[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conflit d'intérêt ft. Rayane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMINHE IS A SCARY WEREWOLF. RUN FOR YOUR LIFE.


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 1625
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ian Somerhalder

JOB : Chasseur pour l'Enclave, assistant dans une pompe funèbre
APPARTENANCE : Enclave
CAPACITES : Pyrokinésie, force surhumaine, guérison plus rapide, rapidité surhumaine, manipulation des runes, rêves prémonitoires
MOOD : Servez moi à boire ou je bute tout ce qui bouge!

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Jeu 26 Juil - 23:48


Wolfgang & Rayane


Le lycan s’était juché sur une branche d’arbre assez basse pour qu’il puisse la quitter en sautant simplement, mais assez haute pour avoir un bon point de vue sur l’ensemble du parc. C’était l’été, autrement dit les rues de Prague était remplie de touristes et de Praguois venant flâner. Il y avait souvent des concerts qui s’organisait dans quelques coins du parc, parfois des étudiants se réunissaient autour d’une guitare et d’un chanteur plus ou moins improvisé, quelques bières suffisaient de toute manière. L’air était chaud, affreusement chaud pour cet ancien New Yorkais, mais il s’était habitué aux températures de la ville. Il agitait ses jambes dans le vide en fumant une cigarette, une bouteille de Jack Daniels dans la main, qu’il sirotait de temps en temps. Vu de loin, il ressemblait à n’importe quel jeune de la ville, profitant de ses vacances, certes seul, juché sur un arbre mais qui ne s’était jamais amusé à prendre de la hauteur ? Il observait le ballet de ces humains flânant et s’amusant au gré de leurs envies, riant, écoutant de la musique, et encore une fois, il se sentait tellement loin de tout cela. Jamais il n’avait éprouvé une quelconque joie dans ces manifestations de légèreté. Il lui fallait de l’action, il lui fallait un vampire à se mettre sous la dent, il lui fallait versé le sang, et l’adrénaline d’une bonne chasse. Le chasseur attendait une proie, et il savait combien les parc l’été regorgeait d’humain, quoi de plus alléchant pour un suceur de sang ? Toutes ces gorges nues devaient paraître un véritable festin. Il était sûr de son coup d’autant qu’il avait lu les journaux et écouté les gens parler dans les bras, on avait retrouvé un corps il y a deux nuits de cela, non loin du parc. Il est rare que les vampires laissent un cadavre derrière eux. Celui-là était défiguré, son corps mutilé, apparemment c’était des coups de couteaux qui l’avaient tués, mais le chasseur était passé à la morgue, nul doute que c’était un vampire. Il y avait des signes qui ne trompent pas. Le chasseur savait que la nuit ne serait guère longue, une proie allait se pointer sous peu, il en était absolument certain. Il continuait à balancer ses jambes, en buvant des gorgées de whisky.

Ce fut lorsqu’un cri résonna dans le parc qu’il su qu’il avait raison. Un simple cri qui sans doute passa pour un cri de joie ou d’ivresse pour les humains, après tout, il y avait beaucoup de jeunes ce soir, et nombreux criaient pour un oui ou un non, parlaient très forts, riaient très forts, et dans le lot on pouvait perdre ce cri qui transpirait la peur et la panique. Il se laissa tomber au sol, atterrissant avec une grâce animale, il s’éloigna rapidement laissant la bouteille de jack au pied de l’arbre, et sa cigarette s’écrasant sous sa bottine. Il hâta le pas, car le cri ne provenait pas de juste à côté de lui. Il passa à travers un groupe d’étudiants étrangers manifestement, plusieurs couples qui pic niquait, et un mec bizarre, probablement ivre qui radotait à propos de la fin du monde. Il songea que oui, la fin du monde était peut-être proche, mais si c’était le cas, à quoi bon lutter ? Il accéléra car le cri s’était arrêté et il n’y avait pas eut d’autre hurlement. Il sauta par dessus un buisson, fila le long de la façade d’un immeuble, longea un restaurant et parvint à un coin reculé du parc. Une femme courrait, pleine de sang, et surtout en panique, et le heurta de plein fouet. Le chasseur se releva plus rapidement qu’elle. Elle pleurait et gémissait en même temps. Il connaissait ces pleurs, ceux du choc, les pleurs de joie de s’en être sorti vivant alors qu’on pensait mourir. Il tendit sa main mais elle ne la prit pas, pleurant encore. Il saisit alors le poignet de la femme et la redressa. « Courrez, courrez pour votre vie. » murmura-t-il au creux de son oreille puis il la laissa. Elle fut obéissante et se mit à courir sans s’arrêter. Il continua en direction d’où était provenu le cri. A mesure qu’il avançait, l’odeur du sang était plus forte, et surtout il entendait des bruits caractéristiques d’un combat.

Le chasseur sorti son S&W 9mm. chargé de balles en argent. Il laissa son bras plaqué le long de son corps afin de dissimulé son arme à la vue de tous au cas où il tombait encore sur des humains. Mais ce ne fut pas le cas. Il déboucha sur une petite clairière où gisait une couverture dans un coin, un panier de pic nique renversé non loin, et un vampire qui se battait avec une femme. Le chasseur s’attendait à voir l’homme qui accompagnait probablement la femme se battre avec le vampire mais non, c’était une femme. L’homme en question, était par terre, baignant dans son sang. Le chasseur leva son arme prêt à tirer lorsque le vampire l’aperçu. Et la femme aussi. Il su lorsque leurs regards se croisèrent que c’était une chasseuse elle aussi. La logique voudrait qu’il baisse son arme et qu’il fasse demi tour, seulement Wolfgang n’avait jamais vraiment agit selon la logique en vérité. Il s’approcha lentement son arme au poing visant le cœur du vampire. Ce dernier avait cessé de bouger. Wolf se doutait que le vampire était en train de calculer comment il allait bien pouvoir se débarrasser des deux chasseurs.



Grâces sataniques
❝ Disease spreading death, Entire population dies, Dead before you're born, Massive suicide. Vicious game of fear, it's all extermination now, poison in your veins. Global genocide. Slaughter Governs law, the apocalypse begins. Pain become the norm, seeking homicide. Beware the coming storm. That starts illuminating fires. God is laughing hard.Man has gone insane. World painted blood, No sanctuary.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightside.forumactif.com
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Beedoo.
MESSAGES : 103
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Beedoo.
AVATAR : Evangeline Lilly

JOB : Serveuse dans un café le jour et Tueuse de Vampires la nuit.
APPARTENANCE : Descendante direct des Wayland
CAPACITES : Electrokinésie ; Grande Résistance physique ; grande force ; Très bon réflèxe ; Rapidité plus grande ; Rêves prémonitoires.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Dim 29 Juil - 23:17


Wolfgang & Rayane


La nuit était tombée ainsi que la fraicheur. Tout juste sortie de la douche et vêtue, je m'étais faufilé dans les rues, me mêlant à la foule comme n'importe qui. Ce soir je savais qu'il allait se passer quelque chose. J'avais cette intuition qui m'avait submergé dès le réveil, ne me lâchant à aucun instant, m'obligeant à toujours être sur mes gardes. J'avais pris place sur une terrasse d'un bar où l'un des serveurs me demanda rapidement ce que je voulais boire et je passa ma commande. Scrutant la foule j'allumai une cigarette que je portai à mes lèvres tandis que je saisissais le journal. J'avais bossé toute la matinée et avait passé la nuit dernière à chassé sans trouvé aucun vampire à torturé, j'avais cru que la ville était calme. Pourtant les gros titres du journal me rappelèrent que cette impression n'était que chimères. Un homme massacré au couteau retrouvé inerte Je fis un bond. Des coups de couteau ? Combien de temps allons faire croire cela à notre population. Nul doute pour moi, même sans avoir vu le corps, que ceci était l’œuvre d'un vampire, surement même un nouveau né. En effet, aucun vampire censé ne laisserait derrière lui un cadavre qui pourrait amené des dizaines de chasseurs à ses fesses. Alors surement un bébé au sang froid avait-il eut deux jouets l'un après l'autre. Jouant avec le premier pour l'abandonner avant de s'emparer du deuxième. Je tira une taffe sur ma cigarette et lança le journal sur une autre table, tout en posant mon dos au dossier de la chaise.
Autour de moi s'amusait des personnes, d'autres se bousculaient et se cherchaient, d'autres éraient et ma vue se fixa sur un homme pâle, les yeux rivés sur une demoiselle, pressant le pas pour la rattrapé. Mon intuition grandissait tirant la sonnette d'alarme. Je me leva de ma chaise sans même chercher à attendre mon verre, abandonnant ma cigarette encore fumante dans le cendrier. Je me confondis dans la foule tandis que je cherchais du regard cet être contre nature. Puis alors que je m'approchais de lui, il saisit le bras de la demoiselle et elle poussa un cri lorsqu'il la traina dans une ruelle sombre. Très vite j'eus l'impression qu'on m'injecta une dose d'adrénaline, mon coeur s'accélérait, ma vue s'adaptait à la pénombre intense qui envahissait cette ruelle, et d'un pas très rapide je rattrapais le vampire. Rapidement j'attrapais le poignet du vampire et lui retourna le bras, la jeune blonde put se défaire et tomba me fixant les yeux apeurés. " Partez ! " Elle ne se fit pas prier, ne demandant pas son reste, elle courra tout en glissant quelque peu sur le sol encore humide.
Le vampire me propulsa contre le mur d'une vieille maison et courra vers la clairière. Je me redressa rapidement, oubliant les douleurs qui envahissaient soudainement mon dos et partis à sa poursuite refusant que ce vampire ne m'échappe. Alors qu'il regardait devant lui sans se retourner, je pris rapidement de la vitesse et tout en courant, je sortis mon arme et lui tira dans le dos, cela le fit tomber à terre et je lui saisis les poignet. Seulement sa force me surpris. Il me propulsa sans pour autant s'enfuir cette fois ci. La colère et le désir de vengeance gagnait ses yeux, il montrait ses crocs pour me déstabiliser, cela ne réussit pas. Je me jetait sur lui tandis que son concentrait en moi toute l'électricité. Alors que je le plaquais contre un arbre j'entendis des pas craquer les branches à terre, le regard du sang froid ainsi que le mien se tournèrent vers cette personne, moi priant pour que ce ne soit pas un autre vampire et lui espérant que si. Pourtant nous ne vîmes pas ça et ce qui aurait pu réjouir d'autres chasseur me déplu fortement. Un chasseur, un seul regard avait suffit pour voir que ce grand brun était un de mon espèce. Qu'il dégage je n'avais pas besoin de lui. Et alors que cette rencontre c'était passé en une fraction de seconde, cela avait suffit au vampire pour trouver une solution d'attaque. Il me jeta contre l'arbre en nous retournant, claquant avec précision ma colonne contre l'écorce et se servit de mon arme pour tirer sur mon " confrères ". Il prit la fuite avant même que nous ne puissions réagir. Pleine de haine je me dirigea vers cet incapable, l'électricité montant dans mes doigts.

- Pauvre imbécile !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHE IS A SCARY WEREWOLF. RUN FOR YOUR LIFE.


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 1625
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ian Somerhalder

JOB : Chasseur pour l'Enclave, assistant dans une pompe funèbre
APPARTENANCE : Enclave
CAPACITES : Pyrokinésie, force surhumaine, guérison plus rapide, rapidité surhumaine, manipulation des runes, rêves prémonitoires
MOOD : Servez moi à boire ou je bute tout ce qui bouge!

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mar 4 Sep - 16:05

Wolfgang avait eu soif de sang dès que le soleil s’était couché. Il avait délaissé son amant endormis dans les draps, avait enfilé rapidement sa tenue habituelle pour le combat : un simple jean sombre, un tee-shirt noir, et une veste en cuir. La vague de chaleur qui s’était abattue sur Prague rendait parfaitement inutile la veste en cuir, d’autant que sa nature de lycan l’aurait plutôt poussé à se balader à poil, mais comment dissimuler l’attirail qu’il avait en permanence sur lui autrement ? Entre ses deux armes à feu, impossible à dissimuler dans un simple jean ou sous un tee-shirt, ses couteaux et sa chaîne en argent il était contraint de se vêtir comme s’il ne faisait pas 30° à l’ombre. Il savait que Aaron l’imaginait tranquillement assoupi à ses côtés comme il aurait dû l’être, mais Wolfgang ressentait toujours cette même soif dévorante, celle du sang, celle d’un combat difficile, il voulait sentir le sang froid d’un vampire gicler contre sa peau dorée par le soleil, il voulait sentir la morsure des coups portés, il savait que sans la fatigue d’un combat, ses muscles endoloris et quelques bleus gagnés dûment, il ne dormirait guère de toute manière. Il avait toujours ressenti cet appétit pour les combats depuis qu’il était enfant. Peut-être était-ce dû à sa nature de lycanthrope ou de chasseur, sans doute un mélange des deux, mais quelque part, quand il écoutait une émission sur les tueurs en série, il les comprenait d’une certaine manière. S’il n’avait eut les vampires à se mettre sous la dent, s’il n’existait pas ces monstres tout prêt à être tuer et décapité, ne s’en serait-il pas prit à d’innocents humains ? Il se percevait sans nul doute comme un monstre. Pareil à eux, il vivait en marginal, comme eux, il se fondait dans la foule en adoptant l’attitude la plus neutre possible, et tel un prédateur, il passait ses nuits à traquer ses proies. Il ne pouvait passer une seule journée sans avoir tué quelque chose. Certains chasseurs se percevaient comme des héros, nettoyant le monde de ce qu’il y avait de plus monstrueux et de plus maléfique, mais il n’avait jamais vu les choses ainsi. Il était né pour combattre les vampires, la chose était écrite depuis longtemps, mais il savait qu’il était aussi féroce et aussi mauvais qu’eux. Il ressentait la même soif de sang, le même plaisir à tuer, la même férocité, la même cruauté, et le même désir que sa proie lui résiste. N’y avait-il rien de plus monstrueux que prendre du plaisir à tuer ? Lorsqu’il écoutait tous ces hippies à la con qui prônait la paix, il devait reconnaître que ce monde là ne serait pas pour lui. Il avait besoin de ces monstres là pour exister, seulement eux, n’avaient jamais eut besoin de lui.

Ce soir là, il était parti chasser sans plus d’information qu’un gros titre et un corps à la morgue. Il lui arrivait de partir avec moins d’informations encore, parfois une simple rumeur lui suffisait, d’autres fois, il se contentait d’attendre dans des points chauds, de suivre des proies idéales pour un vampire : des touristes américains, des étudiants, des clochards ou encore des fugueurs. Il menait rarement une enquête, mais ça pouvait lui tomber dessus lorsqu’il était en mission pour l’Enclave. Ces derniers temps, il avait rarement de missions, l’Enclave visait essentiellement les démons, et les pister était tellement difficile que bien souvent ça marchait à la prime. Vous ramenez la peau d’un démon, vous gagnez une jolie somme, c’est pas beau ça ? Voilà pourquoi cette nuit là il se retrouvait à traquer un vampire à l’aveugle, pourquoi il suivit des cris, pourquoi il s’avança armé vers le vampire combattant ce qu’il compris être une chasseuse, voilà pourquoi il se retrouva face au vampire et à la chasseuse l’observant comme l’arrivée du mari dans une pièce de vaudeville. Il senti la colère de la chasseuse d’être interrompue dans son regard, il compris au regard du vampire que ce dernier lui en était presque reconnaissant mais il le compris trop tard. Ce salopard était rapide. Il poussa la chasseuse avec rapidité. Wolfgang n’attendit pas de voir l’arme se tourner vers lui, il avait déjà levé son bras armé et visa le vampire. Il tira un premier coup de feu. Le vampire sembla esquivé facilement la balle, et tira à son tour. Wolfgang senti la douleur lui vriller le cerveau, et son bras gauche était devenu brûlant, cuisant soudainement. Qu’importe, c’était son bras droit qui était armé. Il n’avait pas cherché à esquivé sinon il n’aurait pu viser correctement. Il réussit son second coup. La balle atteint le vampire qui s’enfuyait à la jambe. Mais il ne s’arrêta même pas, le vampire choisit précisément une rue bondée pour s’élancer et prendre la fuite. Wolfgang aurait pu le poursuivre, mais trois coups de feu ça s’entend, et il avait le bras gauche inutilisable pour plusieurs heures. Il guérirait de cette blessure, excepté que la balle était en argent. Il devait se l’arracher du bras et ça serait douloureux, aussi douloureux que l’était maintenant cette balle rongeant la chair dans laquelle elle s’était logée. Il senti de la magie crépité, de la magie de chasseur d’ombre. Il tourna la tête pour voir la chasseuse aux cheveux ébouriffés et au regard lançant des éclairs s’avançant vers lui d’un pas annonçant la couleur. « Pauvre imbécile !! » cracha-t-elle d’un ton qui n’exigeait aucune réponse si ce n’est de plates excuses. Autant pour elle, ce n’était pas le genre de Wolfgang de s’excuser pas plus de laisser un autre chasseur faire tranquillement son boulot. Il avait quand même été jusqu’à la morgue pour ce fichu vampire, et l’hôpital commençait à se rendre compte de ses visites régulières. « Dit celle qui a laissé une sangsue lui voler son arme. » répliqua le chasseur avec une sacré dose de mauvaise foi quand on savait qu’une vampire lui avait volé sa lame séraphique. « Et pitié ne me dit pas que tu t’en serais sortie toute seule, vu la manière dont il t’a éjecté. » répliqua-t-il sans aucune pitié pour la chasseuse. Wolfgang était un connard, un véritable connard, et sa réputation avait eut tôt fait de faire le tour de la ville. Aucun chasseur ne voulait aller faire équipe avec lui, et bon sang, un bon nombre seraient heureux d’apprendre sa mort. Wolfgang devait l’avouer, ça ne lui coûtait rien de se montrer un minimum poli, mais que voulez-vous, il adorait énerver les chasseurs d’ombre, tout particulièrement ceux qui débutaient en le traitant d’imbécile alors qu’il s’était prit une balle à cause d’eux.




Grâces sataniques
❝ Disease spreading death, Entire population dies, Dead before you're born, Massive suicide. Vicious game of fear, it's all extermination now, poison in your veins. Global genocide. Slaughter Governs law, the apocalypse begins. Pain become the norm, seeking homicide. Beware the coming storm. That starts illuminating fires. God is laughing hard.Man has gone insane. World painted blood, No sanctuary.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightside.forumactif.com
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Beedoo.
MESSAGES : 103
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Beedoo.
AVATAR : Evangeline Lilly

JOB : Serveuse dans un café le jour et Tueuse de Vampires la nuit.
APPARTENANCE : Descendante direct des Wayland
CAPACITES : Electrokinésie ; Grande Résistance physique ; grande force ; Très bon réflèxe ; Rapidité plus grande ; Rêves prémonitoires.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mar 4 Sep - 20:55

Je le dévisageai du regard, me demandant s'il serait intelligent de lui arracher la tête maintenant, ou bien de laisser la vie sauve à ce chasseur inconscient. Très vite, dès qu'il ouvra la bouche, je compris à qui j'avais à faire. Wolfgang, le connard de la nuit, le mec le plus imbu de lui même dans cette ville. Je pris une de mes lames en argent puisque, en plus de son palmarès négatif, Wolf était un lycanthrope. Je m'agenouillai près de lui et d'un coup sec je plantai la lame, retirant la balle en écorchant les tendons brulés autour, ma lame luisante face à la lune, dégageait une magie puissante que j'armais d'électricité qui sortait de ma main.
Je n'ai jamais été la petite fille qui pleure quand un oiseau se prend une balle dans la tête, je n'ai jamais demandé à mon père d'héberger le petit chien errant de la rue. Non pour tout animal et humains que je ne connaissais pas, que je n'appréciais pas, je me foutais de leurs douleurs, de leurs sorts ou de leurs aptitudes à se démerder dans ce monde hostile. Toutes créatures ici bas avait l'instinct de survie, c'était suffisant pour se débrouiller seul. De plus, n'étant pas une femme avec une sensibilité à la douleur élevée, je ne comprenais pas la plus part du temps, les pleurs de mes petits camarades à l'école, car pour moi un genou écorché ça piquait juste un peu. J'avais appris à me taire, à résister, à passer outre. Alors, lorsque ce macho étouffa un grognement puissant traduisant toute sa douleur je souris. Je ne faisais pas ça pour lui sauver la mise évidemment, mais je voulais voir comment ma balle, d'habitude ensorcelée pour les vampires, avait réagit sur ce cabot. Je me redressais rapidement, et en essuyant ma lame sur son jean je me raclai la gorge.

- Si un abrutis de première était resté à sa place je n'aurais pas été déconcentrée et en toute logique la personne ayant tiré aurait été moi et la cible aurait été ce vampire. T'avises pas de recommencer où je me ferais un plaisir de t'arracher la tête, avant d'être un chasseur t'es qu’un putain de chien.

Dans ces derniers mots, j'y mettais toute mon arrogance, un air de défis, lui montrant qu'il n'était rien de plus à mes yeux qu'une boule de poil un peu plus grosse, qui savait se comporter en humain mais qui, devant un bout de bois lancé, finirait par courir le chercher et me le ramener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHE IS A SCARY WEREWOLF. RUN FOR YOUR LIFE.


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 1625
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ian Somerhalder

JOB : Chasseur pour l'Enclave, assistant dans une pompe funèbre
APPARTENANCE : Enclave
CAPACITES : Pyrokinésie, force surhumaine, guérison plus rapide, rapidité surhumaine, manipulation des runes, rêves prémonitoires
MOOD : Servez moi à boire ou je bute tout ce qui bouge!

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mer 12 Sep - 20:47

Wolgang n’était pas d’humeur à jouer. Sinon, il aurait couru après la sangsue, bras en sang ou pas, foule dans la rue ou pas. Il ne laissait que rarement une cible lui échapper. Quelque part dans sa jolie caboche il avait noté le visage de l’affreux, ses beaux yeux bruns qui étaient capables d’anéantir toute volonté chez un humain, son sourire carnassier, ses mouvements, ses techniques de combats car il avait tout de même eut le temps de remarquer que ce vampire là était plutôt du genre lâche que bagarreur. Heureusement pour eux sans doute. Le chasseur, une balle en argent logée dans la chair de son bras gauche, demeura immobile, son bras collé le long de son torse, essayant de lutter pour ne pas tirer la grimace face à la douleur qui lui rongeait la chair et le cerveau, tiraillait sur ses nerfs comme si un putain d’enfoiré s’amusait à jouer du violon avec chaque corde de nerf de son bras. Il avait vu bien pire, il avait encaissé bien pire. Sa nuque portait encore les traces de la dernière vampire, allez savoir pourquoi c’était les femelles qui préféraient le prendre pour cible. Des chaînes en argent avaient entourés son corps, et la vampire avait brisé son esprit. Mais Wolfgang n’était pas du genre à s’enfermer dans sa chambre et à gémir sur son sort. Depuis que cette vampire l’avait torturé, il ne cherchait qu’une seule chose : la retrouver et la tuer. La vengeance était un plat délicieux qu’il mangeait épicé. C’est pour cela qu’il traquait chaque nuit toutes les sangsues lui tombant sous la main, niant les démons ayant envahis la ville, niant le problème avec les mages ayant libérés ces derniers. C’était un problème pour l’Enclave, lui s’en foutait que le monde finisse en un petit tas de cendre. Ce vampire là ne lui aurait sans doute apporté aucune information susceptible de retrouver la vampire qu’il cherchait mais ça l’aurait défoulé. Au lieu de cela, il avait récupéré une balle et la sangsue s’en était sortie. Il détestait laissé s’échapper une cible. Le sentiment d’échec, il ne savait pas le gérer, et ça le rendait encore plus horripilant que d’ordinaire. Et la chasseuse en face de lui ne faisait rien pour arranger son humeur. Au lieu de la fermer, et de se barrer discrètement, elle en rajoutait une couche en le traitant d’imbécile. Certes, il avait débarqué en plein milieu du combat et le vampire en avait profité, mais le chasseur avait remarqué la vitesse à laquelle elle avait volé et ne pu s’empêcher d’en faire part à voix haute. Il aimait jouer au connard. Non seulement ça le soulageait, évacuait une partie de sa colère, mais au fond, la rage qu’il avait dans son cœur ne s’éteignait jamais totalement, mais il est était sacrément bon à ce jeu là. Au point que plus personne ne voulait le fréquenter encore moins tomber sur lui en pleine chasse. Et ça lui convenait. Il trouvait les autres chasseurs exaspérants, stupides et prétentieux.

Celle-ci n’échappait pas à la règle d’après ce qu’il pouvait en juger. Lorsqu’elle s’approcha de lui, il lui jeta un regard méfiant. Elle avait sorti un couteau et à en juger l’éclat de lame, il pouvait prédire de quelle matière elle était. De toute façon, généralement les chasseurs ne portent que des armes en argent, généralement ensorcelées, ce qui leur permet d’abattre à peu près n’importe quelle cible. Bien sûr, vu le prix de l’argent pur, rares étaient les chasseurs d’ombre à rouler sur l’or. Il n’était pas rares qu’ils fassent un ou deux job à côté de la chasse rien que pour pouvoir se payer un logement et leur cher chargeur en argent. Wolfgang faisait parti du lot, il avait acheté une véritable ruine dans un quartier éloigné du centre ville qui lui avait rien coûté ou presque, et finissait ses fins de mois à manger des patates en se serrant la ceinture et comptant ses chargeurs. Elle s’agenouilla près de lui, prenant son bras entre ses mains et glissant la lame en argent sur la peau déjà consumée. Il savait que ce n’était pas vraiment le genre de posture pour attaquer, mais il demeura crispé. La lame s’enfonça dans la chair avec facilité, il étouffa un grognement de douleur lorsqu’elle extirpa la balle. Au moins, elle avait trouvé la balle rapidement sans trop charcuté son bras. Il entendait un léger crépitement alors qu’elle se relevait. Sa magie, tous les chasseurs d’ombre possèdent un peu de magie en eux, un simple pouvoir qui leur permet généralement de se spécialisé, d’améliorer leurs techniques ou simplement d’être plus puissants. Il avait hérité le sien de sa mère, comme elle, il manipulait le feu. Un pouvoir dont il se serait bien passé. Le feu était un élément difficile à maîtrisé et Wolfgang n’avait jamais eut personne pour l’aider. Il refusait aujourd’hui de demander de l’aide et se contentait de grogner quand sa magie merdait. Ce qui arrivait assez souvent pour qu’il évite désormais de faire appel à elle. De toute façon son pouvoir se manifestait tout seul, lorsqu’il était en colère ou gravement blessé. Mais il ne contrôlait jamais les flammes et éprouvait toutes les difficultés du monde à le rappeler à lui. Il aurait pu remercier la jeune femme, mais il semblait évident qu’elle se passerait de ses remerciements. Il l’observa se relever rapidement, essuyer sa lame ensanglantée sur son jean avant de se racler la gorge. Elle avait une leur dans les yeux qu’il reconnaissait avec aisance, c’était de la colère, mêlée à du mépris. Généralement c’était ce qu’il invoquait chez tous ceux qui avaient le malheur de croiser son chemin. « Si un abrutis de première était resté à sa place je n'aurais pas été déconcentrée et en toute logique la personne ayant tiré aurait été moi et la cible aurait été ce vampire. T'avises pas de recommencer où je me ferais un plaisir de t'arracher la tête, avant d'être un chasseur t'es qu’un putain de chien. »

Durant quelques secondes, il se rappela qu’il tenait une arme chargée dans sa main droite, qu’il serait facile de lever son bras, facile de la viser alors qu’elle se tenait à quelques mettres seulement de lui, à peine deux mettre selon son estimation rapide, facile de disparaître aussitôt dans la nature. Son arme, il l’avait récupéré dans le réseau mafieux. C’était facile de se débarrasser de l’arme à feu et de disparaître simplement. Elle ne méritait sans doute pas de mourir simplement pour l’avoir insulter en le traitant de chien, mais l’idée traversa néanmoins l’esprit du lycanthrope qui n’avait jamais réellement accepté sa nature. Il avait été élevé par son oncle, un chasseur d’ombre pur et dur qui n’avait jamais admit que sa sœur est pu coucher avec un lycan, chose que Wolfgang ne comprenait pas vraiment enfant. Il n’avait jamais connu son lycan de père, et le détestait souverainement gamin. Son oncle lui avait apprit à haïr sa nature de lycan, et l’avait poussé à se considéré comme un monstre, quelque chose de pas acceptable selon les lois de la nature. Il avait appris à faire avec depuis, il ne prenait plus autant de drogue qu’avant, et avait un comportement un peu moins suicidaire. Il ne finissait plus ses nuits en étant totalement ivre. Mais la névrose était là, bien installée sous sa caboche, et la sensation d’être un être que personne au fond ne voulait, qui dérangeait plus qu’autre chose demeurait. Il aurait pu finir enfermé dans une petite cellule capitonnée, mais au lieu de céder à la dépression, il avait nourrit sa rage et sa colère par des combats souvent perdu d’avance qu’il remportait de justesse tout en y laissant quelques plumes, et par un comportement de connard de première qui lui permettait de repousser tout le monde avant que quelqu’un ne s’aperçoive de ce qui le rongeait de l’intérieur. Une seule personne avait franchit ces barrières, et il en avait payé le prix. Renonçant à l’idée de la tuer ou simplement de la menacer avec son arme, il émit un profond grognement qui n’avait rien à voir avec la douleur. [color=olive]« Parle moi encore une fois sur ce ton, et crois moi, tu auras d’autres choses à te soucier que de perdre un combat. » siffla-t-il sur un ton menaçant. Il s’avança d’un pas vers elle et la saisit à la gorge avec sa main gauche. Son bras était douloureux, mais la colère lui permettait de nier la douleur et le nerf usé et rongé par l’argent qui grinçait sur un ton aiguë dans sa tête. [color=olive]« Tu n’es qu’une petite idiote prétentieuse, retourne jouer dans ton bac à sable. » lui lâcha-t-il avant de l’éjecté, en la jetant à quelques mètres devant lui. Il lui jeta un regard noir plein de mépris. Elle le méprisait parce qu’il était un lycan ? Il la méprisait parce qu’elle était une chasseuse d’ombre, il la méprisait parce qu’elle faisait parti de tous ces connards qui ne méritaient pas qu’on se prenne une balle pour eux.




Grâces sataniques
❝ Disease spreading death, Entire population dies, Dead before you're born, Massive suicide. Vicious game of fear, it's all extermination now, poison in your veins. Global genocide. Slaughter Governs law, the apocalypse begins. Pain become the norm, seeking homicide. Beware the coming storm. That starts illuminating fires. God is laughing hard.Man has gone insane. World painted blood, No sanctuary.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightside.forumactif.com
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Beedoo.
MESSAGES : 103
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Beedoo.
AVATAR : Evangeline Lilly

JOB : Serveuse dans un café le jour et Tueuse de Vampires la nuit.
APPARTENANCE : Descendante direct des Wayland
CAPACITES : Electrokinésie ; Grande Résistance physique ; grande force ; Très bon réflèxe ; Rapidité plus grande ; Rêves prémonitoires.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Jeu 13 Sep - 20:32

Pendant quelque secondes, mon regard s'écarquilla, et je posa mes mains sur autour de son poignet, lançant une décharge electrique, assez puissante qui lui donna un effet de brûlure, mais assez faible pour ne pas arrêter son coeur. Automatiquement, dans un mouvement de recul et avec la puissance il fit un bond en arrière. J'avais toujours été quelqu'un de loyal, de modeste et je ne supportais pas d'entendre que je n'étais qu'une petite prétentieuse. Encore moins que l'on remette mon niveau de chasseuse au stade de débutante qui s'entraine avec des monstres en piñata. Je m'étais entrainée dur et seule après que mon père ait été tué. En plus de cela, j'avais du apprendre à gérer mon don et à élever un bébé. Oh non je n'étais pas une enfant prétentieuse et je ne supporterais pas que l'on me dise ça.
Dans mon regard il pouvait lire toute ma haine et le fait qu'il m'avait profondément blessé, même si je faisais en sorte que cela ne puisse pas transparaitre. Pour autant, je ne pouvais lui en vouloir car avec ce que j'avais dis, j'avais pu autant le touchere, même si je doutais que sous cette cage thoracique il se cache un petit coeur qui puisse éprouver des sentiments. Je décrochai soudainement mon regard de son corps encore un peu rouge mais pas brulé, et défis mon sac de mon dos tout en le posant rapidement à terre. Dans un mouchoir je posa la balle et lui jeta une bande faite de magie, qui aidait à la reconstruction des tissus et calmait la douleur. Un mage me l'avait vendu et même si à la base, cela était pour une de mes éventuelles blessures, la plaie sur le beau brun ténébreux n'était pas terrible.

- Ca te guériras rapidement, grommelais-je.

Je referma mon sac et le lança sur mon dos, tout en replaçant mon couteau dans ma ceinture. J'avais sortie une deuxieme arme à feu et la mit au creu de mon dos, coincée avec ma ceinture. Je me dirigea vers la ruelle pour échapper à une éventuelle envie de représailles de sa part.
Je fixais les gens qui se bousculaient, riaient, téléphonaient, se pressaient et doucement je me fondis dans la foule. Je restais pourtant perturbée par son regard, sa colère soudaine, mais surtout ses mots.. Je lui en voulais et priais déjà pour ne pas qu'il me retrouve dans cette foule, qu'il fasse son chemin et qu'on ne se recroise plus..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHE IS A SCARY WEREWOLF. RUN FOR YOUR LIFE.


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 1625
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ian Somerhalder

JOB : Chasseur pour l'Enclave, assistant dans une pompe funèbre
APPARTENANCE : Enclave
CAPACITES : Pyrokinésie, force surhumaine, guérison plus rapide, rapidité surhumaine, manipulation des runes, rêves prémonitoires
MOOD : Servez moi à boire ou je bute tout ce qui bouge!

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mar 18 Sep - 18:36

Wolfgang était sans commune mesure un putain d’enfoiré et nombreux s’entendaient sur le sujet à commencé à par lui-même. Il n’hésitait pas à frapper là où ça faisait mal, que ce soit avec ses armes à la chasse ou avec des mots devant quelqu’un envers qui il n’avait aucun scrupule à balancer son venin. Personne au fond ne comprenait que c’était simplement de la colère qu’il ressentait, une immense colère envers le monde entier, et surtout envers tout ceux qui étaient normaux, qui n’avaient jamais ressenti cette horrible sensation d’être un monstre, envers tous ceux qui lui faisait ressentir sa différence d’une manière ou d’une autre. Et la chasseuse avait fait très fort. En le traitant de chien, elle avait appuyé exactement sur la seule et unique corde sensible. Elle avait de la chance qu’il est préféré utilisé ses mots acides plutôt que sa force physique ou son arme chargée. Il l’avait empoigné à la gorge et avait simplement craché son venin sans même ressentir le moindre scrupule et encore moins un quelconque sentiment de culpabilité même lorsqu’il la vit serrer ses prunelles, même lorsqu’il senti la mâchoire de la chasseuse grincer. Il savait qu’il avait touché juste, sans même la connaître. Personne n’aime à s’entendre traité de prétentieux, encore moins de gamine écervelée. Surtout pas une chasseuse qui pensait sans doute, comme la plupart des chasseurs d’ombre, qu’elle savait ce qu’elle faisait. Il la repoussa d’un mouvement du poignet, l’éjectant le plus loin possible. Non pas qu’il craignait un mouvement de rage, qu’importe ce ne serait pas la première gifle qu’il se prendrait, ni le premier coup de poing. Il savait encaisser, même avec un trou dans son bras gauche. La chasseuse se releva lentement, l’incendiant du regard, sa magie crépitant comme si quelque chose allait exploser. Wolfgang aurait sûrement dû se méfier. Il l’aurait fait s’il n’était pas un fieffé connard qui se réjouissait à cet instant même de la rage et de la colère qu’il avait provoqué chez elle. C’était étrange, mais toute la rage qu’il avait eut l’intention de placer dans un combat contre un vampire s’était déplacé sur elle. Sans nul doute parce que ce combat lui avait échappé. Et parce qu’il refusait d’admettre que cela pouvait être de sa faute, il rejetait la faute sur elle. Au fond, il n’était pas mieux qu’elle, sans doute pire même, mais il préférait crever la gueule ouverte plutôt que l’admettre. Et la voilà qui s’avançait vers lui, fulminante de rage et de colère, tendant sa main vers lui. Wolfgang la toisait du regard. Il leva cependant sa jambe droite, esquissant un mouvement de recul. Mais trop tard. La chasseuse avança soudainement sa main, et attrapa son poignet. Le choc fut brutal et soudain. Un éclair s’échappa de la main de la chasseuse. Wolfgang ressenti un choc violent, et fut éjecté avant d’avoir pu faire quoi que ce soit.

Alors qu’il gisait dans l’herbe humide, il réalisa deux choses. La première était que son cœur n’avait pas été loin de s’arrêter, et qu’à présent il battait à toute vitesse comme pour se rattraper. La seconde était que son poignet le brûlait et il n’avait pas besoin de regarder la trace rouge des doigts de la chasseuse sur sa peau pour savoir qu’il avait été tout bonnement électrocuté. Il aurait dû comprendre mais il s’était totalement moqué des conséquences de ses actes. Peut-être qu’il cherchait ça au fond. Pas à souffrir, même si techniquement une petite douleur physique ne le dérangeait pas plus que ça, tant qu’elle lui offrait une bonne dose d’adrénaline. Mais peut-être qu’il cherchait des raisons, qu’il désirait qu’elle lui fournisse de bonnes excuses pour la combattre. Il n’avait pas eu son comptant de combat ni de violence, il était frustré de ce combat annulé contre le vampire, et sa rage, sa colère battait dans ses veines, cherchant une issue pour sortir de lui. Wolfgang fonctionnait ainsi. Il accumulait de la rage et de la colère qu’il laissait jaillir hors de lui. C’était pour ça qu’il déclanchait autant de bagarre dans les bars, pour cela qu’il enchaînait les chasses, pour cela qu’il adoptait cette attitude de parfait connard, d’enfoiré de première. Ses prunelles, brûlante de colère, et à la fois de surprise se posèrent sur la chasseuse qui était en train de ranger soigneusement la balle en argent dans son sac. Il se fit la réflexion que si les chasseurs courraient après l’argent de manière générale, elle le faisait admirablement bien, s’en était même assez flippant. Elle sorti ensuite une bande qu’elle lui jeta. Il se demanda pourquoi elle avait ôté cette balle de son bras, pourquoi elle lui envoyait de quoi se soigner, au moins arrêter le sang de couler, pourquoi autant de gentillesse entrecoupée d’une acidité tranchante et d’un soupçon de violence ? « Ca te guériras rapidement. » Il haussa un sourcil, surpris. Elle maniait admirablement bien le chaud et le froid, l’acidité et la douceur. La jeune femme referma son sac sans lui jeter un regard de plus, et replaça ses armes sans doute en vue d’un prochain combat. Le chasseur était trop surpris pour dire quoi que ce soit, et finalement la laissa s’échapper. Il mit quelques secondes à refaire ses connexions nerveuses. Il se leva, et enroula son bras dans la bande sans trop de conviction, puis marcha dans la direction où elle avait disparue. Il ignorait ce qu’il allait faire. Ni pourquoi exactement il la suivait. C’était plutôt stupide de raviver la flamme mais le comportement surprenant de la femme l’intriguait et après tout, elle lui devait une chasse. Il se contenta de presser le pas pour capter sa silhouette dans la foule. Pour une raison inconnue, il ne chercha pas à la rattraper, il n’aurait pas vraiment su quoi lui dire à part lui demander pourquoi elle lui avait filé ce bandage ou pourquoi avait-elle ôté la balle de son bras, mais il savait qu’il risquait aussi fortement de chercher à venger son honneur masculin blessé dans son orgueil. Il se contenta donc de la suivre de loin.




Grâces sataniques
❝ Disease spreading death, Entire population dies, Dead before you're born, Massive suicide. Vicious game of fear, it's all extermination now, poison in your veins. Global genocide. Slaughter Governs law, the apocalypse begins. Pain become the norm, seeking homicide. Beware the coming storm. That starts illuminating fires. God is laughing hard.Man has gone insane. World painted blood, No sanctuary.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightside.forumactif.com
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Beedoo.
MESSAGES : 103
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Beedoo.
AVATAR : Evangeline Lilly

JOB : Serveuse dans un café le jour et Tueuse de Vampires la nuit.
APPARTENANCE : Descendante direct des Wayland
CAPACITES : Electrokinésie ; Grande Résistance physique ; grande force ; Très bon réflèxe ; Rapidité plus grande ; Rêves prémonitoires.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mer 19 Sep - 15:54

J'ai toujours été une experte pour battre le chaud et le froid, pour être tendre puis piquante, douce et sanglante. J'étais comme ça quand les évènements me poussaient à l'être je n'y pouvais rien et je ne changerais pour personne. Je voyais bien que cela déstabilisait la plus part des gens, même les gros dur car avec moi on ne savait pas vraiment comment se comporter mais cela me plaisait. C'est vrai, c'est en changeant comme cela que l'on voit le vrai caractère d'une personne. Il n'a pas le temps de faire semblant que vous êtes déjà à l'opposer de ce qu'il croyait être votre caractère. Pourtant, la plus part du temps, je n'étais pas lunatique.
Alors que je me fondais dans la foule je savais que le chasseur me suivait de loin, cet imbécile arrogant ne se doutait donc pas qu'étant moi aussi chasseuse je le repèrerais même de loin ? Je pressa le pas et me faufila entre les passants, me fondant bientôt dans une groupe de jeunes, riant aux éclats, bouteilles à la main, filles à leurs bras. Je choppa une de leurs bouteilles et la jeta à terre. Un conflit commença, la foule s'arrêta, les gens râlèrent face à ce bouchon et très vite je disparu dans une ruelle sombre, ayant réussi à semer ce petit curieux. Presque au pas de course, je rejoignis l'entrée de mon immeuble et me stoppa devant. Me collant à un mur, je me fondis à la pénombre attendant bien plusieurs minutes pour être certaine que Wolfgang ne m'avait pas retrouvée et suivie. Je n'avais pas trop envie de voir sa tronche arrogante dès le matin, cela serait un choc trop violent pour mon petit cœur.
Au bout de cinq bonnes minutes, j'étais certaine qu'il était déjà loin, que le remue méninge des jeunes l'avait stoppé dans sa filature et qu'il avait perdu ma trace, alors je poussa la lourde porte vitrée et monta les escaliers jusqu'au troisième. Je fis pivoter mon sac sur mon torse et en sortie des clefs que j'introduis dans la serrure. Tout en pénétrant chez moi je lança le sac sur la table et ferma la porte derrière moi, tournant aussi un énorme verrou à l'ancienne. Mon chat vint se frotter à moi et quémander à manger tandis que je retirais mon manteau. Je l'attrapais tout en me dirigeant vers la fenêtre d'où je me sentais observée. Paranoïa du à la réputation du chasseur qui était sois disant du genre à ne pas lâcher un bout de steak ou impression tout à fait valable ? Je n'en savais rien et pourtant je tira mes rideaux. En quittant mes chaussures mon chat sauta sur le sac en soufflant. Je me surpris à esquisser un sourire en me disant que cela devait sentir le chien et que Chausette, nom qui venait du fait que le chaton avait été retrouvée dans un carton rempli de chaussettes au bas de l'immeuble, ne devait pas apprécier. Je sortie la balle en argent de mon sac noir et a boule de poil se mit à grogner. Je le pris d'une main et le porta jusqu'à la cuisine où je lui donna un bol de lait, il ne se fit d'ailleurs pas prier. Je marcha ensuite jusqu'à mon bureau où je m'assis et sortie la balle d'argent en l'observant avec une loupe. La peau était encore entrain de bruler sur l'argent et il s'en dégageait une très faible odeur de cochon grillée. La balle était encore chaude dut à la magie qui avait été incrustée dedans. Je la plaça dans une petite boite en plastique et me glissa sous une rapide douche chaude avant de rejoindre les bras de Morphée. Il faudrait que j'étudie cette réaction lycanthropique de plus près. Chaussette, se léchant encore doucement les babines vint me rejoindre fixant la petite boite transparente où trônait la balle.

Le lendemain, alors que le ciel était gris et que seulement quelques rayons de soleil traversais d'épais nuages, mon humeur était au beau fixe. La matinée avait été calme au café et seulement quelques habitués étaient venu et j'avais fini par tenir seule le petit restaurant, libérant mon patron à sa femme pour l'après midi. Je pensais avoir une journée calme, récupérer doucement de ma nuit mouvementée tout en lisant un bouquin, mais lorsque la clochette retentit je sentis cette présence. Oh je ne la connaissais pas par coeur au vue du peu de temps que j'avais passé avec cette personne, mais cette présence était atypique. Elle irissait les poils et agaçait rien qu'à la sentir. Sans me retourner je ferma mon livre et me servit un capucino. Peut être qu'être silencieuse le ferait partir ?
D'autres clients entrèrent, un jeune couple et je n'euspas le choix de me retourner. Face à moi, un sourire arrogant et débile collé au lèvres, Wolgang me faisait face; Royalement je l'ignorais, tout en me penchant vers le jeune couple.

- Vous désirez ?
- Heu le jeune homme était là avant nous, s'étonna le blondinet
- Cet homme n'a besoin de rien.
- Ho.. Heu d'accord.. Bon et bien ce sera deux capuccino avec deux parts de gateaux..
- Je vous apporte ça en salle.

La jeune femme sourit. Toute fluette, de grands yeux verts et une chevelure rousse fluide mais épaisse, elle tira son compagnon par la main et celui ci ria. Il se placèrent à une table au fond, mêlant leur doigts les uns aux autres.
Je me tournais face à la machine et dos au chasseur, priant pour que celui ci finisse par partir, mais je savais que cela était un faux espoir. Une fois que j'eus apporter la commande aux deux tourteraux je nettoya le bar, les traits tiré, agacée par sa présence. Je plongea mon regard dans le sien, appuyée sur le bar.

- Pour une fois qu'une journée était sympa, il faut que tu débarques.. C'est pour des excuses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINHE IS A SCARY WEREWOLF. RUN FOR YOUR LIFE.


PSEUDO : Eden Memories
MESSAGES : 1625
AGE DU JOUEUR : 30
COPYRIGHT : Eden Memories; tumblr
AVATAR : Ian Somerhalder

JOB : Chasseur pour l'Enclave, assistant dans une pompe funèbre
APPARTENANCE : Enclave
CAPACITES : Pyrokinésie, force surhumaine, guérison plus rapide, rapidité surhumaine, manipulation des runes, rêves prémonitoires
MOOD : Servez moi à boire ou je bute tout ce qui bouge!

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Jeu 27 Sep - 7:59

On lui faisait une réputation de gars qui ne lâche jamais une cible, qui ne renonce jamais. C’était en grande partie vrai, mais également faux. Dans certaines situations, on ne peut pas agir ainsi. Parfois on tombe sur un poisson trop gros qui menace de vous bouffer tout cru. Et il faut reculer, mieux réfléchir à une stratégie d’attaque. Comme cela avait été le cas avec cette vampiresse de plus de deux millénaires. Il n’avait pas eut la prétention de tuer une vampire aussi vieille, mais disons qu’elle l’avait cherché et l’avait trouvé. Il avait dû renoncer, temporairement. Mais au fond, non, il ne lâchait jamais rien. Et la chasseuse qui s’enfuit dans la foule devait certainement avoir une vague idée de la réputation du chasseur lycanthrope parce qu’elle fit tout pour le perdre. Il la se faufiler entre les gens, choisir des groupes bruyants et agités pour tenter de se fondre parmi eux. Le chasseur était habitué à traquer des vampires et ces derniers étaient doués pour disparaître. De plus, elle devait être un peu plus vieille que la bande de jeune où elle tenta de se mêler. Les sifflement des mecs alertèrent finalement bien plus le chasseur qui sourit en s’avançant. Elle se savait suivit mais serait-elle capable de le semer ? Il ne poursuivait que rarement les chasseurs, pourquoi l’aurait-il fait ? Il y avait une grande différence entre poursuivre un vampire et un chasseur d’ombre. Les vampires eux étaient capable de te balancer un cadavre pour te distraire, les chasseurs eux tentaient tout pour mettre le plus de distance entre toi et eux. La jeune femme saisit ce qui semblait être une bouteille. Wolfgang réalisa rapidement le but de la manœuvre. Aussitôt, les jeunes s’agitèrent, deux ivrognes commencèrent à se battre pour la récupéré. La chasseuse la jeta à terre provoquant une montagne d’hurlement et de mouvement de colère. Wolfgang demeura éloigné. Il contourna le groupe. Ce qui lui fit perdre du temps, mais l’un des jeunes continuait de héler la jeune femme, la rendant facilement repérable. Il la vit s’engouffrer dans une rue plus résidentielle. Le loup s’éloigna de quelques pas. Il observa la rue où elle avait disparue, mais ne vit pas de silhouette féminine lui ressemblant continuer dans la rue. Elle s’était donc arrêter quelque part dans cette rue là. Il préféra attendre que l’agitation de la rue cesse. Pénétrant dans un bar, il commanda une bière. Puis il posa négligemment des questions au barmaid, si il voyait souvent une jolie fille, brune, plutôt bien bâtie, robuste, pas du genre qu’on a envie d’emmerdé. Le barmaid lui rétorqua qu’il y en avait quelques unes comme ça parmi ses clients. Wolfgang soupira. Les barmaid ne sont plus ce qu’ils étaient. Il ressorti et utilisa ce qui était sa meilleure arme dans ce genre de cas. Il renfila l’air. Elle lui avait filé une bande qui était imprégnée de son odeur, aussi il se souvenait parfaitement de son parfum. Il ne tarda guère à retrouver sa trace malgré les trente minutes qui s’étaient écoulées. Arrivé devant un immeuble, il fut arrêté par le digicode. Son sens olfactif puissant ne l’était pas assez pour lui révéler le code, et même si il pouvait deviner sur quel touche il fallait appuyer vu les empreintes digitales multiples, il y avait au moins six touche ce qui donnait un certain nombre de possibilité. Un nombre assez conséquent. Il sorti une cigarette de son paquet et attendit tout simplement.

Vers deux heures du matin, soit une heure après, un couple passablement éméché, se tenant par la taille comme pour s’empêcher mutuellement de tomber, arrivèrent devant l’immeuble. Ils se mirent à rire en le regardant. Sans nul doute parce que à ce niveau d’alcoolémie dans le sang, tout vous semble absolument hilarant. Puis, ils tapèrent le digicode. L’homme dû s’y reprendre à trois fois, et finalement ce fut la femme qui parvint à le taper correctement pendant que l’homme maudissait cette fichue machine pas capable de lui obéir. Wolfgang s’engouffra derrière eux. La femme lui jeta un regard surpris avant d’éclater de rire et de murmurer à son compagnon qu’ils étaient suivit. Wolfgang n’y prêta pas attention, il jeta sa cigarette dehors, et les regarda prendre l’ascenseur. L’homme tient la porte pour l’attendre, le chasseur secoua la tête. « Je vais prendre les escaliers, merci. » fit-il avec une petite mine pour leur laisser croire qu’il craignait sans doute une vague de vomis durant le voyage. Cela fit rire la femme, un rire qui se répercuta encore alors que les portes de l’ascenseur était fermées. Le chasseur détourna son regard et se concentra sur les boîtes au lettre. Tout ce dont il avait besoin à ce stade c’était d’un nom. Il renifla consciencieusement chaque boîte au lettre, et tomba sur celle qui l’intéressait rapidement. L’odeur de la jeune femme n’était pas si forte que cela sur le métal mais bien présente. Rayane Wayland. Pas d’autre nom, elle vivait donc seule à priori. Il sourit, puis regarda sur le numéro à côté, ce qui déterminait assez facilement l’étage. Il ressorti de l’immeuble. A présent, il avait tout ce dont il avait besoin. Il savait à quoi elle ressemblait, comment elle s’appelait et où elle vivait. Il n’avait aucune envie de mettre les pieds à l’Institut mais à cette heure-ci les chasseurs d’ombre soit chassaient, soit dormaient. Il marcha donc d’un pas vif, l’Institut étant situé dans la vieille ville. Comme il s’y attendait, les lumières étaient tamisées, les portes pratiquement toutes fermées, une seule était ouverte. Il pénétra les lieux. Une vieille femme était assise à l’accueil et lui adressa un regard noir. Il interrompait son feuilleton. Bien souvent les employés de l’Institut sont des chasseurs à la retraite, trop vieux pour continuer la chasse, mais avec suffisamment de savoir pour qu’il soit intéressant pour eux de choisir les missions. Ici la moyenne d’âge était de 70ans. Ils étaient les gardiens du savoir, ils transmettaient les missions, relayaient les informations. C’était eux qui faisaient vivre l’Enclave, eux qui faisaient le lien entre les décisions prisent durant les réunions de l’Enclave, et les chasseurs d’ombre sur le terrain. Wolfgang n’était pas leur petit favoris, mais il rentabilisait assez bien l’institut. La vieille femme leva un sourcil et poussa un lourd soupire. Il reconnu Hortense à son soupire si lourd. Elle ne semblait pas du tout motivée pour l’aider, et cependant, si elle ne voulu pas se lever encore moins lui dire quoi que ce soit à propos d’une Rayane, elle tourna l’écran de l’ordinateur vers lui. Il ne lui fallut pas plus de dix minutes pour la trouver. L’Enclave était monomaniaque vis à vis de ses chasseurs, ce que Wolfgang n’aimait pas à son sujet, mais trouvait bien pratique pour retrouver des collègues. Sous ses yeux s’étalaient toutes les informations au sujet de la chasseuse. Ses missions, essentiellement des vampires, qu’elle avait perdu son père, comme beaucoup de chasseurs d’ombre d’ailleurs, il continua de lire sa fiche. Bon sang, elle avait perdu toute sa famille. Il trouva enfin l’information qu’il cherchait, le job qu’elle occupait en plus de celui de chasseuse ainsi que ses horaires. Il détestait que l’Enclave flic ainsi chacun de ses chasseurs, mais une fois qu’on avait accès aux fiches, c’était une réserve inépuisable d’informations. Il ferma la fiche et glissa un billet à Hortense pour qu’elle ferme les yeux une nouvelle fois sur ce qu’il venait de faire.

Il était près de cinq heure du matin lorsqu’il quitta l’Institut. Le ciel était bleuté, offrant une vision froide de la ville. La fraîcheur de la nuit s’était accumulée et il faisait plutôt froid, ce qu’il ne ressentait pas vraiment avec la température élevée de son corps. Il enfonça néanmoins les mains dans ses poches. Il était sans doute trop tard pour rentrer à l’appartement, se glisser dans les draps pour faire croire à Aaron qu’il avait dormit avec lui toute la nuit. L’odeur de la fraîcheur de la nuit était collée à son corps. Il n’aurait pas le temps de réchauffer sa peau et de chasser cette odeur en se collant à son amant. Aussi, il se décida pour une nouvelle nuit blanche. Il flâna dans les rues jusqu’à 7heure du matin. L’heure où elle aurait commencé son service. Il trouva facilement le café en question en se servant des plans affichés sur les tramways. Une fois arrivé devant le café, il demeura quelques minutes à l’extérieur à observer le manège de la seule et unique employée visiblement, la chasseuse de la veille. Entre le ménage et la préparation des machines, il l’observa en silence depuis l’extérieur. Les spots du café éclairant plus l’intérieur que l’extérieur, il savait qu’elle ne le percevait pas aussi bien que lui la voyait, et surtout elle semblait trop occupée pour regarder ce qu’il se passait dehors. Finalement elle ouvrit, et d’autres clients qui s’étaient accumulés dehors attendant l’ouverture pénétrèrent les lieux. Il attendit qu’elle les eu servit avant d’entrer à son tour. La clochette retentie mais elle ne tourna pas la tête en sa direction. Le chasseur alla s’installer devant le comptoir, accoudé sur le bois vernis, une jambe croisant l’autre. D’autres clients entrèrent, et elle se tourna enfin. Il abordait son petit sourire victorieux, certain de son petit effet. Elle l’avait surpris hier soir, c’était à son tour de la surprendre. Elle l’ignora royalement se dirigeant vers le jeune couple, prenant leur commande en niant complètement sa présence. Wolfgang la regarda faire avec un petit sourire amusé. Le petit couple se dirigea vers une table une fois leur commande passé. Ils semblaient jeunes, amoureux et heureux. Un spectacle des plus ennuyeux aux yeux du chasseur qui ne masqua pas son dégoût par ailleurs. Il fit une petite grimace lorsqu’ils passèrent devant lui en riant. Pourquoi les gens heureux se sentent obligés d’étaler leur joie de vivre devant tout le monde ? La chasseuse continua son petit manège, s’occupant de leur commande sans se préoccuper de lui, mais il savait qu’elle l’observait du coin de l’œil. Lorsqu’elle revint, il était toujours là, dans sa pose nonchalante, comme s’il était le maître des lieux. Elle sorti un torchon et entreprit de nettoyer le bar, à sa hauteur, elle s’interrompit et lui lança un regard sombre. « Pour une fois qu'une journée était sympa, il faut que tu débarques... C'est pour des excuses ? » fit-elle avec une voix agacée. Il eut un petit sourire amusé. Vraiment cela l’amusait au plus haut point de la voir agacée de la sorte, mais à ses yeux, ce n’était pas suffisant. « Oh, je ne me fais pas d’illusion. J’imagine bien que je n’aurais aucune excuse de la part d’une femme qui s’amuse à vous foudroyer après que vous vous soyez prit une balle par sa faute. » répondit-il d’une voix juste assez forte pour que le couple lève un instant les yeux. Ils avaient sans doute tiqué en entendant le mot balle. Le chasseur lui lança un regard entendu, avant de jeter un rapide coup d’œil au couple. Il savait que cela serait du plus mauvais effet s’il racontait leur nuit à haute voix devant les clients. « En fait, j’ai vraiment pas aimé me faire électrocuter. » ajouta-t-il d’une voix plus basse, presque menaçante. « C’est le genre de choses qui énerve au point de vous donner envie de faire des conneries. » continua-t-il. En disant cela, il avait jeté à nouveau un coup d’œil au couple qui riait à nouveau.



Grâces sataniques
❝ Disease spreading death, Entire population dies, Dead before you're born, Massive suicide. Vicious game of fear, it's all extermination now, poison in your veins. Global genocide. Slaughter Governs law, the apocalypse begins. Pain become the norm, seeking homicide. Beware the coming storm. That starts illuminating fires. God is laughing hard.Man has gone insane. World painted blood, No sanctuary.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightside.forumactif.com
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Beedoo.
MESSAGES : 103
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Beedoo.
AVATAR : Evangeline Lilly

JOB : Serveuse dans un café le jour et Tueuse de Vampires la nuit.
APPARTENANCE : Descendante direct des Wayland
CAPACITES : Electrokinésie ; Grande Résistance physique ; grande force ; Très bon réflèxe ; Rapidité plus grande ; Rêves prémonitoires.

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   Mar 9 Oct - 13:23

La réactivité. Voilà ce qui me différenciait parfaitement des autres chasseurs, voir même des autres Wayland. J'avais passé des heures à m'entrainer à être le plus réactive à une attaque possible, envers moi ou des innocents. Je contournai lentement le bar pour passer un coup d'éponge sur les tables tout en lui faisant remarqué, qu’évidemment non il n'aurait pas mes excuses mais que j'étais prête à écouter les siennes. Alors que Wolfgang parlait de notre nuit agitée, je me rappelais de la phrase que me berçait mon père depuis ma tendre enfance " Mais tu as toujours réponse à tout toi ! ". Je n'avais jamais appris à me taire quand i le fallait, et cela était vite pris pour de l'insolence. Je souris et tout en lui tournant le dos je répliqua.
- Cupidon t'a tiré une balle en plein cœur je sais, ce n'est pas de ma faute si entre nous ce fut une sorte de coup de foudre !
L'explication était lancée, personne ne pourrait imaginé après ça que nous sommes des chasseurs qui jouent leur vie chaque nuit, et qui de plus, arrivent presque à s'entretuer entre eux. Je m'approcha doucement de lui alors qu'il me faisait remarqué qu'il n'aimait pas mon don. Je souris en lui faisant remarqué que cela pouvait avoir des avantages, tout en glissant doucement ma main sur son torse, et descendant vers sa ceinture sur laquelle je m'arrêta, un faible courant électrique sortie de mes doigts.
Alors qu'il regardait encore le jeune couple débordant d'amour, j'attrapai son menton pour lui tourner d'un coup la tête, nos visages près l'un de l'autre après sa menace.
- Ne sois pas ridicule. Avant même que tu n'ai atteint la moitié du café, tu sera par terre secoué par un courant électrique, ton petit cœur en mousse, battant pour survivre et faire sortir de ton corps cette désagréable sensation. Je pourrais même arrêter ton cœur, comme ça, sans que tu ne le vois arrivé, et alors ce jeune petit couple croirait que tu as eu une méchante crise cardiaque alors que ton corps aura été saturé d’électron. Ne me menace pas j'ai vraiment horreur de ça !
Je me replaça derrière le bar où je me servis un café et m'adossa au mur de la réserve. Je le fixai, la tasse au bord des lèvres, mes grands yeux clairs scrutant chacun de ses mouvements. Je devais m'attendre à toute les possibilité il fallait donc que je me tienne prête. J'arrivais cependant aussi a réfléchir tandis que je surveillais le chasseur. Je ne savais pas si j'avais la réactivité nécessaire pour le coucher d'un geste de la main et protéger ces innocents mais au moins je bluffais comme une chef.
Tout en portant ma tasse à mes lèvres je détaillais le beau jeune homme. Ses cheveux noirs tiré en arrière et ses beaux yeux bleus le rendait irrésistible, sa musculature se dessinant timidement sous son tee shirt et sa veste laissait imaginé un corps très bien sculpté. N'importe quelle fille pourrait craquer sur cet homme, mais sa connerie me retenait. Son physique était surement un leur du genre " Regarde je suis beau et ne remarque pas comme je suis pourri à l'intérieur " c'est un peu comme la cage de la souris. C'est un piège mais trop aveuglée la souris se jette sur le bout de fromage. Wolfgang devait faire beaucoup de victime, je le voyais bien comme le don Juan qui prend et qui jette les filles comme un petit mouchoir usagé. Et rien que ça, ça cassait son image d'Apollon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Conflit d'intérêt ft. Rayane   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conflit d'intérêt ft. Rayane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: PRAGUE :: Holešovice :: Parc de Stromovka-