[table][tr][td width=500px]
[center]RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Sam 10 Déc - 13:55

Brumeux...

En dehors de Prague, le brouillard était omniprésent : il empêchait quiconque d'avoir une vue net des alentours, laissant l'impression d'être seul au monde, comme sur une île déserte où personne ne pouvait ni vous entendre ni vous voir. La différence c'est qu'ici, il faisait froid, beaucoup trop froid : l'ambiance était glauque, voir effrayante, donnant au seul homme qui se trouvait là, une angoisse qui grandissait à mesure que le temps passait. Il avançait, se tenant les bras pour tenter de se réchauffer, soupirant de temps en temps pour laisser s'échapper une volupte fumée blanche qui se mêlait aux nuages rasant de près le bitume congelé. Il cheminait, essayant tant bien que mal de mettre ses craintes et ses mauvaises pensées de côté en vain : il se sentait mal, observé et suivit, il ne pensait qu'à rentrer pour être en sûreté. Souvent, il trouvait ces idées stupides, et jugeait qu'il avait beaucoup trop d'imagination.

Aislinn aimait le voir paniquer, et sentir la douce odeur de l'angoisse lui arriver aux narines. Adossée à un muret, elle hésitait à attaquer. Elle voulait s'amuser encore, le voir s'égarer, perdre tout ses moyens, chercher une solution pour s'en sortir, et finalement, servir de délectation à une créature dont il ne supposerai même pas l'existence. Elle décroisa finalement les bras et avança près de lui, pour commencer son petit jeu : elle passait devant lui, comme une ombre herrante, tournant autour de lui comme un lion autour de sa proie. Ses yeux trahissaient ses émotions d'inquiétude et d'épouvante, nourrissant Aislinn, à qui le sourire s'étirait de plus en plus.

Soudain, elle sentit une odeur qui n'était pas humaine. Une odeur qui ressemblait à la sienne : une jeune femme en chasse qui visiblement s'intéressait à sa proie. Cette idée l'a mis en colère. On ne devait pas chasser sa proie et pour prevenir la personne en face, elle laissa échapper un grognement sourd, ce qui effraya encore plus l'homme qui regarda tout autour de lui, à la recherche de la source de ce bruit. Celui-ci se mit à courrir à l'aveuglette, ce qui agaça Ash : elle le suivit de près, observant les environs, tentant de voir qui lui faisait face. Elle vit après de longues minutes, plutôt interminable pour l'humain, une femme brune , lui faisant face, l'homme étant entre elle et Ash qu'il put enfin voir, lorsqu'elles s'approchaient l'une de l'autre. Il était coincé entre les deux femmes et lorsqu'il les vit, un sentiment de soulagement le traversa.

« - Excusez moi Mesdames, où sommes-nous ? »

La question fit d'abord rire Aislinn, mais elle ne lui répondit pas pour autant ; qui était-elle ? Savait-elle qu'elles chassaient la même proie ? Si oui, l'avait-elle chassé pour provoquer Aislinn ? Elle arqua l'un de ces sourcils bien dessiné avant de prendre la parole.

« - Qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Lun 12 Déc - 9:19


Je n’ai pas vraiment soif. La brûlure dans ma gorge a été apaisée par le sang de la jeune fille de joie qui repose en ce moment à mes pieds. En partie, ma colère et mon besoin d’être cruelle pour me venger illusoirement de l’humiliation subie, qui reste vivace. Je n’ai rien de mieux à faire cette nuit. Hadrian est en Conseil. Moi, moi j’erre hagarde telle un fantôme terrorisant la banlieue de Prague. Mais je me montre pour la première fois, depuis mon éveil à cette non vie, prudente. J’apprends à dissimuler mes crimes sans l’aide de mon Sire. Il ne m’aime plus. Il m’a réduite à rien. Il a avoué que je l’énervais, que mon comportement était indigne. Il m’a mise à nue, littéralement parlant, dans ce parc et m’a brutalement arraché tout ce qui faisait mon estime de moi. En représailles, j’ai ravagé de rage tous les vêtements qu’il m’avait offert, ne gardant que les plus simples, et renvoyer les bijoux à ses appartements. Boudeuse, je l’évite, ignorant ses messages qu’il envoie par des servants à ma chambre. Déchirant les bouts de papiers en petits confettis sans les lire. Et je chasse. Seule. Simplement. Je choisis dans les bas quartiers une victime, je l’isole, je joue avec pour faire sortir ma violence mal contenue. Puis je vais enterrer profondément le corps hors de la ville. Je reviens systématiquement couverte de sang et de terre, des brindilles d’herbes sèches accrochées à mes cheveux, emmêlés et souillés. Parfois mes vêtements sont couverts des traces de mon crime ou déchiré et finissent alors à la poubelle. Je ne porte plus que jeans, top moulant et veste en cuir, avec des bottes. Mes cheveux sont soit attachés soit libres. Je ne quitte mes appartements discrètement, telle une ombre, que quand la soif se fait sentir ou le besoin de me défouler.

Je ne suis plus la Vampire très aristocrate, classe et femme enfant qui s’amusait à séduire tout le monde. Je ne suis qu’un simple Canaïte assoiffée certaines nuits, statufiée les autres.

Je creuse une tombe profonde à mains nues, souillant mes vêtements de terre, mes mais étant cachées dans des gants en cuir. Ensuite j’y pousse le corps sans vie et vider de son sang de la prostituée blonde et trop maquillée, qui porte les traces de mes morsures, griffes et autres tortures. Une fois cela fait, je referme la tombe rapidement. Et pour masquer mon crime, je recouvre la terre fraichement retournée de plantes, branchages et autres choses qui dissimulent aux yeux de tous mon forfait. D’un autre coté, je me suis fortement enfoncée dans les bois et je doute que quelques promeneurs osent venir jusqu’ici. Je reste un long moment à genoux, mains posées sur la terre humide et froide, le regard dans le vide. Puis le vent tourne et m’amène une odeur… Ou plutôt deux senteurs distinctes et bien différente. J’hume l’air telle une chatte curieuse qui présent une présence non loin d’elle mais ne la voit pas encore. La première odeur est celle d’un Humain et il flaire bon la peur. Ma langue mutine passe sur mes lèvres, la soif revient et l’envie de jouer avec lui remonte à nouveau en moi. La seconde est plus forte et devrait me faire fuir. Il s’agit d’un Vampire, et bien plus vieux que moi de toute évidence. Pourtant au lieu de partir et de lui laissé sa proie, je cède au désir de torturer un second Mortel cette nuit. Peu importe que je risque de froisser un Ainé, j’en paierais le prix s’il le faut. La tentation que représente l’Humain est trop grande. Je me lève et avance rapidement, telle une ombre à peine visible à travers les arbres, vers la chaumière perdue sur laquelle de nombreux comptes circulent. J’arrive rapidement près de l’homme, qui s’affole de plus en plus. L’odeur de l’autre Canaïte se fait plus forte, mais je décide de l’ignorer, ayant repérer son petit manège à travers le brume. Ma langue passe à nouveau sur mes lèvres et vient frôler mes canines pointues. Je savoure d’avance le petit jeu auquel je vais m’adonner, si l’autre Vampire ne me terrasse pas avant. Un grognement menaçant me parvient, m’apprenant que l’autre sait que je suis là et ne compte pas partager. J’hésite un instant mais quand l’Humain prend la fuite l’envie de le courser et de le rendre malade de peur me prend et je m’élance instinctivement à sa poursuite. L’autre Vampire aussi court, mais je ne le vois pas encore. Je dépasse avec aisance le Mortel et lui bloque le passage. J’ai l’air d’une jeune femme ayant fait une chute par terre avec mon jeans sali et mes cheveux en bataille. J’avance vers lui, dans son dos se trouve la Vampiresse qui capte toute mon attention. Je ressens vaguement l‘apaisement de l’homme mais n’ne tient compte détaillant légèrement l’inconnue. Je ne l’ai jamais v à l’Elysium, c’est donc une nouvelle venue qui transpire séduction et cruauté et me fixe durement de son regard couleur lune. Je n’accorde aucune réponse au mortel, soulagé de se trouver entre deux femmes d’apparence. Je préfère analyser la nouvelle venue et deviner ses intentions. Elle m’interpelle rudement et un sourire narquois arque mes lèvres non maquillées.


« Eleanore Augustine Warwick, compagne du Prince officiellement et Sénéchal de cette ville. Et toi belle inconnue ? » Je rétorque poliment, attendant qu’elle se décide à se présenter. Je reporte mon regard sur l’homme et lui intime un ordre, utilsiant mon don de domination. « Tu ne bouges pas et tu la fermes ! »

Voilà, j’ai le temps de faire connaissance avec ma compagne tranquillement maintenant. »


I'm trusty and sexy



Dernière édition par Eleanore A. Warwick le Sam 17 Déc - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Lun 12 Déc - 11:36



Elle la regardait de haut en bas, la détaillant, remarquant qu'elle était pleine de boue et de branchage, sûrement parce qu'elle avait caché sa dernière victime. La jeune femme portait d'ailleurs encore l'odeur de sa victime qui devait être une femme. Aislinn ne prenait pas le temps de les cacher, elle préferait laisser le corps ici, sûrement la raison pour laquelle les mortels parlaient de tueur en série : elle devait sûrement mettre en danger le peuple des vampires, sachant surtout que les dirigeants du pays étaient eux-même des suceurs de sang : Aislinn s'attendait à bientôt être fiché envers la royauté et être mise en garde ou peut-être pourchassé ? Peu importe, elle le disait toujours : elle vivait du chaos et du boulversement, et bizarrement, elle aimait être prise en chasse : elle avait un "don" particulier pour ce qui était de prendre la fuite et se cacher.

Ash avança légèrement vers l'homme qui n'avait plus peur et qui venait de les intérroger. Ils osaient leur parler, elle s'était jurée de lui briser les cervicales. Caché derrière l'homme, toujours dans son état de chasseuse, elle tentait de regarder les yeux de la jeune femme, pour voir ce qui lui était arrivé ; les yeux trahissaient les émotions, ils étaient les seules fenêtres de l'âme : fenêtres trop souvent ouvertes. Malheureusement, elle ne pouvait pas les voirs, ils étaient cachés derrière ses longs cheveux ébourrifés et pleins de branchages. Elle tenta alors la discussion, après tout, si elle n'avait pas lâché la proie d'Ash, c'est qu'elle cherchait la discussion :

« - Qui es-tu ? »

La jeune femme qui lui faisait face avait l'air intéressante : elle lui rappelait sa propre personne des années auparavant, lorsque son Sîre l'avait banni, perdue et en colère, vivant au jour le jour. Après le peu de paroles qu'Ash lui avait adressée, la jeune femme sourit sournoisement avant de répondre. Aislinn posa ses mains aux longs doigts glacées et manucurées sur les épaules de l'homme qui se raidit à son contact, l'angoisse remontant petit à petit.

« Eleanore Augustine Warwick, compagne du Prince officiellement et Sénéchal de cette ville. Et toi belle inconnue ? »

Elle plissa légèrement les yeux à cette réponse. Elle faisait partie de la royauté et était délabrée, que s'était-il passé ? Elle s'amusait à regarder le cou pleins de frissons de l'homme en passant de temps en temps un doigt sur la plus grosse veine, où, du bout des doigts, elle pouvait sentir son coeur battre à tout rompre. Elle avait détaché son regard de la jeune femme, pensive, les questions se bousculait pendant qu'elle faisait naitre chez l'humain, une peur qu'il n'avait jamais ressentit : Elle était la compagne du Prince de Prague, Hadrian ? L'homme dont Irial lui parlait comme étant quelqu'un de sanguinaire et cruel ? Plutôt intéressant. Sénéchal ? Jamais entendu parlé, encore une communauté vampirique barbante, pleine de règles et de politesse, chose à laquelle Aislinn ne ferait jamais parti. Après un long silence elle remarqua qu'elle lui avait retourné la question. Ash continua de la regarder de son regard lunaire insistant, avant d'entendre d'autres mots sortir de la bouche d'Eleanore :

« Tu ne bouges pas et tu la fermes ! »

Le vampire silencieux sentit l'homme se raidir encore plus qu'il ne l'était déjà sous ses doigts ; il était devenu une planche de bois, incapable de parler, où seul ses yeux pouvaient bouger et montrer sa panique. Ash recula d'un pas en levant les mains au ciel, avant de s'épousseter sa robe un peu trop courte et trop moulante. Elle sourit et regarda son interlocutrice en biais.

« Aislinn Luaine, mais tu peux m'appeler.. Ash. » Elle avait une voix suave, et sournoise, une voix qui en envoûterai plus d'un, une voix provocante qu'elle adoptait souvent lorsqu'elle rencontrait quelqu'un de plus jeune ou ayant son âge.

«Qu'est-ce qu'une jolie princesse vient faire dans les rues malfamées, et surtout dans cet état là ? » Elle apparu soudainement derrière elle et lui enleva une brindille de ses cheveux. Aislinn n'était pas plus rapide qu'un autre vampire mais arrivait tout de même à surprendre les personnes lui faisant face, et d'ailleurs, il n'y avait pas que la vitesse qui les surprenait. « Là-bas, le dîner devrait déjà être servi dans un plateau d'argent et ton concubin doit sûrement être inquiet. »

Elle ria légèrement et vit Eleanore se tourner vers elle pour la regarder dans les yeux, une peine et une envie de vengeance les hantaient : elle était hors d'elle même, à la fois perdue et seule, elle ne voulait que faire souffrir, ayant elle aussi sûrement souffert. Elle pencha la tête sur le côté, passant d'un simple sourire à un sourire satisfait : elle pourrait sûrement la comprendre. Le chaos qu'il y avait en elle était nourissant et nourrissable, à elle même, elle pouvait rassasié l'envie d'abîme dont Aislinn avait constamment besoin.

« Si jolie, tu ne devrais pas te laisser aller comme ça. Je donnerai mon coeur à briser que tu n'es pas bien, la furreur qui traverse ton esprit et une source de force. »

Elle disparu alors pour réapparaître près de l'humain.

« Et si on s'amusait, petite princesse ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Sam 17 Déc - 13:10

Je détaille la Vampiresse inconnue et hume son odeur, histoire de m’ne souvenir. La belle brune aux yeux couleurs de lune m’est inconnue. Je ne prétendrais pas connaitre tous les Canaïtes de Prague, mais la majorité oui. De plus, ceux résident en ville savent qui je suis en réalité. Même sous mon apparence négligée, souillée et les cheveux en bataille, je suis reconnaissable. Hors la belle brune à la voix chantante me demande de m’identifier avec autorité et sur un ton sans appel. Je plisse le nez, avant de mieux l’observer et de la juger. Je devine qu’elle est nouvelle venue en ville et bien plus vieille que moi. Moins cependant que Suzanne ou ma chère et aimée Masha, moins que mon Sire aussi, son aura étant moins forte. Néanmoins c’est mon ainée. Et elle a cette lueur dans le regard de sadisme et de séduction, d’autorité qui en impose qu’à ma chère Masha. Mon amie russe que j’adore et vénère et à qui j’écris de longues lettres me manquent. Elle aurait su apaiser cette souffrance et cette douleur en moi. Elle m’aurait guidée sur le bon chemin et m’aurait gentiment assistée. Je ne serais certainement pas aussi négligée si Masha avait été à Prague. Elle ne m’aurait guère permis de sortir comme une vulgaire Vampiresse sans rang. Mais sachant qu’Hadrian m’en veut et risque fortement de me chasser, sans rien me laisser, j’ai pris l’option de le devancer et de m’habituer à ne plus rien avoir que le minimum. Et surtout à survivre seule. J’en deviens prudente au point d’enterrer les cadavres de mes victimes et de mieux choisir les lieux de mes chasses. Je m’habitue à devoir m’occuper de moi et à ne plus être une princesse au mieux.

L’inconnue avance vers l’homme, temporairement rassuré de se savoir en présence de femme. Même en prônant l’égalité des sexes, la gente masculine nous voit comme inférieure et non dangereuse. Quelque part j’en jouais autrefois, quand je chassais. Maintenant les choses sont différentes. Son air supérieur et sa manière de nous parler m’insupporte au plus haut point. Mais si je suis sur mes gardes, c’est plus face à mon ainée que lui. Je ne lâche pas du regard l’autre femme, essayant de deviner ses mouvements et intentions. Après tout j’ose empiéter sur sa chasse, et elle ne semble pas être du genre à apprécier la concurrence ou d’être déranger. Finalement elle brise le silence par une simple question. Qui suis-je ? Tout le monde à Prague le sait ! L’arrogante, la séductrice et la trop capricieuse compagne du Prince. L’insupportable et adorable femme enfant que son Sire a mal éduquée et qui ne sait restée à sa place. Voilà ce qu’on murmure depuis quelques semaines à l’Elysium. Je sais que beaucoup me trouve ingrate et bien effrontée de bouder le Prince, peu comprennent que je subis son courroux en réalité. Je ne suis pas dupe, je connais le fond de l’âme noire des Conseillers. Certains ont surement susurré avec des voix respectueuses à mon Sire de me chasser voire de m’éliminer pour mon affront. Et ils ont surement un Sénéchal tout prêt à proposer. Pour autant, même si à force d’en entendre les murmures, de sentir les regards noirs et lourds je m’attendais à être mise dehors… Rien n’est encore venu. Certes j’évite Hadrian, et si je ne le peux je me montre respectueuse et froide dans mes propos, évitant son regard. Mais lui m’a laissé mon appartement et mon rang. Il n’a encore rien exigé de plus comme punition que cet isolement total que je subis volontairement. C’est limite étrange après m’avoir réduite à rien de me conserver tout le reste. Je ne comprends pas mon Compagnon, je n’arrive pas à suivre son raisonnement. Et résultat je ne sais comment réagir avec lui, alors je sors chasser et m’enferme dans ma chambre, seule et silencieuse. Un sourire nait sur mes lèvres, sournois et ironique avant que la réponse ne sorte de ma bouche non maquillée. Je lui donne mon nom en entier ainsi que les titres qui sont toujours les miens en ville, tant qu’Hadrian n’aura pas décidé de m’en priver et de me chasser.

Je l’observe s’approcher de l’Humain et posé des doigts manucurés sur sa peau. Il frisonne, constatant sa froideur. Je fixe les ongles un moment, fut un temps j’étais aussi bien coiffée, vêtue et maquillée d’elle. L’exemple même de la perfection et de la féminité, aujourd’hui je représente plus la déchéance qu’autre chose. Je ne suis plus rien qu’une simple Vampiresse qui doit boire du sang avec une apparence qui fait pitié. Elle fronce les sourcils mais s’occupe du Mortel. Je fais un pas vers la gauche sans la lâcher du regard et j’attends qu’elle se présente à son tour. Pour le moment, je perçois surtout l’odeur de la peur du jeune homme et je peux entendre les battements anarchiques de son cœur alors qu’elle caresse la veine jugulaire lentement de son doigt. L’envie de le torturer et de jouer avec revient avec force et me distrait un instant de l’autre Canaïte. Le regard de la femme revient vers moi, curieux, alors que j’impose à l’Humain ma volonté : ne pas bouger et surtout se taire. La domination prend effet directement et l’homme se statufie temporairement, alors que je reporte mon regard vers l’inconnue. Elle recule et lisse sa belle robe avant de m’observer à nouveau et de me répondre. Son nom m’est totalement inconnu et je me contente d’hocher de la tête. Sa voix n’est pas agréable, elle me fait sentir qu’elle est l’ainée et que je lui dois le respect et l’obéissance. Autrement dit, abandonner la chasse et lui laisser la proie si elle l’exige. Elle semble être comme Suzanne une femme forte et de tête, sauf que ma chère tante ne m’écrase pas comme cela en sa présence. Mais j’ai vu qu’elle avait le même effet sur les Conseillers par contre. C’est vrai que moi je suis de son sang et donc sa chère petite nièce, même en froid avec Hadrian elle me conserve son amour filiale. Elle reprend la parole mais se déplace rapidement, me forçant à la chercher du regard. Je reste cependant immobile, mes yeux scannant les lieux pour la localiser. Je sens alors ses doigts glisser dans mes cheveux et en arracher une branchette qu’elle jette négligemment sur le sol. Je tourne légèrement la tête pour l’observer avant de répondre.


«Je chasse parce que j’ai soif… et toi avec ton allure de sultane que viens-tu faire ici ? » Je réponds d’une voix neutre et basse sans la lâcher du regard. «Je doute que mon Sire s’inquiète d’où je suis et de mon état, ni que mon absence pèse à quelqu’un. Ils doivent être soulagés au contraire de ne pas avoir ma présence capricieuse près d’eux. »

Je cache difficilement ma colère et ma rancœur envers ceux qui veulent ma mise à mort et l’humiliation incompréhensible de mon sire. Je n’ai pas l’habitude de masquer mes sentiments, bien au contraire. Aussi j’essaye vainement d’avoir un regard clair et neutre, sans grand succès. Je ne vais pas m’étendre sur el fait que je suis en froid avec mon Compagnon et qu’il m’a réduite à rien dans un parc. Mais je ne peux malheureusement pas cacher à une Ancienne ma rage et mon besoin de cruauté pour apaiser cette souffrance atroce, qui me transperce le cœur chaque fois que je pense à Hadrian et que son regard haineux me revient en mémoire. Le sourire d’Aislinn se fait satisfait et plus conviviale à mon grand étonnement et elle reprend la parole avant de disparaitre et de rejoindre l’Humain. Je reporte à mon tour mon regard vers lui.

« Disons que j’ai perdu tout ce que j’avais sans savoir pourquoi, alors l’apparence ne compte plus… » Je réplique avant de sourire à sa proposition alléchante. « Tu peux m’appeler Ella, comme mes proches. Et bien volontiers, de toute manière personne ne pourra l’entendre d’ici… On va lui faire quoi ? »

C’est une inconnue, j’ai surement tord de lui faire confiance. Mais qu’importe, cette nuit je ne suis plus seule et ce depuis des semaines. J’ai une compagne de jeu.


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Jeu 22 Déc - 20:17

Aislinn la regardait attentivement : la vampire face à elle avait eu une éducation qu'elle avait refusé d'avoir... Elle était exactement comme elle à différence que la jeune fille Eleanore était la compagne de son Sîre. Elle devait être amoureuse de lui depuis sa mortalité. Aislinn avait pensé l'être mais avait vu son vrai visage, elle s'était alors rendu compte qu'il se servait d'elle et avait décidé de ne plus l'écouter. La nuit de la désobeïssance était pour elle une libération, une vengeance et aussi le jour où elle avait perdu son passé.

Son Sîre avait utilisé sa pire faiblesse pour maîtriser sa soif de sang mais elle s'était retourné contre lui et s'était vengé de son mari qui l'avait violé et battu à mort. Elle avait ressenti un bonheur, grâce à la vengeance, un bonheur indescriptible. Mais en éprouvant son bonheur, elle avait perdu son passé : sa ville natale, son Sîre, ses affaires, tout.

Elle regarda le vampire s'approcher d'elle et de l'humain : elle aperçu sa démarche provocante identique à la sienne et eut l'impression pendant quelques instants de se voir dans un miroir. Comment était-ce possible ? Elle avait toujours été unique, souvent comparé au Hadrian sanguinaire d'il fut un temps. Mais c'était peut-être parce qu'elle avait été élevé par celui-ci qu'elle lui ressemblait autant. Seul leurs physiques ne se ressemblaient pas : elles pouvaient être de bonnes amies si elles restaient tranquilles et sereines entre elles.

«Je chasse parce que j’ai soif… et toi avec ton allure de sultane que viens-tu faire ici ? »

Sultane ? Elle sourit. Elle venait pour le chaos qui résidait dans cette ville, c'était simple et clair, mais ça, encore personne ne le savait. Les autres avaient tendance à penser qu'elle était ici pour faire sa diva, profiter du paysage et de la ville, sûrement pour faire un peu de tourisme, ou peut-être visiter une personne, mais elle n'avait pas d'ami et n'avait que faire du paysage qu'elle pouvait voir ici. C'était de sa nourriture spirituelle dont elle avait besoin. Chaos, chaos et encore le chaos. Ce seul mot résonnait sans arrêt dans sa tête. Elle pensait parfois devenir folle ou dépendante, mais non, c'était un besoin différent de celle d'une addiction. Un besoin vital comme celui du sang, et elle l'avait compris que lorsqu'elle posa un pied en dehors de sa terre natale.

«Je doute que mon Sire s’inquiète d’où je suis et de mon état, ni que mon absence pèse à quelqu’un. Ils doivent être soulagés au contraire de ne pas avoir ma présence capricieuse près d’eux. »

« Soulagés ? Capricieuse ? Je ne suis donc plus seule. Le caprice nous fait avancer. Un grand homme a dit : "S'il existe des caprices aimables, ce sont assurément les caprices de l'Amour. Il est aimable quand il pleure, Il est aimable quand il rit. On le rappelle quand il fuit, On l'adore quand il demeure." Et je pense, qu'il a visé juste. Je me trompe ? Même s'il est évident, que l'amour n'existe pas. »

Elle sourit, sentant la grande colère qui émanait d'elle. Elle avait du potentielle, à deux elle pouvait faire des merveilles. Elle nota facilement que la jolie princesse avait bien des difficultés à masquer ses sentiments, chose qu'Aislinn savait parfaitement faire : elle pourrait peut-être l'aider sur ce point là. Question impassibilité, Aislinn était imbatable.
« Disons que j’ai perdu tout ce que j’avais sans savoir pourquoi, alors l’apparence ne compte plus… »

« Regrettable, je peux peut-être t'aider pour un bon nombre de choses, y compris pour l'apparence… »

« Tu peux m’appeler Ella, comme mes proches. Et bien volontiers, de toute manière personne ne pourra l’entendre d’ici… On va lui faire quoi ? »

Elle sourit pour la énième fois, et sentit l'odeur alléchante que l'humain dégageait. Elle hésitait entre torture, mort brêve, si elle devait s'en nourrir ou gâcher son sang pour plus s'amuser.

« J'ai un faible pour la démembration, mais je peux casser mes habitudes pour quelque chose de plus novateur et excitant. »

Ash émit un petit grognement félin qui traduisait son excitation et montrait qu'elle jubilait, rien qu'à l'idée qu'elle aurait une partenaire de jeu. Son grognement suivit d'un petit rire roque mais provocant et sexy, avant d'attraper fermement le bras de l'homme, poser une main sur l'omoplate du même côté et laisser un "Crac" assourdissant résonner dans la ruelle sombre. L'homme lâcha un cri de douleur : elle venait de lui déboiter une épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Mer 11 Jan - 19:17

J’observe toujours mon ainée avec curiosité. Elle dégage une odeur de séduction et de sureté immense. Elle est sure d’elle et de sa force, cela se sent et se voit. Elle me rappelle par sa simple présence et son air hautain qu’elle est plus vieille et mérite mon respect et ma soumission. C’est quelque chose que je n’ai pas l’habitude de devoir faire. J’ai été élevée dans l’aristocratie anglaise, famille riche et puissante, et j’étais l’enfant fragile et faible mais plus que chérie. On me passait mes caprices et n’exigeait rien de moi au vue de ma constitution faible et de ma courte espérance de vie. Et une fois devenue Vampire, Hadrian n’a jamais exigé de moi soumission et obéissance. Non au contraire, il m’a couverte de présent, d’habits et de tout ce qui pouvait me faire envie. Il m’a chérie, aimée, choyée et mise sur un pied d’égalité avec lui. Ensuite il est devenu Prince de Prague et moi j’étais sa compagne. Même les Canaïtes plus vieux du Conseil jusqu’il y a peu faisaient preuve de respect et s‘inclinaient face à moi. Alors me sentir dominée ainsi, écraser par son âge et obligée de courber l’échine est limite impossible. Néanmoins pour l’étrangère, je ne suis rien qu’une Vampire bien plus jeune. Et je ne désire nullement la provoquer ni la mettre en colère. J’ai bien assez d’ennemis comme cela sans m’en ajouter. Je la toise, la regarde et cherche à la cerner. De toute évidence elle ne me veut aucun mal.

Je viens plus près humant l’odeur alléchante de l’Humain qui réveille une légère brûlure dans mon arrière gorge. Ma langue glisse sur mes lèvres alors que mes yeux le fixent un moment, avant de se reporter sur Aislinn. Je l’observe, elle a tout pour elle et semble très sur d’elle. Je me demande si dans quelques siècles je serais comme elle : une femme accomplie, sure d’elle et totalement libre ? Bien sur loin de moi l’idée de me défaire des liens qui m’unissent à mon Sire, sauf s’il l’exige. Mais si je pouvais avoir sa prestance et son port de reine, je serais ravie. Elle me rappelle en bien des points Suzanne. Peut-être la cheffe de notre lignée était-elle ainsi au même âge ? J’espère surtout me faire une alliée en la nouvelle venue, et qui sait apprendre de nouvelle chose comme avec Suzy, Hadrian ou Masha. J’aime apprendre et devenir une Vampiresse parfaite. Finalement, je réponds à sa question et al qualifie de sultane. Je n’en ai jamais rencontrée, mais sa manière de se tenir me fait penser aux femmes de harem qui y règne. Mon compliment arrache un sourire à l’inconnue. J’ai toujours su me faire apprécier et aimer quand il le fallait. Je sais que pour mon Compagnon j’ai été un élément plus qu’utile pour lui asseoir son pouvoir sur Prague. Peut-être d’ailleurs que certains Conseillers se mordent les doigts aujourd’hui d’avoir céder à mes beaux yeux et mes belles paroles. Je ne lui laisse pas trop el temps de répondre, enchainant sur le fait qu’en ce moment à l’Elysium on doit être heureux que je sois absente. De toute manière, j’ai toujours chassé moi-même mes proie, parfois en compagnie de Hadrian ou de Ludo’ quand mon amant n’est point libre. Ma réponse semble lui plaire au vu du ton qu’elle emploie et de sa réplique. Mon sourire s’agrandit. Oh, je crois que je vais l’aimer passionnément et avec vénération comme j’aime Masha cette chère Aislinn et devenir une compagne de jeu la nuit. Je me sens envoutée et totalement admirative de mon ainée. Et j’avance encore plus vers elle.


« J’aime beaucoup cette citation… Un grand homme assurément. Et je suis tout autant heureuse de rencontrer quelqu’un qui pense comme moi. C’est si rare ! »Je susurre avec douceur, les yeux brillants.


Je m’approche encore, appréciant mon ainée. Elle me semble parfaite et m’a mise en confiance. Peut-être parce que depuis des semaines, elle est la première Canaïtes a m’adressé la parole sans me jauger de haut. Il faut dire qu’elle ignore ma déchéance réelle. Pour elle, je ne suis qu’une simple Vampiresse plus jeune qu’elle semble apprécier. Nous nous toisons enc ore un moement, le Mortel sous mon emprise incapable de prononcer un mot ou d’intervenir. Il est statufié, et doit subir notre conversation en silence. Est-ce parce que je me sens seule ou parce qu’elle m’a assez manipulé sans que je m’ne rende compte que je me livre-t-elle ? Aucune idée. Mais en tout cas, je lui parle et elle m’invite à partager sa proie et à m’amuser avec elle. Mon sourire s’agrandit. Je ne peux décemment pas refuser ce genre de proposition.


« J’avais, autrefois, un grand sens de l’apparence… Mais j’ai détruit ma garde-robe de colère et renvoyer mes bijoux… pour le reste, je suis une bonne disciple en général. »Je réponds en approchant et tendant la main pour frôler la joue chaud de l’Humain. « Suzanne m’a expliqué quelques techniques de torture pour jouer avec un Mortel… »

Elle lui déboite l’épaule en riant, alors que mes ongles pointues transpercent la peau de sa joue, faisant couler de fines goutes de sang. Je déchire sa chemise, et laisse à nouveau mes griffes parcourir le buste, arrachant la peau sans ménagement. L’odeur de sang me fait saliver.

Spoiler:
 


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Sam 14 Jan - 23:20

Elle la regarda arriver près d'elle au fur et à mesure qu'elle avancait. Ash remarquait sa démarche qui la sortait du lot. Eleanore était la Compagne du Prince et ça se voyait. Malgré son statut social, elle était respectueuse envers Aislinn et ça se voyait. Malgré son état lamentable, elle s'était promis de la faire rire et de l'aider. Elle passerait sûrement chez elle plus tard, pour qu'elles puissent se changer et parler tranquillement. La jeune femme qui lui faisait face avait des problèmes et ça se voyait. Même si Ash ne la connaissait pas, elle se sentait tout de même concerné, la pauvre fille était seule, et en colère. Elle savait qu'elle réussirait à l'aider si elle le voulait, lui faire changer les idées le temps que sa relation avec son Sîre se calme.

« J’aime beaucoup cette citation… Un grand homme assurément. Et je suis tout autant heureuse de rencontrer quelqu’un qui pense comme moi. C’est si rare ! »

Ses yeux scintillaient dans la nuit, pendant qu'elle sussuraient ses mots. Aislinn avait donc raison : cette fille était comme elle, elle pourrait s'en faire une grande amie. Elle la regarda à nouveau, la fixant sans gêne, sans pour autant la mettre mal à l'aise. Elle "l'analysait" une énième fois. C'était sa façon à elle de faire connaissance.

« J’avais, autrefois, un grand sens de l’apparence… Mais j’ai détruit ma garde-robe de colère et renvoyer mes bijoux… pour le reste, je suis une bonne disciple en général. »

Du caractère. Des principes. Tout ce qu'Aislinn avait. Elle avait en fait en face d'elle, une jeune femme aussi têtu qu'elle.

« A ta place j'aurai tout gardé, tout pris, et je serai parti aux Caraïbes le temps qu'il y réfléchisse. Plus tu te laisses désirer, plus tu es aimé. »

Elle sourit à ses propres paroles et regarda la jeune Vampiresse caresser la joue de l'Humain. Elle se rappelait la façon dont, autrefois, elle jouait avec les hommes, leur faisant faire des choses toutes invraisemblables les unes des autres. Elle laissa échapper un rire malgré elle.

« Suzanne m’a expliqué quelques techniques de torture pour jouer avec un Mortel… »

Elle haussa les sourcils, surprise et impatiente de la voir à l'action, ce qu'elle fit, d'ailleurs. Alors qu'Aislinn lui déboita l'épaule, elle vit Ella déchirer la peau de l'homme, et d'un simple regard en biais vers elle, elle lui fit comprendre de revoir son ordre, de façon à ce qu'il puisse à nouveau crier. En souriant, elle lécha la joue de l'homme pour le goûter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Dim 22 Jan - 16:20

Je fixe la Vampiresse de mon regard curieux et admiratif. Elle dégage comme une aura de sensualité et de puissance, qui m’attire comme la lumière attire le papillon. De même qu’avec Suzanne, je me sens envoutée et intéressée par elle. Peut-être comme Masha et l’ainée de ma lignée pourra-t-elle m’apprendre des choses ? Je pourrais surement me perfectionner avec elle. Je me suis approchée, ayant une meilleure vue sur la séduisante et sexy Canaïte, qui m’observe tout de même. L’homme, quant à lui paralysé par ma domination, ne peut que constater et écouter silencieusement notre échange. Je constate que la demoiselle possède un accent semblable à celui de mon Sire. Serait-elle anglaise ou du moins quelque chose dans le style ? J’hume son odeur. Parfum capiteux et de luxe couvre son odeur vampirique personnelle. De toute évidence, nous avons en commun le bon goût et la mode de luxe… Enfin, au vu de ma mise, on ne pourrait guère dire que jusqu’il y a peu j’étais vêtue des plus grandes marques et vêtements fins et somptueux ; que mes bijoux étaient dessinés rien que pour ma personne et allaient avec mes habits ; que mes parfums étaient importés de France. Et encore moins que je passe pour être un modèle de référence en mode à Prague et la plus séduisante de la Cour du Prince. J’étais le modèle de mode pour beaucoup. Je l’intéresse et de menaçante, elle devient plus douce. J’ai l’impression que mon histoire la touche. Peut-être a-t-elle elle aussi eu des disputes violentes avec son Sire. Après tout je ne la connais point, difficile de savoir qui elle est réellement. Mais j’ai remarqué son changement d’attitude qui est devenu plus avenante, presque maternelle.

De nouveau, Aislinn me scrute attentivement pendant que je lui réponds. Elle semble analyser chaque geste ou parole que je pose avec attention. Je la laisse faire, mon regard passant de la Vampiresse à l’Homme toujours stoïque tel une statue. Elle critique habillement ma mine affreuse, et je réponds qu’autrefois j’étais moi aussi une élégante. Ce n’est pas si loin que cela, quelques semaines plus tôt. C’était avant qu’Hadrian me punisse dans le parc, avant ce geste incompréhensible de sa part et son long silence. J’avoue sans honte le triste sort qu’ont subi mes affaires sous l’effet de la colère. J’ai tout détruit ou renvoyé à mon Compagnon, manière de lui signifier ma rage et que j’avais compris son silence comme une punition. Sa réplique me fait pencher la tête sur le côté, pensive.


«Hum …. Surement. Mais comme il m’a tout offert, je suppose que les recevoir en piteux état lui a signifié ma colère de manière correcte. Et puis une capricieuse le reste à vie. » Je réplique avec un petit sourire narquois. Capricieuse, je le suis. Colérique aussi d’ailleurs.

Finalement, j’approche de l’Humain en passant ma langue sur mes lèvres taquine. Je le frôle, le griffe légèrement. L’odeur du sang parfumé par la peur qui grandit en lui fait naitre la soif dans mon arrière gorge. Même si j’ai eu une certaine dose de sang, je reste sensible à l’odeur du liquide carmin. Je murmure que Suzy m’a montré et expliqué quelques techniques de tortures. Elle n’est pas spécialement cruelle ni sanglante, elle est plutôt très fine et réfléchie comme Vampiresse. Mais sa très longue vie lui a appris bien des choses. Et je sais que le sort réservé à ceux qui touchent à sa famille ne doit pas être enviable. De plus, si elle sait paraitre Humaine et passer inaperçue, Suzanne sait aussi jouer admirablement avec ses proies… Il faut la voire chasser avec Ludo’ pour comprendre tout le savoir qu’elle possède et toutes les armes qu’elle dissimule. Nos yeux se croisent alors que mes griffes acérées transpercent la peau. Je comprends qu’elle désire l’entendre crier. J’hoche positivement de la tête. Ma main droite saisit le menton de l’homme pour croiser son regard et je le libère de ma domination. Un long cri de souffrance sort de ses lèvres directement, se répercutant dans le silence du bois.


« Que désires-tu lui faire ? » Je questionne en la fixant curieuse de voir comment elle élimine sa proie.


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Mer 1 Fév - 20:24

Rapide, elle attrapa la tête de l'homme et lui brisa les cervicales, le laissant tomber raide mort à leur pieds. Elle souria sans lâcher la jeune femme des yeux. L'homme ne lui donnait plus l'eau à la bouche et pour tout avouer, elle n'était soudainement plus d'humeur joueuse. Lunatique, c'est vrai. Elle s'approcha trop près de la jeune femme.

« Il n'a pas bonne odeur, à croire qu'il est périmé. D'abord, je veux connaître ton histoire. Je pourrais éventuellement te raconter la mienne, et chasser quelque chose de meilleur que ce bon à rien macho ? »

Elle ria légèrement et se mit à marcher. Elle ne craignait rien, l'endroit était désert. Personne ne s'y aventurait même en plein jour, un endroit plutôt abandonné. Sinon, Aislinn et sa nouvelle amie auraient vite eu des ennuies. Elle la laissa la suivre et avança le long du chemin qu'elle avait empreinté pour arriver jusqu'ici, la laissant la suivre tranquillement. Elle souria, amusée, comme si c'était sa première copine de bac à sable.

« Allez ! Je commence, c'est plutôt marrant. Commençons par la vie mortelle. J'étais une bourgeoise gniangniante, trop gentille et trop bonne. Je me souciais trop des autres et pas assez de moi. Je pensais que tout était rose et que la cruauté n'existait pas, elle ria légèrement avant de reprendre, jusqu'à ce que je me fasse avoir par mon seul et unique mari. Un soir où il était trop ivre, il m'a battu à mort, et c'est agonisante que mon Sîre m'a retrouvé. Evidemment, il me connaissait déjà depuis un moment, il était bon ami de mes parents, et faisait affaire avec mon père. Si j'avais su qu'il était aussi cruel, j'aurai préféré crever. Mais bon, mon mariage était forcé, même si j'en étais heureuse. Les gens, même s'ils m'aimaient bien, ne voulait pas de moi à cause des doutes sur ma "provenance". Ma mère n'est pas d'Europe, je ne sais pas trop d'où elle vient. Un lourd secret qui n'a jamais été révélé. A toi. »

Elle regardait attentivement le chemin qu'elles prenaient, comme si elle avait fait ce chemin toute sa vie, un chemin sinueux mais plutôt facile à se remémorer. Elle n'entendait que le silence, le bruit de la nature autour d'elles était calme et Aislinn n'écoutait que le doux bruit du vent: aux alentours de quatre heure du matin, rien d'autre n'étaient audible. En lâchant ce cours épisode de son existence, Aislinn avala difficilement sa salive, sans pour autant le faire voir. Elle aurait voulu mourir, ne pas être attaché autant à son intinct de survie et encore moins aux humeurs nefastes de ce cher Irial. Ca vie avait été gâché par les hommes, la raison pour laquelle elle aimait les dévorer, même si parfois, ou comme quelques instant auparavent, elle perdait son sang froid et se contentait de les tuer froidement. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eu de relation stable et la seule chose qu'elle avait, c'était des relations d'une nuit, dont elle ne se plaignait pas, bien au contraire. Ses relations à longs termes furent toutes des échecs et elle s'était juré de ne plus faire une pareil erreur.

Elle avançait tranquillement, passant au-dessus des branches qui pourrait les faire trébucher, évitant les branches à leurs hauteurs qui pouvaient leur fouetter le visage, écoutant l'histoire de son interlocutrice, ses questions auxquelles elle répondait facilement, avec de petits sourires qu'elle seule comprenait. Après tout, elle devait toujours garder sa part de mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Ven 2 Mar - 17:04

Elle est rapide, agile et sure d’elle. Elle transpire la confiance, là où je me montre pur une fois peu sure de moi. Mais je l’admire, avec des yeux brillants de vénération et une attention totale. Rares sont les Vampires face à qui je présente cet air béat de petite fille admirative face à l’adulte en qui elle voit la perfection. Hadrian a toujours éveillé cela en moi. Masha quelques années plus tard, quand nous visitions la Russie impériale, m’a subjuguée aussi. Elle était une Reine à la beauté froide et au cœur de pierre, qui manipulait son monde avec aisance. J’ai beaucoup appris en matière de séduction féminine avec elle. Tout ce qu’Hadrian n’a pu m’enseigner car étant un homme… Les regards, les gestes, la manière d’être et d’agir pour obtenir ce que l’on désire avec facilité. Tout cela m’a été bien utile quand mon Sire a désiré devenir Prince de Prague, pour rallier des Conseillers à notre cause. Et puis est arrivé dans ma vie, Suzanne. Au départ, je me suis méfiée. Elle était trop proche de mon Compagnon. Mais après tout, elle était mariée et Ludo’ semblait être son univers… Alors je me suis intéressée à cette Canaïte à l’aura maitrisée, douce et beauté froide. Les Conseillers le plus puissant pliés sous sa présence… Elle est à mes yeux la Vampiresse parfaite, que le temps n’a pas marqué et qui sait manipuler et agir en sorte de toujours avoir ce qu’elle souhaite. Mais si j’admire Suzy, elle ne me semble pas aussi distrayante que la demoiselle me faisant face. Aislinn est bien plus proche de caractère et comportement que les autres. Elle semble avoir gardé sa fougue de nouvelle-née.

Avant que je ne puisse réagir, elle lui brise la nuque et le corps du jeune homme tombe raide mort sur le sol. Maintenant, on ne pourra plus jouer ni boire de sang frais. J’observe l’Homme inerte sur le sol froid à nos pieds, et je relève les yeux sur elle, étonnée. Je ferme la bouche et prends une moue purement boudeuse. J’avais envie de jouer moi ! La Vampiresse me fixe, tout sourire. Elle irradie de joie la poupée aux yeux lunaires. Je l’observe sans bouger, silencieuse quand elle m’approche. Mes muscles se tendent de prévention. Je ne la connais pas assez pour lui faire aveuglément confiance.


« Je vois…. Moi je le trouvais amusant… mais que désires-tu savoir sur moi ? » Je murmure, frileuse, en la regardant droit dans les yeux.

Me voilà devenue le centre de sa curiosité. Elle me détaille et m’analyse, cherchant à percer j’ignore quel mystère sur ma personne… Un rire perle de ses lèvres et elle me contourne pour marcher lentement à travers bois. Je la suis après quelques secondes, curieuse de voir où elle va. J’ignore où nos pas vont nous mener, mais je ne m’inquiète pas. La curiosité et la fascination l’emporte sur la prudence. La belle Vampiresse brise le silence pour me raconter son histoire. Avec attention, j’écoute ses propos sachant qu’elle attendra que je lui raconte mon histoire, bien plate selon moi… du moins pour la partie mortelle. Son histoire est décousue, rapide et dite sur un ton léger. Mes yeux ne la quittent pas pendant qu’elle raconte les faits. La question attendue mais redoutée provoque une légère moue de mes jolies lèvres. Après quelques secondes, je me décide à lui répondre.


«Je suis anglaise d’origine, dernière fille d’une famille de la haute aristocratie du 1çème siècle… J’ai toujours été une enfant pâlotte et malade, j’attrapais vite froid. En conséquence, peu sure que je vivrais longtemps et pourrais me marier, mes parents m’ont toujours offert tout ce que je pouvais demander… J’ai vu ma sœur se marier et partir vivre à la cour du Roi… Finalement, malgré ma nature faible, un homme a demandé ma main. J’aurais pu me marier, vivre à la Cour et être adorée pour mon physique de poupée… Mais voila, j’ai toujours été têtue et fais comme je voulais. Cet hiver-là a été rude et j’ai voulu sortir voir la neige. J’ai pris froid, je suis tombée malade. Et cette fois-là, je n’ai pas guéri. »J’explique lentement, tout en continuant à la suivre. « Une nuit, ma servante désespérée a amené de nuit un étranger qui lui avait dit pouvoir me soigner. Je l’ai pris pour un Ange… Il était si beau, si parfait et j’ai senti mon cœur s’emballait. J’aimais pour la première fois… Cette nuit-là, Hadrian m’a enlevée et transformée en Vampire. Nous ne nous sommes jamais séparés en 174 ans. Nous avons fait le tour de l’Europe, avant qu’il ne désire devenir Prince de Prague…. Il m’a gâtée outrageusement, m’offrant ce qu’il y a avait de p lus beau… J’ai tout eu, même avant de le désirer vraiment. Une vie comblée, de capricieuse et de femme enfant comme on me qualifie souvent… »

Je suis toujours lentement ma compagne, qui semble savoir où elle va. Je sais que mon histoire est banale, que j’ai eu énormément de chance qu’Hadrian m’offre une nouvelle vie. Mes yeux viennent sur elle, et j’attends une réaction quelconque de sa part. Le silence se poursuit avant que je n’ajoute un petit quelque chose à mon histoire.

« je sais, mon histoire est banale et j’ai eu beaucoup de chance…. » Je réplique, avant de demander : « Pourquoi es-tu venue à Prague ? »


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Lun 5 Mar - 23:19

Aislinn la regardait attentivement alors qu’elle racontait son histoire, quelque peu envieuse, son visage soudainement éteint de tristesse qu’on pouvait à peine apercevoir. Elle avançait toujours dans la nuit, suivit de sa nouvelle camarade, son récit sonnant encore dans ses oreilles. Ash avait toujours eu un léger manque : elle n’avait jamais été amoureuse, ni aimé en retour. Mais elle préférait rester ainsi : elle ne voulait pas y goûter et en devenir addicte, trop dangereux, son existence ne pouvait pas lui permettre ce genre d’enfantillage. Elle disait certes ça pour se rassurer elle-même, mais là où elle marquait un point, c’était qu’elle était incapable d’aimer et de l’être en retour : elle était un vampire beaucoup trop caractérielle et personne ne lui conviendrait et réciproquement. Elle continuait donc sa route, avec Eleanore, sourcils froncés. « Je sais, mon histoire est banale et j’ai eu beaucoup de chance » Elle secoua la tête et s’arrêta pour la regarder dans les yeux. « Tu te trompes. Tu as eu une vie pleine d’amour. Saches que c’est la meilleure chose qu’on puisse connaître de notre existence. Toi tu as touché le gros lot. Certains n’ont pas cette chance. Ne la gâche pas. »

Elle sourit légèrement et reprit sa route. Ash était contente de connaître ce vampire, elle avait un air naïf qui était plutôt trompeur et ça l’amusait. Elle espérait qu’elle comprendrait sa vie quand elle la lui aurait contée. Et justement, le moment était venu. « Pourquoi es-tu venue à Prague ? » Elle hésita un long moment, peur de se faire juger, soupira puis fini par cracher le morceau, attrapant une branche au passage pour y monter habilement et s’y asseoir : on pourrait croire qu’elle avait vécue dans la forêt toute sa vie à en voir ses gestes et son sens de l’orientation. « Assieds-toi, c’est long. »
Une fois que son interlocutrice pris place, elle croisa les jambes pour à nouveau soupirer. « Quand mon mari m’avait frappé et laissé agonisante au sol, un homme de la haute cours, ayant déjà fait affaire avec mon père m’avait trouvé. Il n’avait pas l’air paniqué, non, il était… » Elle fronçait les sourcils en cherchant ses mots, claquant des doigts comme si le mot se trouvait sur le bout de sa langue « Hésitant, oui. Comme s’il hésitait à me faire voir un médecin ou me donner le coup de grâce. Il se nommait Irial et était très élégant. J’aurai pu être folle de lui, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il s’agissait d’un dangereux psychopathe. » Elle sourit à ses propres mots, un sourire malicieux, comme si le vampire avait lâché une petite anecdote. « Finalement, il me transforma immédiatement et me ramena chez lui. Après ce qu’il m’était arrivé, je considérais cette chance, comme un signe de la vie pour pouvoir me venger, enfin, de l’homme qui avait pourrie ma vie. Irial voyait ça d’un autre œil. Il s’occupait de mon éducation, me torturant nuits et jours pour cesser ma soif de sang, sans succès. Un jour, je me suis retourné contre lui. Il m’a bannit et a juré de me tuer. Je n’ai jamais su pourquoi il ne l’avait jamais fait sur le champ. J’ai donc passé toute ma vie en France, un pays que j’adore. Je travaillais pour la Cours du Roi, qui, étant bonne chasseuse, m’avait engagé pour tuer les personnes se mettant contre son pouvoir. Jusqu’au jour où Irial me retrouva. Je me suis contenté de prendre la fuite, et je suis venue ici. Et toi, qu’est-ce qui vous a mené ici, le Prince et toi ? »

Aislinn la regardait, troublée et s’installa un peu plus confortablement sur la branche : elle voulait savoir pourquoi ils n’avaient pas vécu leur amour seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Sam 31 Mar - 14:12

Difficile est de connaitre l’impacte de mon histoire sur les gens. J’ai déjà eu diverses réactions tellement opposée, souvent on la qualifie de banale et on me dit chanceuse. Rarement, mais ça arrive, on s‘extasie sur cet amour intemporel et la passion brulant et qui m’unit à Hadrian, mon Sire. Je ne pense pas que les gens comprennent réellement quand je raconte ma vie. Mais ma nouvelle amie l’a fait, donc je me perte au jeu essayant de retrouver ces souvenirs humains que j’ai enfouis dans mon esprit. Je repense rarement à ma vie mortelle ou même au passé. Je vis dans le présent pur et les émotions intenses du moment. Je m’arrête rarement sur le passé, sauf quand je désire me venger. Dans ces cas-là, je rumine l’action jusqu’à avoir obtenu gain de cause. Ici je ne m’attarde sur rien, résumant honteusement les faits de cette nuit qui sont flous à mon esprit. Nul besoin de décrire la chambre, les sentiments qui m’ont étreinte, la douleur qui a ravagé mes entrailles et mon éveil à une nouvelle vie lentement…. Je ne me souviens quand bien même pas de tout. C’est flou et je crois que seul mon amant pourrait m’aider à retrouver en totalité les souvenirs de cette fameuse nuit. Je ne m’attarde guère non plus sur la suite. Oui, j’ai voyagé à travers l’Europe, oui j’ai aidé Hadrian à devenir Prince de Prague tout comme Suzy lui a offert le pouvoir absolue et à peine remis en cause. Car personne n’ose s’opposer à la Canaïte millénaire. Je termine en ajoutant ce qu’on m’a bien souvent dit : ma vie est simple et banale. Et elle l’est en réalité. Je suis une capricieuse à qui on cède, j’obtiens toujours tout ce que je veux, je suis surprotéger par ma lignée… Que demander de plus ? Rien ne m’est imposé, tout m’est dû mais je ne vis pas de grande aventure, je n’ai pas autant d’anecdotes que Suzy à raconter…. Sa réponse attire mon regard chocolat sur elle et je l’observe un moment. La fin semble être une mise en garde qui me fait plisser le nez légèrement, avant que je ne reprenne une expression neutre.

«Surement, je sais que j’ai été gâtée dans tous les sens du terme. Je vais tâcher de ne rien gâcher, mais cela semble légèrement compromis… » Je réplique poliment avec un air de petite fille qui écoute sa leçon attentivement et promet de la retenir.

Aislinn reprend sa marche et je lui emboite le pas, laissant un léger silence avant de lui demander les raisons de sa présence à Prague. Seul le silence me répond avant qu’un soupire n’échappe à la Vampiresse. Après un bref regard autour d’elle, elle saisit une branche et escalade tel un chat l’arbre pour s’installer confortablement. Je suis ses mouvements fluides des yeux et attends une invitation ou explication. Quand elle m’invite à m’asseoir, je la rejoins avec souplesse et agilité en hauteur et m’installe confortablement une branche sous elle, dos appuyé au tronc de l’arbre, et une jambe balançant dans le vide. Elle reprend la parole et je l’écoute dans un silence religieux, concentrée sur ses propos. Son histoire est à l’opposé de la mienne. Je ne comprends pas son sire, mais le nom ne m’est pas inconnu. Par contre, je comprends son besoin de vengeance. Je mesure mieux la chance d’appartenir à la lignée de Suzy…. Et celle d’avoir été aimée par mon Sire.


« Tu as eu raison de te venger, nul homme n’a le droit d’abuser, battre ou profiter d’une femme ! Ton Sire ets étrange…. Dans ma lignée, on éduque avec amour et douceur, la famille c’est sacré et précieux. … » Je réponds avant d’ajouter : « Je connais de nom Irial. Suzy nous en a parlé. Je sais qu’elle ne le porte pas dans son cœur, loin s’en faut. Je crois que s’il lui offrait l’opportunité, elle l’éliminerait. »

Mon regard se perd dans le décor nocturne de la forêt. Pourquoi sommes-nous venus à Prague ? Question étrange …. Finalement, je me décide à lui répondre.

« Nous avons visité l’Europe sans ordre préétabli… Au gré du vent dirait-on ou de nos caprices, surtout les miens. Quand nous sommes arrivés à Prague, la Carmilla cherchait un prince et Hadrian a désiré le poste. Je l’ai aidé au mieux et depuis nous restons ici. Nous connaissons bien cette ville et l’aimons. AU fil des décennies, d’autres membres de la lignée nous ont rejoint et en nous voyant ici sont restés. Je pense qu’on y vit presque tous. » Je réponds doucement en relevant la tête vers elle. « T’es-tu déjà présenté au Prince ? Je suis persuadée que tu lui plairais beaucoup … »


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
If you like the evil you're a friend of mine


PSEUDO : Sherinn
MESSAGES : 248
AGE DU JOUEUR : 24
COPYRIGHT : Oh.
AVATAR : Adriana Lima

JUKEBOX : Lykke Lie - Get Some
JOB : Hérante.
CAPACITES : Domination et Occultation.
MOOD : Mhh.. Graou.

MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Lun 2 Avr - 11:12

Après que la jeune vampire lui ai raconté son histoire avec le Prince, elle lui conseilla de ne pas gâcher son histoire : elle avait connu la plus belle chose qu’on connaissait, l’amour. C’était connu : l’amour nourrissait la vie, et la vie sans l’amour était fade. Aislinn était bien placée pour le savoir. « Sûrement, je sais que j’ai été gâté dans tous les sens du terme. Je vais tâcher de ne rien gâcher, mais cela semble légèrement compromis… » Elle l’écouta et haussa les sourcils. « A cause de votre dispute ? Ça passera, une dispute reconstruit le couple. » Elles reprirent alors leur marche et Aislinn dû raconter son histoire à son tour. Elle lui conta sa longue histoire avec son Sîre, assises sur les branches d’un arbre. « Tu as eu raison de te venger, nul homme n’a le droit d’abuser d’une femme ! Ton Sire est étrange… Dans ma lignée, on éduque avec amour et douceur, la famille c’est sacré et précieux. … » Elle sourit en regardant la jeune femme se révolter face à son histoire. « J’ai eu raison, mais maintenant je suis traqué jours et nuits en attendant de pouvoir mettre fin à ses jours, ou qu’il mette fin aux miens. » Elle réfléchit un instant. Elle aurait voulu faire partie de leur lignée, ils n’avaient pas de soucis, ils s’aimaient entre eux, ils étaient doux et ils ne se cherchaient pas durant des siècles pour s’entretuer. « J’aurai voulu savoir ce que ça fait d’avoir ce genre de lignée, de « famille ». ». Elle regarda Eleanore qui continua « Je connais de nom d’Irial. Suzy nous en a parlé. Je sais qu’elle ne le porte pas dans son cœur, loin s’en faut. Je crois que s’il lui offrait l’opportunité, elle l’éliminerait. » Elle bascula sa tête sur le côté. Ash connaissait leurs conflits, elle était à chaque fois présente. « Je sais, j’étais là, et c’était très amusant, d’ailleurs. ». Elle lui demanda ensuite la raison de sa venue à Prague, ce qui laissa la jeune princesse dans ses pensées. Elle lui expliqua ensuite, doucement, la façon dont ils sont venus à Prague, ce qui intéressa beaucoup Aislinn. C’était une belle histoire, où ils eurent des hauts et des bas, ça se sentait. « Si je me suis déjà présentée au Prince ? Non… Je vais y aller, Suzanne me conseille de le faire rapidement. Et il ne m’aimera pas, je suis beaucoup trop capricieuse et caractérielle. » Elle rit légèrement et regarda la jeune femme en la détaillant de haut en bas. Elle avait un caractère similaire, mais rien dans le passé n’était semblable. Elle ne pourrait probablement jamais comprendre la jeune femme et réciproquement. Elle fini par se mettre sur la même branche qu'elle pour lui faire face. « Tu devrais rentrer, et lui parler. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice ~ Ange Gardien ~


PSEUDO : Calli
MESSAGES : 1164
AGE DU JOUEUR : 34
COPYRIGHT : Eden memories & tumblr
AVATAR : LEIGHTON MEESTER

JOB : Sénéchal
APPARTENANCE : Clan du Prince
CAPACITES : Domination & Chimérie
MOOD : séductrice et joueuse

NIGHTSIDE
INVENTAIRE:
CARNET DE RELATION:
MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   Mer 11 Avr - 20:39

Mise en confiance, j’accepte de raconter mon histoire. En fait, on pourrait presque croire que j’ai vécu un conte de fée, vampirique et horrifique, mais un conte quand même. Après tout j’ai toujours eu tout ce que je désirais. Et avant de mourir, j’ai rencontré le prince charmant qui m’a donné un baiser. Oh il ne m’a pas éveillée d’un long chose, juste permis de ne pas mourir, pas vraiment. Et après cela nous avons vécu pleinement chaque nuit, laissant derrière nous cadavre et rivières de sang. Il m’a outrageusement gâtée et a comblé toutes mes envies. Jusqu’à cette dispute dans le parc, rien ne nous séparait même pas les disputes. Aislinn n’a pas tord, ce serait dommage de tout perdre pour un simple différent sur une proie. Je l’approuve doucement avec un léger sourire. Elle semble bien sage ma nouvelle amie.

« c’était plutôt à cause d’une proie et d’une humiliation qu’on s’est disputé…. Mais oui, ça passera surement. » Je rétorque, pas aussi convaincue qu’elle au vue de nos caractères respectifs.

Ensuite, je l’invite à son tour à me parler d’elle. La Vampiresse me raconte sa transformation et sa vie avec son Sire, bien différente de la mienne. Étrange créateur, même Suzy qui est une très Ancienne n’agit pas aussi froidement et sadiquement avec la lignée. Elle semble bien douce, même si je sais qu’il vaut mieux ne pas provoquer sa colère ou lui déplaire. Rares sont ceux qui osent face à elle, hormis Ludo’, dire le contraire d’elle. Mais de toute évidence, il y a plus impressionnant et plus dangereux qu’elle. Suzanne parle rarement d’Irial, mais le peu de fois qu’elle m’a mentionné sa haine envers lui était évidente. Elle le respecte parce qu’il est presque aussi vieux qu’elle, mais là s’arrête sa gentillesse. Et vu ce qu’Aislinn me raconte, je peux comprendre qu’elle se soit rebellée. Et elle a bien fait ! Je manifeste d’ailleurs oralement mon soutient. Elle me répond et spontanément je prends à nouveau son parti.


«Pourquoi ne demandes-tu pas sa protection au prince ? Ou bien à Suzy ? Je sais qu’Irial se méfie d’elle…. » Je suggère doucement.

Le silence s’installe à nouveau. Mes yeux se perdent dans le décor onirique de la forêt. En écoutant Aislinn, j’ai compris la chance que j’aie d’appartenir à la lignée d’Augustin l’Ancien et d’avoir Hadrian pour Sire. Sa remarque me fait sourire mais je n’y réponds rien. Que pourrais-je lui dire ? Il est un peu tard pour qu’elle en fasse réellement partie mais elle peut s’allier à nous. J’avoue avoir déjà entendu parler d’Irial par Suzy après cela, lui montrant que je connais au moins de nom son Sire. Elle me répond en avouant avoir eu quelques disputes en vraies sous les yeux. Je me demande quelle teinte prend leur peau nacrée quand ils s’énervent vraiment et comment ils se combattent. En tout cas, Suzy n’a pas été très heureuse d’apprendre qu’il errait dans Prague. Enchainant les sujets, j’explique notre périple en Europe et l’envie que Hadrian a eu de devenir prince de cette vie, avant de lui retourner la question. Connaissant la Carmilla, je lui demande aussi si elle s’est présentée à mon amant. Je connais les règles et l’intransigeance de certains Conseillers.


« Capricieuse ? Et bien vu mon caractère et comme ce défaut est de lignée, il devrait ne pas t’en tenir rigueur. Il aime les caractères forts et les femmes aux formes appétissantes… Tu as tout pour toi. » Je réponds avec un sourire. Oh oui, elle pourrait lui plaire et même devenir sa maitresse… Elle a vraiment le physique pour. Elle descend face à moi et je lui réponds doucement : « Pas cette nuit, il est en conclave suite à une attaque du Sabbat… Mais demain peut-être. Si tu veux je lui glisserais un mot en ta faveur. Après tout mes amies sont les siennes aussi. »


I'm trusty and sexy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vos lueurs sont le reflet de l'Enfer où mon coeur se plaît. [Eleanore Warwick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Nightside Eclipse :: HORS JEU :: Requiem :: RPs terminés-