut être. « Allons donc… » Je poussais un petit gémissement, faussement songeur. « Votre dévouement à la cause, est honorable, quoique… » J’appréciais tout particulièrement entendre le son de ma voix assurée, petit plaisir qui n’a nul égard, lorsque je parle, on m’écoute. « Jouons, un de mes jeux favoris entre tous. » Je plongeais mon regard dur, lubrique et noir en elle, la défiant de résister. « Peut être y gagnerez vous quelque chose… ou pas. » Je la quittais du regard, tapotant mon index sur mes lèvres, je faisais un calcul rapide des âmes présentes dans la salle, une dizaine dont l’âge ne m’importait peu. Je jetais mon dévolu sur une jeune femme blonde, au regard captivant, dinant avec un illustre homme d’affaires. Nul besoin de me concentrer de trop, en un claquement de doigts, elle se déshabille devant la foule, gémissant comme si elle était en feu, puis je passe à son voisin, qui se jette sur elle… Crescendo. Doucement, mais surement, les inhibitions tombent, et la foule sérieuse et affairée, se transforme rapidement en une orgie sauvage. Je laisse Oxana, profiter du spectacle, avant de tourner mon regard vers elle. Sourire sur les lèvres… Je me centre que sur elle… « Voyez vous… ce que je suis est une déferlante… vous ne le sentez pas encore… mais ça va vous happer autant que ces misérables humains jappeurs. » Je me levais alors, posant ma serviette sur la table, je la contournais, tandis que tout autour de nous, les chairs brûlaient d’un désir hardent. Mes doigts se posèrent sur sa nuque, l’effleurant doucement, je me penchais à son oreille. « Sentez la vague qui commence à brûler le creux des reins de votre hôte… » Je retournais à ma place, la regardant avec beaucoup plus d’intensité, j’étais au comble du bien être, j’allais la pervertir. Des gémissements, des cris, des succions aux alentours, mais je n’avais d’yeux que pour Oxana. « Me demanderez-vous de stopper ? Ou… de continuer… » Je me rassis calmement sur mon fauteuil. « La terre, n’est elle pas plus merveilleuse encore ? » Question rhétorique. « Les Enfers vous manquent-ils ? » Je relâchais légèrement la pression sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Ennos'
MESSAGES : 2403
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Eden Memories &Tumblr
AVATAR : Ashley Greene


NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   Sam 28 Avr - 14:46

De toute évidence, je dérange le Satan. Je devrais m’aplatir encore plus bas, mais j’ai un peu perdu l’habitude des manières de carpette des démons inférieurs vivant en Enfer. J’ai passé beaucoup trop de temps seule et sur Terre à pervertir l’Humanité pour me souvenir correctement de tous les us et coutumes, et de la manière de se comporter face aux Satans. Il faut dire qu’en général, je les évite. Mais ayant été repéré, fuir est devenu inutile et avant de me faire trancher la gorge parce que ma présence involontaire insupporte, j’ai voulu me montrer accommodante. Mais là où Belzébuth s’est montré avenant, celui-ci se montre colérique et indisposé par ma présence. Et j’ignore encore auquel j’ai à faire, même si peu à peu j’élimine les possibilités. Pour autant, j’essaye de me montrer une servante obéissante et soumise face à lui, évitant de le regarder droit dans les yeux. Ce n’est pas évident pour moi, qui suis traitée comme une amie par Lilith, chérie et félicitée par Lucifer en personne et surtout maitresse attitrée, presque vu par certains comme une reine potentielle, face au Roi Byleth. Je n’use jamais des flatteries qu’en Enfer on peut me faire, me complaisant dans l’anonymat et me présentant toujours comme une simple Succube de bas étage. C’est dans le bas de l’échelle qu’on est le plus tranquille et a le moins d’ennemis…. Ce qui n’a pas empêcher Byleth de me remarquer et de m’asservir à ses désirs, ceci dit on pourrait presque dire qu’il m’a payé en retour. Mais avoir été sa maitresse ne me sauvera pas de la colère du Satan, qui doit déjà réfléchir à comment me tuer. Reste à me sortir d’ici avec un minimum de dégât, eu égard au pacte qui me lie à ma douce Oxana. Seulement comme dit les Humains chasser le naturel et il revient au galop. Si me montrer douce et soumise peut sauver mes miches cela ne veut pas dire que je vais être apte à tenir le rôle longtemps, s’il continue à m’écraser comme cela. Après tout, n’ai-je pas planté Byleth en Enfer pour m’évader sur terre ? Combien de fois me suis-je opposée dans une dispute virulente avec lui ? J’ai un sacré caractère, que la solitude et le libre abrite ont affermi et renforcer. Faire le bon soldat, recevoir des ordres et obéir, très peu pour moi. Je finis par relever la tête quand il me répond et je darde mes yeux chocolat dans les siens, loin de rester aussi aplatie qu’avant. Non, celui-là même s’il m’effraye encore et que je sais qu’il peut m’éliminer d’un claquement de doigt, il m’exaspère et je n’ai qu’une envie savoir son nom et mettre fin à la conversation. Un gloussement amusé m’échappe quand je note que le dernier démon supérieur qui m’a agacé, j’ai fini par coucher avec….

« En rien ne vous donnez quand même pas un rôle trop important dans ma petite vie…. Mais cela me permettrait par contre de savoir qui vous êtes et donc de vous éviter la prochaine fois. »Le ton est plus ferme, plus suave et provocateur et moins soumis. Je minaude ironique. « Je ne voudrais pas gâcher encore une de vos soirée voyez-vous… »

Je soutiens son regard et l’observe, un sourire mi aguicheur mi ironique ourle mes lèvres maquillées et rosée. Je sais que je commence à lui manquer de respect. Je sais qu’il peut me tuer. Je sais que je risque la vie d’Oxana autant que la mienne. Mais il m’énerve ! Et la colère chez moi éveille une frustration et un besoin de prouver que je peux gagner et donc avoir le dernier mot à l’autre. Peu m’importe en ce moment son grade, seul compte l’agacement galopant qui parcoure mon corps, d’autant plus qu’il fait peser un poids lié à son aura sur mes épaules. Monsieur refuse de dire qui il est mais ne se gêne nullement pour me rappeler qu’il m’est supérieur. Sa remarque sur mon dévouement me laisse de glace. Peu m’importe ce qu’il en pense, seule les caresse et flatterie de mon maitre et créateur m’importent. C’est pour lui que je fais cela. Mais un Satan ne put le comprendre puisqu’étant de même nature que Lucifer. Ensuite il propose un jeu !?! Il doit avoir un humour particulier, mais il semble adorer s’entendre parler et peu à peu je devine à quel Satan j’ai à faire. Je n’en connais qu’un capable d’avoir ce comportement égocentrique et dénigrant envers d’autres Démons.

« Je n’espère rien gagner ni n’attends rien de vous. Vous ne faites pas partie des Rois ou Satans que je désire flatter et plaire…. Mais si cela vous amuse, jouons donc. » Je réplique en levant les yeux au plafond. De toute manière je n’y échapperais pas. J’espère juste que ce sera assez court pour moi vite sortir d’ici et aller rager ailleurs.

Mon regard se porte sur la blonde qui gémit de manière obscène comme dans certains films X et puis sur son compagnon, qui lui saute dessus et lui arrache ses vêtements sans prévention. Rapidement tous les convives se mettent dans un état d’ existassion sexuelle intense, et aucun ne lutte contre ses pulsions insufflées par le Satan. On se croitrait revenu sous le règne de Caligula ou Néron ou encore au 18ème siècle français…. L’orgie s’intensifie, alors que je me glisse mieux dans mon fauteuil et croise mes bras sous ma poitrine. L’odeur des phéromones se fait prégnante et suave, les gémissements et petits cris se succèdent et je balade mon regard d’experte sur la foule avant de revenir vers lui. J’avais un doute sur son nom, maintenant j’ai une certitude. Il reprend la parole, déposant sa serviette. C’est vrai je résiste mieux qu’une humaine mais suis soumise aux mêmes règles, c’est juste moins facile de me pervertir. En même temps c’est mon univers, la tentation, la séduction et le sexe sont dans ma nature profonde. Alors sentir le désir bruler n’est pas ennuyant. Il n’est pas le premier à exercer ses dons sur moi et à chercher à m’ exister. Il y a eu un démon supérieur avant lui qui s’y est risquer et à pris goût à mes baisers et caresses, bien qu’étant horriblement énervant. Il se lève et vient vers moi, frôlant ma nuque et insufflant doucement en moi le désir sexuel. Il retourne s’asseoir et n’accorde aucun regard aux Humains et à leur action érotiques. Je soutiens son regard, l’écoutant toujours souriante. Légèrement la pression maintenue sur mon corps se relâche. Je me décide alors à lui répondre.


« Asmodeus donc… Je crois que nous nous sommes vaguement croisé autrefois, sous le règne de Caligula à Rome lors d’une de ses orgies… À l’époque bien sage, je vous avez laissé jouer et j’étais partie…. » Je susurre… avant de répondre au reste : « Pourquoi stopper ?!? Je suis dans mon élément, désir et frustration, sexe et orgie…. J’en joue continuellement mais à une échelle moindre que vous. Les Enfers ne me manquent guère, si ce n’est la présence de Byleth… Mais je le sens non loin depuis quelques temps» Léger silence où je réfléchis avant d’ajouter en glissant ma langue sur mes lèvres, taquine : « Avez-vous déjà consommer l’acte charnel avec autre chose que des Humains ? Personnellement, j’ai testé cela avec un Démon …. C’est plus intense je trouve… Hum ?!? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alouqua rencontre Asmodeus sur Terre - Oxana A. Tchaikovsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: HORS JEU :: Requiem :: RPs terminés-