[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Éveil des sens lupins [Misha G.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Ven 6 Avr - 13:39


Éveil des sens lupins
Misha Gvozdev & Lana Invanova
Chaleur. Lumière. Vent frais. Grognement. J’entrouvre un instant les yeux et les ferme aussitôt. Pas envie de me réveiller à l’aurore, pas après une nuit de pleine lune. En général, les lendemains de ces nuits où je prends ma forme lupine, je suis du genre à trainer au lit… Ou plutôt là où je me suis endormie, car rares sont les fois où je rentre chez moi sous ma forme animal. Généralement, je me roule en boule, près ou non des autres de la Meute et m’éveille le lendemain matin. Et parce que traverser Prague nue n’est guère une option, je cache des vêtements aux endroits où je suis susceptible de reprendre forme humaine. Le lac ou Ruines Prokletý. Quand ces dans les ruines, c’est souvent seule que je m’éveille. La nudité n’est pas un problème pour moi face aux autres Lycans, on a fini par s’y habituer. Cette fois-ci, d’après le peu que j’ai observé, ce sont les ruines. L’odeur de l’herbe fraiche et humide est agréable et éveille mes sens lentement. La chaleur du soleil aussi est bénéfique et apaisante. Seul le petit vent soufflant délicatement par moment est source d’inconfort. Quand je sors d’une nuit de pleine lune, je me sens toujours apaisée et calme. Je suis de manière générale, plus souriante et joyeuse ces 3 jours-là, bien que toujours instable. Étrangement, je me sens encore mieux qu’habituellement, plus satisfaite et comblée … Pourtant, j’ai encore peu de souvenirs de la nuit passée, la mémoire me reviendra lentement au fil de la journée. Je reverrais peut-être la chasse ou autre. Lentement, j’émerge de mon sommeil. Je prends de plus en plus conscience de ce qui m’entoure. D’abord les odeurs, puis ce que mes yeux entrouverts peuvent voir : herbe, ruines, fleurs, lumière… Plus lentement, je prends conscience de bruits m’entourant : le gazouillis des oiseaux dans les arbres, le sifflement du vent et le léger souffle paisible, qui frôle mon oreille et ma nuque…. D’où vient-il d’ailleurs ? Le sens du toucher est le dernier à s’activer. Je sens la chaleur et la froideur mélangée du soleil matinale et de la brise, et la source de chaleur confortable qui irradie dans mon dos et contre laquelle je me blottis un peu plus, ainsi que le poids qui pèse sur ma taille…. Mes yeux bien ouverts, souriante … . Je suis éveillée.

Mon esprit éveillé me fait comprendre que quelque chose cloche. Mes muscles se tendent de prévention et un léger grognement m’échappe. Je ne suis pas seule. J’hume l’air pour découvrir une odeur m’indiquant, qui peut s’être endormi ici avec moi. La senteur m’est familière, rassurante étrangement. Et c’est parce que je la connais plus que bien que je n’ai pas réagi instinctivement plus tôt. Doucement, je bouge. Je m’éloigne pour pouvoir me retourner et faire face à mon compagnon lupin. Misha dort toujours paisiblement, mais un tremblement parcours sa peau maintenant qu’il est privé de la chaleur de nos corps collés. Je l’observe, curieuse. Que fait-il là ? Quand je m’éveille ici, je suis seule. Et même si plus d’une fois j’ai repris forme humaine face à lui, jamais on n’a été aussi proches physiquement. Il n’est jamais loin. Il quémande toujours du regard avant de faire un geste ou de dire quelque chose, complètement soumis face à moi. Je l’observe, ma langue glissant sur mes lèvres, qui forment un petit sourire comblé. Je remarque les traces de morsures et de griffes sur sa peau. Je me redresse et observe mon corps. J’en ai aussi un peu partout et à des endroits qu’un combat ou une chasse ne marque jamais. Je papillonne des yeux et me laisse tomber allongée sur le dos, observant la trace de morsures qui courre sur mon avant bars droit. Se serait-on battu cette nuit ? L’idée amène un rire aux bords de mes lèvres que je réprime, mon compagnon dormant encore. Misha se battre avec moi ? Impossible, il baisse l’échine face à tous…. Il n’est pas violent en dehors de certains moments bien précis. De plus, si cela avait été le cas, je ne serais pas blottie contre lui pour dormir… Je bascule de nouveau sur le côté pour l’observer, alors qu'il s'est allongé instinctivement sur le dos… Alors comment s’est-on blessé ? Je ferme les yeux et inspire lentement, cherchant le souvenir encore confondus de cette nuit.

Les images sont confuses, troubles et ce sont des flashes, qui me reviennent plus qu’une vision complète de la nuit. Je revois la meute sous forme lupine chasser… J’arrive à percevoir le plaisir que la traque a amené en moi… Puis c’est flou. A-t-on eu notre proie et se l’est-on partagée ? Surement. Comment me suis-je retrouvée seule avec lui ? Aucune idée. Je me rappelle par contre plus aisément la pression de ses crocs sur ma patte avant, ma nuque. Le grognement de prévention que j’ai donné…. Sa dominance temporaire, qui m’a fait plier face à lui et me soumettre, léchant ses babines pour marquer ma soumission… Temporaire, j'ai dit. J’ouvre les yeux, le cœur battant un peu trop vite, la respiration coupée… À nouveau, j’observe les griffes et traces de morsures sur mon corps et le sien. Un instant, la seule manière de marquer ainsi un corps de Lycan sous forme animal, me revient à l’esprit. Je ne l’ai jamais expérimentée avant, n’ayant couché qu’avec des Humains ou Vampires, ceux qui payaient bien pour m’avoir un moment…. Mais j’ai un instinct animal en moi et je m’y connais en loup. Alors hormis pendant un accouplement, il n’y a pas d’autre moyen… Une de mes mains se dirige vers ma nuque et je frôle légèrement ma peau. Une douleur vrillent sous mes doigts et irradient dans mon cou. Fichtre, il n’y a pas été avec douceur cette nuit pour obtenir ce qu’il désirait…. Je me sens bête, maintenant. Je comprends pourquoi je me sens si bien. Enfin je crois. Mais c’est Misha… On n’a pas ce genre de rapports ou comportement. Je ne cherche jamais à le séduire ou même dominer… Quoique de toute évidence, là, c’est lui qui m’a dominée. Ma langue passe à nouveau sur mes lèvres. Je sais que comme tout Lycanthrope, on est soumis à l’instinct. Mais je suis une Alpha, cherchant par définition un mâle alpha capable de me maitriser et de s’imposer comme compagnon. Hors si Misha est alpha, il le cache à merveille… Il n’empêche que cette nuit, je me suis montrée soumise et bonne femelle me laissant de toute évidence faire. Et maintenant ? Que suis-je sensée faire ? La situation est inédite pour moi, je ne couche pour le fric ou parce que j’ai envie d’un moment sensuel. Jamais avec un membre de ma Meute ou un autre Lycanthrope, jamais avec quelqu’un que je connais trop bien et à qui je suis attachée. Dois-je me lever et partir ? Pourtant je me sens bien. Je n’ai pas envie de lui sauter dessus pour l’égorger d’avoir osé me dominer. Pas envie non plus de partir en courant et de l’abandonner. Non, je me sens étrangement câline en ce moment. Je reviens lentement vers lui, collant ma peau à la sienne avec un glapissement de satisfaction intense. Je pose ma tête sur son torse et écoute son cœur, qui bat calmement et de manière régulière. Nouveau frisson de mon compagnon, sa respiration change lentement… Je devine qu’il s’éveille. Je relève la tête sans pourtant quitter ma position confortable, et je l’observe avec un sourire doux. Il a ouvert les yeux et les a posé sur moi


« Bonjour toi. » Je susurre d’une voix tendre avant de me relever pour picorer ses lèvres d’un petit baiser chaste. Pour autant, je reviens à ma place confortable et me colle un peu plus à lui. Mes doigts caressent doucement son torse et s'attarde sur ses nombreuses cicatrices. Nous en portons tous. Je suis vraiment d’humeur câline. Je n’avais jamais été comme ça, pas dans mes souvenirs du moins. Je crois que je pourrais rester quelques heures la tête sur sa poitrine, sans bouger… Juste le temps qu’il faudra pour que les souvenirs précis de cette nuit me reviennent et pour savourer notre nouvelle intimité.
[credit gif: roleplayinggifs onTumblr]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Mar 10 Avr - 16:09




Le lycan est confortablement endormis, son corps est nu, cela est dû à la transformation de la veille évidemment, mais Misha comme tout lycanthrope de naissance ayant toujours vécu parmi les siens n’a aucun problème avec la nudité, et son corps est collé à celui d’une louve, là encore rien d’exceptionnel, ayant toujours vécu dans une meute, pour lui s’endormir lové contre quelqu’un de la meute est non seulement naturel, mais instinctif. C’est pour cela que les membres d’une meute sont aussi proche, parce qu’ils dorment ensembles, se nourrissent ensembles, et vivent ensembles. Misha lui se sentirait malheureux et perdu sans sa chère meute. Mais ce matin alors qu’il s’éveille doucement, il remarque quelque chose d’inhabituel. D’ordinaire il s’éveille lové contre sa sœur, parfois contre Andreï sans qu’il n’y ai absolument rien de sexuel à la chose, c’est simplement les deux êtres avec Lana qui lui apportent le plus de réconfort et de chaleur, seulement Lana s’endort souvent seule. Elle est plus indépendante qu’eux tous, et ne semble jamais recherché l’intimité à laquelle les loups sont souvent habitués. La première chose qui l’étonne lorsqu’il bat des cils, c’est de découvrir qu’il n’y a pas quatre ou cinq loups autour de lui, comme d’ordinaire, mais une seule louve, et que cette dernière ne s’est jamais assoupi contre son sein. Il découvre étonné Lana allongée contre lui, sa tête posée sur son torse, le couvrant de ses yeux pâles à la couleur d’un ciel azur, avec un sourire doux aux lèvres. Tout en cela est étonnant. Jamais la lycanne ne s’est endormie auprès d’un membre de la meute, jamais elle n’a eut une attitude aussi… comment qualifié cela, câline ? et le plus étonnant reste la manière dont elle le regarde, dont elle lui adresse un sourire plein de douceur. Il arque un sourcil étonné, cherchant une réponse en affectant son petit air perdu, d’ordinaire c’est elle qui le guide lorsqu’il doute, c’est vers elle qu’il se tourne lorsque quelque chose lui échappe, parce qu’elle représente sa stabilité, elle agit toujours de la même manière. Même si pour tout le monde Lana semble sans doute instable et impulsive, souvent imprévisible, pour lui qui la connaît si bien, il sait chacune de ses réactions en toute circonstances, mais là, ce n’est pas quelque chose qu’il aurait pu prévoir. Jamais Lana n’a eut une telle attitude envers lui. Instinctivement, le lycan demeura immobile comme un lapin attendant que la voiture fonçant vers lui se détourne de sa route et l’évite. La jeune femme le couvrait des yeux, et ce fut la première fois qu’il fut gêné par le regard qu’elle lui lançait, sa nudité, la vision de ces deux seins collés à son torse et la sensation de cette jambe à la peau douce lové contre la sienne. Il ignorait ce que tout cela signifiait, et cependant une part de lui connaissait déjà les réponses à toutes ses questions.

« Bonjour toi. » fait-elle d’une voix qu’il n’avait jamais entendu sortir des lèvres de la jeune femme à son adresse, c’était tendre, mais c’était plus encore. Il y avait quelque chose d’indécent dans ces simples mots. Le lupin n’ouvrit pas immédiatement la bouche, encore trop sous le choc pour avoir une réponse à offrir. Il cherchait dans les yeux de son alpha une réponse, des éléments permettant de justifier tout ceci sans vraiment y parvenir. C’est dans la bosse plus bas, dans les frissons se manifestant en bas de son dos, et dans l’espèce de sourire béa qu’avait tendance à faire ses lèvres que se trouvait la réponse. Une partie de lui savait parfaitement ce qu’il s’était passé cette nuit lorsqu’ils étaient sous leur forme animale, et connaissait la raison du comportement de Lana. Mais une autre partie, plus réservée, plus humaine, plus timorée, n’osait envisager une telle éventualité. Misha n’avait jamais connu les joies sexuelles, ni ce qu’était une histoire d’amour pas plus qu’une aventure sans lendemain. Il ignorait tout de ce qu’un homme et une femme peuvent faire dans l’intimité. Oui, à 33 ans, il était encore puceau. Et bien sûr, comme tous ceux dans son cas, conscient de l’énormité de la chose, il en avait assez honte pour le taire. Cela faisait parti de ces petits secrets qu’il gardait pour lui. Même à Lana il n’avait osé le dire. Il fallait sans doute y voir aussi une faiblesse à ses yeux. Aussi l’idée qu’ils aient pu faire ce que la bête disait en ronronnant de plaisir semblait parfaitement absurde. Et cependant, si cela s’était bel et bien produit, il devait avouer que quelque part ça le soulageait que désormais cette épreuve soit derrière lui. Il n’aurait plus à avoir honte, il n’aurait plus à regarder ses chaussures et rougir comme une pivoine à chaque fois qu’on paraît de sexualité autour de lui. Son regard retomba sur la jeune femme allongée sur lui, parfaitement à l’aise avec la situation, presque heureuse. Il ne savait en revanche qu’en penser. Qu’allait-il se produire maintenant, et surtout, avait-il raison ? La bête pourrait-elle, par un hasard extraordinaire, avoir raison ? Peut-être qu’il s’était trompé, après tout, c’était possible. Peut-être qu’ils s’étaient simplement endormis l’un à côté de l’autre… « Bonjour. » finit-il par répondre d’une voix hésitante. « S’est-il bien produit ce à quoi je pense ? » ajouta-t-il avec une voix tremblante et n’osant la regarder en face. Il avait le plus grand mal à assumer quoi que ce soit, mais cela ? Jamais auparavant il ne s’était posé la question. Lana était sa chef, son alpha, et surtout elle faisait parti de sa famille. Pour Misha, la meute avait toujours été sa famille, même après que Lana eut tué son père. Il ne s’était jamais autorisé de tels sentiments encore moins une quelconque ardeur. Et à vrai dire, s’il avait dû se réprimer durant l’adolescence bien conscient que son père ne supporterait pas qu’il puisse trainer avec des étrangères, après cela, il n’avait même plus ressenti le besoin, et sa timidité avait toujours joué contre lui, si bien qu’au final, il s’apercevait aujourd’hui, qu’il était capable de ressentir du désir. Car quoi qu’il se soit passé cette nuit, de voir Lana nue contre lui, dans cette position là, avec ce regard là, animait en lui une faim qu’il n’avait jusqu’à lors jamais vraiment nourrit.



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Dim 15 Avr - 9:44

Je m’endors rarement contre un membre de la meute. Pour moi, elle est ma famille et a la même importance que pour n’importe quel autre membre. Mais j’ai des réactions imprévisibles et parfois relativement violentes. Quand je m’endors avec eux, je me mets dans mon coin, pas loin, mais contre personne. Dans la famille, il n’y a que 2 Lycanthropes que j’ai déjà retrouvé à mon éveil blottis contre moi occasionnellement : Oksana, qui n’a nullement peur de mes réactions instables et Oleg, qui peu après ses premières transformations cherchait surement du réconfort maternel et venait enfouir son museau dans mon pelage pour s’endormir. Après tout c’est un Louveteau, et même si au départ je grognais de prévention, j’ai fini par le laisser se rassurer ainsi. Les autres fois, il dormait contre Oksana majoritairement. De plus, il m’arrive de m’éloigner, pas trop l’esprit de meute demeurant, pour m’endormir seule. Je ne suis pas aussi tactile que les autres, tout en les aimant démesurément. Par contre, jamais Misha ne s’était endormi contre moi. Il est d’ailleurs étrange qu’un mâle puisse m’approcher d’aussi près. Je suis peut-être l’Ulfrick, mais je ne suis qu’une femelle alpha…. Autrement dit, laisser un mâle dormir près de moi serait accepté une dominance que je ne reconnais à personne. Seulement, je ne grogne pas sur Misha, je ne montre pas les crocs et ne réagis pas impulsivement et violemment. Des fois, j’arrive franchement à me surprendre moi-même. Au lieu de foutre le camp ou de pester, je me colle encore plus à lui et l’admire avec un sourire comblé. Je sais ce qui s’est passé cette nuit. J’ai encore la marque de ses crocs sur ma peau blanche, et les souvenirs confus que j’ai ravivé sont assez clairs. Et ça ne m’ennuie pas plus que cela. Ma Louve feule de plaisir, et jappe de contentement, satisfaite. Je le suis tout autant, puisque nous sommes en harmonie. Même si ma partie humaine tenterait bien l’expérience, elle aussi. La sexualité chez moi n’a jamais eu que valeur marchande et plaisir du moment. Oui, je me suis vendue pour avoir du fric en Russie, avant de reconstruire une meute. C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui, même si l’idée ne me choque guère plus. Et parfois, oui, j’ai besoin de sensualité et d’intimité avec quelqu’un, mais en général mes amants occasionnels ne sont jamais des Lycanthropes. Et pour cause l’implication serait trop importante. Mais là, l’idée ne me fâche pas, ne me frustre pas. Non elle me fait sourire de contentement et le couver d’un regard doux et presqu’amoureux.

Ceci dit le choix du partenaire est étrange quelque part. Je m’étonne d’ailleurs que Misha se soit montré aussi dominateur, même si sous sa forme lupine il est plus affirmé, il reste un soumis. De plus je suis une alpha, donc je me soumets à un mâle alpha. L’instinct étant bien fait parait-il…. Hors il n’a jamais eu le comportement d’un alpha. Alors pourquoi ma Louve serait-elle laissé faire et aurait accepté ? Ceci dit la question ne me perturbe pas plus que cela, je me contente de le couver d’un regard câlin pendant qu’il s’éveille doucement. Je fais confiance à ma nature de Lycanthrope pour le reste. Même s’il semble étrange que ce soit avec lui, même si dans toute la meute il est celui qui a le plus de pouvoir sur moi-même inconsciemment, que ce genre de choses se soit produit. Misha et moi n’avons pas ce genre de relation, ou du moins il n’a jamais manifesté ce genre d’envie par rapport à moi, peut-être avec la Wiccane qu’il va voir…. Mais quoiqu’il en soit, les choses ont changé cette nuit.

Misha s’éveille doucement, et je reste blottie la tête sur son torse pour l’observer de mes yeux clair, souriante. Son regard se pose sur moi étonné, et il cherche probablement une explication ou du réconfort à travers mon regard, comme il le fait toujours. Il ne bouge pas, légèrement contracté. Et bien, il a perdu son côté mordant et dominateur on dirait…. Il réagit comme le Misha que je connais depuis plus de 10 ans maintenant. Gentiment, d’une voix très douce et surement très inhabituelle chez moi, je le salue mais n’obtiens aucune réponse. Peut-être comme moi cherche-t-il à se souvenir de la nuit. Je remarque son petit sourire et les frissons qui parcourent son corps. Ma langue passe sur mes lèvres, tentatrice. Pourtant, j’attends une réaction de sa part, sans bouger, collée à lui presque allongée sur lui en fait, sans le lâcher du regard. Il regarde autour de lui, perturbé. Ok, là je retrouve mon Misha que je connais par cœur…. Mais j’aime bien l’autre aussi. Lentement, il ramène ses yeux incertains sur moi et me répond, posant une question le fait détourner les yeux et rougir. Je ris doucement, pas longtemps. Et comme je me sens d’humeur joueuse et taquine….


« ça dépend… Tu crois qu’il s’est passé quoi ? »Je questionne en me redressant un peu.

Il semble un peu perdu. Nullement ennuyée par la situation, comparée à mon compagnon, je remonte lentement vers lui. Misha cherche toujours l’explication dans ce qui nous entoure alors que je pose mes lèvres sur sa joue, avant de glisser, joueuse dans son cou. Si je ne redoutais que d’un coup il me repousse violemment, je me serais installée sur lui pour le taquiner. Mais j’ai encore mal à la nuque, je sais donc la force qu’il peut mettre dans ses actions. J’embrasse doucement sa peau avant de mordiller légèrement, pinçant sans faire mal. Je suis d’humeur sensuelle et amoureuse ce matin…. Sentiments qui ne m’étreignent jamais en général. Je glisse jusque son oreille.


« Tu m’as mordu Vilain…. » Je murmure avant de venir poser mes lèvres sur les siennes, profitant qu’il a entrouvert de surprise la bouche pour glisser ma langue contre la sienne. Le baiser est moins chaste que celui que j’ai déposé plus à son éveil. J’essaye de provoquer une réaction quelconque, tout en restant câline et douce.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Dim 22 Avr - 21:12

Soyons clair, l’idée qui taraude l’esprit du lycan n’est pas déplaisante en soi, simplement tellement étrange et oui un peu choquante, pas qu’il soit spécialement prude, lorsque Andreï lui raconte ses aventures il accepte de tout écouter et parvient même à ne pas trop rougir, mais quand c’est les autres ça ne le dérange pas, là en revanche… Le pire dans tout ça c’est qu’il n’est même pas certain qu’il se soit produit quelque chose. Pour lui, qui a toujours vécu entouré de lycan, c’est naturel de se coller à un autre lycan de la meute pour dormir. De toute façon, il ne parviendrait pas à dormir tout seul, sans la chaleur réconfortante d’un membre de la meute. Enfant, il s’endormait entre sa sœur et sa mère, enfoui sous les couvertures, c’était l’un de ces rares moments de son enfance qui restait un bon souvenir malgré tout, parce que lorsque les ronflements de papa se faisait entendre alors tout allait bien. L’odeur des corps familier était tout aussi rassurante. Aujourd’hui rien n’avait changé, il s’endormait toujours collé aux autres. Sa sœur était la plus rassurante, et puis, il n’aimait guère la savoir trop loin de lui. Lorsqu’il devait la laisser seule, il était toujours inquiet. Il avait toujours voulu dormir auprès de Lana, c’était son alpha, et à ses yeux dormir auprès de l’alpha était la chose la plus rassurante au monde, mais il s’était rapidement fait à l’idée qu’elle préférait dormir seule. Elle s’éloignait pour s’endormir après la transformation, et à la ferme, elle avait sa propre chambre, la seule qui posséda un verrou. Le besoin d’intimité de Lana ne le choquait pas, il avait été surpris la première fois, mais elle avait été longtemps sans meute, peut-être que c’était mieux pour elle. Ce qui ne l’empêchait pas, évidemment de souhaiter qu’elle change d’avis. Hélas cela ne s’était jamais produit. Et la seule nuit où ses désirs pouvaient s’être enfin réaliser, voilà qu’il paniquait à l’idée qu’il se soit passé plus que cela, eux s’endormant l’un contre l’autre. Dans les faits, il la trouvait parfaite, en tout point, et elle aurait fait une compagne parfaite, mais jamais il ne s’était autorisé de telles pensées. Depuis longtemps il avait conçut l’idée qu’il n’aurait jamais de relation amoureuse, jamais il ne trouverait une louve, encore moins une humaine, c’était son père qui avait mit cette graine dans son esprit, et il faut dire qu’aucune femme ne lui avait fait changé d’avis. A cet instant, son corps par de multiples réactions lui disait que, oui il ressentait du désir, et qu’il en avait le droit. Seulement c’est parfois difficile d’écouter son corps, surtout quand tout son esprit est construit à l’encontre de la nature, sur ce point là en tout cas. Il se sentait surtout stupide, mais il était incapable de concevoir qu’il avait pu se produire une telle chose. Que devait-elle penser de lui alors qu’il lui demandait, d’une voix hésitante, s’il s’était bien produit ce à quoi il songeait. Il n’osait même pas dire le mot adéquat à voix haute.

Lana rit doucement à sa question. Il ne l’avait jamais vraiment interrogé à ce sujet et elle ne lui en avait jamais vraiment parlé, mais contrairement à lui ou Oxsana, elle semblait être quelqu’un de complètement épanoui, et à cet instant, à la manière dont elle le regardait, dont elle jouait avec sa peau, il su que pour elle ce n’était certainement pas la première fois et qu’elle savait parfaitement de quoi il en retournait. Elle n’avait même pas semblé surprise un seul instant. Lui en revanche se demandait où était passé son alpha et qui était cette femme sensuelle et taquine qui était collée à lui. « Ca dépend… Tu crois qu’il s’est passé quoi ? » Plus gêné encore que lorsqu’il avait posé cette question, il se mit à rougir aussitôt. Il ne lui avait jamais révéler à quel point il était ignorant sur ce sujet. Cela aurait été trop gênant pour lui. Regardant autour de lui, n’osant plus croiser ce regard, mal à l’aise avec son propre loup qui ronronnait de plaisir et ne comprenait pas pourquoi Misha était aussi peu enclin à recommencer. Il émit un petit gémissement plaintif. Pendant qu’il cherche dans sa tête, qu’il essaie de savoir comment interpréter la réponse qu’elle lui a faite, qu’il essaie surtout de pouvoir formuler à voix haute ce qu’il pense sans y parvenir, la voilà qui commence à jouer avec sa peau, à l’embrasser doucement, à le mordiller, il gémit, de douleur légèrement, mais aussi parce qu’il essaie de résister à ce désir et cette chaleur qui monte, sans savoir comment les gérer, comment prendre tout cela. Veut-elle vraiment cela ? Il n’est pas un alpha, ce n’est pas convenable du tout, il n’est pas digne d’elle. Pourtant, elle a l’air de vraiment désirer, rien qu’à la manière dont elle le contemple. Il se sent d’autant plus gêné qu’il ne sait même pas comment réagir. « Tu m’as mordu Vilain…. » Le lycan est abasourdit. Il l’a quoi ? Jamais il n’aurait osé la mordre… « Je suis déso… » Elle ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase, s’avançant, elle vient déposer ses lèvres contre les siennes faisant taire le questionnement du lycan, et ses excuses par la même occasion. Il ferme les yeux. Réalisant que c’est bien plus paisible de ne pas réfléchir, de ne pas se poser de question, de simplement embrasser ces lèvres douces, de simplement la sentir contre lui, il réalise aussi que c’est ce qu’il a toujours voulu sans jamais oser l’espérer. Il se sent parfaitement bien à présent, et doucement il entoure la jeune femme de ses bras, alors qu’elle force ses lèvres à s’ouvrir. Il se laisse faire. Il n’a jamais été aussi heureux, aussi accomplit. Bon, c’est pas encore aujourd’hui qu’il lui prouvera à quel point il est un bon amant, d’ailleurs il n’a pas la fichtre idée de ce qu’il faut faire ou ne pas faire, mais ce baiser est un moment de perfection, et il en profite simplement, son cerveau a arrêté de fonctionner, l’endorphine l’inondant.



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Mar 8 Mai - 19:20

Ma relation avec Misha a toujours été simple et n’a jamais été source de réflexion. De toute manière, je ne réfléchis pas sur ce genre de chose. Je ne calcule pas. J’agis à l’instinct. Je laisse ma Louve me guider, l’humeur du moment ou l’envie. Et de toute évidence mon désir en ce moment est de refaire quelques galipettes avec l’autre Lycanthrope. Je n’ai jamais eu de rapports intimes avec un de mes semblables. Raison évidente : je suis une alpha, une Lycane et donc avoir ce genre de relation c’est se soumettre et se trouver un compagnon de vie. D’autant plus quand on est une Ulfrick. Le premier mâle qui met le grappin sur moi sera le futur Ulfrick de la meute. Logique et simple, et je deviendrais une Lupa. J’ai rien contre le statut de femelle alpha, loin de là. Mais je n’ai jamais été attirée par un autre Loup. Pour moi, le sexe se paye et mon corps est un objet qui peut rapporter ou pour éprouver un peu de chaleur humaine comme on dit. Les autres de la Meute le savent surement. Je suis instable, arriviste mais pas dépourvue de sentiments, faut juste bien chercher. Et jusqu’à présent je n’ai jamais aimé vraiment quelqu’un plus longtemps que le temps nécessaire pour copuler. Pourtant, je sais qu’avec Misha se sera plus qu’une nuit. Mon cher compagnon de route est trop tendre et doux, pourtant je sais al force brute, qui sommeille en lui. Il n’en fait jamais vraiment étalage, mais j’ai eu l’occasion de le voir en colère et vu les traces que porte mon corps je n’en doute pas. Néanmoins, je ne l’ai jamais vu comme un alpha ni un compagnon de vie. Pas avant cette nuit où manifestement nos loups se sont accordés de manière très intime. Il y a toujours eu un lien spécial entre nous, puisqu’il est celui qui m’apaise, qui sait me maitriser avec force et tendresse. Il a toujours été là, m’a soutenu et suivi et a toujours été soumis à ma volonté. Mes sentiments vont-ils plus loin ? Peut-être… Je n’ai jamais cherché. Je sais juste que là j’ai envie de lui. Et ça, ça ne m’ennuie pas. Seulement, il ne semble plus aussi téméraire et dominant que cette nuit. Qu’importe, je vais jouer à la maitresse et le guider.

Entre Misha et moi en cet instant les choses sont troubles. Alors qu’il rougit et me demande ce qui s’est passé, je me redresse lentement, dévoilant ma poitrine qu’il évite de regarder. Un sourire amusé nait sur mes lèvres. Ma langue glisse sur ma peau rosée et je le fixe captivée et amoureuse. Timide et cherchant mon approbation, il est fidèle à lui-même. Il est loin du mâle dominateur de cette nuit. Peu importe, je ferais le travail moi-même s’il n’ose pas bouger. Surtout que je sens sa peau chaude frissonner contre la mienne, et que je devine qu’une certaine partie de son anatomie réagit à ma nudité. Il sent le désir, mais n’assume pas ou ignore comment réagir. Il semble timide. Je connais bien Misha. Je ne l’ai jamais vu avec une femme, ni dragueur. Il n’est pas du genre à draguer et sauter sur tout ce qui passe du sexe opposé. Je me doute donc que sa science à ce niveau là doit être inférieure à la mienne. D’ailleurs il réagit comme un puceau, comme ses clients qui testaient d’abord sur des prostituées afin de mieux combler leur amante et amoureuse. L’idée de ne pas paraitre inexpérimenté. Machisme masculin typique. Si Misha est vierge, je trouve cela mignon et adorable. Je ne me moque pas de sa timidité, même si j’en abuse pour le taquiner. Je vais réveiller ses instincts doucement et le guider délicatement. Parce que c’est Misha simplement. Et que je ne veux pas le brusquer, juste ressentir à nouveau cette union intime et passionnée de cette nuit.

Je ris à sa question, mais ne me moque pas. Je trouve son innocence adorable. Mes doigts glissent sur sa peau, remontant le long de son torse lentement. Un frisson le parcoure. Ensuite je redescends lentement, bien bas sans frôler néanmoins de zone sensible. De toute évidence, je vais devoir y aller lentement et en douceur si je ne veux pas qu’il se braque. Je dépose mes lèvres sur son torse et remonte taquine vers son cou. Joueuse, je lui demande d’expliciter ses idées de ce qui s’est passé cette nuit. Sa réaction est typique du jeune homme que je connais. Il rougit et détourne le regard, perdu. Un gémissement lui échappe, et je remonte un peu plus haut, mais dédaigne ses lèvres pour glisser vers son cou. J’attaque avec mes lèvres la peau sensible. Je dépose des petits baisers humides et mordille délicatement, provoquant frisons et gémissements de sa part. Je remonte comme cela jusqu’à son oreille pour susurrer qu’il m’a mordu. Je passe une jambe de l’autre coté de son bassin et m’installe confortablement sur ses hanches, à moitié couchée sur lui pour avoir accès à ses lèvres. Il tente de s’excuser pour la morsure, mais j’en profite pour déposer mes lèvres sur les siennes sans prévention. J’accentue la pression doucement, léchant et mordillant pour qu’il m’offre l’accès sans rechigner. Je sens Misha se détendre rapidement et répondre timidement à mon baiser. Un sourire ourle mes lèvres. C’est différent de tous les baisers que j’ai pu donner. Il éveille diverses sensations en moi et de papillonnement dans mon ventre. Il est timide mais dit beaucoup de chose. Des trucs que je ne comprends pas mais qui sont agréables. Douceur, tendresse, amour et chaleur. Étrangement, j’ai l’impression qu’il était attendu et je me sens complète et bien. Atrocement bien et encore plus quand les bras de Misha se referment délicatement autour de ma taille, me collant un peu plus à lui. Je force ses lèvres et approfondis le baiser doucement, sans le brusquer. Ma langue va taquiner la sienne avec douceur et lenteur, l’invitant lentement à danser. Il est détendu et répond à sa manière. Délicatement, je mets fin au baiser et me redresse un peu pour le regarder dans les yeux avec un sourire.


«Tu embrasses bien. » Je murmure en me penchant.

Je frotte mon nez contre le sien, avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres et de me coucher un peu plus sur lui, m’installant confortablement. J’aime le contact de sa peau chaude contre la mienne. J’aime ce qui e passe entre nous. Je ne réfléchis pas, j’agis simplement instinctivement. Je picore sa joue et son menton de petits baisers avant de me redresser.


«Tu as envie ou pas ? » Je demande, peu désireuse de le brusquer par des gestes trop osés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Ven 11 Mai - 20:44

En rendant son baiser à la lycanne, Misha réalisa que c’était ce qu’il avait toujours désiré. Etrange, car la veille, il aurait juré n’avoir que de l’amitié pour elle. Il n’avait jamais ressenti de désir pour elle. C’est vrai qu’une fois, ou deux il a regardé ses courbes, mais il avait toujours pensé que c’était le loup en lui. La bête aimait ça, en avait envie, elle en avait toujours eut envie, mais c’était normal à ses yeux que sa bête désire cela, c’était une louve et lui un loup, les choses étaient aussi simples que cela pour sa bête. Soit elle se battait et dominait ou était dominé, soit elle s’accouplait. Il avait toujours senti que sa bête aurait préféré l’accouplement à la soumission face à Lana, mais jamais auparavant il ne s’était autorisé à penser que cela serait un jour possible. Elle était son alpha, la question ne se posait même pas. C’était peut-être curieux, mais il n’avait jamais ressenti ce qu’on appelle l’amour, bien sûr, il s’était senti excité sexuellement et attiré par des femmes, et même quelques louves, mais il mettait ça sur le compte de la bête, c’était bien plus facile, et il se retranchait derrière sa timidité, faisait taire ses désirs et ses pulsions. Maîtriser la bête lui avait permit aussi de maîtriser ses pulsions sexuelles. Et passé la vingtaine, c’était la peur du ridicule, la peur de mal faire qui avait prit le relais, l’empêchant totalement de répondre à toute avance féminine, heureusement il n’y en avait pas tant que ça. Pour les autres louves, il demeurait un loup soumis, pas ce qu’on appelle un bon parti, et pour les humains, disons que de toute façon il n’osait pas les approché, et lorsque l’une d’elle franchissait la barrière, il reculait de trois pas, il était tellement maladroit et gêné, tellement honteux qu’il les faisait fuir à toute allure. Résultat des courses, passé la trentaine, il était toujours puceau. C’était un secret, jamais il ne l’avait dit à qui que ce soit, encore moins à Lana. Il savait que cette dernière était plutôt libéré de ce côté là, même si elle ne lui disait jamais rien, c’est des choses qui se sentent. Et à la voir agir ce matin, il en avait la confirmation. Alors que lui était tout gêné, stoïque, maladroit, elle semblait savoir exactement ce qu’il s’était passé, n’en être absolument pas embarrassée, et s’en réjouir. Jamais il ne l’avait vu aussi séduisante, aussi sexy, et aussi sûre d’elle qu’à cet instant. Ce qui le surpris le plus à vrai dire, fut la réaction physique de son corps, c’était comme si tout son corps l’appelait à lui faire l’amour, comme si tout son épiderme réagissait au moindre contact de la jeune femme. Son loup l’acceptait pleinement, et pour une fois, ce n’était pas la soumission son premier réflexe. Ce qui le surprenait plus encore, c’était à quel point il aimait ce baiser, à quel point il aimait qu’elle le regarde ainsi, à quel point il la désirait. Il n’avait jamais éprouvé de telles choses, pas à ce point.

La manière dont elle le caresse le gêne infiniment, et cependant, l’excite bien au-delà de ce qu’il ne devrait s’autorisé. Il n’est pas certain que tout cela soit une bonne idée. Elle est une alpha, qui plus est l’Ulfric de la meute, et s’ils refont l’amour, alors… non, il ne peut pas devenir l’Ulfric. Il n’en a pas les épaules. A présent, il n’a plus qu’une envie, s’enfouir sous quelque chose, en temps normal, effrayé comme il l’était, il se serait réfugié auprès d’elle, c’est contre elle qu’il se serait lové, comme un enfant apeuré, mais c’était elle qui provoquait ce trouble, elle qui menaçait son équilibre, elle qui dépassait les limites. Il ne pouvait cependant lui refuser quoi que ce soit, il n’avait jamais pu auparavant, et jamais il n’aurait osé de toute manière. La manière dont elle continue à jouer avec elle, l’embarrasse plus encore. Même si le sentiment d’accomplissement est présent, il n’en demeure pas moins qu’une gigantesque épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête et qu’il déteste cette impression. Il ne peut cependant l’empêcher de continuer. Elle embrasse sa peau, comme si elle était sienne, ce qui est le cas, en offrant son allégeance, sa soumission, il s’était fait sien dès le premier jour, sa peau, comme le reste de sa personne lui appartenait et lui avait toujours appartenu. Et cependant, il ne cesse de se dire que ce qu’ils font est mal, interdit, qu’elle devrait le faire avec un alpha, quelqu’un de bien, qui pourrait assumer ce genre de responsabilité. Elle l’embrasse enfin, et le libère de toutes ses peurs, de tous ses doutes ainsi. Il ferme les yeux, ouvre les lèvres, lui rend son baiser, en goûte le parfum, le goût savoure cet instant comme si c’était son dernier sur la terre. Elle lui apporte un sentiment souverain d’accomplissement, comme si enfin, il était complet. C’est un sentiment étrange qu’il n’a jamais connu auparavant et qu’il ne saurait expliquer. Elle est un brin passionnée, taquine et joueuse, lui n’est que tendresse et douceur. Il l’entoure de ses bras, sentant cette plénitude l’envahir et la conviction que rien ne pourra l’atteindre, les atteindre. C’est la première fois qu’en plus du sentiment de sécurité, il se sent si, bien, comme si c’était ainsi que les choses devaient être, comme si c’était ce pourquoi il était né. Il n’est pas encore certain de comprendre, mais durant ce court instant, il ne se pose aucune question. Elle rompt le baiser, en douceur. « Tu embrasses bien. » murmure-t-elle. Il rougit immédiatement. N’ayant jamais fait cela depuis en fait toujours, et étant quelqu’un qui part nature doute toujours de lui-même, il s’était persuadé lui-même qu’il serait nul, en fait c’est un mélange de conséquence des mauvais traitements de son père qui ont finit par le persuadé qu’il serait mauvais en tout, et d’une réelle peur dû au manque d’expérience passé un certain âge. Elle est à la fois câline, et douce, et en même temps taquine, mais ce n’est pas ce qui le trouble le plus à cet instant. « Tu as envie ou pas ? » Bien sûr qu’il en avait envie, au fond, il n’avait jamais désiré que cela, mais, son esprit continuait de songer au fait qu’elle était une alpha et pas lui. Il ne savait pas comment formuler cela à voix haute, premièrement parce que ça briserait l’instant, et qu’il ne désirait pas cela, deuxièmement parce qu’il n’osait pas la repousser, encore moins lui rappeler les règles, c’était elle l’Ulfric, pas lui, et cependant, il était son bras droit. Il poussa un soupire, nerveux, un petit rire lui échappa. « Je… je sais pas si… c’est pas que… enfin… j’en ai envie… tu es si… parfaite. Je crois… je crois que… c’est… ce que j’ai… toujours voulu. Mais… » Il tremblait littéralement comme une feuille, et cherchait la réponse, le réconfort, dans les prunelles de la lycanne. « Je… suis… enfin… tu sais… je suis pas… un alpha. » arriva-t-il à prononcer en poussant un soupire, de déception, parce qu’il le voulait, bon sang, il le voulait plus que tout, mais il… n’était pas un alpha.



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Ven 18 Mai - 12:03

Le baiser éveille en moi quelque chose d’inconnu et fragilise ma personnalité. Je ne comprends pas la sensation de chaleur qui me traverse alors que nos lèvres sont scellées. Et encore moi cet étrange sensation de papillonnement dans mon bas ventre et ce côté tout à coup heureux qui m’envahie. Ce n’est pas mon premier baiser, loin de là, mais il est totalement différent des autres. Je me sens perdue et terriblement fragile, voire dépendante de Misha. Ironique quand on sait que l’alpha dominante c’est moi. Pourtant j’ai un sentiment de peur qui se mélange au bien être que j’éprouve. La peur qu’il me repousse en fait s’insinue au milieu du reste et me fait m’accrocher encore plus à lui, l’enlaçant plus étroitement. Les sentiments en moi dansent et bousculent mon schéma établi. Et en même temps, une certaine compréhension de ce qui se passe nait en mon esprit troublé. La raison pour laquelle il a toujours eu ce pouvoir de ma canaliser et de ma manipuler, la proximité évidente et le besoin de l’autre qui nous a toujours caractérisés, la sécurité que la simple présence éveille en l’autre et aussi le fait qu’il n’y a jamais eu de mâle dans ma vie. Car j’en ai rencontré des alphas qui auraient pu être Ulfrick et faire de moi leur Lupa. Mais je les ai tous battu, ma Louve n’admettant pas qu’ils la touchent. Parce qu’elle avait déjà fait son choix et attendait un mouvement l’autorisant à approcher plus près. Et elle s’est soumise sans difficulté à l’autre Lycanthrope, se laissant dominer avec des jappements de plaisir. J’avoue ne pas chercher à comprendre pourquoi elle a accepté de s’accoupler avec un Loup dominé. Tout ce que je comprends et partage avec elle c’est le plaisir évident de cette nuit et l’envie pressante de recommencer. Cela doit être lié aux sentiments qui se bousculent en moi. Peut-être ai-je toujours été amoureuse de lui…. Étrangement, l’idée ne me perturbe pas et je ne la trouve pas idiote. Non c’est rassurant dans la mesure où Misha a refermé ses bras autour de moi et répond à mon baiser avec tendresse et douceur. Je force l’entrée de ses lèvres avec passion, un peu plus passionnée et brutale que lui. Mais je suis comme ça, brut en général. C’est lui qui m’adoucit, qui m’apprend la patiente et à ne pas sauter à la gorge de tout le monde. L’idée fait son chemin, s’enracine et me plait bien. Mais je garde à l’esprit qu’il me répond peut-être par habitude de me céder, étant mon dominé. Pourtant, je me sens aimée en ce moment, unique et affreusement bien. Je désire que l’instant n’ait aucune fin. Juste lui et moi, tranquilles et intimes. Je le désire, un peu plus mais je ne veux ni le choquer ni le faire fuir. J’ai bien compris que lui n’y connait rien en sexualité. Mais ce n’est rien, je vais lui apprendre avec lenteur et douceur. Je peux être amoureuse et agir en femme aimante. C’est d’ailleurs ce que je fais d’instinct en ce moment, non ?

Je mets de côté mon rang de chef de Meute et ce que faire l’amour avec un autre Lycanthrope peut vouloir signifier, ni le fait que je mets en péril mon statut d’Ulfrick en me donnant à lui. Ne compte que le désir d’être à lui et le besoin d’être aimée. Je ne réfléchis pas, j’agis par instinct. Je me fais taquine et câline, amoureuse aussi pour le convaincre de me céder. L’étrangeté de la situation ne me perturbe pas. Je suis une alpha, je ne peux comme tous les miens aimer qu’une fois. Un peu comme les Vampires et leurs âmes sœurs. Les Lycanthropes s’accouplent et se marient pour la vie, restant seul quand ils survivent à leur compagnon. Et en général, c’est l’instinct et le Loup en nous qui choisit son partenaire de vie. Aussi que cela tombe sur Misha est peut-être étrange vu qu’il n’est pas alpha, même si il m’a plus que dominée cette nuit. Les rôles étaient purement et simplement inversés. Hors un Lycan non alpha ne peut dominer un autre, c’est illogique. Mais je n’arrive pas à décrypter le message. Tout ce que je sais c’est que nos loups se sont accouplés, et qu’ils se sont choisis. Pourquoi irais-je contre l’instinct s’il est vu comme le meilleur mâle pour moi ? Ma Louve ne se tromperait pas sur un choix aussi crucial. D’ailleurs elle jappe de contentement pendant le baiser. Doucement, je mets fin au baiser, venant frôler son menton avant de me redresser un peu plus pour voir son regard. Je souris, comblée et heureuse. J’arrive même à le complimenter sur sa manière d’embrasser. Je ne mens pas, ne flatte pas. Ce n’est pas dans ma nature. Je suis sincère. S’il n’a jamais embrassé, et bien il est très doué. Misha rougit. Adorable. Je continue de papillonner sa peau de mes lèvres, m’installant confortablement sur son bassin. Je reste pourtant douce et tendre avec lui, faisant extrêmement attention de ne pas le brusquer. Lentement, je lui pose une question peut-être trop directe. Mais je ne désire pas non plus el choquer, ni le forcer. Je sais qu’il céderait si je l’exigeais, mais ce n’est pas ainsi que je vois les choses. Et la peur du rejet remonte en moi, me rendant anxieuse et tremblante, surtout qu’il ne répond pas de suite. Un soupir et un petit rire nerveux lui échappent avant qu’il en tente de me répondre. Les phrases sont décousues et emmêlées. Je sens ses tremblements contre ma peau et son regard, qui cherche le mien. Je sens tout à coup triste et abandonnée. Il me renvoi aux obligations que j’ai prises le jour où j’ai décidé que je serais l’Ulfrick d’une Meute. Peu importe qu’il me désire, s’il me refuse quand même. Pour une fis je ne sais pas le réconforter, parce que je me sens abandonnée et perdue. Balançant entre mon besoin de lui et la réalité froide de la Litanie et des traditions.

Pour une fois, je ne peux pas le réconforter ni trouver la solution la meilleure. Parce que ce dont j’ai besoin va à l’encontre des règles. Avec un gémissement plaintif et triste, je viens enfouir ma tête dans son cou. J’aurais dû me redresser et m’éloigner. Mais je ne peux pas. Je veux rester contre lui, et me sentir aimée et protégée encore un peu. Je ne veux pas être celle qui brisera l’instant ni l’alchimie qui nous unit. Je veux juste sentir sa peau nue contre la mienne, ses baiser et caresses sur mon corps, le sentir me dominer et posséder…. Mais apparemment ce ne serait pas bien. C’est injuste. J’enfonce un peu plus ma tête dans le creux de son cou, et frôle du nez sa peau chaude. J’aime son odeur. Apaisante.


« Moi j’ai envie de toi…. » Je murmure contre sa peau, déposant un petit baiser sur son cou. Juste un simple frôlement tendre. La réalisation de ce que j’ai toujours ressenti pour lui s’impose à mon esprit. Pourquoi le nier si je n’ai droit qu’à un petit câlin maintenant ? « Parce que je t’aime… et ça pour moi, c’est plus important que le reste. »

Je resserre la prise de mes bras autour de son cou et laisse mon corps s’appuyer un peu plus contre lui. Oh ça oui, j’en suis sure, je suis vraiment amoureuse de lui…. Mais est-ce que je sacrifierais mon rang d’Ulfrick pour lui ? Surement, si cela m’apporte ce dont j’ai toujours manqué… Mais il a aussi son mot à dire, et l’anxiété revient en moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Mer 30 Mai - 19:53

Les règles sont simples, et l’ont toujours été. Un alpha se trouve sa lupa en la personne d’une autre louve alpha, et si les loup alpha peuvent coucher avec toutes les louves de la tribue, c’est uniquement lorsqu’ils n’ont pas de lupa, pas d’alpha proche d’eux, mais pour les louves… eh bien les règles sont plus strict car ce sont elles qui deviennent mères. Et le jeune loup a été élevé dans les règles ancestrales des lycans disant qu’ils leur faut absolument coucher entre eux, ne faire des enfants qu’entre eux, et qu’en aucun cas il ne peut se permettre de mettre enceinte une femme humaine. Evidemment, il n’avait jamais été confronté à ces fameuses règles. Pour Misha la vie était on ne peut plus simple jusqu’à ce qu’il croise la route de Lana et qu’elle mette peu à peu le doute dans tout ce qu’il pensait savoir. Avant qu’elle ne tue son père, Misha pensait qu’il vivrait à tout jamais dans le foyer familial, il ne sortait jamais sauf quand son père lui donnait une mission, il ne fréquentait pas d’humains, et comme il n’y avait pas d’autres meutes installés près d’eux, il n’y avait que les lycans de passages que son père acceptaient parfois, mais très rarement, d’accueillir sur ses terres. Il disait toujours avec un ton sarcastique que le bon vieux temps où on pouvait se montrer hospitalier était révolu, et qu’il serait con tout de même d’ouvrir sa porte, et d’offrir son toit à un rival. Misha ne vivait que par et pour les volontés de son père. Il suivait le moindre ordre à la lettre sinon les coups pleuvraient, et de toute façon ils ne cessaient jamais de pleuvoir. Sans doute qu’après l’adolescence il aurait pu combattre ce père abusif si seulement il en avait eut le courage et l’audace, mais de toute façon à quoi bon ? il n’était pas un alpha, c’était un dominé, un véritable soumis, complètement dépendant à tout point de vue. Lana avait été son seul point de repère pendant des années, et même s’il commençait à se démerder un peu mieux, il avait continuellement besoin d’elle, surtout dans les situations déstabilisantes. Le problème ? Que pouvait-il faire lorsque c’était elle qui devenait déstabilisante ? Et dire qu’il supportait sans ciller les crises secouant son alpha, les changements soudains d’humeur, il était toujours présent pour la calmer, l’apaiser, et ne tremblait pas de peur, jamais il n’avait eut peur d’elle, enfin, si, lorsqu’elle venait de tuer son père et qu’elle avait encore son sang dans la bouche lorsqu’elle s’est tourné vers lui. Il a vraiment cru qu’elle allait l’éliminer ce jour là. Aurait-il imaginer que quelques années après, il serait son bras droit, la servant au mieux, travaillant avec elle au sein de la mafia, et plus étonnant encore, qu’il s’éveillerait un beau matin avec elle complètement nue tout contre lui, avec un tel regard qu’il semblait évident que la nuit avait été tout sauf paisible ? Non, bien sûr qu’il n’aurait jamais pu imaginer une telle chose. Mais elle s’était produite, et à présent il devait faire avec, tenté de gérer le tout, en n’oubliant ni sa place ni son rang.

Cela lui fendait véritablement le cœur de couper court à cet élan, de la repousser alors qu’il savait à cet instant que c’était ce qu’il avait toujours désiré, toujours voulu sans même le savoir, c’était comme s’il avait vécu toute sa vie pour cet instant. Comme si le moindre frémissement de son alpha, le moindre battement de cil, le moindre soulèvement de sa poitrine généreuse et nue était une récompense pour toutes les souffrances qu’il avait enduré, et ces seins nus comme ces lèvres pulpeuses semblaient dire que la douleur c’était fini, que la peine s’envolerait dès l’instant où il cèderait, où il accepterait son destin, celui qui leur était dessiné dans le ciel et sur la terre. Mais il était un lycan, quelqu’un habitué à devoir contraindre ses instincts animaux, à les modeler, à les limiter, à les repousser. Il était capable de briser un tel moment, et même si cela était douloureux. Misha était quelqu’un qui aimait sans compter, même si sur le plan amoureux il ignorait encore quel amant il pouvait être, quel genre de compagnon il deviendrait si elle le choisissait ou pire si elle tombait enceinte, enfin pire, c’est juste qu’ils allaient briser les règles ancestrales. Cependant, il conservait toujours la tête froide, même lorsqu’une main chaude et douce cajolait sa peau, le tentait par toutes les manières possibles et imaginable, même lorsque la femme de ses rêves les plus humides se collait à lui, de manière si indécente. Il ne pouvait oublier ni sa place ni son rang, encore moins enfreindre ainsi les règles. La seule manière c’était qu’elle l’y oblige, car il était son soumis, et il lui obéirait à tout jamais, comme il était capable de renoncer à elle. Jamais il n’aurait supposé sentir son cœur battre ainsi dans sa poitrine, jamais il n’aurait songé à elle ainsi, jamais il n’aurait laissé son membre durcir obstinément en sa présence, et jamais il n’aurait cru frémir rien qu’en la regardant. Comment renoncer à quelque chose d’aussi nouveau pour lui, pouvait-il être aussi douloureux ? La veille encore il ignorait ce que cela pouvait faire d’être embrassé par une femme, et aujourd’hui il vendrait son âme au diable pour un dernier baiser de la divine louve lovée contre lui. Il était perdu, ils étaient tous les deux perdus, et rien ne pourrait plus les sauver. Etait-ce cela l’amour ? Etait-ce ce cœur battant, cette moiteur aux mains et plus bas ? Ce frisson, et cette boule d’angoisse ? Ces peurs stupides et ces désirs terribles ? Il comprenait mieux qu’on en fasse des chansons et des poèmes, il pensait que son cœur allait lâcher, que son esprit finirait rongé, et que d’une manière ou d’une autre, il n’y survivrait pas.

A cette phrase prononcée tant bien que mal, la lycanne le regarde avec une leur presque de tristesse dans le regard. Il a besoin de son réconfort, besoin de savoir quels sont les ordres, doit-il s’éloigner d’elle, et reprendre au plus vite sa place et la distance qui maintenant doit s’imposer entre eux ou doit-il braver les règles pour elle ? Il attend la réponse, il en a tant besoin, mais il ne trouve nul appuis chez elle, qui s’effondre à l’instant où il a besoin d’elle. Elle enfonce son visage au creux de la nuque du jeune homme qui pousse un long soupire. Il aurait aimé qu’elle lui délivre la solution, mais peut-être qu’elle est tout aussi perdue que lui ? Non, pas elle, pas Lana. Il ne peut y croire quand il voit les décisions qu’elle est capable de prendre et sa manière de diriger, de guider, de protéger les siens. Il entoure néanmoins la jeune femme de ses bras, réflexe qu’il a, d’être toujours là pour elle, et finalement c’est lui qui apporte par son geste le réconfort tant attendu. « Moi j’ai envie de toi…. » fait-elle presque égoïstement. Elle embrasse son cou en disant cela, ne redressant pas la tête, sans doute parce qu’elle a peur de lire la raison dans les prunelles bleu clair de son amant. « Parce que je t’aime… et ça pour moi, c’est plus important que le reste. » Aimer, ce mot a un sens différent que celui qu’il emploie d’ordinaire, et il le sent dans la voix de la jeune femme. Lui aussi ressent des choses inhabituelles, mais il ignore ce que c’est. Il se pose des questions, et cependant la bête en lui le guide, le mettant sur la voix. C’est elle qu’il attendait, c’est d’elle dont il a besoin, n’est-ce pas toujours vers elle qu’il se tourne, n’est-ce pas pour elle qu’il fait toutes ces choses qui constitue aujourd’hui son existence, n’est-ce pas pour elle qu’il doit parfois élever la voix alors qu’il déteste faire cela, parce que lorsqu’elle est absente il faut faire respecter sa volonté ? Il a toujours agit qu’en fonction d’elle, mais pensait que c’était sa nature de soumis, et si c’était ? « Définie, s’il te plait le mot aimer. » demanda-t-il d’une voix enfantine. Il voulait savoir si tout ce qu’il ressentait était bel et bien de l’amour. Il savait néanmoins que c’était le moment où il devait se montrer raisonnable, l’un des deux devaient l’être, sinon, comment pourrait-elle encore commander la meute si elle s’affichait avec un lycan qui n’a rien d’un mâle dominant ?



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Dim 1 Juil - 9:03

Je perds pieds, jamais un bon signe. Mais je suis perdue dans un mélange de sentiments et sensations s’opposant à la raison et aux règles. Je connais la Litanie. Je l’applique parce qu’elle est symbole de survie pour ma race et règle bien des problèmes. Je n’ai jamais eu à me poser de questions quant à quoi faire quand on désire quelque chose d’interdit. Je n’ai pas de souvenirs de mon enfance, j’ignore comment j’ai été élevée par rapport à nos lois. Ce que je sais c’est que même après j’ai toujours eu une très bonne connaissance des Lois lupines et de mon rang d’alpha. C’est lui qui m’a permis de créer la Meute et d’en être l’Ulfrick. Exception de taille, une Louve n’est jamais chef, c’est toujours un mâle. Mais dés le départ, j’ai su qu’un jour je serais déclassée. Soit tuée pour avoir ma place par un alpha mâle, soit bannie au loin ou au mieux reléguée au rang de Lupa. Je pourrais l’accepter si ma Louve choisissait l’autre pour compagnon. Jusqu’à présent la question ne s’est jamais posée. Je sais aussi qu’un Lycan alpha peut batifoler à son grès avec les autres Lycanes du clan voire avec les Humaines. Pour une femelle, c’est plus strict. En théorie, c’est uniquement avec son compagnon. Nous sommes fertiles dans cette race et les femmes restent donneuses de vie. Autant être sure de savoir d’où l’enfant vient… Pour ma part, ayant été une prostituée, j’ai appris très vite à être prudente. J’ai occasionnellement des amants, non Lycanthropes, Humains et Vampires. Avec les Canaïtes l’avantage est la sureté de ne pas tombée enceinte. Mais pour moi, qui suis Ulfrick, coucher avec un autre de ma race est lui donné l’assurance d’être mon compagnon. Un risque à ne pas prendre à la légère…. Pour autant, cette nuit ma Louve a choisi un compagnon et s’est soumise à lui. Il est plus que claire qu’on n’a pas fait que dormir l’un contre l’autre. Les traces de morsures sur mon poignet et ma nuque, les quelques griffes éparses sur mon corps et le ronronnement de contentement de ma Louve ainsi que les réminiscences sont très claires. Et même si le choix bouscule dangereusement les lois et l’ordre de la Meute, pour le moment il m’importe peu.

J’accepte assez facilement d’être amoureuse de lui. Je ne suis pas surprise. J’ai probablement toujours eu conscience que s’il était le seul à savoir me canaliser et me manipuler, c’était à cause de mes sentiments pour lui. Et je crois que ma Louve a su dés le premier regard ce qu’il était pour elle. Est-ce pour cela que je ne l’ai pas défié mais juste proposé de me suivre ? C’était un mâle, même soumis, j’aurais dû me battre avec lui. Pour autant, je n’en ai rien fait, captivée par le regard clair. Il m’a fallu du temps pour comprendre que ma Louve avait choisi son compagnon de vie. Et il a fallu des années pour qu’il se montre dominateur et tente sa chance. Et maintenant ? Blottie contre lui, satisfaite de la nuit mais avec l’envie de recommencer, je me retrouve confronté aux règles. Je suis repoussée et rejetée parce qu’il est interdit à une alpha de s’accoupler avec un Lycan non alpha. C’est injuste. Pourquoi la seule personne que j’aime doit m’être refusée ? J’ai les larmes aux yeux, et une douleur insondable au creux du ventre. Je ne veux pas choisir entre lui et ce qu’il m’apporte comme sécurité et bien être et mon rang d’Ulfrick. J’abandonnerais mon rang, ma place dans la Meute pour lui. On a un seul compagnon possible dans notre vie, ce serait stupide de perdre cette seule occasion. Et Misha représente énormément pour moi, de trop pour risquer de le perdre. En même temps, je me refuse à l’obliger à quoi que ce soit. Bien sur, il obéirait à n’importe quel ordre : me céder ou me repousser. Mais je ne veux pas. Je veux un échange équitable pour une fois.

Sa réponse me fait mal. J’enfonce ma tête dans sa nuque, incapable de prendre de la distance. J’aurais dû réagir, m’éloigner et lui dire qu’il a raison. Mais je n’y arrive pas. Je m’effrite de l’intérieur. Je perds pieds. Plus rien ne semble avoir de l’importance maintenant, si je ne l’ai pas lui. Pourquoi resterais-je à la tête de la meute ? Pour la première fois depuis que j’ai choisi ce rang, je trouve le prix trop élevé. J’ai besoin de Misha, de ses caresses rassurantes, de son regard amoureux et de ses étreintes apaisantes. J’ai besoin qu’il me gère, me canalise mais aussi qu’il m’aime. Mon seul repère fiable et rassurant. Et là il me repousse au nom des lois. Il a surement raison. Mais je n’arrive pas à les appliquer, pas cette fois-ci. Et ma Louve grogne de frustration. Ce n’est pas ça qu’elle veut. Son choix est arrêté quant à son compagnon et elle ne comprend pas pourquoi elle ne peut l’avoir. Moi non plus. Mais le choix est assez étrange. C’est comme si elle, elle savait quelque chose qui échappe à nos esprits humains. Je sens ses bras se refermer autour de moi, prise rassurante et protectrice qui me fait frissonner. J’arrive à formuler mon désir pour lui, l’explicitant par les sentiments un peu trop violents et forts qui secouent mon être. Je n’ai jamais aimé. Pas comme cela. C’est nouveau pour moi, du moins je crois. Mais j’ai la certitude de savoir que je le suis. J’ai besoin de lui…. Sa question, enfantine, me surprends et je me redresse légèrement pour le regarder un moment dans les yeux. C’est à moi qu’il demande cela ? D’ailleurs c’est quoi aimer au fond ? J’en ai la certitude mais l’expliquer…. J’hésite, ignorant comment répondre correctement ni ce qu’il attend vraiment.


« C’est… enfin…. » Je commence cherchant des mots. Et moi qui suis du genre à montrer par les gestes plutôt que de m’exprimer avec des mots…. Le plus simple reste de balancer les choses telles qu’elles me viennent à l’esprit, non ? « La sensation de sécurité quand je suis avec toi, le bien être aussi …. La sécurité et le besoin de t’avoir près de moi. La jalousie quand tu t’intéresse à ton amie sorcière…. Euh… La chaleur que tu éveilles en moi par un sourire, un regard…. L’envie d’être à toi, de me laisser faire, de sentir ton odeur, ta peau contre la mienne… Le trouble que tu peux semer en moi…. Le besoin de t’avoir, d’être tienne et de te savoir là, non loin…. La sécurité parce que tu es là, que quoiqu’il arrive tu veilles sur moi… Les battements plus rapide de mon cœur, les réactions de mon corps quand tu es trop près… Le désir…. La fait que tu hantes mes pensées et rêves…. Tout ce que tu éveilles en moi par ta présence, ton regard ou un frôlement… L’impression d’apaisement, d’être aimée et à ma place avec toi… L’envie d’avenir…. »

Je fais une pause, ne sachant quoi ajouter ni si j’ai répondu à sa question. Mon regard revient accrocher le sien, incertain et questionneur, cherchant une réponse à travers ses yeux clairs. Lentement, je reviens coincer ma tête dans la creux de son cou, désireuse de profiter encore un peu de sa chaleur et du contact de nos peaux nues l’une contre l’autre. Si c’est l’unique fois, alors je désire ne profiter au maximum… Peu importe les conséquences et la suite, j’ai besoin d’être à lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Lun 16 Juil - 21:27

Peiné de devoir renoncer à quelque chose que son cœur et son âme ont tant désiré, le lupin sent son cœur se brisé au moment même où il évoque les règles ancestrales, et le grognement de mécontentement de la louve ne fait qu’ajouter à la cuisante blessure de son cœur. Il est furieux contre lui-même de la blesser, de la contraindre à quelque chose de si déplaisant qu’elle grogne ainsi. Il lit dans ses traits et dans ses prunelles de l’incompréhension, pourquoi ces règles sensé assurer leur survie en ce bas monde, se révèlent finalement si cruelle lorsque leur cœur leur indique une voie si simple et si évidente ? Il n’a guère besoin de se poser beaucoup de questions, il sait qu’il a toujours désiré cela sans jamais oser se l’autoriser à imaginer que cela puisse un jour être possible. Conscient d’une manière assez clairvoyante que les règles ne l’y autorisait pas, il ne s’est jamais laissé la moindre opportunité. Il était simplement heureux d’être à ses côtés. Qu’elle fut toujours là pour lui, qu’elle le rassure par ses regards, par ses attentions, par ses choix, qu’elle lui réserva une place de second alors qu’il était loin d’être un dominant, tout cela l’avait toujours rendu très heureux et il n’aurait pu imaginer de plus grand bonheur que celui qui était le sien. Oh, il aurait préféré ne jamais avoir connu la joie de ce matin, et même si cela le gênait et le surprenait tout autant, il aurait aimé ne jamais la voir ainsi lovée contre lui, car comment pourrait-il à présent renoncé à cette intimité toute nouvelle mais si clémente et si douce ? Il ne pourrait, il sentait déjà son âme et son cœur se déchirer à l’idée de respecter la Litanie. Pourtant, la voix de son père martelait déjà son esprit, et mettait son âme à la torture. S’il portait Lana en son cœur, et oh combien comptait-elle à ses yeux, il ne pouvait admettre l’idée que par sa faute à lui, elle devait perdre sa place de Alpha, qu’elle pourrait perdre tout, être bannie de la meute parce qu’elle avait fauté avec lui. Bien sûr, peut-être qu’il ne jaillirait rien du tout de la nuit dernière, peut-être que leur grande fertilité n’avait pas entré en action cette nuit, et dans ce cas là, alors il faudrait mieux qu’il se retire. Pourtant, une partie de lui se refusait à cela, et espérait de tout son âme qu’elle le contraindrait à rester auprès d’elle, à la servir en toute occasion et de toutes les manières possibles et imaginables. Il ne désirait qu’une seule chose, rester auprès d’elle, et qu’importe s’il n’était plus autorisé à la toucher, tant qu’elle était préservé de tout mal et de toute honte. Il ne supporterait pas qu’on la traite mal à cause de lui. Et toute son âme s’abîmait dans cette réflexion. Oui, il se sacrifierait mille fois pour elle, et il en serait heureux. Renoncer à cela, il pouvait l’accepter si on lui assurait que Lana demeurait l’Ulfric et n’aurait rien à craindre.

La jeune femme eut un air boudeur, elle semblait chagrinée qu’il lui eut rappelé les règles. Misha baissa le nez, piteux d’avoir contraint sa maîtresse à se souvenir des dites règles. Elle pouvait décider des règles, pour lui, elle était la seule qui comptasse, la seule qui pouvait décider de sa vie, elle pouvait lui ordonner de cesser de respirer il s’exécuterait dans l’instant. Elle le fascinait, faisait battre son cœur, elle déterminait chaque instant de sa vie, et il ne pouvait survivre sans elle, il n’en aurait aucun goût sans elle. Puis, elle leva les yeux vers lui, alors qu’elle le taquinait avec ses mains, elle lui déclara qu’elle l’aimait. Ces mots semblaient importants entre les lèvres de la jeune femme, pourtant, il se souvenait de Sunlight lui disant que le mot amour pouvait avoir une certaine signification, il se souvenait de la gardienne lui disant de garder ce mot là pour une personne spéciale, pour Lana. Il n’avait pas compris sur le moment, et à présent il contemplait Lana droit dans les yeux. Le temps semblait s’être arrêté. Plus de chant d’oiseau, plus de bruissement de feuillages sous l’impulsion du vent, pas la moindre odeur de la nature ou des animaux la peuplant venant chatouiller ses narines, il avait l’impression que la seule chose occupant son monde à cet instant était la louve collée contre lui, le contemplant avec un mélange de douceur et d’incompréhension, de questionnement. Cependant, c’était lui qui était perdu. Est-ce que l’amour voulait dire qu’on pouvait briser les règles ? Est-ce que le fait qu’elle aime pouvait-il tout changer ? Est-ce que lui aussi l’aimait-il ? Il ne comprenait pas. Il se sentait perdu. Il avait besoin de comprendre ce qu’elle voulait dire par aimer. Car il avait entendu ces mots formuler de tant et de si diverses manières. Qu’est-ce que cela signifiait exactement ? Est-ce que cela pouvait les délivrer de ces maudites règles ? Il lui demanda de définir le mot aimer avec une voix enfantine. « C’est… enfin…. » commença-t-elle d’une voix hésitante. Elle a l’air pensive. Il est amusant de penser que d’ordinaire c’est lui qui cherche ses mots. Lana semble aussi perdue que lui, seulement elle est perdue dans son explication et non dans son cœur. ? « La sensation de sécurité quand je suis avec toi, le bien être aussi …. La sécurité et le besoin de t’avoir près de moi. La jalousie quand tu t’intéresse à ton amie sorcière…. Euh… La chaleur que tu éveilles en moi par un sourire, un regard…. L’envie d’être à toi, de me laisser faire, de sentir ton odeur, ta peau contre la mienne… Le trouble que tu peux semer en moi…. Le besoin de t’avoir, d’être tienne et de te savoir là, non loin…. La sécurité parce que tu es là, que quoiqu’il arrive tu veilles sur moi… Les battements plus rapides de mon cœur, les réactions de mon corps quand tu es trop près… Le désir…. Le fait que tu hantes mes pensées et rêves…. Tout ce que tu éveilles en moi par ta présence, ton regard ou un frôlement… L’impression d’apaisement, d’être aimée et à ma place avec toi… L’envie d’avenir…. » Elle plante ses yeux dans les siens, semblant le questionner. Que lui demande-t-elle exactement ? Pour une fois il est perdu dans ce regard bleuté qui est tout son univers. Il ignore ce qu’elle lui demande, s’il aime aussi, s’il ressent la même chose, ou s’il accepte cette réponse, si elle lui convient ? Il pousse un petit soupire. Tout semble soudainement si compliqué. Il regrette d’avoir évoqué la Litanie, il regrette d’avoir brisé la simplicité évidente de ce moment et ce bonheur qu’ils avaient pour eux.

Elle pose sa tête au creux de l’épaule du jeune homme qui fixe le ciel bleu au-dessus de leur tête, et observe les légers nuages éclairés si vivement par le soleil qu’il doit baisser les yeux de peur d’être aveuglé. Il pose les yeux sur les mèches blondes de la jeune femme masquant son visage et son regard. De sa main droite, délicatement, il repousse les mèches dans un geste tendre et doux. « Moi aussi je… enfin… tu es tout… mon monde tourne autour de toi… je me sens perdu si tu n’es pas là… et ce matin… je crois… j’crois bien que je t’aime… » fit-il d’une voix si faible qu’on eut dit un murmure, qui se perdait avec le souffle du vent. Il caressait du bout des doigts l’épaule de la jeune femme, sa peau nue était si douce, et son parfum si présent, si captivant. Elle éveillait en lui quelque chose. Son ventre s’exprimait, se tortillait, et il avait la sensation de picotement en bas de son dos. Une étrange chaleur baignait dans son bas-ventre, et quelque chose animait son membre, quelque chose qu’il n’avait jamais réellement ressenti depuis très longtemps, peut-être ne s’en était-il alors jamais rendu compte. Pourtant, il se sentait inquiet, mal à l’aise, perturbé. Pas seulement à cause des règles, il était inquiet aussi parce qu’il ignorait comment tout cela pouvait fonctionner, il était inquiet parce que son père lui avait répété durant des années qu’il serait incapable d’offrir quoi que ce soit à qui que ce soit, et qu’il était persuadé que personne ne serait jamais capable de l’aimer. Il se mordilla les lèvres. « Est-ce que si… enfin si tu m’aimes, cela veut-il dire que les règles ne compte plus ? » demanda-t-il avec une innocence toute enfantine. Il aurait aimé que la réponse soit oui, un grand et immense oui. « Je ne veux pas devoir partir loin de toi… j’veux rester à côtés de toi, pour toujours. » déclara-t-il avec ferveur.

[HS: roh je les trouve trop mimi tous les deux, j'adore ce rp, mais franchement c'est pas gagné avec Misha lol, j'espère que Lana est patiente...]



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Nat'
MESSAGES : 788
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli & Tumblr
AVATAR : Diane kruger

JOB : cheffe de la Mafia russe
APPARTENANCE : Ma meute
CAPACITES : Lycanthropie et Elodoth
MOOD : arriviste et instable

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Mar 31 Juil - 16:28

La Litanie est là pour protéger la Meute et permettre à notre race de prospérer. Pourtant, il y a de moins en moins de Lycanthropes parait-il. Je sais aussi que certain pousse très loin le respect, jusqu’aux unions consanguines pour rester entre Lycans purs. À vrai dire, la question de mon compagnon et de mon réel statut dans la meute ne s’est jamais posé. J’ai mis une raclée à tous les mâles et à certaines femelles. J’ai prouvé par la force et la violence ma supériorité. Je voulais une Meute. J’ai visé les petits rassemblements familiaux et le peu de Lycans organisés de Prague. J’ai obtenu ce que je voulais, en appliquant en partie la Litanie. Car je n’oublie pas que par nos Lois, seul un Mâle alpha peut diriger. Hors je suis une femelle… Et curieusement personne n’a remis en doute ma position de chef. La Litanie, on l’applique en général face aux nouveaux parce qu’elle nous permet de savoir quoi faire. En dehors de ça, la Meute a ses propres règles, comme chaque clan. Et entendre parler de traditions et lois en ce moment me frustre à un point inimaginable. Je ne veux pas obéir aux anciens préceptes. Je veux juste Misha. Je veux être à lui. Ma Louve a choisi son mâle, son Loup à lui. Et je sais que ce que je ressens pour lui est unique. Et même s’il a raison. Même si je devrais m’éloigner… Je me contente de me serrer contre lui et de grogner doucement de désapprobation. J’aimerais qu’il ne soit pas si raisonnable, qu’il se contente de répondre à mon envie… Car je sais qu’il l’a partage. J’entends son cœur battre trop fort et trop vite, je sens son odeur et je sens son corps nu régir contre le mien. Et je sens le doute et l’effort que me repousser engendre en lui. Alors, je profite de la brèche. Je me montre câline, me blottis encore plus contre lui et profite. Surtout si c’est l’unique fois où je peux être ainsi avec lui, douce et aimante, juste amoureuse et câline. Sensuelle aussi, vu que je taquine sa peau sensible de mes dents et lèvres, du bout des doigts. Je mémorise tout, car il semblerait que seul le souvenir me sera permis après cela. Et j’ai mal. Mon cœur se brise, se déchire dans ma poitrine à cette idée-là. Je grogne presque de frustration et colère, peu disposée à abdiquer facilement. J’inspire lentement, son odeur m’apaisant doucement. Il a la peau chaud et douce contre la mienne, même si sous mes doigts fins je peur sentir des cicatrices fines zébrées sa peau blanche. Je profite du contact, du calme qui nait en moi en même temps que le désir fait son nid dans mon ventre.

Lentement, après avoir capté son regard clair à nouveau j’avoue spontanément mes sentiments. Je l’aime. Je n’ai jamais réfléchi à ça avant. Mais c’est une évidence. Et la réalisation est simple pour moi. Moins pour lui, qui me regarde avec des grands yeux étonnés et surpris. Je mordille ma lèvre inférieure. Et s’il me repousse ? Comme vais-je gérer d’être rejetée de la seule personne qui compte au monde, pour qui j’éprouve ce sentiment vif et total ? Je l’ignore. Je ne sais jamais comment je vais réagir à quelque chose. Personne ne peut savoir avec moi. L’instinct guide et la brusquerie me caractérise. Aussi c’est imprévisible pour les autres et moi-même… Et si j’ai peur de sa réponse, je ne le quitte pourtant pas du regard. J’attends. Et puis Misha me regarde et me pose une question : définir amour… Compliqué et simple, je me sens prise au dépourvu. En général, je suis assez bonne pour répondre aux questions et calmer ses angoisses. Mais là… je tente de réunir mes pensées et de formuler quelque chose de correcte. Je balbutie, m’arrête et plisse le nez. C’est quoi aimer au fond ? Comment l’expliquer simplement ? Finalement, je préfère le dire ce que je ressens près de lui, ce qu’il éveille en moi comme ressentis et sensations, ce que je pense quand je suis avec lui… Je balance sans ordre ni lien mes idées, sans pour autant le lâcher du regard, cherchant dans ses yeux si je répons à ses doutes ou non. Finalement je me tais et questionne du regard mon compagnon. Plus aucun de nous ne parle. Le silence revient doucement. Avec lenteur je viens déposer à nouveau ma tête dans le creux de son cou, sur son épaule et j’inspire son odeur. Je me sens bien comme je ne le suis jamais en ce moment. Et puisque les doutes, la peur et la colère ont fui, je profite du calme serein. Je sens sa main chasser les mèches qui recouvrent mon visage et je souris doucement sous la caresse. Je ronronne presque de plaisir. Je ne bouge pas, le laissant faire tranquillement, en confiance, ce qui est rare. Misha finit par reprendre la parole, ses mots sont incertains et faibles mais ils éveillent un moi une certaine chaleur. Je me blottis encore plus contre lui, enfouissant mon nez dans son cou et déposant quelques baisers légers sur sa peau tendre. Mes doigts caressent délicatement son torse, s’arrêtant pour redessiner les cicatrices qui le zèbrent. Je sens ses doigts frôler mon épaule nue et un léger soupir m’échappe. Je me sens toujours aussi bien, câline et collante avec ce besoin de contact alors que je suis du genre à mordre quand on me touche, en dehors de certaines circonstances. Mais là le contact m’apaise et allume à nouveau le désir en moi. Je peux sentir le désir de Misha mais aussi son trouble. J’ai bien deviné qu’il n’était pas très coutumier de ce genre d’échange. Quand il reprend la parole pou me poser une question, je stoppe mes caresses et me redresse pour pouvoir capter ses yeux clairs.


« Tu as remarqué que notre meute n’était pas conventionnelle, genre je ne devrais pas la diriger vu que je suis une femelle ? »Je réponds en embrassant son menton. « Je ne veux pas me séparer de toi non plus…. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHOMME SOUMIS ET FIER DE L'ETRE


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 115
COPYRIGHT : Nicotten; tumblr
AVATAR : James McAvoy

JOB : Mafieux ; co-gérant de l'Apocalypse Rhum
APPARTENANCE : La meute de Shreveport
CAPACITES : Loup alpha qui s'ignore.

MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   Jeu 6 Sep - 13:10




Dans les bras de son alpha, sous l’asseau de ses caresses mélange subtile entre tendresse et sensualité, des mots qui n’avaient que peu de sens à ses yeux jusqu’à ce qu’elle les rende manifeste par ses gestes empli de douceur et de volupté, il sent ses interrogations et ses doutes comme des ignominies, un vrai blasphème. Briser la perfection de cet instant qu’il a l’impression d’avoir attendu toute sa vie alors qu’il ignorait désirer cela. Pour lui, Lana est avant tout son monde, sa dominante, celle qui définie les règles et les limites, celle qui l’a délivrer de son père abusif, et lui a montrer que l’autorité ne signifiait pas forcément la violence et les mauvais traitement. Avant elle, il ne connaissait pas le véritable sens du mot liberté, comme il ignorait qu’il pouvait avoir son mot à dire, qu’il pouvait calmer, qu’il était capable de rassurer comme il le fait lorsqu’elle entre en crise. Elle lui a dévoilé tant de choses sur sa propre personnalité, et sur le monde qu’il imaginait limité, dur, cruel et violent. Il n’aurait jamais cru qu’elle pourrait lui offrir encore plus que tout cela, parce que c’était déjà énorme pour lui. Lorsqu’elle avait tué son père, il avait cru qu’elle se montrerait d’autant plus impitoyable avec lui, parce qu’il n’avait pas cherché à le défendre ni à prendre sa place, parce qu’il s’était soumis aussi vite que cela était possible ou même imaginable. Les loups ont tendances à se montrer naturellement sans pitié envers les plus faibles. Pourquoi se gêner pour ceux qui se laissent volontiers écraser ? Lana était différente. Et la meute qu’elle lui offrit n’avait rien à voir avec celle qu’il avait connu. Absolument rien à voir. Le peu de la litanie qu’il connaissait, lui avait été dicté par son père qui n’avait jamais prit vraiment le temps de lui enseigner proprement les textes anciens. Son père en bon alpha autoritaire et égocentrique dictait les règles qui l’arrangeait et oubliait volontiers les règles dont il se passait. Il ne connaissait que les punitions, les actes de rébellion considéré comme de la traîtrise et selon son père pratiquement chacun de ses faits et gestes en était. Il avait dix ans lorsque son père le battit presque à mort en l’accusant de haute traîtrise parce qu’il avait eu le malheur de sortir du territoire pour aller voir si derrière la forêt, les rires d’enfant qu’il entendait provenait d’humains comme il le supposait. Pourtant il n’avait pas osé franchir la lisière de la forêt, il était demeuré caché dans les fourrés, à écouter, essayant de distinguer les silhouettes au loin dans ce qu’il apprit plus tard était une cour de récréation. Lorsqu’il était rentré, son père était furieux et soit disant inquiet, il lui avait demandé où il avait été, et Misha trop honnête pour mentir, il savait déjà que les mensonges se payaient plus cher que la vérité, avait tout raconté, la mine en larmes, le nez baissez, presque collé à son pull couvert de terre et d’herbes. Lana lui avait montré que son père se trompait, que la litanie n’exigeait pas que les loups restent uniquement sur le territoire de la meute. Ce serait stupide d’ailleurs, sinon comment feraient-ils donc pour protéger leur territoire s’ils ne pouvaient en sortir ? Ce que son père appelait la litanie, en vérité, étaient plus des règles d’une prison nullement dorée.

Il aurait aimé ne plus se poser de question, et à l’instant où elle lui décrivit ses sentiments il se senti tellement stupide. Pourquoi fallait-il qu’il parle de ces règles ? Tout son corps lui criait qu’ils s’en fichaient, qu’à cet instant la seule chose qui importait c’était cette chaleur qui entourait son corps, qui faisait des tourbillons dans son ventre, ces papillons, et ce petit frisson qui baignait son bas-ventre, cette accumulation de sang en bas là, vers son membre et cette chaleur fiévreuse. Il renifla doucement le parfum de leurs sueurs se mêlant au creux du contact de leurs peaux chargées de l’odeur de leur bête mais aussi d’autre chose, une odeur forte et pleine de musc, une odeur sucrée mais enivrante, entêtante. Aux frissons que provoquaient les caresses de la jeune femme autant que ses paroles, il ne pouvait plus répondre que par quelques brides de mots hachés parce que hésitante. Tenir tête à Lana lui était de toute façon impossible, mais il semblait important qu’il mette des mots sur ce qu’il ressentait à cet instant. Il fallait qu’il lui dise l’importance qu’elle avait pour lui, même si c’était de manière maladroite et pleine d’hésitation. Il ouvrit la bouche et les mots franchirent ses lèvres même si cela semblait terriblement désuet et terriblement mal dit. Il n’avait guère le vocabulaire pour cela, et sa timidité le gênait. Il se sentait si stupide comparé à elle qui semblait pouvoir décrire si facilement ce qu’elle ressentait. Baissant les yeux il lui demanda s’ils pouvaient oublier les règles. Parce que la litanie disait qu’ils ne pouvaient être ensemble, la voix de son père dans sa tête lui disait qu’il était indigne d’elle, toute sa raison lui disait qu’il souillait Lana simplement en la tenant ainsi, en ne se comportant pas comme le soumis qu’il était. Il aurait dû simplement la vénérer. Pourtant il voulait faire bien plus. Pourtant son cœur lui disait de se moquer de tout cela. Il ne voulait pas la quitter. Oh il se moquait bien de ce qu’elle exigerait de lui, pourvu qu’elle le conserve auprès d’elle. « Tu as remarqué que notre meute n’était pas conventionnelle, genre je ne devrais pas la diriger vu que je suis une femelle ? » C’était vrai qu’en regardant bien, ils ne respectaient pas exactement la litanie, cependant aucun mâle de la meute n’était capable de tenir tête à Lana. Elle n’était pas seulement puissante, Andreï était plus fort qu’elle techniquement parlant, mais elle avait cette rage en elle, cette colère qui lui donnait un avantage certain, qui la poussait à se relever et continuer quand la plupart renonce.

Misha l’avait toujours trouvé impressionnante lorsqu’elle se battait. Même lorsqu’elle avait tué son père. C’était le premier combat qu’il voyait, partagé entre la tristesse pour son père, aussi immonde avait-il été, il demeurait son père, et la fascination pour cette louve qui battait son père. La première personne qu’il voyait capable de tenir tête à son père. Selon ce dernier, Misha aurait dû se retrouver enchaîné quelque part ou mort dans un fossé après ce combat, parce que selon lui aucun autre loup n’aurait pu se montrer aussi indulgent avec lui. Mais les règles de son père ne valaient rien, il l’avait réalisé, avec difficulté bien plus tard. Il baissa les yeux, un petit sourire aux lèvres, croisant les prunelles de la jeune femme. « Je ne veux pas me séparer de toi non plus…. » Il la serra contre lui, de ses bras au teint légèrement hâlé par le soleil, de ses muscles qui étaient apparus depuis que Lana était devenue son alpha. « Tu n’es pas une femelle comme les autres, et puis de toute façon… » Il hésita sur les mots. « Tu es la plus forte. » Il voulait dire par là qu’elle avait gagnée sa place en se battant contre tous les mâles, excepté lui, qui avait courbé l’échine directement. Il caressa le dos de la jeune femme du bout des doigts. Quelque chose le démangeait en dessous, c’était les hanches de la jeune femme frôlant son membre gonflé, et le désir noyé quelque part entre le contact physique de la femme qu’il aimait et ses sentiments, et son refus de les écouter, sa découverte de ce qu’il n’avait jamais osé imaginé. Il poussa un petit soupire. « Je ferais ce que tu souhaites. » murmura-t-il. « S’il te plait, ordonne moi, j’obéirais. » Il ignorait s’il était juste en lui demandant de prendre la décision pour eux deux, de décider pour eux, de lui ordonner d’être son mâle, d’être son compagnon, mais il savait que les ordres de Lana primerait toujours sur ses doutes, et que c’était elle qui avait toujours finalement décidé des limites de son monde. Dans ses yeux, elle pourrait lire sa supplique. Il savait qu’il était indigne d’elle, et sa raison le lui hurlait, mais son cœur disait le contraire, des choses impossibles, elle seule pouvait faire taire sa raison entêtée et son cœur devenu fou.



Ange déchu
❝ T’as rien à savoir toi, tu devrais oublier c’que tu sais voilà ton problème ! Oublie c’que tu crois savoir à propos de la vie, à propos de l’amitié et puis tout spécialement de toi et moi.

couleur: DarkSeaGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Éveil des sens lupins [Misha G.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Éveil des sens lupins [Misha G.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: ALENTOUR DE PRAGUE :: Víla :: Ruines Prokletý-