[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES LEGENDES DE PRAGUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MAITRE DU JEU ▬ I'm watching you ! Run...


MESSAGES : 402
COPYRIGHT : Eden Memories

MessageSujet: LES LEGENDES DE PRAGUE   Dim 29 Juil - 18:04

Origine de Prague
Prague dû sa naissance à l'union de la Princesse Libuse, née de la famille noble appelée Bohemia (qui donnera son nom au peuple Tchèque), et du Prince Premysl. A l'époque, l'heureux couple régnait dans un château fort en rondin de bois, entouré d'une palissade fortifiée elle aussi en bois. Le château se dressait sur la rive droite de Vltava, cette demeure fortifiée résistant aux vents et tempêtes comme la volonté des Premysl recevra plus tard le nom de Vyserhad. Le pays se transformait rapidement sous impulsion d'un temps clément, et du Prince qui se montrait bon envers son peuple, mais aussi ferme lorsqu'il le fallait. Les forêts diminuaient, les plaines se couvraient de champs, des maisons apparaissaient à la place des forêts, des petits châteaux-forts se construisaient pour protéger le peuple des envahisseurs voisins. Le peuple s'agrandissait, et vint un jour la question de construire une ville pour réunir tous ces petits village. Mais le Prince était inquiet, quant au choix du lieu, car il faudrait une météo clémente, et une terre fertile. La princesse, qui était une prophétesse, la famille Bohemia avait souvent dans sa famille des femmes capables de prodiges surnaturels, déclara ceci: "Fixez-vous là où vous trouverez ces quatre éléments en harmonie : une terre fertile, une eau pure, un air vivifiant, et des arbres qui vous offriront leur bois pour vos foyers et la douceur de leur ombre. Si l'harmonie règne entre ces quatre éléments, vous serez à l'abri de la misère." Les familles suivirent ce conseil, et s'installèrent en des terres clémentes qui leur offrirent des récoltes nombreuses, des doux hivers et des été point trop arides.

Un jour, le Prince et son épouse rendirent visite au père de la princesse, dans la contrée du Libusin. Entourés de leur suite, ils montèrent à la plus haute tour du château. Le soleil était sur le point de se coucher, et le ciel était devenu tout mauve, l'horizon se confondait avec le ciel alors que les petites lueurs des maisonnées transperçaient la pénombre. La Princesse s'avança vers l'horizon pourpre, et soudainement le silence se fit. Plus un cri d'oiseau, plus un chuchotis, même le vent sembla cesser de souffler. La Princesse tendis les bras devant elle comme si elle voulait toucher le ciel et doucement ses lèvres se mirent à bouger: "Je vois un grand Château dont la gloire monte jusqu'aux étoiles. Dissimulé dans de profondes forêts, l'endroit est borné au nord par la vallée du ruisseau Brusnice, et au sud par une puissante colline rocheuse. La rivière Vltava se fraie un chemin à ses pieds. C'est là qu'il vous faut aller. Au profond de la forêt, vous trouverez un homme en train de tailler le seuil de sa maison. Voilà où vous édifirez un château que vous nommerez Praha d'après le mot désignant le seuil. Et comme tout seigneur baisse la tête pour franchir le seuil d'une demeure, ainsi les plus grands de ce monde la baisseront-ils devant ce château." Lorsque la princesse se tut, tout doucement, la nature reprit vie, le silence se rompit, et les yeux étincelants de la prophétesse s'éteignirent pour reprendre leur couleur dorée naturelle. L'enthousiasme gagna ceux qui avaient entendu le discours, et tout le monde s'accorda pour partir au petit jour. Les envoyés s'en allèrent vers l'Est à la recherche de l'endroit dont la princesse avait parlé. Ils trouvèrent la vallée du ruisseau, se heurtèrent au puissant rocher, puis entrèrent dans la profonde forêt d'où venait des sons de haches répétés. C'est ainsi qu'ils trouvèrent l'homme qui taillait le seuil de sa maison. Sans plus d'hésitation, ils commencèrent l'oeuvre qui fit vit naître le château de Praha autour duquel la ville de Prague s'étend désormais.



Let me in
- Insatiablement avide, de l'obscur et de l'incertain, je ne geindrai pas comme Ovide chassé du paradis latin. Cieux déchirés comme des grèves, en vous se mire mon orgueil ; vos vastes nuages en deuil sont les corbillards de mes rêves, et vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon cœur se plaît. BAUDELAIRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LES LEGENDES DE PRAGUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: PREAMBULE :: Let me In :: Informations complémentaires-