[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je dors sur des roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Modératrice


PSEUDO : Azra
MESSAGES : 255
AGE DU JOUEUR : 28
COPYRIGHT : Azra pour l'ava, tumblr pour les gifs
AVATAR : Katharine McPhee

JUKEBOX : Touch Me — Katharine McPhee
JOB : Serveuse au Blue Night
APPARTENANCE : Mage
CAPACITES : Manipulation de la terre, vision des esprits
MOOD : Amnésique ^^'

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Je dors sur des roses   Jeu 26 Juil - 13:14

Quelques mois qu’elle est à Prague. Elle s’y sent toujours un peu perdue. En même temps, elle est dans sa propre tête, comment pourrait-elle ne pas l’être dans une ville dont elle n’a aucun souvenir. Elle ne sait même pas si elle était déjà Prague avant l’accident ou pas. Elle ne sait pas si elle y était venue en vacances ou pas. Elle ne sait. Rien de plus que ce qu’elle a vécu ses derniers mois. Rien de plus vieux. C’est terrorisant mais en même temps, ça a quelque chose de libérateur. Comme si on lui avait donné une seconde chance après une bourde énorme qu’elle aurait faite. Seulement, elle aurait aimé savoir quelle était cette erreur, justement. Pour ne pas la refaire inconsciemment. Armée de son chapeau à large bord, de sa longue jupe et de son petit haut brodé, Antanasia avait l’air de la parfaite touriste, un peu bohême, dans les rues de la capitale Tchèque. Elle l’était, en vérité. Elle aimait partir à l’aventure de la ville quand elle ne travaillait pas. Comme si son absence de souvenirs la poussait à en savoir toujours plus sur le reste du monde, comme pour compenser. Et elle était curieuse. Elle ne savait si c’était un trait de caractère qu’elle possédait déjà auparavant ou non, mais c’était un fait. Un petit guide à la main, elle levait les yeux, plissant des paupières pour lutter contre l’aveuglement du soleil. Il y avait là une étrange horloge avec un cadran possédant vingt-quatre heures et non pas douze. Il était doté, en plus de ça, d’un plus petit, avec les signes du zodiaque. C’était très joli, avec toutes ces couleurs.

Des gens la bousculent. Ils sont en vacances. Ils n’ont cure des bonnes manières. Elle rattrape in extremis son guide avant qu’il ne tombe au sol. Antanasia pousse un soupir avant d’avancer un peu plus dans la vieille ville. Il y a un charme dans cette architecture qui ne la laisse pas de marbre. Elle est partagée entre la fascination et la peur de ces hautes flèches noires qui pointent vers le ciel. Elle est distraite. Elle ne fait pas attention. Mais elle a tout le temps qu’il lui faut. Elle n’est pas pressée comme ces touristes qui ont toujours un bus à prendre pour aller visiter un autre lieu. Elle avance sur la place. Il y a des restaurants qui ont déployé leurs parasols en terrasse. Ce n’était pas étonnant avec le temps qu’il faisait. La jeune femme passe à côté. Ce n’est pas l’heure de manger. De l’autre côté de la place, elle repère quelques petits stands. Comme un petit marché. Peut-être trouverait-elle des jolies choses. Les marchants appellent les touristes. Antanasia regarde les objets étalés sous ses yeux. Des colliers, des boucles d’oreilles, des bracelets… Peut-être se laisserait-elle tenter par un bracelet de cheville. Elle s’approche un peu plus près et adresse un sourire au vendeur. Elle baisse de nouveau les yeux sur l’étalage alors que l’autre ne se met à parler et à vouloir attirer son attention. Il parle une langue qu’elle ne comprend pas mais qui lui semble familière. Domnişoară, nu a văzut deja? Elle relève la tête et cligne des yeux. Elle secoue la tête. Je suis navrée, je ne comprends pas.Da, da, în România. Elle secoue de nouveau la tête et décide de s’éloigner du stand. Elle est gênée. Ne veut pas rester là. Elle ne sait pas pourquoi. Juste peut-être parce que l’homme l’ennuie. Mais il contourne son étalage et la rejoint, l’attrape doucement par le bras. Domnişoară, vous avoir acheté joli collier, dernière fois. Ça aller avec.Non. Non, vous devez faire erreur. Je ne vous connais pas. Une peur panique l’envahit, accompagnée d’un agacement tenace. Elle essaie de se débarrasser de l’homme, mais rien n’y fait. Il devait la prendre pour une autre femme qui lui avait peut-être acheté beaucoup… et ne comprenait pas pourquoi aujourd’hui ce n’était pas le cas. S’il vous plait, laissez-moi tranquille. demande-t-elle. Elle secoue son bras alors qu’une étrange sensation la parcourt. Comme un mouvement de défense psychique, ou quelque chose comme ça. Elle ne parvenait pas à l’expliquer. Toujours est-il que quelques secondes après, l’étalage tremblait et se renversait. Quelques touristes poussèrent une exclamation de surprise et se rattrapèrent aux stands qui ne tombaient pas. Antanasia ne comprenait pas. Le sol avait légèrement tremblé sous ses pieds, certes. Ou peut-être était-ce l’effet de la chaleur. Elle s’était peut-être sentie vaciller. Elle cligne une nouvelle fois des yeux et secoue la tête avant de s’enfuir en trottinant vers le centre de la place. Elle resta un instant debout, la main cramponnée à son sac. Elle avait envie de s’asseoir… mais par terre en plein milieu, ça ne le faisait pas…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Shake It Out
And it's hard to dance with a devil on your back. So shake him out. And I'm damned if I do and I'm damned if I don't. So here's to drinks in the dark, at the end of my rope. And I'm ready to suffer and I'm ready to hope. It's a shot in the dark aimed right at my throat. 'Cause looking for heaven, for the devil in me. But what the hell, I'm gonna let it happen to me. © Smash'


Ceux qui la connaissaient par le passé l'appellent Lutesia Codrescu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : En RP il faut l'appeller Gaia
MESSAGES : 236
AGE DU JOUEUR : 80
COPYRIGHT : JavaJunkie
AVATAR : Blake Lively

JUKEBOX : Mister Sandman - The Chordette
JOB : Rentière
APPARTENANCE : Gardienne de la Terre
CAPACITES : Magie de la Terre et de la Mort
MOOD : Joyeuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Je dors sur des roses   Ven 27 Juil - 9:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je n’avais pas dormis cette nuit. Mon corps n’était pourtant pas plus fatigué que ça. Ma méditation avait reposé mon corps et mon esprit sans pour autant avoir visité le pays des rêves. J’étais restée au sein du temple de la Terre. Etain était restée posée sur mon front toute la nuit. Ma méditation m’avait parue aussi longue que courte. Je n’avais pas vu le temps passé et en même temps j’avais eu l’impression que j’avais vu la moindre goutte du temps se déverser dans le continuum espace temps. Je fus sortie de ma méditation par les fidèles et les autres gardiennes qui arrivaient aux temples. Je pratiquais la cérémonie du jour avant d’aller prendre une douche et m’accorderais plus tard un peu de temps en mangeant un morceau. La cérémonie fut harmonieuse et de nombreux mage de la terre trouvaient de plus en plus le temps pour méditer sachant que dans la pratique de la Wicca, cela était important. Avec la double vie de certain mage il était parfois difficile de se poser dans un endroit calme pendant des heures et sentir son élément. Après la cérémonie, je me rendis dans le temple de l’Air pour saluer Mélodie ainsi que celui d’Ariel pour la remercier pour un de ses conseilles toujours avisaient. Je n’avais pas vu Adenar, mais qu’importe. Je pense que ma présence devait être plus agaçante pour elle que mon absence. Mon devoir accomplie pour la matinée, je rentrais chez moi prendre une bonne douche et manger quelque chose. En arrivant dans ma vieille bâtisse je laissais Etain s’échapper de dessous ma robe pour qu’elle volette selon son grès. Je prenais une bonne douche chaude et une fois terminée j’enfilais une robe légère taille empire en soie bleu de Prusse avec un jeu de plis et de froncée sur le poitrine. Une robe courte et aérienne pour faire face aux chaleurs de l’été et en même temps permettre à Etain de se placer confortablement dans le bas de mon dos sans être trop comprimé. J’avalais un thé et me décidais à aller faire des courses dans l’épicerie fine dans la Vieille Ville car je n'avais plus rien à manger dans mes placards.

La période estivale était belle et bien là. La foule de touriste qui se pressait autour de moi était la preuve la plus évidente. Heureusement pour moi, je pus rejoindre l’épicerie en empruntant quelques ruelles généralement non encombrées par les touristes étrangers. Généralement c’était les vieux habitants de Prague qui empruntaient ses rues plus étroites et moins ensoleillées. Dès que je fus dans l’épicerie je commençais à avoir les yeux plus gros que le ventre. Toutes les tablettes de chocolat bio et les pots de confitures me donnèrent envie. Je remplissais mon panier de friandises plus que de choses réellement consistantes. Je m’en rendais compte à un moment ce qui me fit culpabiliser. Je décidais donc de prendre quelques algues et des protéines de soja avec quelques légumes frais de saison. En choisissant mes légumes je fus cependant attirée par l’odeur des fruits et surtout des fraises et des nectarines. Je me dirigeais vers la caisse et voyait la gérante avec un ventre maintenant bien rond. Elle ne tarderait pas à accoucher. Elle me proposa un nouveau produit alors que je payais mes achats : une glace fait maison au thé vert. J’acceptais avec joie d’en prendre une par cette chaleur. En sortant du l’épicerie et en me retrouvant dans la foule grandissante de touriste, je fus ravie d’avoir de quoi me rafraichir et me faire plaisir le temps de rentrer chez moi. Je marchais tranquillement quand je sentis un tremblement de terre. L’épicentre était ici même à Prague à quelques mètres à peine de moi. Je sentis alors Etain s’agiter dans mon dos. Nous avions reconnue toutes les deux l'empreinte de ce mage. Le tremblement de terre était minime, il avait surement à peine dépassé les 3 sur l’échelle de Richter, mais il était perceptible pour ceux se trouvant non loin de l’épicentre. Je n’étais pas très loin, je me précipitais donc vers ce point me laissant guider par la terre elle-même et les ondes surnaturelles qui s’échappaient encore de l’endroit. Sinéad me parler pour la première fois de la journée me disant de faire attention. Si c’était la même emprunte que ce mage qui avait pratiqué la magie noire, il ne sera peut-être pas coopératif. J’arrivais rapidement sur le lieu du méfait. Toutes les ondes, me conduisait vers une jeune femme avec un chapeau à large bord et une jupe longue. Elle commençait à s’enfuir en courant. Ma glace me coulait sur les doigts, concentré je la jetais dans une poubelle en passant alors que je la suivais. Elle courait vers le centre de la place. La foule ne me permettait pas de la suivre de près et j’étais ralentie par mon sac de course qui se cognait tantôt dans un touriste chinois, tantôt dans un touriste anglais. Je ne savais pas si elle savait que je la suivais où non, mais je concluais que non en la voyant s’arrêter au milieu de la place. Quand j’arrivais près d’elle je posais ma main sur elle en lançant un sortilège pour figer son corps comme de la pierre. Je regardais la jeune femme avec un regard réprobateur. Elle utilisait la magie de la Terre de la plus mauvaise manière qui existe. C’est à cause de débordement comme cela qu’on craignait les mages de la Terre et que je devais me justifier de mes pouvoirs et supporter le regard des autres mages, de la Blanche Confrérie et du Haut conseil.


« Ne résiste pas je t’en pris, je voudrais pourvoir te ramener au Haut Conseil sans te faire de mal. Je sens quelque chose de positif en toi et pourtant tes actes parlent d'eux-mêmes. »

Mon instinct me disait autre chose que les preuves magiques. Quelque chose me disait que cette jeune femme n’était pas celle que je recherchais et en même temps, son empreinte ne pouvait pas mentir. Par dessus tout, cela me semblait trop facile. J'avais juste eu à lui jeter un sort pour l'arrêter et elle n'était pas sur ses gardes. C'était comme ci elle avait faisait une petite promenade, faisait un peu trembler la terre et reprenait le cour de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modératrice


PSEUDO : Azra
MESSAGES : 255
AGE DU JOUEUR : 28
COPYRIGHT : Azra pour l'ava, tumblr pour les gifs
AVATAR : Katharine McPhee

JUKEBOX : Touch Me — Katharine McPhee
JOB : Serveuse au Blue Night
APPARTENANCE : Mage
CAPACITES : Manipulation de la terre, vision des esprits
MOOD : Amnésique ^^'

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Je dors sur des roses   Mar 14 Aoû - 8:39

Son regard passait sur les touristes, affolé. Elle avait l’impression de ne plus savoir où elle était, ni ce qu’elle pouvait bien faire là. Comme si tout recommençait. Comme si tous ses souvenirs s’évanouissaient de nouveau. Elle porta une de ses mains à son front. Elle n’était pas si chaude qu’elle ne l’aurait imaginée. Non, pas plus que la chaleur ambiante. Elle baissa les yeux mais les dalles claires du sol lui firent mal. Elle ferma alors les paupières, essayant de se calmer, de calmer les palpitations affolées de son cœur. Inspirer, expirer, respirer. Ça commençait à aller mieux quand une main se posa sur son bras. Elle n’eut même pas le temps de sursauter que son corps se figeait, telle l’une des nombreuses statues qui ornaient les bâtiments. Autant pour son calme à moitié retrouvé. Ses yeux s’écarquillèrent en observant la jeune femme blonde près d’elle. Son cœur recommençait sa course folle et elle ne parvenait pas cette fois à se calmer. Pourquoi ? Comment ? L’inconnue avait-elle un poison sur ses doigts entraînant une paralysie sévère ? Toujours était-il qu’elle restait debout. Ses jambes étaient figées sans être complétement inutiles. Juste… comme si elle était prise dans un bloc de béton. Elle ne comprenait pas non plus le regard que lui lançait l’inconnue. Comme si elle n’était qu’une enfant qui avait fait une grosse bêtise. Mais quoi ? Elle s’était juste échappée d’un marchand trop entreprenant. Elle ne l’avait jamais vue. Pourquoi s’acharnait-il autant ? Elle en aurait eu les larmes aux yeux, si sa paralysie ne l’inquiétait pas bien plus. Cette femme, bien que d’allure inoffensive et tranquille, avait sa main posée sur elle et elle ne pouvait plus bouger. Il y avait un tremblement de terre. Mais ce n’était pas sa faute. Comment aurait-elle pu seulement le causer ? Elle n’avait pas l’une de ces sondes ou que savait-elle encore des appareils des scientifiques. Non, ce n’était pas sa faute si l’étal du marchand s’était renversé. Elle en avait juste profité pour filer, c’est tout.

Ne résiste pas je t’en pris, je voudrais pourvoir te ramener au Haut Conseil sans te faire de mal. Je sens quelque chose de positif en toi et pourtant tes actes parlent d'eux-mêmes. Antanasia cligne des paupières. Elle ne comprend pas un strict mot de ce que cette femme lui raconte. Le Haut Conseil ? Ses actes ? Non, elle ne comprenait rien. Elle déglutit péniblement et se rendit compte qu’elle pouvait parler tout de même, malgré son corps figé. Je ne comprends pas. Je ne sais pas de quoi vous parlez. Sa voix était légèrement chevrotante, inquiète de ce qui allait lui arriver. Elle aurait pu se montrer sèche et un brin méchante, comme avec le marchand, mais cette femme lui faisait bien plus peur. Une théorie du complot se faufila dans son esprit. Cette femme avait plus ou moins l’air de la connaître, tout comme l’autre homme. Ou se pouvait-il que ce ne soit qu’une vaste plaisanterie ? Mais pourquoi elle ? Les rares qui savaient qu’elle n’avait aucun souvenir de sa vie passée ne s’amusaient pas à la torturer ainsi. Se pouvait-il que ces gens la connaissent vraiment ? Qu’ils soient des fragments de son passé perdu ? S’il vous plaît… Quoi que vous m’ayez fait… Libérez-moi… Son ton était plaintif et elle sentait de nouveau les larmes perler au coin de ses paupières. Elle voulait juste rentrer chez elle… Enfin, dans cet appartement qu’elle appelait ainsi. Peut-être passerait-elle par le parc. Elle aimait le parc. Il la tranquillisait. Et le chat viendrait la rejoindre, comme d’habitude. Il ne semblait pas vraiment à elle, ce vieux chat décrépi, mais il trouvait toujours le moyen de venir se frotter entre ses jambes en ronronnant. Je ne fuirais pas. Où irai-je, de toute façon ? Il n’y a aucun endroit où se cacher… Elle ne pouvait supplier la jeune femme qu’avec son regard et ses mots. Elle ne pouvait rien faire d’autre, de toute façon. S’il vous plaît… Que pourrais-je faire d’autre, de toute façon ? Je ne sais pas de quoi vous m’accusez. Je n’ai rien fait. C’est ce marchand qui s’obstinait à penser que je lui avais acheté quelque chose par le passé… Mais je… je… Sa voix se brisa. Elle aurait pu lui dire : Je ne me souviens pas. Mais les mots ne sortaient pas de sa bouche. Elle avait envie de secouer la tête et de s’éloigner. Elle voulait retrouver le calme du parc. Pourquoi seulement était-elle sortie aujourd’hui ? Parce qu’elle aimait visiter les vieux bâtiments pendant qu’elle ne travaillait pas au Blue Light.

Au bout d’un moment, la jeune femme finit par la libérer, d’une façon ou d’une autre. Antanasia n’en savait rien. Elle ne put s’empêcher de remuer un peu, retrouvant avec joie la mobilité de ses membres. C’était effrayant, de se dire que l’on pouvait perdre son habilité à bouger… en plus de tous ses souvenirs. Après un instant, elle leva les yeux vers l’inconnue. Merci. dit-elle quand même, alors que c’était elle qui l’avait paralysée. Mais elle aurait pu la garder en parfaite petite statue… Peu importe. Elle avait toujours été polie… Du moins aussi loin qu’elle s’en souvenait. Elle lissa distraitement les plis de sa jupe longue avant de lever les yeux, sous son chapeau à larges bords, vers l’inconnue. Je ne sais pas de quoi vous m’accusez… Je ne sais pas non plus ce qu’est le Haut Conseil… Une sorte de tribunal ? Elle secoue la tête. C’était presque comme si elle comprenait mieux le marchand qui lui parlait dans une autre langue que cette femme qui parlait pourtant la même qu’elle. Veuillez m’excuser, mais je ne saisis vraiment pas ce que vous me voulez… Elle aurait pu tourner les talons, partir, se réfugier sous un arbre. Pourtant, sa curiosité était piquée d’une étrange manière qu’elle ne comprenait pas. Elle aurait pu prendre cette femme pour une folle mais quelque chose lui soufflait que si l’une d’entre elle l’était, ce n’était pas la blonde mais la brune…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Shake It Out
And it's hard to dance with a devil on your back. So shake him out. And I'm damned if I do and I'm damned if I don't. So here's to drinks in the dark, at the end of my rope. And I'm ready to suffer and I'm ready to hope. It's a shot in the dark aimed right at my throat. 'Cause looking for heaven, for the devil in me. But what the hell, I'm gonna let it happen to me. © Smash'


Ceux qui la connaissaient par le passé l'appellent Lutesia Codrescu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : En RP il faut l'appeller Gaia
MESSAGES : 236
AGE DU JOUEUR : 80
COPYRIGHT : JavaJunkie
AVATAR : Blake Lively

JUKEBOX : Mister Sandman - The Chordette
JOB : Rentière
APPARTENANCE : Gardienne de la Terre
CAPACITES : Magie de la Terre et de la Mort
MOOD : Joyeuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Je dors sur des roses   Sam 25 Aoû - 13:58

La jeune femme me regardait avec un air de surprise. Elle semblait ne pas comprendre ce qui lui arrivait. Sunlight fut troublée par son regard. Elle avait l’air de ne rien comprendre à ce que je disais, comme si je parlais une autre langue, un autre dialecte. Je me posais alors des questions. M’étais-je trompée ? Impossible, j’avais bien sentie son empreinte, cette marque que laisse chaque sorcier derrière lui dès qu’il utilise la magie. Chaque magie avait un prit. Le fait de créer un tremblement de terre ici alors qui ne devait pas avoir lieu aurait des conséquences quelque part dans le monde. Peut-être que ce tremblement de terre minime en créerait un plus important à l’autre bout du monde. Personne ne pouvait savoir à l’avance, mais une chose était sûre, la nature allait tout faire pour rééquilibrer ce qui venait d’être déséquilibré par cette inconnue. Malgré la surprise et les nombreuses questions qui m’assaillaient à son sujet, je ne brisais pas maintenant le sortilège. La jeune femme avala difficilement sa salive avant de parler et de me répondre. « Je ne comprends pas. Je ne sais pas de quoi vous parlez.» dit-elle. Sa voix tremblait légèrement, elle n’avait pas l’air très rassuré. Pourtant, je ne voulais pas me laisser attendrir aussi vite. Cependant, je me posais encore beaucoup de question à son sujet. Comment une personne qui paraissait aussi inoffensive pouvait elle baignait dans la magie noire et avait put menacer l’équilibre de la Nature et usée des pouvoirs que lui avait donner l’élément de la terre dans son seule intérêt ? Elle n’avait pas l’air d’être un être égoïste et avide de pouvoir. Parfois les gens cache très bien leur jeu, mais si jeu il y avait ici, s’il y avait une mascarade elle était sacrément rodé. Cette jeune femme aurait put être nominé pour l’oscar de la meilleure actrice … où de la meilleure menteuse. Pourtant je n’avais vraiment pas l’impression qu’elle mentait. Je le présentais en tout cas, mais j’étais sûre que c’était bien son empreinte que j’avais ressentie même si j’en avais douté quelques minutes auparavant.

Intrigué je ne disais rien, je voulais savoir jusqu’où elle pouvait aller. Que dirait-elle d’autre pour se défendre, pour m’empêcher de l’amener de force vers son jugement. Je sentis Etain dans mon dos bouger, elle semblait nerveuse et me dit mentalement qu’elle n’avait pas l’impression que l’inconnu me mentait également. Pour mon familier cependant, il n’y avait aucun doute, il y avait anguille sous roche et elle n’était pas petite. La jeune femme s’épancha en argument pour que je la libère du sortilège. Je l’écoutais attentivement tentant de détecté quelque chose qui pourrait la trahir : un tic, un changement de ton, un tressautement dans la voix, mais il n’y avait rien. Irrémédiablement, rien ne laissait pensé qu’elle mentait. Il est vrai qu’elle n’avait pas d’endroit où se cacher, mais elle pourrait faire du mal aux personnes autour d’elle, créer une diversion pour qu’elle puisse s’enfuir. Ce qui me surprit le plus c’est le fait qu’elle affirme qu’elle ne savait pas du tout pourquoi je voulais l’emmener au Haut Conseille. Je fronçais le sourcil quand elle me dit sans sourciller qu’elle n’avait rien fait. Vraiment ? Pour qui me prenait-elle ? Avais-je l’air d’être une gourde ? Son audace piqua encore plus ma curiosité. Soit elle jouer réellement avec mes nerfs ce qui malgré ma grande maitrise, pouvait se révéler être dangereuse pour elle. Certes je n’aurais pas l’intention de la tuer, mais je n’aurais pas hésité a l’emmené de force jusqu’au Haut-Conseil. Lorsque sa voix buta et se brisa sur ses mots Etain me dit clairement que quelque chose n’allait pas. C’était la même empreinte mais ce n’était certainement pas la même personne au sens où sa personnalité était différente. Je regardais la jeune femme avec une moue dubitative sur la bouche. Je lui dis alors :


« Je brise le sortilège, mais si tu tentes de t’enfuir, je t’arrêterai même si pour ça je dois gravement te blesser et t’emmener au porte de la mort et tu sais que j’en suis capable. »

Je n’avais pas utilisé un ton agressif, je l’avais plutôt dit sur le ton de la prévention et du conseil. Je retouchais son bras et brisé le charme en quelques secondes. La jeune femme bougea sous mes yeux. Je ne la lâchais pas du regard, et veillais à ce que ses gestes ne me mettent pas en danger. Etain, se préparer au cas où a m’offrir son soutient. Je la sentais bougé doucement au creux de mes reins. La jeune femme me remercia alors. Elle était d’une douceur et d’une politesse déconcertante. Etain m’avais dit que ce n’était pas la même personnalité, mais j’avais du mal à savoir de quelle manière. Etait-elle schizophrène ? Elle défroissa ses vêtements comme si de rien était, juste comme si elle venait d’être bousculé dans sa promenade. « Je ne sais pas de quoi vous m’accusez… Je ne sais pas non plus ce qu’est le Haut Conseil… Une sorte de tribunal ? »

Encore une fois je fus surprise de ne remarquer aucune variation dans sa voix, aucun indice qui montrait qu’elle mentait. Je tentais moi-même de reprendre contenance. Etain m’aida avec ses pensées. Quand elle dit : « Veuillez m’excuser, mais je ne saisis vraiment pas ce que vous me voulez… » je lui répondais immédiatement :

« Veux-tu arrêter de jouer ainsi. Tu sais de quoi je parle, mais comme tu sembles … être différente, je vais me laisser prendre à ton jeu pour une question. Oui, le Haut-Conseil est un tribunal, celui qui te jugera pour ton utilisation de la magie noire. Maintenant que tu es libre de tes mouvements, suit-moi sans broncher et tout ce passera bien pour toi. Ton mentor ne t'a donc pas appris que chaque acte magique laisse des traces, laisse ton empreinte ? La tienne a tellement déséquilibré notre élément que j’aurais pu la percevoir à dix milles kilomètres de là … Je suis étonnée qu’aucun esprit ne t'ait rendue folle à cause de tes agissements… Allons-y maintenant. »

Je lui montré la direction. Je l’emmené directement au siège du Conseil et je voulais qu’elle marche devant moi pour ne pas qu’elle tente quelque chose dans mon dos. Etain était silencieuse même si elle semblait rester sur le qui-vive. Je sentais maintenant ce qu’elle voulait me dire par quelqu’un d’autre … cette femme semblait avoir la conscience d’un nouveau née, l’expérience d’une apprentie et non l’essence d’un mage noire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modératrice


PSEUDO : Azra
MESSAGES : 255
AGE DU JOUEUR : 28
COPYRIGHT : Azra pour l'ava, tumblr pour les gifs
AVATAR : Katharine McPhee

JUKEBOX : Touch Me — Katharine McPhee
JOB : Serveuse au Blue Night
APPARTENANCE : Mage
CAPACITES : Manipulation de la terre, vision des esprits
MOOD : Amnésique ^^'

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Je dors sur des roses   Lun 3 Sep - 16:36

La blonde semblait bien sûre d’elle. Et elle n’allait pas se laisser attendrir. Ce n’était pas tellement l’attention d’Antanasia non plus… Elle voulait juste partir, loin, rentrer dans son taudis d’appartement, loin de ce malentendu. Mais les prunelles glacées de l’inconnue restaient sur elle, tout comme sa poigne, pourtant légère, sur son bras. Elle lui semblait être un étau qui l’emprisonnait, l’empêchait de bouger. La jeune serveuse avait envie de pleurer. Ce n’était décidément pas sa journée. Son esprit carburait pour essayer de trouver les mots qui convaincraient la femme en face d’elle mais la peur zappait toute ébauche de raisonnement. D’ailleurs, l’autre ne lui donnait même pas de quoi faire, pas de quoi rebondir. Aucune question ne franchissait ses lèvres. Rien d’autre que ce Haut-Conseil dont elle ignorait tout. Antanasia déblatéra alors tout un tas d’excuses, de questions. Elle voulait savoir. Pas vraiment. Mais si ça permettait à cette femme de la lâcher, elle était prête à tout endurer. Mais l’autre restait silencieuse et l’étudiait avec un calme qui lui faisait froid dans le dos. Cependant, tout ce que pouvait faire la jeune femme, c’était parler. Alors elle parlait… Jusqu’à ce que sa voix ne se brise sur une phrase. Elle ne pouvait pas continuer. Elle ne se confiait pas aux inconnus. Pas à ceux qui la menaçaient d’une quelconque façon, en tout cas. Elle avait envie de mordiller sa lèvre inférieure, un simple réflexe, mais celui-ci lui était interdit à cause de sa paralysie qui la laissait à peine autorisée à parler.

Je brise le sortilège, mais si tu tentes de t’enfuir, je t’arrêterai même si pour ça je dois gravement te blesser et t’emmener aux portes de la mort et tu sais que j’en suis capable. Antanasia cligna des yeux et manqua de trébucher alors que ses membres redevenaient libres de leurs mouvements. Elle fit aller un peu ses articulations et réajusta ses vêtements avant que son cerveau ne tilte sur les propos de la blonde devant elle. Un sortilège ? C’était à Ania de froncer les sourcils et de ne plus y comprendre rien. Aux portes de la mort et savoir qu’elle en était capable ? Elle décida cependant de mettre ça de côté dans son esprit pour plus tard. Elle remercia l’inconnue de l’avoir libérée et tenta encore une fois de plaider en sa faveur. Finalement, elle se remit à parler, bien plus cette fois. Veux-tu arrêter de jouer ainsi. Tu sais de quoi je parle, mais comme tu sembles … être différente, je vais me laisser prendre à ton jeu pour une question. Oui, le Haut-Conseil est un tribunal, celui qui te jugera pour ton utilisation de la magie noire. Maintenant que tu es libre de tes mouvements, suis-moi sans broncher et tout ce passera bien pour toi. Ton mentor ne t'a donc pas appris que chaque acte magique laisse des traces, laisse ton empreinte ? La tienne a tellement déséquilibré notre élément que j’aurais pu la percevoir à dix milles kilomètres de là … Je suis étonnée qu’aucun esprit ne t'ait rendue folle à cause de tes agissements… Allons-y maintenant. Elle fait un pas en arrière, les yeux ouverts comme des soucoupes. Que… ? De… de la magie… noire ? Elle secoue la tête et ferme les paupières. Ses cils s’ornent de larmes qui miroitent dans la lumière du soleil et l’éblouissent à moitié quand elle rouvre les yeux. Elle cligne des paupières pour les chasser et essuie d’un revers de main ses joues que les larmes maculent. Elle regarde vaguement la direction que lui indique l’autre femme et frémit alors que des silhouettes se détachent dans l’air chaud de la place.

Elle fait un autre pas en arrière mais son regard n’est plus dirigé vers la blonde. Des… des esprits ? Ces hallucinations — ou était-ce des esprits ? — fondirent alors sur elle, leurs mains tendues vers elle. Elle sentit le froid de leurs mains sans texture sur sa peau, à travers ses vêtements. Elle voulut reculer encore, précipitamment mais elle marcha sur sa jupe longue et elle tomba à la renverse sur la pierre claire de la place. Elle agrippa ses genoux et cacha son visage dans le creux que son corps formait. Elle sentait leurs mains moites et avides partout sur elle et elle tremblait. Oh ciel comme elle tremblait. Ses dents claquaient les unes sur les autres alors qu’elle répétait. Je vous en prie, chassez-les. Je vous en prie, chassez-les. Faites-les disparaître… S’il vous plait… Je vous en prie. Faites-les partir. Sa voix était plus que plaintive, plus que suppliante. Elle ne ressentait même pas le regard des passants et des touristes sur elle. Non. Elle était bien trop obnubilée par ces mains sur elle qui la touchait, la palpait, s’insinuait dans des recoins de son corps qui n’avaient pas été touchés depuis si longtemps… S’il vous plait. S’il vous plait. S’il vous plait. S’il vous plait… répétait-elle sans s’arrêter, n’osant pas relever la tête, de peur de croiser le regard de ses hallucinations et de ne pas trouver la blonde qui lui avait parlé de magie et de sortilège… Tout d’un coup, elle aurait préféré tout — se faire châtier pour magie noire par un tribunal magique par exemple — plutôt qu’une nouvelle crise.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Shake It Out
And it's hard to dance with a devil on your back. So shake him out. And I'm damned if I do and I'm damned if I don't. So here's to drinks in the dark, at the end of my rope. And I'm ready to suffer and I'm ready to hope. It's a shot in the dark aimed right at my throat. 'Cause looking for heaven, for the devil in me. But what the hell, I'm gonna let it happen to me. © Smash'


Ceux qui la connaissaient par le passé l'appellent Lutesia Codrescu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je dors sur des roses   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je dors sur des roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: PRAGUE :: Staré Město :: Place de la vieille ville-