[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À la noirceur de ton âme, j'imposerais la douceur de mon affection [Roman W]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli & Tumblr
MESSAGES : 1894
AGE DU JOUEUR : 33
COPYRIGHT : Calli
AVATAR : Scarlett Johansson

JUKEBOX : les 4 saisons de Vivaldi
JOB : propriétaire du Victorian's Creation
APPARTENANCE : Lignée d'Augustin l'Ancien
CAPACITES : Domination et Présence
MOOD : amoureuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: À la noirceur de ton âme, j'imposerais la douceur de mon affection [Roman W]   Mar 7 Aoû - 20:37

La nuit est douce et calme. Il n’y a pas de lune, ou c’est ce qu’autrefois on appelait la lune noire. Pas de Lycanthropes de sortie et bien sur la magie blanche liée à l’astre est plus faible, parait-il. Après tout je n’en sais rien puisque je n’ai jamais pratiqué la sorcellerie. Je connais quelques trucs, au vue de mon grand âge mais c’est tout. Je quitte le ciel noir, dépourvu d’étoiles cette nuit pour regarder les ruelles sinueuses et sales de Prague. Faisant fi de mon habitude et de ma classe légendaire, j’ai enfilé cette nuit un jeans moulant coincé dans une paire de bottes et un chemisier sous une veste en jeans. Vêtue de cette manière, je fais mon âge physique à savoir environ 25 ans selon les critères actuels. J’enfonce mes mains dans les poches de mon jeans et reprends doucement ma marche vers le lieu où je suis sensée me rendre. C’est un message d’un des petit Vampire qui travaille pour la Carmilla qui m’a alerté. Étrangement, il avait compris que quand cela concerne Roman, mieux vaut d’abord en référer à moi. Ce n’est pas que le jeune Vampire est un de mes Infants ou membre de ma lignée… Du moins par pas le sang. Mais je l’ai adopté, je ne saurais expliquer pourquoi. Il m’a plu quand je l’ai rencontré et j’ai accepté d’éliminer son Sire abusif pour lui, contre un ou deux services. Roman était à l’époque totalement brisé, détruit et devenu très violent suite aux diverses maltraitances. Remettre sur pieds, le Canaïte ne fut pas évident. Mais j’ai pris à cœur de soigner et aider à se maitriser au maximum sa colère et sa soif. C’est pour cela que quand il a débarqué à Prague, j’ai joué de mon influence en tant que membre du Cercle Intérieure et de mon influence sur Hadrian, pour obtenir une place à Roman dans la Carmilla. Cela a permis à mon protégé de se gérer et de calmer ses pulsions. Enfin pas toujours, au vue des informations qui me sont parvenues cette nuit. Parfois, Roman pète réellement un capable et tout ce qu’il a de négatif en lui lié à son Sire remonte. Et dans ces moments-là, je joue la grande sœur compatissante et présente, la Sire de substitution.

Je continue mon chemin d’un pas sur. Prague n’a plus de secret pour moi depuis longtemps. En 60 ans, j’ai eu le temps de découvrir chaque petit recoin de cette vieille ville. Aussi, est-ce d’instinct que je me dirige vers l’immeuble à appartement délabré au fond de cette ruelle. Arrivée non loin, je peux sentir l’odeur du sang et entendre les cris. Mes sens de prédatrice surdéveloppés me permettent de savoir beaucoup de chose. Je stoppe un instant au pied du bâtiment et relève la tête pour fixer le 5ème étage. J’hume l’air. Beaucoup de sang a coulé ici et il est encore tiède. J’entends les cris, râlements et le bruit d’objets qui se brisent violemment. Je n’ai pas besoin de voir pour imaginer le désastre de la pièce ni les corps exsangues couchés à même le sol. Après un léger soupir, je sors mes mains blanches de mes poches et pousse la porte d’entrée. Je monte en courant les escaliers à vitesse humaine. Arrivée sur le palier, c’est le bruit et l’odeur du liquide carmin qui me guide. Je fais une légère pause avant de donner un coup de pieds dans la porte de l’appartement, qui s’ouvre à la volée. Deux pas et je suis à l’intérieure. Mon regard clair fait un rapide tour des dégâts avant que je n’observe Roman en crise. J’évite de peu un vase lancé à l’aveuglette. Et finalement, je me décide à agir. Avec ma vitesse surhumaine, je me déplace et saisis avec force à la gorge Roman. Il a bon être plus grand que moi, j’ai plus de force dû à l’âge. Je le plaque violemment dans le mur le plus proche espérant le calmer. Enfin, j’y mets trop de force. La cloison cède et on bascule sur le sol, moi au-dessus. Avec un grognement, je me relève assisse sur son bassin et ma main toujours fermement sur sa gorge. Il grogne alors qu’il enserre mon poignet.


« Calme-toi, c’est moi Roman…. » Je murmure d’une voix douce, malgré mon regard carmin et mes canines sorties.

Lentement, je reprends une couleur bleuté pour les pupilles et je ferme la bouche, cachant mes crocs. Mon regard fait le tour de la pièce, une chambre avant de revenir sur son regard toujours rougeâtre.


« Qu’est-ce que tu m’as fait… Tu as vu l’état de l’appartement ? Qu’est-ce que ne va pas ? »Je questionne en glissant ma main libre sur sa joue de manière réconfortante. Pourtant, je reste assisse sur ses hanches, jambes repliées de chaque côté. Je resterais jusqu’à ce qu’il se maitrise suffisamment. Mais je desserre doucement ma prise sur sa gorge.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net/
avatar
MODO ▬ BREAKING BONES, BREAKING LIFE.


PSEUDO : SWAN
MESSAGES : 307
COPYRIGHT : SWAN et TUMBLR
AVATAR : I. SOMERHALDER

JOB : Responsable du trafic des poches de sang. Il s'occupe de masquer tous les crimes des vampires.
APPARTENANCE : PRIMOGENE DE LA CAMARILLA
CAPACITES : Obténébration N.2 et Domination N.2.
MOOD : Créative ...

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: À la noirceur de ton âme, j'imposerais la douceur de mon affection [Roman W]   Mar 21 Aoû - 18:52



Doute. Cette chose qui crève en vous comme un fruit pourri. Impénétrable et sans pitié. Cette chaleur qui pénètre sont être, entre en lui pour ne faire qu'une seule chose. L'ennivrer. La vie frêle qu'il vole à l'humaine plus qu'alcoolisée et dans les vapes. Tout cela a-t-il un sens véritable ? Ce qu'on a fait de lui, le temps qui défile et qu'il défie. Toutes ses conneries sont parfois trop inaccessibles pour son âme torturée. Les gémissements de la pauvre idiote sont à peine un murmure,tel un écho qui ricoche dans son crâne. Il s'en contrefiche, Roman veut qu'elle crève dans ses bras et qu'elle lui donne tout ce qu'il lui reste comme un présent, comme s'il n'y avait plus que lui ici, dans ce bas monde. Et dans un dernier soupire la belle lâche, retombant mollement dans ses bras. Le sale gosse éternel laisse alors le corps flotter dans l'air et elle retombe sur ses draps pâles, sonnant la cloche accrochée au couvertures. Il en veut plus, ses cheveux en bataille sur son crâne et sa chemise chiffonnée lui donne l'air d'un junkie en manque. Il perd encore une fois le contrôle total et se laisser aller à la déchéance. Son corps s'écrase telle une poupée de chiffon dans les draps et un soupire lui échape à nouveau, puis encore un autre. Paupières closes Roman profite du silence. Cauchemar, les démons sont toujours là, inaccessibles, un poison aux allures vermeille glisse dans ses veines.

Inconnue, dans son délire total il entend un nouveau cri, sûrement la femme de ménage apeurée qui jette ses draps avant de faire demi-tour. Où donc croit-elle partir comme ça, la pauvre ignorante ? Un sourire sans joie brise son masque souillé et tel une masse il écrase l'humaine, déchirant sa carotide d'un simple coup de crocs. Si rapide, en quelques secondes il atteint l'extérieur de la chambre alors qu'il n'était qu'un poids mort sur le lit. Tant de puissances ... Pourquoi ? Dans quel but ? Et à nouveau ça le démange et ça le tiraille de l'intérieur. Le vampire est trop gavé pour vider celle-là alors, il la jette mollement avec les autres corps. Un amas de chaires grouillantes qui s'entassent. La preuve ultime de sa pure faiblesse et de son non-contrôle, il n'a plus d'emprise, plus de pouvoir sur ces pauvres choses qui le rendent complètement dingue. La voilà sa gloire, putain d'ironie. Il a fait de lui ce qu'il voulait, même mort son emprise persiste. Roman Wheland est bien un malheureux pantin. L'odieuse pensée lui tire une grimace et il gronde, inspirant et expirant en agitant son torse. On peut penser qu'il finira par éclater de rire mais, il n'en est rien et au lieu de cela sa main s'abat durement sur le vase d'un meuble en le laissant se briser dans un éclat par la même occasion. Le son qui sort alors de ses lèvres n'a plus rien d'humain. Le contrôle, il le perd totalement avant de s'en prendre au reste des meubles qui l'entourent, détruisant tout sur son passage, comme si cela pouvait abréger sa peine. Hurlant sauvagement comme s'il était seul au monde.

Cette crise peut bien durer des heures et des heures il en a cure, ses souvenirs s'embrouillent les uns dans les autres, s'emboîtent et se mélangent pour ne faire qu'un. Et en un rien de temps il mange le sol. Son souffle il le sent bien, tout comme la main glaciale sur sa gorge. Mais le reste ... Tout le reste devient vite trop flou pour lui. Ses yeux clos s'ouvrent, ses prunelles écarlates fixent bêtement les filets d'or qui tombent sur un visage qui lui est bien familier. « Suzanne ... ». Sa voix calme murmure des mots doux mais, ferme tout comme la poigne qui le maintient au sol. La pauvre bête semble hors de portée, à des milliers de kilomètres de là. Se débattre ? Pas contre elle, c'est une idée bien trop stupide. L'immortelle millénaire le bouffera en moins de deux. « Rien. » crache-t-il en serrant des dents tout en ignorant son regard. Trop honteux d'avoir été pris en plein flagrant délit, mais comme toujours devant la douceur de la vampire il craquera. « Suzanne ... Je peux me relever ? ». Fait-il dans un soupire las. « On parlera. ». Promit-il alors en gigotant pour qu'elle se relève d'une voix plus douce et plus calme. Il s'arrête un moment, posant sa main sur celle de Suzanne qui frôle son visage. Comment parvient-elle à faire ça ?



❝ BAUDELAIRE → « Les sanglots des martyrs et des suppliciés Sont une symphonie enivrante sans doute, Puisque, malgré le sang que leur volupté coûte, Les cieux ne s’en sont point encore rassasiés ! »

Couleur Roman : #B09F91
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

À la noirceur de ton âme, j'imposerais la douceur de mon affection [Roman W]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: PRAGUE :: Holešovice :: Komunardů-